Philippe Poutou : « La gauche a intégré sa propre capitulation »

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Poutou, c'est le NPA, pas Lutte Ouvrière.

Oui vous avez raison votez  Zemmour.

et "qui" d'après vous représenterait les "ouvriers" ??? Lui, il a eu les mains dans la merde !

macron, le grand pervers c'est mieux sans doute.

Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'ils ne sont représentés par personne d'autre.

Président ?

Il compte pour du beurre,

Avec du gras ça fera moins mal à l'Insoumis.

Par contre pour

nous ça va piquer (aux 2 sens).

Bisous Poutou. 

poutou ne représente rien, mais explique la vie...

ah toujours cette bonne vieille pureté idéologique de l'ouvrier, chère à pol pot, cra il est débarrassé de tous les maux et tous les vices

on se demande pourquoi faire des études avec des raisonnements comme le votre, puisque l'ouvrier est doté in utero de toutes les qualités

Vous êtes ouvrier dans quelle usine?

Ridicule !!! Et un prof de maths n'a peut être qu'une obligation de moyens, mais il n'y a pas que les ouvriers qui ont obligation de résultat !!! Et pour défendre les classes maltraitées, il n'y a qu'un membre de cette classe??? Faut ouvrir un peu votre spectre de réflexion.

La défaite en chantant !!

UN mouvement trotskyste qui a plus de cent ans d'échecs derrière lui !!!

C'est dommage, car ils ont souvent des positions intéressantes, mais ça reste, même si on se "prolétarise" en image, un mouvement d'intellos qui se satisfont de leur intelligence et de leur impuissance.

Si le fascisme ou la droite plus ou moins extrême prend à nouveau le pouvoir, ils seront responsables, et mossieur Poutou en tête.

La FI, avec toutes ses imperfections,  est le seul plan "possible" de sortie vers le haut, et nier cela, c'est une fois de plus être irréaliste et  installé dans une confortable contestation de salon !!!!

Oui, je m'énerve, et je pense à ceux que j'ai connus, il y a cinquante ans, et qui ne voulaient même pas prendre le risque de s'implanter dans la classe ouvrière. Ils ont légèrement progressé dans ce domaine, mais si légèrement qu'ils ne pèsent pas plus qu'un duvet de canard !!!

Ah, passer son temps à se demander si l'URSS doit encore ou pas être considérer comme un pays communiste....je suis prête à parier que parmi eux, certains se posent encore la question !!! (je rigole et j'espère quand même que non !).

même à l'envers, Jean Jaurès, faut oser comme surnom !

Oui, mais prôner depuis cent ans.... ça lasse le public... non ?

et se présenter aux élections, c'est pas électoraliste peut-être ?

L'extrême gauche sert de repoussoir et pousse à l'abstention des couches populaires. Ce type respire les échecs politiques, la souffrance sociale, l'isolement des démunis. Mais pas d'espoir, pas de perspective, pas de lendemains qui chantent, rien...Le néant.

Et ce langage qui se veut populaire parce que grossier ou vulgaire. Mais les prolos ne parlent pas comme ça, ils font attention et reprennent leurs momes quand ils causent mal.

La bourgeoisie peut dormir tranquille avec une gauche comme ça.

Un ouvrier, ça a une bouche, pas une gueule. Les animaux ont une gueule.

Un peu de respect pour les ouvriers.

Une usine à gaz.

UN mouvement trotskyste qui a plus de cent ans d'échecs derrière lui !!!

Face à vos "grandes réussites" c'est vrai qu'on est sans voix !

De qui vous moquez vous ? Comme le disait un représentant de ce courant "Certes nous avons eu plus de matins défaits que de grands soirs glorieux, mais nous avons au moins gagné le droit de recommencer"

Et vous vous avez gagné quoi ?

Personnellement je ne suis plus "trotskiste" depuis plus de 20 ans (et le npa non plus) Mais j'ai connu pire comme fréquentation !

Exact. Parler d'échec pour Poutou résulte d'un malentendu. Mélenchon est en route pour son troisième échec parce qu'il dit vouloir  être élu et former un gouvernement, porteur d'une politique.

Ce n'est pas le cas de Poutou, un homme très sympathique, un ouvrier, qui est là.... pour rien, pour réaffirmer des principes très beaux (propriété collective des moyens de production, fin de la dictature des actionnaires, etc) que je partage absolument, et avec moi des millions de gens.

Ces millions de gens voudraient savoir COMMENT aller dans ce sens, et à cette question, le bon et brave Philippe POUTOU n'a pas le début d'une réponse à proposer.

Mélenchon, lui, a une stratégie pour aller dans le sens de l'intérêt général. Mais sa stratégie est obscurcie jusqu'à la nullité par son hybris et sa névrose d'échec. Il est monsieur MOI-MOI-MOI, tout seul, contre tous. Il est à peu près aussi dépourvu d'intelligence politique... que Philippe Poutou. Mais Poutou, lui, n'en a pas besoin ! Pour lui tout va bien !

S'il ne fait que 2%, c'est que les ouvriers ont le tort de ne pas voter pour lui. Mais pourquoi le feraient-ils ? Ce sont des petits bourgeois qui votent Poutou, pour le fun.

Perso, je préfèrerais unE ouvrièrE ! Ras-le-bol des mecs et du populisme NPA et LO. Et les employé et employées qui ont largement remplacées la classe ouvrière, qu'en disent-ils et elles surtout ? Ces 2 organisations politiques sont assises sur un mythe et attendent le grand soir. Ils contestent tout processus électoral. Donc franchement, je trouve minable de présenter un candidat juste pour faire 3 p'tits tours pour faire parler de soi ! Et à longueur, ces 2 orgas font de l'entrisme dans les syndicats pour mieux tuer toute démarche réellement syndicale au profit d'un discours politique mortifère et dictatorial. Poutou ose dire "La gauche a intégré la défaite". Il n'est vraiment pas bien placé pour dire cela. Poutou est un clown.  

"Le 3 è echec est déjà dans les tuyaux , pour faire perdre la gauche!"

Si la gauche perd, c'est pas qu'elle est mauvaise, c'est la faute à Poutou. C'est d'un niveau... :-)

Marrant sympathie un peu générale pour un candidat à la présidentielle qui annonce clairement qu’il faut désarmer la police au moment même d’un attentat.

Propos d’ailleurs qui n’étaies pas une maladresse puisque confirmé le lendemain.

C’est donc quelqu’un de « gentil » par défaut, mais bon, comme de toutes façons tout le monde s’en fout …

élection piège à con, abstention piège à con, le spectacle pourri de la campagne présidentielle bat son plein.

Ce candidat typique de la société du "spectacle" est au service du capitalisme et du pouvoir. Non seulement il sert de faire valoir à cette escroquerie présidentielle, mais ce personnage  est incontournable dans le scénario bien orchestré de cette téléréalité à gerber.

En plus, coup double, il permet de diviser et faire barrage au seul parti qui fait peur à la bourgeoisie et à qui il ne manque que quelques points pour arriver au second tour. Tout est bon pour éviter ce scénario catastrophe, pour les producteurs de ces élections fictionnelles c'est le casting idéal pour servir leur but : "plutôt Le Pen que Mélenchon"

Vous adorerez le voir raconter sur les postes de télé son couplet habituel qui vous rassure plutôt que de mettre réellement en échec le pouvoir actuel, rassurez vous, vous ne serez pas déçu, cet homme charmant avec son bagout très bankable sera invité sur tous les plateaux de la télé macroniste, il pourra tranquillement continuer à vous satisfaire, vous aurez votre spectacle pour vous,  grâce à lui vous entendrez à la télé ce que vous avez envie d'entendre sans pour autant mettre en danger les oligarques glyphosatés, bien au contraire.

Rien de plus confortant dans cette démocratie du "cause toujours" d'entendre ses propres rêves incarnés par un personnage préfabriqué pour la télé et je vous souhaite une bonne masturbation intellectuelle anti-capitaliste, vous allez vous régaler mais attention à la gueule de bois ensuite.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

"Ce sont des petits bourgeois qui votent Poutou, pour le fun."

Alors là JPB, vous allez un peu loin! Je connais personnellement les 394.582 personnes qui ont voté Poutou en 2017 , le seul petit bourge du lot était du Lot.

(bon d'accord, je vais un peu loin aussi...)

Par qui alors pensez-vous qu'ils seraient bien représentés ?

Nathalie Arthaud ? Arnaud Montebourg ? Eric Zemmour ? Xavier Bertrand ? Yannick Jadot ? Anne Hidalgo ?

Dites-nous, on est tout ouï!

Le drame est d'abord qu'ils ne soient pas présents dans l'Assemblée Nationale.

Ces millions de gens voudraient savoir COMMENT aller dans ce sens, et à cette question, le bon et brave Philippe POUTOU n'a pas le début d'une réponse à proposer.

C’est précisément la question centrale. Le premier élément est de savoir ou on va, et il y a longtemps que tu ne sais plus. Là boussole est essentielle en cas de naufrage. Mais un autre élément est de connaître les naufrageurs. Boudine nous propose de monter sur le rafiot pourri conduit par ceux la même qui nous ont précipité sur les rochers sans savoir où on va ! Évidemment ça ne marche pas... 

Il se trouve que le npa a un ensemble de réponses. Qui ne plaisent pas  pas à Boudine ? Je crois qu’on va faire sans...

la première reponse est qu’il n’y a pas de raccourcis. Les raccourcis qu’on nous propose ont une fâcheuse tendance à se transformer en impasse...

La deuxième réponse est qu’il n’y a pas de réponse sans remise en question fondamentale du capitalisme 

la troisième est que cette remise en cause ne peut pas se faire dans le cadre du shitsteme... Penser que l’on va remettre en question la cinquième république en gagnant la présidentielle est une fumisterie. De même que les institutions de l’Union européenne... 

Pour finir une question politique reste réforme ou révolution. La réponse de Rosa Luxembourg reste d’actualité comme sa formule « socialisme ou barbarie »

"poutou ne représente rien, mais explique la vie..."

Tandis que les autres ne représentent pas le capital, et n'exploitent pas la vie, bien sûr.

"UN mouvement trotskyste qui a plus de cent ans d'échecs derrière lui !!!"

Encore l'ignorance de l'histoire.

1) Trotsky, comme tous les révolutionnaires russes, a à son acquis la dernière grande conquête de l'humanité: la révolution russe.

2) Jamais aucun révolutionnaire russe ou autre n'a considéré que l'URSS était communiste. Là encore, c'est l'ignorance et l'idiotie sans limite distillée par le stalinisme. 

Enfin, comment peut-on, au XXIème siècle, ignorer des siècles d'histoire:

1) jamais et nulle part les élections n’ont arraché le pouvoir à une classe dominante, ni même permis les principales conquêtes .

2) Les soulèvements populaires, par contre, si, très souvent et sur tous les continents. Donc patience, détermination, organisation.

Même Mitterrand l'a reconnu, sur le tard il est vrai:
  »J'ai gagné le gouvernement, mais pas le pouvoir."

"Mélenchon, lui, a une stratégie pour aller dans le sens de l'intérêt général."

Un programme pour détourner la colère vers les urnes et satisfaire la soif de pouvoirs et/ou mangeoires de politiciens, oui. Mais quelle stratégie pour le pouvoir ? Aucune puisque jamais et nulle part les élections n’ont arraché le pouvoir à une classe dominante, ni même permis les principales conquêtes.

Restons concrets et réalistes. Poutou le dit clairmement: la seule alternative est un soulèvement, une révolution.

C'est dans le même texte que Rosa Luxemburg (sans "o"désolé, je suis germaniste...smile) parle du "crétinisme parlementaire" qui décrit parfaitement les politiciens de gauche. Sauf qu'ils ne sont pas crétins et qu'ils se trompent chaque jour un peu plus en nous prenant pour des crétins. 

Cela devrait nous mettre d'accord !

un-ouvrier-cest-la

Poutou n'est absolument pas révolutionnaire sinon il se réclamerait de la Commune de Paris plutôt que de Trotsky.

Nous avons eu une très belle révolution, celle des Communards, voyez ce qu'ils ont fait en deux mois.

Ce qui serait révolutionnaire, c'est que les Français reprennent le flambeau des Communards.

Je préfère les Communards aux révolutionnaires.

La référence à Georges Marchais est sinon une erreur politique concernant poutou,  en tout cas c'est une faute de goût. 

A oui et qui défend l’ouvrier aujourd’hui 

Parce que les communards n’étaient pas révolutionnaires ? Comme toutes les choses du passé, il serait ridicule de vouloir reproduire tel quel ce qui n’avait de sens que dans d’autres circonstances historiques mais il serait encore plus dangereux d’oublier les leçons de l’histoire...

voilà ce que le npa en dit : 

Actualité de la commune au XXI siècle 

Chaque génération a sa propre lecture, sa propre interprétation de la Commune de 1871, en fonction de son expérience historique, des besoins de son combat présent, des aspirations et utopies qui la motivent.

Qu’est-ce qui fait son actualité aujourd’hui, du point de vue de la gauche radicale et des mouvements sociaux et politiques du début du 21e siècle, depuis les Zapatistes du Chiapas jusqu’au Rojava libertaire, en passant par le mouvement altermondialiste ?

Auto-émancipation, pluralisme, unité

Certes, la grande majorité des militants et activistes d’aujourd’hui connaît peu de choses sur la Commune. Il n’existe pas moins, entre l’expérience du printemps parisien de 1871 et celle des luttes d’aujourd’hui certaines affinités, certaines résonances qui méritent d’être mises en avant :

• La Commune était un mouvement d’auto-émancipation, d’auto-organisation, d’initiative par en bas. Aucun parti n’a tenté de se substituer aux classes populaires, aucune avant-garde n’a voulu « prendre le pouvoir » à la place des travailleurs. Les militants de la section française de la Première Internationale étaient parmi les partisans les plus actifs de l’insurrection populaire, mais ils n’ont jamais voulu s’ériger en « direction » auto-proclamée du mouvement, ils n’ont jamais tenté de monopoliser le pouvoir, ou de marginaliser d’autres courants politiques. Les représentants de la Commune ont été démocratiquement élus dans les arrondissements, et soumis au contrôle permanent de leur base populaire.

