Espionnage de journalistes: le patron du renseignement mis en examen

Le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a «assumé la responsabilité des vérifications techniques qui ont été effectuées par ses collaborateurs», selon son avocat.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a été mis en examen pour «atteinte au secret des correspondances», «collecte illicite de données» et «recel du secret professionnel» lundi 17 octobre à l'issue d'une audition de cinq heures par la juge d'instruction Sylvie Zimmermann qui enquête sur l'espionnage des lignes téléphoniques de journalistes qui traitaient l'affaire Bettencourt. Il a «assumé la responsabilité des vérifications techniques qui ont été effectuées par ses collaborateurs», a indiqué son avocat, précisant qu'il n'avait pas l'intention de démissionner de ses fonctions au contre-espionnage français.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal