Après trois ans de prison, il est acquitté mais risque d’être licencié

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sa joie n’aura été que de courte durée. Après plus de trois années de détention provisoire, Rédouane Ikil a été acquitté le 30 juin : la cour d’assises de Toulouse a jugé qu’il n’était pas coupable d’avoir renseigné des braqueurs d’une agence postale. Mais le 13 juillet, il a reçu un courrier de son ancien employeur, La Poste, dont il était cadre supérieur, le convoquant pour un entretien préalable de licenciement. Innocent selon la justice, il serait donc fautif selon son employeur.