• En d’autres termes : la Commune de 1871 a été un mouvement pluraliste et unitaire, dans lequel participaient des partisans de Proudhon ou (plus rares) de Marx, des libertaires et des jacobins, des blanquistes et des « républicains sociaux ». Certes, il y avait des débats et des divergences, parfois même des affrontements politiques dans les instances démocratiquement élues de la Commune. Mais dans la pratique on agissait en commun, on se respectait mutuellement, on concentrait le feu sur l’ennemi et non sur le frère de combat avec lequel on avait des désaccords. Les dogmes idéologiques des uns et des autres pesaient moins que les objectifs communs : l’émancipation sociale, l’abolition des privilèges de classe. Comme le reconnait Marx lui-même, les jacobins ont oublié leur centralisme auto­ritaire et les proudhoniens leurs principes « anti-politiques ».

Internationalisme, féminisme, anticapitalisme

• Ce fut un mouvement authentiquement internationaliste, avec la participation de combattants de plusieurs pays. La Commune élit à la direction de sa milice un révolutionnaire polonais (Dombrowicz) ; elle fait d’un ouvrier hongrois-allemand (Leo Frankel) son commissaire du travail. Certes, la résistance à l’occupation prussienne a joué un rôle décisif dans le déclenchement de la Commune, mais l’appel des insurgés français au peuple et à la social-démocratie allemande, inspiré de l’utopie des « États-Unis d’Europe », témoigne de cette sensibilité internationaliste.

• Malgré le poids du patriarcat dans la culture populaire, la Commune se distingue par une participation active et combattante des femmes. La militante libertaire Louise Michel et la révolutionnaire russe Elisabeth Dmitrieff sont parmi les plus connues, mais des milliers d’autres femmes – désignées avec rage et haine comme « pétroleuses » par la réaction versaillaise – ont pris part aux combats d’avril-mai 1871.

Le 13 avril les déléguées des citoyennes ont envoyé à la Commission exécutive de la Commune une adresse qui fait état de la volonté de nombreuses femmes de participer à la défense de Paris, considérant que « la Commune, représentante du grand principe proclamant l’anéantissement de tout privilège, de toute inégalité, par là même est engagée à tenir compte des justes réclamations de la population entière, sans distinction de sexe – distinction créée et maintenue par le besoin de l’antagonisme sur lequel repose les privilèges des classes dominantes ».

L’appel est signé par les déléguées, membres du Comité central des citoyennes : Adélaïde Valentin, Noëmie Colleville, Marcand, Sophie Graix, Joséphine Pratt, Céline Delvainquier, Aimée Delvainquier, Elisabeth Dmitrieff.

• Sans avoir un programme socialiste précis, les mesures sociales de la Commune – par exemple, la remise aux ouvriers des usines abandonnées par leurs patrons – avaient une dynamique anticapitaliste radicale.

Beaucoup d’aspects de cette première tentative d’émancipation sociale des opprimés restent d’une étonnante actualité et méritent de nourrir la réflexion des nouvelles générations.

Sans mémoire du passé et de ses luttes il n’y aura pas de combat pour l’utopie de l’avenir 

Pourriez-vous me donner des références pour que j'apprenne que le NPA n'est plus trotskyste. ça n'a pas fait la une de France Culture.

PS : moi aussi, je suis une perdante, et j'ai pris des pistes qui étaient des impasses .

Melenchon ne suscite pas mon adhésion délirante, mais il y a des tournants , et actuellement prendre le risque de perdre encore une fois, refuser de prendre le risque d'essayer de gagner, je trouve ça catastrophique, comme le purisme aveugle de certains avant 39/40.

vous ne pourrez pas nier sa contribution !

jamais et nulle part... on compte sur vous pour que ça continue...

Quand aux soulèvements et aux révolutions... pouvez-vous me citer un pays où ça a si bien marché que ça s'est maintenu ?

il ne s'agit pas de "fréquentations" ni de snobisme , il s'agit de savoir comment on peut établir un rapport de force pour renverser l'oppression, et l'empêcher de reprendre le pouvoir.

Si vous vous croyez dans un période pré-révolutionnaire......alors....

Je suis bien d'accord : il s'agit d'établir un rapport de force. Et de la stratégie nécessaire. Mais aussi de son objectif...

Je vois que vous ne répondez pas à ma question : vous reprochez au npa son faible bilan (ce qui est parfaitement exact) mais qu'en est il du votre ?

Quand à dire que nous soyons dans une "période pré révolutionnaire", je ne vois pas ce qui vous permet de penser que j'affirmerais cela. Personnellement, si on pense que "la révolution" est un horizon historique, alors la situation est toujours "pré révolutionnaire". Mais si vous entendez par "situation pré révolutionnaire" l'imminence de la révolution, alors vraiment, nous ne sommes pas du tout dans cette situation. Et le npa n'a jamais parlé de "situation pré révolutionnaire". On lui reproche plutot à l'extréme gauche son (relatif) pessimisme à cet égard...

Pourriez-vous me donner des références pour que j'apprenne que le NPA n'est plus trotskyste.

Le npa n'a jamais été trotskyste. C'est d'ailleurs la base du gros désaccord avec Lutte Ouvriére (qui reproche aux anciens de la LCR d'avoir abandonné la référence au "vieux")

Les bases programmatiques du npa sont résumées dans ses "principes fondateurs" : rien de trotskyste la dedans...

https://nouveaupartianticapitaliste.org/principes-fondateurs

Vous vous basez sur un passé révolu depuis longtemps pour affirmer des positions fausses... Personnellement, je ne vois pas ce qui pourrait vous faire penser à du "trotskysme"

Voila les "tétes de chapitre : je ne vois pas en quoi elles vous font penser à du trotskysme : pas de référence à la quatriéme internationale, au front unique ouvrier, à la "dictature du prolétariat" (ie ce qui fonde la spécificité du trotskysme par rapport a d'autres courants de gauche) 

Le capitalisme met l'humanité et la planète en danger

Un autre monde est possible : le socialisme du 21e  siècle 

Nos vies, pas leurs profits 

S’organiser, agir, faire de la politique, un parti pour l'émancipation 

Quand aux soulèvements et aux révolutions... pouvez-vous me citer un pays où ça a si bien marché que ça s'est maintenu 

En france (la révolution de 1789 a eu quand même un petit succés) aux usa, à Cuba, au vietnam etc etc etc

Evidemment ça n'a rien d'idéal, loin de là

La dessus je pense comme ce vieux trotskyste de Deleuze (le qualificatif de "trotskyste" pour Gilles Deleuze ne doit pas etre pris au premier degré,, c'est ironique mais je précise avant qu'un pseudo deleuzien me tombe dessus)

« Quand les nouveaux philosophes ont découvert que les révolutions ça tournait mal... Faut vraiment être un peu débile ! Ils ont découvert ça avec Staline. Ensuite, la voie était ouverte. Tout le monde a découvert, par exemple, tout récemment, à propos de la révolution algérienne : "Tiens... elle a mal tourné parce qu'ils ont tiré sur les étudiants". Mais enfin : qui a jamais cru qu'une révolution tournait bien ? Qui ? On dit : "Voyez les Anglais, au moins ils s'épargnent de faire des révolutions." C'est absolument faux ! Actuellement, on vit dans une telle mystification... Les Anglais, ils ont fait une révolution, ils ont tué leur roi, etc. Et qu'est-ce qu'ils ont eu ? Cromwell... Et le romantisme anglais, c'est quoi ? C'est une longue méditation sur l'échec de la révolution. Ils n'ont pas attendu Glucksmann pour réfléchir sur l'échec de la révolution stalinienne. Ils l'avaient.

Et les Américains ! On ne parle jamais d'eux, mais les Américains, ils ont raté leur révolution au moins autant - sinon pire - que les Bolcheviques. Faut pas charrier... Les Américains, même avant la guerre d'Indépendance, ils se présentent comme... mieux qu'une nouvelle nation. Ils ont dépassé les nations, exactement comme Marx le dira du prolétaire. Ils ont dépassé les nations : les nations, c'est fini ! Ils amènent le nouveau peuple. Ils font la vraie révolution. Et, exactement comme les marxistes compteront sur la prolétarisation universelle, les américains comptent sur l'émigration universelle. C'est les deux faces de la lutte des classe. C'est absolument révolutionnaire ! C'est l'Amérique de Jefferson, c'est l'Amérique de Tauros et c'est l'Amérique de Melville... Tout ça : c'est une Amérique complètement révolutionnaire qui annonce le nouvel homme, exactement comme la révolution bolchevique annonçait le nouvel homme. Bon, elle a foiré.

Toutes les révolutions foirent. Tout le monde le sait : on fait semblant de le redécouvrir, là. Faut être débile ! Alors, là-dessus, tout le monde s'engouffre. C'est le révisionnisme actuel. Il y a Furet qui découvre que la révolution française, c'était pas si bien que ça. Très bien, d'accord: elle a foiré aussi. Et tout le monde le sait ! La révolution française, elle a donné Napoléon. On fait des découvertes qui, au moins, ne sont pas très émouvantes par leur nouveauté. La révolution anglaise, elle a donné Cromwell... La révolution américaine, elle a donné... quoi ? Elle a donné Reagan. Ca ne me parait pas tellement plus fameux. Alors, qu'est-ce que ça veut dire ? On est dans un tel état de confusion. Que les révolutions échouent, que les révolutions tournent mal, ça n'a jamais empêché les gens... ni fait que les gens ne deviennent pas révolutionnaires !

On mélange deux choses absolument différentes : d'une part,  les situations dans lesquelles la seule issue pour l'homme c'est de devenir révolutionnaire, et, d'autre part, de l'Avenir de la Révolution. Les historiens, ils nous parlent de l'Avenir de la révolution, l'Avenir des révolutions... Mais c'est pas du tout la question ! Alors, ils peuvent toujours remonter aussi haut pour montrer que si l'Avenir a été mauvais, c'est que le mauvais était déjà là depuis le début, mais le problème concret, c'est : comment et pourquoi les gens Deviennent-ils révolutionnaires. Mais ça, heureusement, les historiens ne l'empêcheront pas. C'est évident que les Africains du Sud, ils sont pris dans un Devenir révolutionnaire. Les Palestiniens, ils sont pris dans un Devenir révolutionnaire. Si on me dit après : “Vous verrez, quand ils auront triomphé... Si leur révolution réussit, ça va mal tourner !”... D'abord, ce serait pas les mêmes. Ce ne seront pas du tout les mêmes genres de problèmes.

Il suffirait de se renseigner: Poutou, comme Trotsky, Marx et autres révolutionnaires ont toujours considéré La Commune comme la révolution la plus avancée au 19ème siècle. Mais étant matérialistes et pas hors sol, ils n'ont jamais fonctionné "au modèle" comme le Vatican.

Jamais vu une telle dégouterie pessimiste du monde. Mais je ne suis pas un millionnaire.

en iran, puis en afghansistan, les talibans...

Merci à Philippe Poutou, que je respecte, pour ce méa-culpa ! Cela fait plus de trente ans que lui, et ses camarades, portent la révolution, alors que nous ne sommes même plus capables d'organiser des manifestations pour faire reculer ce pouvoir plus fort de jour en jour !

L'abstention n'est pas une victoire, mais une défaite, puisqu'elle permet l’élection d’une minorité par une minorité !

Ce sont toujours les contre-révolutionnaires de Thermidor qui tiennent la queue de la poêle.

J'ai parlé du renversement de la domination de classe, ce que l'on appelle une révolution.

Ensuite il faut défendre cette révolution, en tirant là aussi les leçons de l'histoire, la première étant la lutte contre toute recomposition d'une caste politicienne.

Mais ce n'est pas des actuels politiciens qu'on peut attendre la moindre réflexion sur la façon de défendre une révolution, qu'ils soient staliniens sociaux démocrates...

Ce sont eux, qui après avoir tout fait pour détourner le peuple de la révolution, entendent  la mettre au service de leur pouvoir et/ou mangeoires. Contrairement à ce que des idéalistes imaginent, la société sans classe est un combat permanent. Et les luttes politiques ne disparaitront jamais. Contre l'imbécilité et toute forme d'oppression.

+++

Une opération de diversion de plus !!!  Grotesque et creux, toujours les mêmes généralités.

Non prendre 1 ou 2 points qui peuvent manquer, c'est tout. Pas une question de favori mais de réalisme... vous ou tous ceux qui voteront Poutou conforteront un peu plus Macron, c'est tout. Et sur le fond alors là !!! Un programme où est il ? Crédible et réalisable sûrement pas !!!

Merci, cette mise au point importait. Je suis plutôt d'accord avec le commentaire de Saccadi ci-dessus, mais suis bien conscient que les vôtres sur d'autres fils ne vous situent pas précisément dans le camp des à droite-toute, loin de là.

Procès d'intention pour procès d'intention ;-) : je ne sais vraiment pas quel sera mon vote, ou non-vote , au printemps prochain. Je ne suis pas le seul, et c'est la 1ère fois de ma/notre longue vie d'électeur... convenons que c'est significatif de l'atmosphère pas très saine du moment.

Concernant Philippe Poutou, je l'ai entendu évoquer très clairement hier soir (entre autres soirs) le thème du "réalisable". Lucide comme toujours, et en termes de crédibilité bien au-dessus d'une mêlée de plus en plus cafouilleuse     

Toutes les excuses sont bonnes pour détourner le regard des insoumis, des questionnements pourtant indispensables, concernant les VRAIES raisons des échecs répétés de leur "champion" ! 

Un adulte,  qui n'assume jamais ses erreurs n'en tire aucun enseignement pour éviter de les rééditer, de ce fait, c'est une personne qui recule au lieu d'avancer, et qui rage en rendant systématiquement, les autres responsables de son manque de clairvoyance  ! 

Une personne de ce type ne peux que renouveler, encore et encore les mêmes erreurs, comme le fait Macron... En 2017, c'était la faute d'Hamon, et en 2022, ce sera de la faute de tous ceux,  à la  gauche de l'échiquier politique qui feront moins que lui ! 

La seule raison pourtant de son score est simple,  pour une grande partie de l'électorat  ;

- "je ne veux pas voter Mélenchon !"

