Mediapart Live fait sa rentrée avec Leonora Miano et Thomas Piketty

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Les attaques contre Mélenchon, y peuvent pas s'empêcher :((

À la FI, on défend la démocratie et les plus vulnérables.. Alors pourquoi ces attaques à répétition ??

JLM a aussi droit chaque semaine à plusieurs ptits dessins plus ou moins vachards dans le Canard : sous prétexte d'en rire, décidément on l'a à l'oeil. Et insister sur "Le programme !" ne change apparement rien à ces attitudes au fond parfaitement conservatrices.

Voyons gourmandement les semaines à venir comment ces messieurs vont assaisonner Piketty !

 

Une RN ne se met pas à provoquer la justice que déjà les chevaliers blancs font chorus avec la dénonciatrice aussi crédible qu'un organisateur de bonneteau  rue de la Grande-Truanderie. Même efficacité pour le résultat qu'on sait avec l'appel au vote Macron, le barrage et toussa. Et puis le coup martelé sans cesse du ''les mêmes qui critiquent sont les premiers à dire leur satisfaction quand ça les arrange'' revient à soutenir que la TVA est un impôt juste, le riche comme le pauvre y étant également assujetti. Sauf qu'en prenant son départ sur la ligne d'arrivée, il y en a qui sont toujours les gagnants de la course ! Pas vrai, Fabrice Arfi ?

A bas la ''justice'' de classe !

Soutien total à Jean-Luc Mélenchon et à LFI !  

  • Nouveau
  • 18/09/2019 20:23
  • Par

Piketty président !

Il faut établir un impôt carbone... Personnel.

J'apprécie vraiment cette interview de Thomas Pikketti.

Le discours est clair. Les questions sont préparées, pertinentes et couvrent de larges thématiques. Bravo.

Tentatives un peu maladroites de Jade tout de même ("la croissance"...) ; il a remis les choses à l'endroit. Super, MDP, bravo !

 

Oui, enfin, la lorgnette reste un peu de "renommer" les grands tuyaux, en espérant que les engrenages tourneront plus vertement parce que moins "exploitants" ou "extractifs",

... mais sans réel frein au productivisme (je pense à Serge Audier "l'âge productiviste" La Découverte, pavé riche de points d'entrée développés sur le sujet).

 

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 18/09/2019 22:11
  • Par

Merci Mediapart pour cet interview 

Thomas Piketty cherche dans le bon sens de ce qui pourrait offrir une alternative au système de pouvoir et de propriété d'aujourd'hui, un élément de reconstitution d'un idéal de gauche. Il serait dommage de laisser ces idées s'enfoncer dans le sable des enclosures idéologiques.

« Il serait dommage de laisser ces idées s’enfoncer dans le sable des enclosures idéologiques »

Les idées de cogestion de participation des salariés au capital des entreprises ne sont pas nouvelles, la Participation existe surtout dans les grosses entreprises et sont remisent à la mode régulièrement par les gouvernements, il est vrai que c’a rapporte plus qu’un livret A tant que l’entreprise fait des profits. Une sorte de prime à la productivité et à la « modération des salaires » en fait. Les travailleurs ont l’illusion d’être les patrons.

L’héritage de la propriété d’entreprise « socialisé » si j’ai bien compris hum je demande à voir. Les salariés « héritent » surtout après les crises des pertes ou d’un truc inutilisable et obsolète.

120000 euros donnés au jeunes pour « se lancer dans la vie », là c’a fait saliver mais faut bien lire le contrat.

J’ai pas lu « Capital et idéologies » et ne l’achèterai sans doute pas mais cela m’a donné l’idée de re parcourir le Manifeste :

« Vous êtes saisis d'horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée. Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres. C est précisément parce qu'elle n'existe pas pour ces neuf dixièmes qu'elle existe pour vous. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu'à la condition que l'immense majorité soit frustrée de toute propriété. En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous. En vérité, c'est bien ce que nous voulons.

Dès que le travail ne peut plus être converti en capital, en argent, en rente foncière, bref en pouvoir social capable d'être monopolisé, c'est-à-dire dès que la propriété individuelle ne peut plus se transformer en propriété bourgeoise, vous déclarez que l'individu est supprimé.

Vous avouez donc que, lorsque vous parlez de l'individu, vous n'entendez parler que du bourgeois, du propriétaire. Et cet individu-là, certes, doit être supprimé.

Le communisme n'enlève à personne le pouvoir de s'approprier des produits sociaux; il n'ôte que le pouvoir d'asservir à l'aide de cette appropriation le travail d'autrui. »

 

Non mais Piketti, on dirait qu'il débarque, qu'il a eu 30 ans d'absence de pensée. C'est pas vraiment un penseur du coup. On dirait pas qu'il est économiste au départ. Surtout à son âge et avec sa culture familiale. Y en a bien d'autres des économistes non-écoutés qui ont des analyses plus poussées depuis plus longtemps. Eh, Mediapart, vous l'avez invité pour quoi ? Pour donner confiance aux pensée-uniqueurs qui se rendent enfin compte qu'ils se sont trompés ou quoi ? Sinon, il n'apporte rien qui ne soit déjà dis depuis 30 ans. J'ai fais de l'économie à cette époque-là, l'Ecole de la Régulation était déjà là. C'est du prêt à penser Piketti on dirait, pour les gens qui se rendent maintenant compte qu'ils se sont trompé. C'est toujours ça. Mais c'est chiant...du coup.

 

"Nous le peuple", on s'est fait voler notre souveraineté, il y a plus de 200 ans, par la république, elle est d'ailleurs faite pour ça.
C'est triste que ceux en prison défendent l'injustice légalisée qu'est la république, à moins qu'ils se repentent pour des remises de peine?

L'interview de Piketti est assez décevante surtout sur la partie "pour ou contre l'écologie". Les journalistes sont enfermés dans leur idéologie et on eu du mal à se mettre à la hauteur de l'invité. Dommage
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous