Bygmalion: la défense tous frais payés d’anciens dirigeants du parti

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Parmi ceux qui ont misé un jour sur l’UMP, il n’y a pas que les banquiers du parti pour s’en mordre les doigts. D’après nos informations, l’UMP avait en effet souscrit en 2013 un contrat d’assurance auprès de la société britannique AIG Europe Limited destiné à couvrir d’éventuels frais de justice de ses dirigeants. Six mois plus tard, le scandale Bygmalion éclatait. Depuis lors, c’est donc AIG qui règle les notes d’avocats d’anciens responsables du parti cités dans l’enquête judiciaire, dont Jean-François Copé, en toute confidentialité.