Peu importe la raison  ; que ce soit à cause du personnage clivant, à cause du contenu du programme, à cause de la propagande FI , à cause des trolls insoumis partout sur les reseaux sociaux, parce que j'ai un autre choix ou que je refuse de voter...Peu importe, les électeurs exercent librement, n'en déplaise à ce monsieur,  leur droit de voter ou pas, et ils ne le font pas dans l'unique but "de faire perdre Mélenchon" (sic)  ! 

Le monde politique, les campagnes electorales, malgré son "aura" de tribun, et malgre se qu'il semble croire, ne tourne pas qu'autour de Mélenchon  ! 

Parmi ceux qui en 2017 on voté utile anti-Macron, beaucoup ont dû se faire violence jusqu'à la dernière minute pour glisser un bulletin Melenchon... Pourquoi étais-ce si difficile  ? 

Pour trouver la réponse, il aurait déjà été necessaire de le reconnaitre ce vote utile, au lieu de le renier, et de prétendre, en niant l'evidence,  que le score 2017, était à 100 %  d'adhésion ! 

Un vote utile est fluctuant en fonction de la situation.

Le flingage du vainqueur de la primaire de gauche, par les socialistes hauts de cordees, a transformé une partie du vote d'adhesion hamoniste en vote utile Melenchoniste, tous les personnes un tant soit peu politisée le savent...Il faut vraiment faire preuve de mauvaise foi pour refuser cette evidence, confirmée par tous les scores fait par la FI depuis.

******

Je propose une solution pour faciliter la victoire de Melenchon en 2022, c'est faire comme en interne et comme le soutien en ligne, une élection a candidat unique en comptabilisant le vote blanc comme exprimé,  et en rendant le vote obligatoire...

Ben je parie que même là,  il n'arriverait pas à atteindre les  50 % necessaires pour gagner, et ce sera, bien entendu, la faute au vote blanc...

Arrêtez de raconter n'importe quoi. Même si dans la bêtise la palme revient tout de même à l'ouvreur des commentaires...

En 81 il y avait SEPT candidats de gauche, oui SEPT ! Mettre l'échec de la FI et Mélenchon sur le dos de Poutou, c'est très fort de café !!!

Pour ma part je pense que Mélenchon peut tout à fait arriver au second tour malgré la présence de Poutou et de Arthaud. Déjà quand Montebourg aura obtenu la promesse d'une place il se retirera. Ensuite quand Hidalgo verra qu'elle reste bloquée à 5% elle fera de même.

Enfin, quand les "débats" médiatiques commenceront, la verve de Mélenchon et ses démonstrations lui feront gagner pas mal de point, comme d'habitude. Pour qu'il soit élu, il lui faut parvenir à ramener aux urnes le plus d'abstentionnistes possibles.

Je ne vote plus depuis 2007, Poutou serait mon candidat de coeur, Mélenchon sera mon candidat de raison. Raison qu'il faut cependant garder : sans mobilisation populaire forte et critique, Mélenchon ne pourra rien faire une fois élu, ce que Poutou explique bien.

Poutou peut se permettre d'être honnête parce qu'il sait qu'il ne gagnera pas et s'en fout en sus. 

Pour ma part, je m'en fous de Mélenchon. Par contre le programme de LFI m'intéresse beaucoup parce que c'est le plus complet, parce qu'il est démocratique et qu'il pourrait servir facilement de base à un programme antilibéral européen. Même nombre des propositions sociales de Marine se retrouvent dans AEC, comme la retraite à 60 ans.

Il faudrait voter Mélenchon alors qu'il fait du gringue à Montebourg et à Roussel ??????

Moi, ce sera Poutou. Mon vote ira à ma "classe" sociale !

J'aime beaucoup Philippe Poutou, mais je ne voterai pas pour lui car c'est parfaitement inutile.

M'enfin Verson!! voulez-vous insinuer que tous ceux qui ont des chances de gagner sont malhonnêtes? Et qu'en foot y' sucent? Rhooooô ben merdralor...

https://rmc.bfmtv.com/emission/philippe-poutou-critique-la-liesse-populaire-autour-des-bleus-sur-rmc-si-on-n-est-pas-content-on-est-un-mauvais-francais-1488184.html

  • Nouveau
  • 18/10/2021 19:22
  • Par

Pas de primaire, pas de remise en question, Arlette , Poutou and co , juqu"au cimetière!

Arlette ! J'ai suivi sa consigne de vote en 2002, lors du second tour de la présidentielle. Je m'en suis souvenu en 2017 et je m'en souviendrai l'année prochaine.

Excellent ! Merci Fred !

Goo.d Philippe !

...rapaces, colons, les riches sont malins...

...les pauvres sont cons...

Ceci dit quand même je ne serais pas tout à fait d'accord sur l'aspect délétère de la colonisation exemple à l'appui le vin en Algérie : ce sont les colons qui ont amené le travail de la vigne et je ne saurais trop conseiller un boulaouane en accompagnement d'un tajine ou d'un franco franchouillard bœuf aux carottes; le Chinon peut aller se rhabiller...

Bratislava, Lover Lover Lover , Leonard Cohen, © albertnoonan

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

*****

Le sujet de la présidentielle, ce n'est pas de voter pour quelqu'un qui représente ses idées (pour cela, il existe d'autres scrutins, à commencer par les législatives), mais de désigner l'homme (très éventuellement la femme) omnisciente, omnipotente, décidant de tout pour 5 ans, parmi deux finalistes.

On ne peut donc perdre sa voix sur des candidats "de témoignage". Plus que jamais il s'agit de battre l'ensemble des droites, et pour cela vu la faiblesse actuelle des gauches dans les urnes, il faut se concentrer sur un unique candidat. Poutou si vous voulez (je n'ai rien contre), sauf qu'on sait qu'il n'a aucune chance de dépasser 2%.

A moins que vous n'en n'ayez rien à battre qu'on en reprenne pour 5 ans de macrono-barniérisme, avec une réforme des retraites qui cette fois va passer beaucoup mieux qu'une lettre à la poste (privatisée). Ou que vous mettiez les écolos dans le même sac que la droite, et que seule la lutte et la grève générale vaincront. Bon courage, et rendez-vous dans 250 ans pour le Grand Soir.

Notons que sous une présidence de gauche "molle", la NPA aura moins de difficulté à faire progresser ses idées, que sous une droite dure qui sort les matraques dès qu'elle voit 2 personnes dans la rue en réunion illégale. Et que, contrairement à une opinion répandue chez certains militants de gauche, les idées de gauche ne progressent pas plus sous un gouvernement de droite dure - au contraire ! Sinon, la Pologne, la Hongrie et quelques autres (Brésil, Philippines) seraient déjà entre les mains du peuple, et auraient éradiqué le capitalisme.

C'est de l'humour noir, je suppose...

Comme aurait pu dire un ami à moi, le bilan des colonisations est TOUJOURS globalement négatif, et ce n'est pas parce que des colons ont réalisé des choses dans leur unique intérêt à eux, et que ces petits progrès ont pu bénéficier incidemment aux colonisés, qu'on doit leur rendre grâce ! Y compris en matière de vin.

Car les dégâts les plus importants de la colonisation sont souvent invisibles (ça ne se compe pas en km de route), elles ont entaillé les sociétés dans leur chair, crée des hémorragies internes qui n'apparaissent jamais à la surface, et dont ces sociétés mettent du temps à se remettre.

Tiens vous dites ici le contraire de ce que vous m'avez répondu plus haut dans le fil !!! Moi comme vous je ne souhaite pas attendre 250 ans le grand soir et donc....

Renseigne toi mon gars... On cultive la vigne et le vin en Algérie depuis l'antiquité...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Viticulture_en_Alg%C3%A9rie

pensez-vous que la période est à "fermer les yeux" ?

Le Boulaouane, quels souvenirs avec les copains au couscous. Quelle cruauté de me rappeler mon âge et me fruster quand bloqué à la frontière Brésil-Guyane depuis un an 1/2, je galère à trouver du bon vin. Je dénonce ce message à la modération pour cause de cruauté mentale... 

auraient éradiqué le capitalisme.

encore une fois, ce n'est pas le capitalisme qu'l faut éradiquer mais le libéralisme. L'artisan est propriétaire de ses moyens de production et peut louer la force de travail d'un ouvrier ou d'une vendeuse... et est donc capitaliste. Je veux bien qu'on l'envoie au goulag, mais dans ce cas il n'y aura plus que les grandes surfaces pour fournir de la viande et on devra racheter tout ce qu'on ne peut plus réparer, faute d'artisans.

Ce n'est quand même pas la première fois qu'on a cette discussion. Dénoncer le capitalisme au lieu du libéralisme est une faute politique énorme parce qu'elle fait fuir de nombreuses personnes qui ne se retrouvent pas dans ce message qui leur parait porteur des joies de Staline ou Pol Pot ... :o) Mal nommer une critique c'est la desservir.

Il est vrai qu'avoir fait supprimer toutes les cultures traditionnelles (en faisant ainsi perdre tous les repères indispensables pour d'autres cultures pendant des générations) au profit d'un pinard pour la France, c'est très positif. Surtout que l'immense majorité des Algériens ne boit pas beaucoup de boulaouane.

Intérêt pour eux bien sûr mais aussi les rails pour ceux qui ont repris et continué le travail pour ce vin qui fleure bon le soleil... 

Ah mon gars en effet la vigne est phénicienne et puis romaine avant de péricliter avec les musulmans qui comme vous le savez peut être consomment peu le vin..Il semble même qu'à une époque l'Algérie était en tête des exportations d'un vin excusez moi de la répétition qui gagne à être connu

Quand j'ai demandé au père de ma copine à Casa, qui était un religieux, de m'expliquer pourquoi le Coran interdit la consommation d'alcool, il m'a cité la parabole du croyant à qui on donne le choix de profaner le Coran, tuer son voisin ou violer sa mère. Bien embêté par ce choix, l'individu de se réfugier dans le vin pour gagner du temps et ensuite .... commettre les trois péchés. Ce n'est pas un argument à verser au débat, juste une parenthèse souriante...pour que ces forums deviennent enfin n haut lieu de la Culture ... Hein ? Comment ? Y a du boulot...? ah oui je sais, même Hercule y aurait renoncé... :o)

Peut -être pas mais il se vend bien et avec l'argent récolté on peut s'acheter du kif plus dans la culture berbère je vous l'accorde, personnellement je prise les 2...

Ben Harper- Excuse Me Mr. / Burnin' And Lootin' (Multiple Live Versions, 1997-2012 / Audio Only) © Raphael Cohen

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

5 ANS DÉJÀ, POUTOU NOUS REVOILÀ ! yell

Vous voulez dire 110 ans déjà ?

L.O et le NPA sont des caricatures vivantes qui ont fait leur la philosophie SHADOCK :

plus ça rate plus on de chances de gagner ! wink

Hormis le questionnement si il faut y aller ou pas. Je n'ai aucune certitude...

Et bien pour une fois qu'on nous demande notre avis, je suggère à touteszetous de répondre à ce questionnaire...L'Assemblée nationale lance une consultation citoyenne en ligne pour comprendre les raisons de l'abstention aux élections. Ils se torcheront sans doute le cul avec les réponses comme d’habitude mais l’exercice est tout de même très important puisque les résultats seront rendus publics.

https://assemblee-nationale.limequery.org/848176?fbclid=IwAR1QBjFzuabhVCahryQY4_D3SWiChnrrQYN3Qffo75n5xOXA2HQEI-isFSE

Faut être sacrément fortiche pour reconnaître l'honnêteté dans un visage ou un regard... Ceux qui se font escroquer par des bonimenteurs beaux gosses comme l'était feu notre ami Tapie sont donc bien cons... ou bien myopes. :o)

En fait le problème c'est qu'on croit voter pour les propos et on ne fait que voter pour un individu dont on ne sait pas grand chose. Cas emblématique que fut, à mon avis, Mitterrand, roi des escrocs. 

Faut-il qu'ils soient cons et déconnectés pour demander à des gens qui s'en foutent pourquoi ils s'en foutent. En dehors du fait qu'il ne faut pas être sorti major de l'X pour savoir que ce sont justement les politiques qui sont source de la désaffection démocratique, leur questionnaire est à peu près du même niveau que celui qu'on distribuerait à la sortie de la messe pour interroger les athées. Ils feraient mieux d'aller sur les marchés et dans les grandes surfaces parler avec les  gens. Vraiment trop cons et trop paumés, ces politiciens ! A dégager. 

Bah, qu'est-ce que vous croyez? évidemment que je suis fortiche! undecided Vous ne savez pas à qui vous vous adressez? cool

Non mais plus sérieusement et sans partager complètement votre point de vue sur la myopie de certains (et je préfère vous laisser à votre appréciation très personnelle du physique de feu B.Tapie), il semble tout de même évident qu'on ressent plutôt bien quand quelqu'un parle avec une relative transparence et qui se distingue de ceux qui savent dissimuler leurs réelles intentions. 30 ans de travail dans les métiers du théâtre, croyez-moi, c'est très formateur pour détecter sans trop se tromper, la sincérité d'un discours, les signes morphopsychologiques qui accompagnent sa profération, son élocution. Bien des menteurs ont tendance à en rajouter, à parler plus fort que la normale: ce ne sont là que de rapides exemples. 

Vous n'êtes en effet pas obligé de partager mon avis, il suffit de l'écrire posément, sans rabrouer vos interlocuteurs: vous n'en serez que plus "entendu".

winkcool!!!!

Vous n'avez sans doute pas tort dans votre scepticisme quant à l'hypothétique utilisation qui sera faite de ce questionnaire, mais reconnaissons-lui au moins le mérite d'exister.

En tout cas, je vous remercie de me l'avoir signalé: j'ignorais tout de cette initiative (comme quoi, il y a encore du chemin à faire pour que tout citoyen un tant soit peu curieux ou éclairé soit correctement informé) et je reviens tout juste d'avoir terminé d'y répondre. Bien à vous.

"Et bien pour une fois qu'on nous demande notre avis"

Un grand merci à vous pour le lien. J'ignorais tout de cette consultation car je n'entends que parler de Z partout et du matin au soir, sur tous les médias audio ou TV.

À la question : "Selon vous, quelles autres mesures (en plus de celles que j'avais données plus tôt) pourraient améliorer la participation électorale", voici ma réponse :

- Pour les assemblées : la PROPORTIONNELLE quasi intégrale (à 90%).

- Pour les présidentielles, un décompte du temps de parole du président (qu'il se soit déclaré ou pas), 6 mois avant l'élection.

- Payer les élus au salaire moyen des Français. Sinon, ils ne peuvent savoir ce que c'est de boucler laborieusement une fin de mois

- Faire cesser les privilèges monstrueux de certains élus, dont le président (copier sur le modèle des chanceliers allemands qui payent leur loyer, leurs habits, voyagent en train ou vols commerciaux, etc etc). On ne dirait franchement pas que 1789 est passé par là avec la fin des privilèges !

Ayant eu toute ma vie, propension à me faire baiser et être cocu, je suis donc preneur d'une offre de stage de quelqu'un qui est formé à la détection des escrocs. Si avec le certificat de fin de stage vous me rendez 30 ans de vie pour que je puisse faire usage de la formation, la ce sera top. Certes je baiserai moins, mais quelles économies je vais faire... :o)

Ceci dit, excusez-moi de vous avoir donné l'impression de vous rabrouer, je ne voulais que vous ramener à la hauteur des gens qui se font si facilement baiser et Tapie a été un orfèvre en la matière. Maintenant quant à ne pas le trouver beau gosse, ne seriez-vous pas un peu jaloux, tant il me paraît difficile de contester cette facette de séducteur intimement liée à ce que fut son talent ? :o)

Payer les élus au salaire moyen des Français. Sinon, ils ne peuvent savoir ce que c'est de boucler laborieusement une fin de mois

Pour ma part, j'ai toujours plaidé pour l'indemnisation des élus sur leur dernière déclaration de revenus. Si d'après Aristote la politique ne doit pas enrichir l'élu, elle ne doit pas non plus l'appauvrir. 

D'autant que je plaide pour la démocratie directe et pour un parlement élu ou tiré au sort pour simplement s'assurer de la bonne exécution des décisions citoyennes, donc limité au strict nécessaire. Plus la suppression du sénat, sacrées économies en perspective.... :o)

Pauvre homme, vous n'avez pas les facultés cognitives d'identification des expressions qui nous font distinguer par exemple l'actor studio de l'amateur ?? êtes vous autiste ??

le pire c'est que je connaissais pas ce sondage (bien fait)

Tout à fait d'accord.

Par contre, il est dommage que la gauche (la vraie) n'ait pas su profiter après 2017 de l'affaiblissement MOMENTANEE de la sociale démocratie (devenue progressivement socio-libéralisme sous DSK puis Hollande) pour inverser le cours des choses. Momentanée, car ce courant reviendra à la surface, telle une rivière qu'on croit définitivement perdue dans les méandres calcaire, et qui resurgit là où l'on ne l'attend pas (écologie "réaliste", par exemple)

Depuis 1973, la sociale démocratie a dominé la gauche, l'entraînant dans sa totalité, pour le meilleur (81-83) ou le pire (Hollande-Valls-Macron-El Khomri). Et la gauche de gauche, trop affaiblie, ne pouvait au mieux que suivre - un PCF qui se traînait lamentablement sous les 5% sans pouvoir se faire entendre d'un peuple qui croyait encore dans la volonté réformatrice du PS.

Cette fois, on avait l'occasion que, au sein de la grande famille recomposée de la gauche, la vraie gauche, de transformation, puisse être le moteur, le centre de gravité. Hélas, un Bonaparte de bazar, pourtant très instruit, passionné, sincère et courageux, mais trop dépendant de ses nerfs, a tout gâché. Il s'est pris au piège de son propre rôle d'homme providentiel - à l'origine pour lui un rôle de composition pour infiltrer les rouages délétères de la V° monarchique.

Au lieu de vouloir de manière utopique "fédérer le peuple" (lequel ? Le peuple qui dit voter Zemmour ?), il aurait mieux fait de fédérer la gauche. Et quand je dis "fédérer", ça veut dire respecter chaque sensibilité de gauche, et non chercher à les écraser en imposant un brutal ralliement sous son panache - même s'il n'en manque pas.

Et visiblement, de scrutin perdu en déroute électorale, on ne change pas une stratégie qui perd depuis les européennes. De "citoyens auto-organisés" à "union populaire", c'est la même volonté de s'imposer seul à gauche contre tous les autres, en enjambant tout le travail fait depuis des décennies par des militants de terrain, politiques, associatifs, syndicaux. Une attitude qu'on avait l'habitude de trouver plutôt à droite, voire à l'extrême-droite...

D'avance, la droite, de Macron et Philippe à Wauquiez voire Z, peut remercier Mélenchon pour le fossé qu'il ne cesse de creuser entre deux gauches pas nécessairement irréconciliables, pour peu que chacun y mette du sien. En Espagne, Podemos a su s'allier avec le PSOE, pourtant guère meilleur que notre PS (Sanchez aurait préféré s'allier avec les Marcheurs de Ciudadanos), afin que le pays s'engage sur une voie un peu plus progressiste, même si l'on reste loin d'un gouvernement franchement de gauche.

A trop vouloir tout tout de suite, bien souvent on perd même le peu qu'on avait. Si la droite repasse, c'est clair cette fois ce sera la fin de la retraite par répartition, et il sera impossible d'y revenir. Et plus on tardera, plus il sera compliqué de revenir sur les lois/ordonnances El Khomri/Pénicaud. Quant à la transition écologique, ce seront 5 nouvelles années cruciales perdues.

Bien souvent, de petits pas immédiats permettent plus efficacement de se rapprocher d'un but lointain (l'éradication du capitalisme), que s'imaginer tout bousculer d'un seul coup.

Allier les gauches ? Vous faites encore une confusion à mon avis. Il ne peut y avoir de gauche libérale et on ne peut allier un libéral et un antilibéral. Regardez ce qui va se passer à l'ED. Je remarque que les journalistes commencent enfin à s'intéresser à la position économique de Zemmour qui évacue le sujet d'un cinglant "le libéralisme, ça ne veut rien dire". Zemmour va se retrouver dans un grand écart douloureux dès qu'il va se retrouver face à des mecs couillus en économie et dominant bien les chiffres de l'INSEE. Et à mon avis la seule stratégie de Marine c'est de s'enfoncer dans le social et la contestation du modèle libéral que représentent Zemmour et Macron. Encore une fois, il faut sortir du gauche vs droite pour s'intéresser au débat libéralisme vs démocratie parce que c'est la qu'on peut intéresser les gens, car c'est le sujet qui les concerne. 

La grande erreur de Zemmour et Marion, c'est de ne pas associer leur nationalisme à l'antilibéralisme. On ne peut plaider pour l'ouvrier contre l'immigré et dans le même temps ne pas dénoncer un système qui ne permet pas de financer les indispensables dépenses sociales dont a besoin l'ouvrier On ne peut cajoler l'ouvrier et cajoler les grands patrons. 

Je crois que vous ne comprendrez jamais rien à ce qui compose ce que vous appelez "la gauche". (À moins que vous ne faisiez semblant, rien que pour tirer sur LFI.)

VOTRE gauche, elle va :

Du libéralisme débridé à la Hollande-Valls (à la botte de Macron), du petit doigt sur la couture aux traités européens qui nous détruisent, d'un refus d'une fin d'un président monarque tout puissant, d'un refus de tout changement de système électoral, d'une police dirigée comme on sait, etc etc

à

Le programme de L'AEC  (approuvé par 60 à 93% des Français selon un sondage).

Trouvez-nous donc une ou deux propositions de ce programme qui satisfasse VOTRE gauche ? 

Et même si vous en trouviez 2, cela suffirait-il comme "programme commun" avec vous amis alors que tout le reste constitue une divergence FONDAMENTALE dans les buts à atteindre ?

créer des martyres?

pourquoi des martyrs? non je parle d'idées

Non. Mais en effet, un militant révolutionnaire sait qu'il va en prendre plein la tête et pour pas un rond.

Cela fait partie du programme.

Et un candidat révolutionnaire, évidemment, il est là pour aller au feu. "Dar la cara" comme on dit en Amérique Latine.

C'est vrai, les roues de l'Histoire sont de chair et d'os, mais ce n'est pas en se couchant qu'on gagne des batailles ou qu'on change le monde, ni qu'on résiste.

A la tienne, Poutou. Bon courage, et tu n'en manques pas.

Pas mal vu

Du reste, j'ai toujours considéré les gauchistes (dont je ne partage pas les vues) comme un aiguillon indispensable pour la gauche. Mais l'idée qu'un candidat d'ultra-gauche puisse servir de repoussoir est excellente.

Hélas, autant un candidat provocateur comme Z est assuré du total soutien de son patron Bolloré, autant les médias font des courbettes pour l'inviter, autant un tel candidat d'ultra-gauche serait snobé par les médias. Et pour peu que, comme vous dites, il propose d'assassiner des patrons, il tomberait vite sous le coup d'une loi d'urgence, avant même d'avoir pu passer dans la moindre émission télé de 2h du matin.

Du reste, voyez comme l'extrême-gauche, en dehors de la pré-campagne présidentielle, ont du mal à se faire entendre. Leur seule possibilité serait d'arriver à mater les réseaux sociaux en leur faveur, ce qui est un peu contraire à leur philosophie (je présume que les gauchistes méprisent les réseaux sociaux encore plus que moi, et c'est pas peu dire).

Je pense que vous vous trompez. Les médias font dans le fric et l'audience plus que dans l'idéologie. Si Poutou cartonnait dans les sondages, Bolloré le ferait inviter par Cnews.

Je préfère un candidat qui se revendique Communard plus que révolutionnaire.

Si Poutou cartonnait dans les sondages, Bolloré le ferait inviter par Cnews.

Cnews a commencé à promouvoir l'extrême droite bien avant qu'elle soit à la mode...  

Poutou tue. Mélenchon capitule. Jadot gagne. 

Tous intransitifs ?

Haha Jadot gagne !! Hahargh... Je m'étouffe... 

Respirez… ici, les verbes deviennent intransitifs ! On est donc loin d’un Poutou tuant la police, d’un Mélenchon négociant sa reddition, d’un Jadot gagnant les présidentielles. Néanmoins, ces sujets semblent "transitifs". Par exemple Mélenchon & Jadot:

https://melenchon.fr/2021/10/13/dialogue-avec-jadot/

Mais si les extrêmes (Poutou / Jadot)  ne se rejoignent pas, quelle transition entre Poutou & Mélenchon ? 

"Tuer": intransitif, désormais?  "Gagner" aussi? surprised

Mince! l'Académie française a encore oublié de me prévenir! embarassed

Oui, saccageons la grammaire prescriptive.

Non, l’emploi intransitif ne suffit plus aux verbes tuergagner et négocier. Car Mélenchon ne capitulera pas mais négociera - se demander quoi serait impolitique.

Ha ha ha, en effet! Vous êtes raccord avec Philippe je l'ai trouvé particulièrement lucide à propos du chef des Insoumis; très poli mais très justement vachard éclairé, disant tout haut ce que bien des gens pensent tout bas, parmi le menu fretin des politiciens. Un peu comme vous, quoi, mais par sous entendu plus que dans le porte-voix militant.

Je gage que vous voudriez alors, comme moi, être non-ministre dans le futur non gouvernement de Poutou... cool

Mon ironie me joue des tours : si Mélenchon négocie… disons sans objet, c’est qu’il y va d’une action qui lui est propre: son état de grâce, perdu par son "orgueil" mais recouvré par une certaine… dormition.

Au bon moment (les "vrais" sondages faisant foi début 22), Mélenchon passera le témoin à Ruffin qui fera sa vie de Populiste littéraire en agrégeant tous les fragments de gauche. Car s’il est vrai que la Sainte Vierge n’a pas négocié sa Dormition, pourquoi Mélenchon le ferait ?

En tous cas, c’est fou ce que mon scénario de septembre 2020 m’amuse. Je pensais que Jadot (tombeur de Piolle et Rousseau) y mettrait fin - à la poubelle ! Mais non… je crois que ça marche.

https://blogs.mediapart.fr/jean-guinard/blog/070920/pour-la-presentation-tactique-de-melenchon

Ah bon : il veut parler de l'Union européenne ?

ah ah, bien vu!

et merci Macron, l'argent ruisselle! il n'y a plus de gauche ni de droite! merci aussi pour l'écologie et le climat!  pour vos initiatives en matière de Paix! Le monde entier nous envie!

Le cri du cœur d'un gavroche. Excellent.

vous pouvez rajouter pour ce qui est de tuer, violer, commettre des agressions sexuelles sur les femmes et les mineurs des deux sexes ; Des pères, Des frères, Des supérieurs hiérarchiques ou hommes ayant des métiers où ils peuvent exercer leur pouvoir, ......de tous milieux professionnels

Si on avait voulu afficher toutes les saloperies rendues possible par le système patriarcal ce n'est pas un mur qui aurait suffit mais toute la ville. 

Il y a  un groupe de femmes qui affiche le nom de tous les victimes de femminicide Ca fait du monde...

5d7513b32400002d2277c719-jpeg

Nous sommes d'accord.

C'est quoi la "Gauche" ? Jadot et Hidalgo sont de centre droit.

"Au lieu d'affaiblir une dynamique de campagne à gauche qui s'amorce"...

Vois avez fumé quoi?

Allons Gérard, un petit effort, si si regardez un peu plus à gauche, voyez y'a encore du monde, si si... 

il est lucide et les gauches savent que c'est pourri pour 2022,

la différence c'est qu'il élève le débat pour une élection de président qui n'a plus de sens

aujourd'hui ,   

et  Fred Vuillaume est à nouveau passé au commissariat pour manif non autorisée ....

La gauche ? De quoi parlez-vous au juste ?
Du PS ? qui s'est empressé de détruire le code du travail et d'armer la police quand il était au pouvoir ?
Des Verts ? un coup alliés avec la droite, un coup avec la gauche et dont le candidat refuse de reconnaître ce que l'IGPN reconnaît statistiquement elle-même, à savoir que la police tue ?
LFI ? dont le dirigeant principal refuse de tirer le bilan de cette gauche, qui a privatisé des outils publics comme France Telecom après avoir promis de ne pas le faire si le personnel s'y opposait ?

Ce sont tous ces mauvais coups qui ont créé la division et sont à l'origine de la dispersion que vous déplorez.
Tous ceux et toutes celles qui ont connu le 10 mai 1981 savent que la gauche avait des moyens extraordinaires de "changer la vie" (selon le slogan du PS alors). Elle a fait exactement le contraire.
Elle a eu une deuxième chance en 1988 et elle a lancé les privatisations.
Dans la foulée de 1995, elle est revenue au pouvoir, "plurielle", et elle a continué de privatiser. Mieux, elle a renforcé le pouvoir présidentiel en mettant fin aux possibilités de cohabitation.
En 2012, elle a commencé par des promesses avant de finir par propulser Macron à la présidence après s'être lancée dans une guerre néo-coloniale au Mali, avoir voté des lois liberticides dites "anti-terroristes" et pondu la "loi-travail" à la grande satisfaction du patronat.
Voilà la capitulation.

Tout ce que vous voyez autour de vous a été façonné par cette "gauche" affairiste, vendeuse d'armes et trahissant des peuples étranglés comme les Grecs, marche-pied de la droite et de l'extrême-droite, qui n'ont plus qu'à poursuivre son programme réel.

Poutou est un bol d'air dans cet océan de médiocrité et d'arrivisme. Il est l'expression la plus vivante de ce que désirent profondément tous les vrais militants de gauche, de ceux qui quotidiennement prennent des risques face à leur patron, face à la justice, face à la police, qui défendent sans la moindre hésitation le SDF ou le sans-papier menacé d'expulsion du territoire.

La question n'est vraiment pas de savoir quel bobo de gauche sera le mieux à même de pouvoir devenir le gérant des affaires politiques de la poignée de milliardaires qui pillent notre monde. La question est de savoir quand en finira-t-on avec cette mascarade. À quand, enfin, la démocratie et, comme le dit la chanson, "la République de la justice et du travail" ?

Si votre gauche défendait des idées de gauche, moi qui suis de , je voterais pour elle.

Mais après m'être fait couillonner nombre de fois, j'estime que la fois hollandaise a été la fois de trop. 

Les deux derniers ministres de gauche dont je me souviens le mieux sont Valls et Macron. Rien que de me remémorer cela, il me faut de toute urgence un seau pour vomir ! 

Je pense que Poutou a raison. Mélenchon, à mon avis, sait qu'il ne gagnera pas et ne sera même pas au second tour, donc il conduit sa campagne pour rester le meilleur opposant de la gauche. A mon sens c'est autant par mégalo que par calcul qu'il refuse l'union et mieux de se désister.

whaoouuu. Super Yves. Vous devriez publier plus souvent. 

"Au lieu d'affaiblir une dynamique de campagne à gauche qui s'amorce, quelle contribution compte t-il apporter à la lutte commune de la Gauche contre la droite et l'extrême droite?"

Poutou (ou Athaud) s'en fiche totalement d'affaiblir une campagne à gauche puisque, pour lui, seule une révolution peut changer quelque chose. Le reste n'existe donc pas.

C'est là tout le manichéisme de l'extrême gauche qui ne dépassera jamais 2% aux élections. Même si 2% des Français pour déclencher la révolution, ça risque de faire un peu just... Et pas sûr que les 2% qui votent auraient le courage de prendre les armes ou simplement de se lancer dans des grèves illimitées. Donner sa voix est moins risqué et fait moins mal.

Ce qui n'ôte rien au côté sympathique du personnage.

N. Artaud de LO fait moins en pourcentage que le Parti animaliste...

Cela devrait l'interroger ainsi que P. Poutou (qui a un peu trop l'air blasé malgré son côté très sympathique)

Tous les Poutou, Artaud et Mélenchon devraient ensemble se rassembler sous la bannière des Communards.

Ah ce serait bien! smile

que tous ceux qui triment depuis des siècles, pour le très grand confort des plus riches de toute la planète, soient enfin considérés pour ceux qu'ils sont et reçoivent enfin les compensations qu'ils méritent!

pas de défaite , respect car il y va alors qu'il n'en avait plus envie ....

Le militantisme c'est du  courage .

Le problème des marxistes, communistes, trotskistes, maoïstes français est qu'ils ont totalement   occulté notre Commune de Paris. Ils auraient mieux fait de s'inspirer de son fonctionnement plutôt que de vénérer les dictatures communistes.

Les PC, NPA et ligues machin doivent abandonner leurs idéologies et devenir de vrais Communards.

Vive les Communards de Paris, de Limoges et de Marseille.

 

0b389f61-3d6f-49ad-a2c5-1051fadb4e5b

Cela fait depuis 60 ans que j'entends ce discours et nous en sommes toujours au même point.

nouveau                  jlmfi, 

Par-delà leur sévérité, donnons les points d'accord, là où il y a une contradiction  objective  du NPA - et LO  (car il s'agit de “l'élection“, en vérité, d'un "Bonaparte").

""" la candidature du NPA est une erreur stratégique ...  (car il s'agit d'une) élection indigne d'un pays démocratique """

""" La candidature de quelques leaders de gauche  (donc d'un leader NPA) cautionne ce régime et finit en réalité par une participation à la mystification """

""" Participer à cela constitue un aveu d'impuissance   (donc du NPA ?)  à organiser les luttes, à les faire converger."""

""" La contradiction de Poutou ... est de simuler une aspiration au pouvoir central alors que ... son engagement ... repose sur la conviction que l'élection est toxique dans ces conditions imposées. """

Il eut été bon de la part de MDP de vraiment le lui signaler ...

De plus, l'erreur et la contradiction, valables pour tous les autres  (LFI inclus),  est de mettre en avant tout uniment un LEADER,  et non d'abord et surtout un PROGRAMME !

Ceci n'empêche nullement de dire ici toute notre réelle sympathie envers le porte-parole du NPA. 

.

Amusant.

Cela fait des décennies que j'entends le discours de la droite et la gauche dite "de gouvernement", et nous en sommes toujours au même point, dans un contexte qui ne cesse de se dégrader.

" Un jour peut-être, une révolte populaire balaiera tout ceci, mais j'y crois de moins en moins, et je crois surtout de moins en moins à sa réussite, lorsqu'on voit comment le formidable espoir de la Commune a fini. "

reste donc le vote  en tentant d'éviter les pièges de  son système
 

raguet,

Certes. on peut l'entendre ainsi. Mais n'est-ce pas   - objectivement -  quelque peu contradictoire ?

CDT.

Vive la Commune de Paris.

  • Nouveau
  • 18/10/2021 21:17
  • Par

Le 9 Octobre 2021, Jacques Chastaing a publié ce texte pour une abstention active, un texte intéressant auquel répondait hier Vincent Présumey  ici

09/10/2021. Il nous faut mesurer et faire mesurer combien le mouvement anti-pass est en train de saper l’ordre établi, par Jacques Chastaing.

Les manifestations du samedi 9 octobre ont montré que le mouvement anti-pass, loin de s’essouffler, garde au contraire tout son souffle avec toujours un haut niveau de mobilisation bien qu’il en soit à sa 13e semaine. Les situations sont contrastées selon les villes, et même si on n’en est pas de manière générale à la hauteur de juillet ou bien août, on notait toutefois ce samedi des villes où on comptait plus de manifestants que la semaine passée.

Par ailleurs, le caractère plus populaire, plus déterminé, plus révolté des manifestations qui était apparu le 2 octobre avec plus de Gilets Jaunes s’est maintenu ou amplifié en même temps que l’extrême droite continue son décrochage.

Il est à noter aussi que dans plusieurs villes ou régions, des Gilets Jaunes ont précédé les manifestations d’opérations escargots sur les autoroutes contre la hausse des prix de l’essence, du gaz et de l’électricité. Une tendance ?

Enfin en Guadeloupe, Martinique et Guyane, la mobilisation qui ressemble à une grève générale rampante a été marquée non pas par une mais deux fortes journées de mobilisation. D’abord le 7 octobre où cela a été massif avec une mobilisation coordonnée aux Antilles et en Guyane, ensuite le 9 octobre où il a été appelé à intensifier encore la mobilisation dès le 11 octobre au matin, jour où l’administration sanitaire a promis dans un style tout à fait colonial et ubuesque de suspendre les non vaccinés bien qu’ils soient très majoritaires parmi les agents hospitaliers ou de santé.

Quoi qu’il en soit des tendances en cours, de manière générale la persistance de cette mobilisation populaire foisonnante à un haut niveau et de plus en plus déterminée, à la veille des élections présidentielles, est en train de marquer la situation politique et sociale sans qu’on s’en rende toujours compte ou bien plus qu’on ne le croit souvent.

Il ne faut jamais oublier pour mesurer ce poids de la mobilisation actuelle sur la situation générale que cette mobilisation anti-pass en France, comme hier celle des Gilets Jaunes ou encore celle contre la réforme des retraites en 2019 mais aussi toute la conflictualité sociale quelle que soit sa forme qui n’a pas cessé depuis au moins 2016, s’intègre dans une vague de soulèvement sociaux qui embrasent quasi toute la planète. Tous, d’une manière ou d’une autre, exigent un plus grand contrôle des peuples sur la conduite des affaires politiques et sociales, avec jusque-là un pic de mobilisation en 2018-2019 et 54 pays connaissant des soulèvements ces années-là.

Ces conflits ont été un instant atténués ou interrompus par le covid.

Mais aujourd’hui où l’épidémie semble s’émousser et pourrait aller vers sa fin au moins à certains endroits, la question qui en filigrane détermine toute la situation est de savoir si la vague de contestation sociale d’avant covid va reprendre, va se développer à un niveau encore plus élevé et plus politique qu’en 2018-2019 et si le mouvement anti-pass en est le premier pas.

Personne ne peut le savoir mais tout porte à le penser à la lumière des développements du mouvement social en particulier en Inde où il ne s’est pas arrêté, au Chili et au Brésil où il reprend, et surtout plus proche de notre univers occidental, dans bien des pays d’Europe ou d’occident notamment aux USA et en Italie, où le mouvement anti pass se mêle à une vague de grèves.

En tous cas, les milliardaires et le pouvoir craignent cette résurgence et toute leur politique est d’essayer de prévenir cette nouvelle bouffée de colère populaire qui pourrait les menacer.

Alors, si les bourgeois et le pouvoir se préparent, pourquoi ne le ferions-nous pas aussi en donnant au moins à voir ce que notre camp est en train de réaliser et à travers cela notre force ascendante.

DONNER A VOIR COMMENT LA DUREE DANS LES CONFLITS SOCIAUX EST LIEE A UNE CONSCIENCE MONTANTE

Ce qui caractérise la situation conflictuelle dans la période c’est que la plupart des conflits durent. Ils durent parce que la situation matérielle devient cruciale pour beaucoup mais aussi et lié à cela, parce que même catégoriels, pour la survie immédiate, ils sont tous habités d’une conscience globale de la situation qui a bien compris qu’il s’agit d’un combat à mort entre le capitalisme et notre survie.

Il y a aujourd’hui en conséquence et en plus des mouvements à proprement parler, un phénomène massif de désobéissance sociale, sociétale et civique qui devient la règle.

On voit la partie émergée de cet iceberg par le refus des salariés d’aller au travail en mars 2020 pour protéger leur santé en utilisant massivement le droit de retrait, puis le refus des parents d’envoyer leurs enfants à l’école, le refus massif ensuite de participer aux scrutins électoraux, puis aujourd’hui celui de refuser l’obligation vaccinale et le pass…

Cette désobéissance de masse dans tous les domaines se nomme liberté ; liberté de penser, de croire ou ne pas croire, de dire ce que sont les hauts gradés, les personnalités, les importants, les experts et docteurs de télévision et autres parasites au service de l’ordre établi… Tous ceux qui se croient grands mais sont au service d’un petit… un petit apprenti dictateur vomi.

Nous avons connu jusque-là une longue période où la « réussite » sociale individuelle était le but de la vie. Nous sommes en train de passer à une autre où la « politique » au meilleur sens de l’organisation de la vie en commun est en train de devenir l’objectif collectif de la vie. Ce n’est pas encore de l’auto-organisation mais ça en est le chemin nécessaire.

Cette méfiance/conscience générale qui habite tous les mouvements et qui est la source de leur durée est animée du sentiment, en plus ou en moins, que nous ne vivons plus vraiment en démocratie, que la justice est celle des riches, que la police est la milice du pouvoir, que la grande presse n’informe pas mais fait de la propagande, que le pouvoir économique non élu est au dessus du pouvoir politique élu, que les frontières ne nous protègent pas des crises climatiques et sanitaires mondiales, que l’expertise scientifique dans les mains des puissants est un outil politique avant de dire la « vérité », que les grands partis et directions syndicales sont des rouages du « système », que l’opposition gauche-droite n’a plus de sens et que s’y substitue une opposition haut et bas, que les élections dites représentatives ne nous représentent plus et qu’elles ne sont plus le débouché politique des mouvements sociaux mais que le mouvement social est devenu son propre débouché politique, bref, en résumé, que le capitalisme n’est pas le seul système possible.

C’est une très forte prise de conscience.

DONNER A VOIR LE POIDS DU MOUVEMENT SOCIAL ACTUEL SUR LA SITUATION ET A TRAVERS CELA DONNER CONFIANCE EN NOTRE FORCE ASCENDANTE

Comme je l’ai déjà noté, le mouvement anti-pass a bloqué les prétentions du gouvernement à sanctionner les non vaccinés, puisque seulement 3 000 (ou 20 000) selon lui – même si c’est 3 000 ou 20 000 de trop – ont été suspendus sur 350 000 soignants non vaccinés. Il a bloqué aussi l’envie du grand patronat d’étendre le pass sanitaire à toutes les professions comme cela se fait par exemple en Italie ou aux USA, pour licencier plus facilement, par peur d’une généralisation de la colère.

Il a pesé encore sur la manifestation syndicale du 5 octobre et surtout ses suites et par là, a remis la question sociale au centre de l’actualité contre les questions de sécurité, d’immigration, etc….

Cette journée du 5 a été conçue au départ par les directions syndicales pour repousser au plus loin possible toute mobilisation contre les attaques de Macron déclenchées le 12 juillet et – accompagné de quelques calomnies sur le mouvement anti-pass – pour éloigner le mouvement ouvrier organisé de cette mobilisation anti-pass.

L’objectif de décourager les salariés a fonctionné puisque la mobilisation était loin d’être à la hauteur des enjeux. En même temps, on peut voir cette faible participation non pas comme une absence de volonté de mobilisation de la part des travailleurs, puisqu’il y a en même temps de fortes participations à de nombreux mouvements locaux ou catégoriels, mais plus comme un désaveu de la politique syndicale. Cependant, les directions syndicales avaient un double problème : qu’il n’y ait pas trop de monde pour ne pas avoir envie de continuer mais suffisamment quand même pour ne pas paraître ridicules par rapport aux manifestations anti-pass, ce qui les a amenés à faire un petit effort de mobilisation ici ou là.

Ainsi, l’objectif de décourager les militants d’une mobilisation d’ensemble a moins marché.

Ces derniers étaient en effet assez nombreux dans ces manifestations pour qu’un nombre non négligeable d’entre eux en sorte encouragé par rapport au pire qu’ils pressentaient. Les militants de certains secteurs étaient d’autant plus encouragés qu’il y avait dans ces manifestations une présence non négligeable de cortèges d’entreprises en lutte avec des salariés qui n’avaient jamais manifesté jusque-là et pas mal d’entreprises qui sans participer aux manifestations avaient choisi cette date pour faite grève sur des problèmes particuliers.

A la RATP pour ne prendre que cet exemple, le mouvement a été plutôt bien suivi dans certains dépôts. Du coup les syndicats ont appelé à une suite rapide plus radicale dans leurs secteurs. Rappelons-nous combien déjà la RATP avait été un intermédiaire entre le mouvement des Gilets Jaunes et les secteurs ouvriers organisés avec le mouvement que les agents de la RATP ont déclenché fin 2019 contre la réforme des retraites.

Or cet « encouragement » initie une conscience que le découragement fait taire. Ainsi, une leçon de cette période de mouvement anti-pass et de la grève du 5 octobre à laquelle les directions syndicales n’ont aucune envie de donner une suite, c’est qu’il n’y a plus grand monde chez les militants pour penser que les directions syndicales puissent rompre avec leur politique de dialogue social comme avec leurs journées d’action sans suite et sans plan.

Aussi, parce que les directions syndicales ne donneront pas de suite au 5 octobre et parce que dans le même temps le mouvement anti-pass va continuer les 16, 23, 30 octobre et au-delà en exerçant toute sa pression pour tirer vers la rue, l’encouragement du 5 octobre aura servi de point d’appui aux militants les plus combatifs pour prendre plus d’autonomie afin d’aller plus loin.

Le plus important est donc qu’enfin les militants syndicalistes sont descendus dans la rue et que suffisamment d’entre eux aient envie de remettre ça d’une manière ou d’une autre.

A partir de là, la situation a brutalement changé. Une sorte de halo politico-social général s’est formé qui associe maintenant plus ou moins consciemment dans les esprits de tous, les luttes syndicales et économiques et la lutte anti-pass, comme un tout, marchant toutes dans le même sens, toutes contre le pouvoir, toutes dans la rue, tendant à faire oublier alors tout d’un coup toute la propagande sur la prétendue fascisation des masses et en particulier de celles qui défilent contre le pass.

Ainsi, on a pu remarquer que ce samedi 9 octobre, en retour du 5, que bien des cortèges « syndicaux » dans les manifestations anti-pass étaient plus fournis, phénomène qu’il faut associer aux opérations escargots des Gilets Jaunes contre les hausses des prix ce 9 également et au mouvement anti-pass qui a rejoint la marche des fiertés à Toulouse toujours ce 9, ce qui construit un tout, une tendance et donne forme à une conscience.

On peut d’autant plus mesurer cette conscience et cette tendance et la possibilité d’un mouvement d’ampleur, à la remontée des grèves aux USA et en Italie (qui associent pour ce dernier pays, luttes anti-pass et luttes contre les licenciements), les deux pays occidentaux qui avec la France ont connu une montée sociale dans la période récente dans des circonstances semblables. Et tout cela sans oublier dans la situation les chômeurs dont on peut se demander comment ils vont réagir dans ce contexte « tendanciel » lorsqu’ils auront à la fin du mois des allocations fortement diminuées.

On peut alors mesurer l’inquiétude des directions syndicales face à cette situation qui pourrait les déborder à la multiplication des journées d’action dispersées qu’elles annoncent pour l’après 5 octobre afin d’essayer de faire barrage. Toutes ne dépendent pas d’elles mais toutes baignent dans l’absence de suite d’ensemble au 5 octobre. Il y ainsi le 6/10 le médico-social ; le 7/10 les sages-femmes et la MSA (Mutualité Sociale Agricole) ; le 12/10 les médecins urgentistes et le SAMU ; le 13/10 les bibliothèques et établissements culturels ; le 15/10 les pompiers et la santé ; le 19/10 les AESH, l’Énergie et la sûreté des aéroports ; le 29/10 la SNCF… et d’autres encore en novembre, au cas où… Mais lorsqu’un mouvement est enclenché, il se sert le plus souvent de ces fractionnements pour faire de chacun d’eux un point d’appui pour aller plus loin, comme le 5 octobre.

Le principal acquis global du mouvement anti-pass – et c’est déjà une victoire politique importante- est donc qu’il a redonné à la rue son rôle central pour battre Macron aujourd’hui et pas dans les élections dans 6 mois mais aussi pour battre en même temps Le Pen, Zemmour, Bertrand, Pécresse ou encore Philippe qui ont tous horreur de la rue.

Cette nouvelle situation qui s’amorce détourne ainsi les militants syndicaux et politiques de base de l’attraction électorale vers laquelle leurs organisations les poussaient et vers laquelle ils ne s’engageaient qu’à contre-cœur, n’y voyant qu’une impasse et un piège. Il n’y a plus que le petit cercle militant restreint qui se bat pour son champion pour être encore attiré par la question électorale, ses différents candidats, l’abstention ou non.

Cette mobilisation en remettant donc la rue et la question sociale au centre de la situation, nous débarrasse de toutes les puanteurs que véhiculent les élections à commencer par celle de la sécurité et du racisme que les partis de l’ordre et leurs médias nous distillent à longueur de journée. La perspective de la rue rend non seulement la perspective électorale obsolète mais encore plus visible l’usure de ses champions, le couple Macron/Le Pen. Or il y a risque pour les riches que cette usure renforce un rejet populaire des deux déjà bien amorcé et en conséquence délégitimerait l’ensemble des élections présidentielles. Cela est très problématique pour la bourgeoisie car l’élection présidentielle – bien plus que les autres élections – est le noyau de la réitération périodique de la fabrication du consentement populaire à l’exploitation et l’oppression.

Cette délégitimation des élections présidentielles qui s’amorce aujourd’hui dans la lutte pour battre Macron maintenant dans la rue pourrait s’exprimer demain de très nombreuses manières dans le scrutin suivant les résultats de cette lutte. Une victoire ou une défaite auraient des conséquences très différentes. De manière générale, et pour donner quelques exemples de l’infinie variété de possibilités, le mouvement social n’ayant pas vraiment de candidat à lui, il pourrait s’exprimer par une abstention massive. Mais le scrutin pourrait au contraire connaître une participation record suivant l’enjeu perçu dans ces élections comme par exemple aux USA où les électeurs n’ont pas tant voté pour Biden ou pour Trump mais pour ou contre le mouvement social Black Lives Matter, qui précédait le scrutin, le plus grand qu’ait jamais connu le pays. Il pourrait y avoir aussi l’émergence surprise au dernier moment d’un candidat non prévu – comme on l’a vu en Tunisie – et pourquoi pas de gauche – comme on l’a vu au Pérou, ou encore une mobilisation de la rue durant les élections contestant tous les candidats de l’ordre établi comme on le voit en Inde. Bien imprudent serait donc celui qui prétendrait savoir aujourd’hui ce qui va se passer dans 6 mois.

Et c’est bien ce qui inquiète la bourgeoisie. Face au mouvement de rue qui dure et prend de plus en plus d’espace, pouvant avoir des développements inconnus demain, elle se prépare à cette incertitude comme à l’obsolescence de la tromperie électorale et à l’usure du tandem Macron/Le Pen. Les milieux bourgeois cherchent des solutions. C’est pourquoi ils se construisent la possibilité d’un duo Philippe/Zemmour aux présidentielles pour renouveler l’attrait de la tromperie ou d’un Philippe gagnant les législatives pour contrôler le président….

Leur objectif est de remettre les élections et donc la sécurité et l’immigration au centre de la situation alors qu’ils y échouent depuis trois mois face à la mobilisation anti-pass qui a relégué élections et racisme bien loin des esprits en mettant pour sa part la question sociale et la rue au centre de l’actualité et des solutions aux problèmes de la période : un grand succès du mouvement anti-pass.

Ce qui fait un bien fou. Jacques Chastaing, le 10 octobre 2021

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Impressionnant que vous assimiliez les ouvrières, les soignantes, les auxiliaires de vie etc etc qui se mobilisent en France et dans le monde à des réactionnaires !!! Impressionnant de vous ériger en arbitre du bon marxisme ! 

Le vote en Avril (si vous votez en Mars votre vote vaudra .... que dalle) , en cas de défaite d'un candidat de gauche (on parle bien de la gauche anti ou non capitaliste) aura cautionné un régime pourri et toxique socialement et climatiquement. 

"Impressionnant que vous assimiliez les ouvrières, les soignantes, les auxiliaires de vie etc etc qui se mobilisent en France et dans le monde à des réactionnaires !!! "

J'ai écrit en bon français que la lutte des bibliothécaires n'avait rien à voir avec les délires complotistes libertariens etc. (Qu'attendent les serveurs et les garçons de café pour se mettre en grève aussi ?) Bref, vous n'avez aucun argument à m'opposer, pas grave...

On peut être un prolo et défiler pour de très mauvaises raisons, non ? jamais ?

Si tout un tas... Le principal étant que vous ne prenez aucunement en compte le mouvement social qui se joue dans une grande partie du monde avec comme le dit Chastaing et moi même, un mouvement polymorphe en France qui se situe au coeur de la lutte des classes. La classe "révolutionnaire" ne vote plus en grande partie ce qui est d'ailleurs relevé par Poutou, relevé aussi par Mélenchon et d'autres à gauche. La question de la caution démocratique apportée à ce régime est un autre argument. Et l'autre est que nous n'aurons pas le temps par la prise du pouvoir central sans avoir neutralisé le capital de passer à une autre organisation sociale comme à une autre économie. 

sur l'article de Chastaing : 

Ok, ok. Question : quel  débouché  politique  concret ?

Présumey ne dit-il pas lui-même : """ dire que « le mouvement social est devenu son propre débouché politique », n’aide pas le mouvement social à gagner en construisant son propre débouché politique."""    ???

.

Pas très convaincant.

Il mène campagne pour l'égalité des droits et ensuite appelle à voter pour des candidats qui la refusent ? 

Il mène campagne pour l'autodétermination des peuples sous tutelle et ensuite appelle à voter pour des candidats qui parlent de "notre espace maritime" ?

Etc... et la liste serait longue. Ou il pourrait appeler à voter LO ? Cela ne changerait rien.

Je comprends votre interrogation, j'ai la même, ainsi que je l'ai expliqué un peu plus haut. Mais en avril prochain, qu'il y ait 80 % de votants, ou moins de la moitié, c'est tout de même le commis de la bourgeoisie triomphante qui sera élu monarque pour 5 ans, or nous ne pouvons plus ignorer désormais que ce monarque est un tyran disposant des pleins pouvoirs. S'abstenir, comme le préconise Chastaing, est une aventure incertaine, presque désespérée, ne pas s'abstenir, participer à ce simulacre de démocratie, sera une aventure de désespérante certitude. J'avoue que pour ma part, bien que je n'aie pas encore pris de décision définitive, la petite musique de l'abstention fait son chemin, mais si je faisais ce choix, je le ferais tout de même avec la peur au ventre.

@CLAUDE.ROBERT

++++++

On est dans la nasse. C'est soit les masses, soit on boit la tasse. wink

" El pueblo unido " sous-titré en français © Infoscope Productions

+++++

passer à une autre organisation sociale comme à une autre économie. 

J'aimerais bien savoir quel est ce projet et ce qu'il contient ? Parce que des critiques, fort justes par ailleurs, cela fait des années que j'en entends, mais quand je demande un projet pour un nouveau monde, bizarrement il n'y a rien et personne...  

Merci JLMFI de présenter les riches éléments de la discussion entre Jacques Chastaing et Vincent Présumey qui condense en effet le débat central du moment .

PC, NPA, LO, LFI tous sous la bannière des Communards.

++++++

DETRUISONS LES BIENS DU CAPITALISME ! EMPARONS NOUS DES RICHESSES !

Mitterand nous a trompé, on va le repeter mille  fois, un peu comme un acte de contrition, il nous a trompé hier, aujourd'hui on va tous repeter en coeur, Mitterand nous a trompé. Et demain on va encore repeter que Miterrand nous a trompé. et apres demain on fait quoi, les eaux montent et on va chanter tous en coeur Mitterand  nous a trompé. 

Ces centrales nucleaires on le ferme...?  Sarkozy on le met en prison ou on repete encore que Mitterand ...bla bla bla ?  Cette transition ecologique on l'organise ou on repete encore la formule, 

Ceux qui veulent continuer a etre des ouvriers et participer a l'apocalypse productiviste, aller a l usine en chantant bosser  5 heures derriere un tour ou une machine qui fait des pneus le tout dans un atelier decoré par Philippe Stark, et refuser en rentrant le soir a boire un verre de Chevrey Chambertain avec un bout de fromage Bio sous pretexte que ce sont des coutumes bourgeoises, sans moi.

Et ceux qui ne veulent pas continuer à être ouvriers, ils font quoi ? Ils traversent la rue ? Ils votent Hidalgo ? 

Je ne vois pas le rapport avec ce que dit Poutou. Le fait est que tous les politiciens qui nous parlent de changer le monde par les urnes finissent par devenir des gestionnaires loyaux des intérêts du capital. Aucune exception à ce jour.

voila , vous répétez que mitterrand (et d'autres) a trahi ...

mais alors ? Ces centrales nucleaires on les ferme ou on intègre la défaite du fait que miiterrand a trahi ?  ..  Cette transition ecologique on l'organise ou on repete encore la formule ?

De l'air frais, de la diversité d'idées, du débat, des convictions, de la politique non professionnelle, c'est ça qu'on aime !

Je n'aime pas le mot "capitulation".....

Le problème c'est pas le mot, c'est la chose. Ce qui ne vous plaît pas, c'est d'entendre la vérité. La gauche a de facto capitulé. 

Je dirai que les idées humanistes, actuellement, sont loin d'être majoritaires dans le pays.

Cela ne veut pas dire que les humanistes capitulent.

Loin s'en faut.

La notion de "gauche" ne veut plus trop rien dire. Je pense en gros qu'il faut se situer pour ou contre le libéralisme. Parce que celui-ci engendre forcément une philosophie qui va à l'encontre des principes de la république française, ou ce qu'il en reste, que ce soit au niveau de la liberté, de l'égalité ou de la fraternité.

la gauche qui capitule c'est hamon en 2017 ( "" bah pourquoi m'enlever pour que melenchon  soit au deuxième tour vu que je suppose que de toute façon il perdra au second tour "" ) et autres pcf qui se présentent tout seuls législatives ou aux européennes quitte a ne pas avoir du tout de députés européen ( "" bah pourquoi gommer mon identité vu que je suppose que de toute façon on n'aura pas de majorité au parlement "" ) ... mais il y en a à gauche qui n'ont pas capitulé .

Êtes vous certain d'être pour Mélenchon ? Parce que vous nous rejouez 2016 là. Les mêmes causes entraînant le plus souvent, les mêmes conséquences, je doute que vous souhaitiez que meluche devienne président.

Car c'est en 2016 que Mélenchon a perdu son droit à représenter la gauche, lorsqu'il s'est autoproclamé LE candidat, sans aucune considération pour ses alliés.

Lui et son équipe ont fini par changer de stratégie, avec 5 ans de retard, malheureusement. Et vous, vous recommancez la guerre ?! Dans quel but ?

Hamon, et ses électeurs, ont été manipulés c'est vrai. Le parcours de hamon, montre qu'il était sincère. Il a préféré quitter ce qui restait du PS pour créer générations. Générations ne peut pas fonctionner, trop de transfuges PS, induisent les pires comportements hérités de leurs années PS. Mais qu'importe puisque le rapprochement avec la France insoumise est fait.

Aujourd'hui la situation est différente. Personne ne peut plus ignorer que le PS est un parti de collaboration et non d'opposition. Donc recommencer à taper sur hamon, quel intérêt si ce n'est pour éloigner d'un vote Mélanchon des électeurs potentiels. Étonnante stratégie que celle que vous prônez. Somme toute, assez destructrice.

.

Le problème avec les Hamon, Hollande, Mitterand, c'est qu'ils  sont libéraux.

On connait maintenant les limites de ce système.

Après, sincèrement, je n'ai pas la solution toute faite.

Ca ne vous fatigue as un peu de ressasser le passé ? Vous n'avez vraiment que Hamon à vous mettre sous la dent ? Hamon a défendu des idées selon moi très justes, il les a très mal défendues et il a perdu... la leçon que j'en tire c'est qu'il ne suffit pas de défendre des idées justes ou un beau programme. Carlita dit qu'on doit se positionner pour ou contre le libéralisme économique. Elle a bien entendu raison, et je suis contre le libéralisme économique - sauf que s'imaginer qu'être contre suffit, c'est de la pensée magique. Le fait est que la gauche a renoncé à élaborer une stratégie pour lutter efficacement contre. Et ne me dites pas que si, parce que la vraie gauche c'est LFI et que sa stratégie est de faire élire Mélenchon sur la base de l'Avenir en Commun... ce serait un remake de Mitterrand 1981 - qui comme chacun le sait a duré 2 ans, et ça s'est terminé par le virage ultralibéral que l'on sait. Le fait que Mélenchon continue à porter Mitterrand aux nues devrait vous alerter.

Je pense que Hamon a perdu parce que megalo comme Méluche, il l'a jouée intello. Il s'est fracassé sur sa proposition centrale du revenu de base pour ne pas avoir voulu en débattre avant et mieux la cerner; Résultat, il a du la corriger deux ou trois fois pendant sa campagne et s'y est décrédibilisé. Je peux en attester parce que 3 fois, si mes souvenirs sont bons, est passé un de ses cadres sur le forum des lecteurs d'Alternatives Economiques pour vanter la mesure. Il n'a voulu entendre aucune réserve, a refusé le débat et quelques mois après Hamon s'est planté lamentablement sur sa proposition. 

oui oui il semble que hamon ne reitère pas son erreur

"" et ça s'est terminé par le virage ultralibéral que l'on sait. "" si melenchon a fini par sortir du ps c'est bien parcequil conteste les revirements successifs depuis 84 ... son programme est bien celui de 81 , mais eveideemnt avec les amenagement et de quoi ne pas refaire le virage de 84 , justement parce que lfi n'est pas naif sur ce virage . à aucun moment melenchon ne porte aux nues les virages de mitterrand , déjà au sein du ps il a toujours été dans les motions de gauche qui critiquaient ce virage . 

sinon hamon a parfaitement défendu ses idées qui me semblent largement légitimes , c'est le problème de l'election dans une cinquième qu'i l a mal abordé . pendant des années mélenchon lui a mal abordé le problème de vouloir changer le ps de l'interieur . il semble qu'il ont chacun adapté en meiux leur attitude sur ces questions .

"A aucun moment melenchon ne porte aux nues les virages de mitterrand"

Il a fait et fait pire: il est soumis à Mitterrand, ce qui annonce d'avance qu'il se soummettra comme Mitterand à la dictature du capital.

Ecoutons Malenchon plutôt que ses groupies:

Dans la revue Charles, JLM parle de la présidence Mitterrand comme d’un « séisme : « le seul chemin révolutionnaire que l’on n’a jamais ouvert dans ce pays par une victoire électorale. » Puis il se délecte de sa complicité avec ce grand commis de la bourgeoisie: « c’était un bonheur de travailler avec le vieux comme chef de meute ».

Et de poursuivre ce qui dévoile toute sa conception du socialisme: « François Mitterrand a dû ouvrir tout seul un autre chemin : l’horizon de la construction européenne comme nouvel espace pour le socialisme. »

Et de conclure comme un junkie: « Ne pas voir François Mitterrand, ne pas en avoir ma dose, c’était terrible », écrit Jean-Luc Mélenchon. Après l’avoir vu, écrit-il encore, « vous flottiez à un mètre au-dessus du sol! »…

RIP

Mélenchon n'arrive pas à la cheville d'un Communard. Tous nos politiciens de gauche occultent la Commune de Paris, alors qu'ils devraient se rassembler sous cette bannière "Ccommunards du 21ème siècle"

"Gauche Politique" et "Capitulation" sont des synonymes.
Depuis qu'elle confond "coolitude" et engagement.
Mais il ne faut pas trop s'en plaindre, les 3000 milliards de dette de l'Etat privatisé vont passer du mode distribution aux copains, au mode recouvrement, et je fais partie de ceux que ça ennuierait de voir cette prédation se déguiser en rouge ou en vert.
En distribuant ce butin avant de l'avoir volé, Macron a voulu rendre irréversible la politique de liquidation de ces 40 dernières années, il n'a fait que rendre indispensable l'abandon de toute négociation avec la pègre politique et ses larbins.

Je pense que vous ne connaissez pas le sujet de la dette, et je vous suggère de le bosser pour éviter de dire des bêtises. Faites un petit tour sur Alter Eco .... :o)

Il n'existe pas d'économie alternative.
Alors vos leçons ...

D'accord, je vous laisse le dernier mot qui flatte votre narcissisme, mais en fait il n'apporte rien. Ce n'est pas un pb d'économie alternative que de savoir que la dette ne se rembourse pas par les états forts, qui en sus accèdent à la création monétaire. Que vous racontiez des bêtises avec assurance n'est qu'une moitié de pb, mais que vous refusiez de le reconnaître et de vous former en est un grand. Pour ma part, je m'en foutrais si ce n'était pas tant important que nous connaissions les dossiers qui sont notre vie. Il y a tellement de gens qui croient qu'un état ne peut vivre au-dessus de ses moyens, qui ne savent pas ce qu'est le déficit public, ni la création monétaire ni les règles qui nous corsètent dans le libéralisme qui ne permet pas de financer les dépenses publiques. Je ne regrette pas, mais c'est un problème important parce que sans compréhension nous seront toujours les cocus de l'histoire et c'est grave qu'un commentateur régulier de ces fils fasse ces erreurs.

Maintenant c'est à vous de voir et savoir.

Aucune discussion n'est en effet possible.
Principe Economique et Principe Bureaucratique, ne sont  que l'emballage déculpabilisateur d'un pur instinct de prédation de meute.
L'Etat et L'Economie doivent être détruits.
Alors "apprendre" au delà de ce qui fait leurs points faibles est parfaitement inutile.

Mon cher Richard, est-ce que vous pouvez analyser ce que vous venez d'écrire ? Je ne suis pas désolé mais je vous ai connu plus pertinent.

Détruire l'état et l'économie en prétendant ne vouloir rien en savoir ? Alors pourquoi venir parler de la dette puisque vous n'en savez rien ? Et dans ce cas, je vous pose aussi la question que je pose à de nombreux contempteurs de la société actuelle de savoir quel est votre projet de société. Une société sans état et sans économie me laisse perplexe et j'aimerais bien pour une fois que quelqu'un me fasse réponse. Parce que c'est fatigant tous ces gens bourrés de certitudes et de critiques mais qui fuient dès qu'on leur demande leur projet

En fait, si c'est juste que vous voulez juste avoir raison, et bien il n'y a pas de pb, vous avez raison, parce que vous me faites de la peine à vous enterrer chaque fois un peu plus.

   

Bon !...

Cette fois ça suffit !...

La gauche c'est mai 1981. La fin de la gauche c'est juillet 1984.

La démission des ministres communistes marque la fin d'une possible alternative de gauche.

Depuis juillet 1984 règne un oxymore insupportable : "le libéralisme de gauche" intégralement imputable au socialisme mitterrandien.

Cette "idéologie" est adoubée par la droite dite républicaine.

Macron incarne l’acmé de cet état de fait. Le spectacle électoral est sans aucun intérêt mais il est médiatiquement et politiquement nécessaire : c'est le bruit de fond de la démocratie discursive.

Il doit être clair que le choix porte sur un "qui" plus sur un "quoi".

Cette situation formate, "à l'américaine", la vie politique française : il n'y a pas plus de différence, en terme d'organisation sociale, entre un Trump et un Biden qu'entre une Le Pen et un Macron.

Ce qui "gagne", à tous coups, dans ce qui ne devrait pas être ce "match" absurde, c'est l'entre soi du Medef et de l'Ena.

La responsabilité incombe au peuple qui confond "sensibilité" politique avec "conviction" politique ainsi qu'aux "partis" qui saucissonnent, émiettent et balkanisent cette sensibilité politique sans être en capacité de proposer, non pas un quelconque "programme" racoleur voire purement démagogique, mais une alternative économique cohérente, construite et opérationnelle comme indispensable base à une nouvelle organisation sociale et politique.

2017... est le marqueur de la "réussite" du libéralisme de gauche. Les chiffres ont parlé, clair.

HAMON 6,36 + MÉLENCHON 19,58 = 25.94... MACRON 24.01 LE PEN 21,30 Au 1er tour / MACRON 66,10% LE PEN 33,90% Au 2ème tour…

MACRON = CADEAU MÉLENCHON ce même sans l'accabler, ce qui demeure difficile, les chiffres ont parlé lors de la dernière présidentielle de 2017... c'est IN-DIS-CU-TA-BLE même indépendamment de toute dynamique d'union...

Le 50/50 droite/gauche c'est purement et simplement terminé... La "politique de papa" c'est ter-mi-née. 

Au grand maximum… même "assemblées", les "gauches"… le "peuple de gauche" c'est 26 %... et… il ne sert à rien… parce qu'il est "sensible"… pas convaincu… juste vaincu… dissous en fait. 

Que faire ?... 

Il devient indispensable de considérer que le "libéralisme de gauche" ne fonctionne pas, pas davantage que le libéralisme tout court, puisqu'il n'en est que la version "molle" et ne peut, pour demeurer ce qu'il est - une dilution "sociale" de surface, acceptable par l'entre soi patronalo-administratif,  appliquée au capitalisme désormais décliné "sans usines" - que fonctionner par à-coups, sans projet de société viable et cohérent.

Il ne s'agit pas de "refaire le monde" ni même de "réinventer la roue"… mais de définir un socle commun… juste ça…

Avant tout chose… une conviction de gauche c'est se donner les moyens d'inventer… le reste.

Sur fond "d'implication limitée" : 3 points fondamentaux sont indispensables :

- Une réforme radicale de la fiscalité - impliquant une taxation de la marge capitaliste des "entreprises sans usines" qui ne rémunèrent plus le "facteur travail" en France comme dans tout l'occident en plus de désertifier le tissu productif - afin d' assurer un budget pérenne et casser ainsi la spirale du crédit toxique. Il faut ranger la sébile et sortir les crocs, le véritable problème ce ne sont pas "les riches" mais bien "les patrons" qui portent intégralement la responsabilité de la mutation du capitalisme industriel en capitalisme marchand passant de la production à la prédation.

- Une nouvelle constitution pour restituer une légitimité populaire démocratique incontestable aux institutions républicaines.

- Instaurer de réelles garanties citoyennes en matière de vie sociale... de revenu principalement… ce de manière constitutionnelle.

Ça devrait suffire pour inventer… le reste.

Question : voyez-vous quelque chose qui ressemble à ça dans "l'offre de gauche" ?...

     

et question oxymore quidam lambda est le meilleur   : ici il se plaint du tournant de 84 mais ailleurs il nous a gratifier de bien des choses différentes :

copier coller :

dans d'autres commentaires , ici il se moque du programme du cnr qu'il juge obsolète , il peste contre les harcèlement des inspecteurs du travail envers les patrons , relaye les enfumage de la police sur la pitié et sur geneviève legay et tente encore de défendre les flics quand ils embarque des manifestants pour un homard en papier maché () , il a soutenu le vote trump , au dessus de ceci il veut que l'état entrepreneur soit soumis à la rentabilité , refuse l'intervention de l'état dans l'économie , et  il râle contre les 57% , comme étant une trop forte "dépense publique" en france (  or ce chiffre est une arnaque des libéraux : démonstration  par c ramaux )  . il encense pompidou et dit que l'état ne doit pas intervenir , qu'il y a trop de règles .  (sic)

il a insulté copieusement l'ensemble des gilets jaune tout en prétendant soutenir ruffin  .. tout et n'importe quoi . là il nous la joue révolutionnaire de gauche .. magnifique :

pérore sur le réchauffement de la planète qui est pour lui un "gadget de bobos " (llà)

et il nous sort un crapulerie bien de droite sur l'accueil des immigrés (ici"Accueillir... ce n'est plus dans nos moyens..." 

tenez je complète ma liste  : par ici il critique un abonné qui veut Taxer les importations en fonction de leur provenance, une taxe kilomètre, suppression de toutes les niches fiscales, contrôle et éradication de l'évasion fiscale, plafonner les dividendes versés aux actionnaires et aux dirigeants,plafonner les hauts salaires, rétablissement de l'ISF.... il répond en bien gros et gras gras en parlant "d'égalitarisme imbécile" et en prétendant que ça se rapproche du fn .

 

et après il vient se la jouer de gauche ?

Un proc ça argumente, non ?

Mr Avellino, savez vous pourquoi Jean-Luc à supprimé ce tweet la semaine dernière ?

Jean-Luc Mélenchon on Twitter: "Les parts de lumière de #Pasqua ...

30 juin 2015 — melenchon.fr. Joined October 2009 ... Les parts de lumière de #Pasqua, c'est la Résistance et son attachement à la République.

Il vient de le faire.

La responsabilité incombe au peuple

Pas d'accord. Le peuple ne peut-être tenu responsable de son manque d'éducation et d'information. C'est la faillite de l'éducation populaire qui définit la faillite d'une gauche que ses califes, ses intellos et nombre de militants dans l'idéologie au lieu de la démocratie, discréditent.

Par ailleurs, il me semble que si votre propos paraît juste, vous oubliez juste de monter à l'étage, considérer comment on doit modifier les traités européens pour instituer la démocratie contre le libéralisme.

Un proc ça argumente, non ?

La dénonciation semble bien argumentée. Maintenant si on veut parler de débat, il faut le jouer et répondre point par point. C'est le rôle de la défense face aux accusations du procureur dans un procès. :o)

il n'est pas effacé à cette heure : https://twitter.com/jlmelenchon/status/615926773755154432 et sil précise deux parts de lumière de la part de pasqua c'est bien qu'il est conscient des multiples autres parts de pasqua celle bien sombres elles , et  ne vous inquietez pas mélenchon a dénoncé , dénonce et dénoncera les parts d'ombres de pasqua ...

darmanin ou les errances des ministres qui reprennent les antiennes du fn avec le benchmarking des migrants ou que les ong seraient complices des passeurs sont les "dignes " succeseuers du pasqua et ses charters ..
 

mais je ne fait que vous citer , avec liens à l'appui  !  c'est là le meilleur argument pour montrer vos incohérences et votre volonté juste de nuire au risque de dire tout et son contraire , de dire tout et n'importe quoi .

Pasqua était un assassin, comme l'ami de Mitterrand, le sinistre Dassault était marchand de mort et trafiquant d'urnes. Ce qui les rassemble tous: la caste des politiciens

politiciens-colluche

Je veux bien vous croire bien que lorsque je veux me connecter sur le lien du trweet je reçois le message try again. Peut-être une erreur du côté de tweeter.

Je regrette quand-même que jlm englobe dans les parts de lumière de Pasqua (vice-président du sac ) un sois-disant attachement à  la République 

pour moi ça marche encore aujourd'hui : https://twitter.com/jlmelenchon/status/615926773755154432

  • Nouveau
  • 19/10/2021 07:36
  • Par

Capitalisme, anticapitalisme : c'est toujours le capitalisme au centre des débats. Et si on parlait plutôt des valeurs : coopèration ou compétition, exploitation ou préservation, accumulation ou partage, aliénation ou intégration ? Dans une société où réussir c'est dominer, notamment par l'argent ou le pouvoir politique (des créations humaines, dit en passant), quelle place pour les intègres, les empathiques et les humbles ? Pas sur les plateaux, en tout cas. 

Poitou dit beaucoup de conneries comme sa sortie sur la police mais il reste sympa.

Non monsieur il a raison sur la police le syndicat alliance fait peur à tous le monde et c’est pas normal ils ont un patron qui a peur aussi il faudrait revoir tous ça et tout changer comme l’écrit Langlois dans son livre que j’ai lu 

Et comment ! 

La police ne tue pas ? Vous devriez vous tenir au courant.

Bon, c'est vrai, elle mutile, arrête et met en garde à vue de façon abusive, elle insulte impunément, ment comme elle respire, on en oublie et de meilleures, c'est vrai, sa sortie sur les flics était un peu légère.

Merci Mediapart de nous donner la possibilité d’avoir un autre regard sur Philippe Poutou et le NPA, autre que celui des TV et autres médias asservis.

Je me faisais la réflexion en écoutant cette sorte de prêche piétiste qu'on était tout de même très très loin du "matérialisme historique" !

Je m'en tape du "matérialisme historique" tout comme les Communards. Voyez ce qu'ils ont fait en deux mois et que nous avons oublié.     

"Prêche" ? "Piétiste" ? 

Loin du matérialisme historique ?

Je vous suggère de réentendre.

Je ne crois pas pas qu'on puisse changer la société par les urnes mais je suis candidat pour représenter ceux qui ne croient pas qu'on changera la société par les urnes.

J'ai du respect pour monsieur Poutou mais j'ai du mal à suivre sa logique.

PS: Moi non plus, je ne crois pas qu'on changera la société UNIQUEMENT par les urnes!

C’est la rue qui a toujours eu raison depuis toujours 

C’est la rue qui a toujours eu raison depuis toujours 

Oui, la rue a toujours raison en démocratie, mais en ploutocratie c'est toujours à titre posthume.... :o) cf les printemps arabes et les GJ.

La logique est simple, si vous n'êtes pas candidat, personne n'entendra votre message.

C'est si compliqué, de vouloir prendre un haut-parleur de temps en temps ?

Un gars franc du collier ça fait quand même vachement di bien 

  • Nouveau
  • 19/10/2021 11:55
  • Par

BON RIEN DE NEUF...ON NE SAIT TOUJOURS PAS COMMENT IL ENVISAGE DE FAIRE RAMASSER LES POUBELLES...TIRAGE AU SORT, A TOUR DE RÔLE, ROBOTISATION, VOLONTARIAT...

  • Nouveau
  • 19/10/2021 12:45
  • Par

AH ! SUIS CON, IL MISE CERTAINEMENT SUR LE DETERMINISME...IMMIGRÉS, NON DIPLÔMÉS...

  • Nouveau
  • 19/10/2021 12:54
  • Par

MEME PAYE 10000€ PAR MOIS POUR 20H PAR SEMAINE...IL SERAIT DÉGUEULASSE  DE COMPTER SUR LES AUTRES POUR FAIRE LE SALE BOULOT...POUTOU DOIT DIRE PAR QUI ET COMMENT LES POUBELLES SERONT RAMASSÉS...TIRAGE AU SORT OU A TOUR DE RÔLE.

AH ! J'OUBLIAIS LA PLONGE, LES POMPES FUNÈBRES, LES ÉGOUTS, LE LAVAGE DES CULS DE NOS VIEUX...

C'EST QUOI SES PROPOSITIONS ?

Vous êtes un peu scatologue  ?

  • Nouveau
  • 19/10/2021 13:02
  • Par

LE LENDEMAIN DU GRAND SOIR QUI FERA QUOI ET COMMENT ?

PERSONNELLEMENT JE SUIS POUR UNE OBLIGATION DE SERVICE CIVIQUE 

  • Nouveau
  • 19/10/2021 13:13
  • Par

JAMAIS UN-E JOURNALISTE NE LUI POSERA LA QUESTION...

 TOUT CE BLABLA DÉCONNECTÉ DE LA DURE RÉALITÉ DE LA VIE COLLECTIVE... JOURNALISME ET CONNIVENCE POLITIQUE ENCORE À L'ŒUVRE HIER SOIR...PAS DE QUESTION GÊNANTE SUR UN POSSIBLE PROJET APRÈS LA FIN DU CAPITALISME...SI CE N'EST DE DIRE QUE LA GAUCHE EST MORTE.

Pour passer en minuscules, réappuyer sur la touche "Verr.Maj" pour info.

À moins que ces écrits en majuscules soient voulus. On peut alors penser que, parce qu'on écrit en majuscules, ça donne raison ou envie de lire, bien sûr ? Mais pas à moi, en tout cas.

Moi non plus, horreur de cela, je vais faire un effort. Mais bon, c'est inutile d'argumenter en criant.

  • Nouveau
  • 19/10/2021 16:11
  • Par

Merci Mdp pour cette émission qui pour une fois se démarque du spectacle compassé et stérile des élections présidentielles, dans le respect d’une règle du jeu frelaté dont ce régime a su repousser les limites jusqu’à l’absurde. Il y a beaucoup de servitude volontaire dans l’acceptation de ces règles…

La clarté et la simplicité des échanges est tellement inhabituelle ainsi dépourvue du vernis virtuel de la communication qui détruit de plus en plus le débat politique.

Il est intéressant de constater que cela s’en ressent dans la qualité et la teneur des échanges dans les commentaires. Les positions et les aspirations des électeurs et militants de gauche sont-elles en fait si éloignées que l’espace des commentaires qui se limite trop souvent à des affrontements entre groupies de gurus de diverses obédiences le suggère? 

Une certaine fraîcheur et même un optimisme et un espoir à retrouver dans le contexte de l’impasse politique actuelle. L’histoire avance inexorablement, il faut franchir le mur et derrière il y a l’espoir. Pourrait-il en être autrement pour celles et ceux qui trinquent et luttent?

Merci, Varlien !

  • Nouveau
  • 20/10/2021 13:10
  • Par

Poutou, comme Arthaud, comme d'autres, sans s'en rendre compte, comme les communistes de 1933 en Allemagne, font le jeu de Macron et des fascistes.

Que Mélenchon n'est pas l'idéal, et que son programme va rencontrer une opposition farouche comme on ne l'a pas vu depuis très longtemps, c'est une évidence. Qu'il ne pourra pas donc réaliser son programme, cela va de soi.

L'erreur des gauchistes, comme nous l'avons pratiqué au Chili, est de ne pas comprendre la situation. 

Allende était bien plus à droite que Mélenchon mais le mouvement social qui avait démarré avec lui l'a porté vers la gauche jusqu'à lutter les armes à la main et mourir comme un héros.

Quand même, Mélenchon c'est le seul qui a une petiter chance et son triomphe serait, deviendrait un tremblement de terre grade 9 sur l'échelle politique nationale. Et enverrait une poussé formidable aux luttes que l'inflation et les conditions de vie et travail commencent à peine à mettre en route.

Les gauchistes au Chili ont dit aussi que le programme d'Allende était purement réformiste et qu'il serait contré par la droite, le centre, l'impérialisme et l'armée. Ce qu'ils ne voyaient pas, dans leur optique en blanc et noir, est que le triomphe d'Allende a déclenchée une dynamique social d'une grande force et importance car la Nécessité la commandait. Si cela n'est pas allé plus loin cela a été la faute de la direction politique des travailleurs (et de l'impérialisme, mais avec ça il fallait y compter).

Même un Mélenchon au deuxième tour déclencherait une dynamique favorable aux travailleurs et donnerait confiance et espoir aux militants et aux milliers des gens qui sont aujourd'hui démoralisés et démobilisés.

Un appui critique mais réel et concret à Mélenchon c'est le seul chemin possible et cela même pour les gauchos. Ils peuvent se retrouver dans la dynamique de lutte et de militantisme qu'un triomphe ou un second tour de Mélenchon inmanquablement produirait.

C'est d'ailleurs la seule raison qui me pousse à le soutenir, faire campagne pour lui et voter pour lui.

Les gauchistes devraient penser à l'expérience ratée des communistes dans l'Allemagne de 1933.

Vous racontez n'importe quoi sur le Chili.

D'abord, Allende "plus à droite" que Mélenchon ? Je rêve. 

Ensuite, les gauchistes dont vous parlez, c'est à dire le MIR (je ne pense pas que vous parliez du PCML chilien ni de la VOP et la toute petite orga de la IV SU était dans le MIR jusqu'à la UP) non seulement ont soutenu de façon critique Allende, mais le président leur a demandé rien de moins que d'assurer sa sécurité. Et il l'a fait explicitement, à sa manière, il avait confiance dans "los cabros del MIR". Contrairement à ce que vous pensez les relations entre le MIR et Allende, le PS et le PC chilien n'étaient pas exactement ce que vous sous-entendez.

Pour une raison première, l'existence d'une forte mobilisation populaire dans laquelle les partis de la UP étaient aux côtés des Miristes. La référence internationale du MIR, Fidel Castro, dans un meeting énorme aux côtés d'Allende (et pas loin de Pinochet, alors ministre de la défense), a dit que, invité à venir voir le socialisme en marche au Chili, il voyait au contraire le fascisme monter. Et il a offert une mitraillette à Allende en public, celle avec laquelle le président s'est tué à la Moneda. Jusqu'au jour du putsch, Allende a pu continuer à échanger avec le MIR. Son neveu, Andrès Pascal, était d'ailleurs un membre de la direction miriste.

Les bases des rapports entre la UP et le MIR étaient simples, le PS chilien et le PC chilien étaient deux partis ouvriers puissants, implantés dans la classe ouvrière. Ce que n'est pas aujourd'hui et depuis longtemps le PS, encore moins EELV. Et le bloc FI n'est certainement pas comparable dans son implantation au sein de la classe ouvrière au PS et au PC chilien, les deux composantes principales de la UP. Le MIR était une petite organisation, mais bien plus forte que l'extrême gauche française d'aujourd'hui, qui n'est pourtant pas si faible qu'on veut le faire croire, ni que parfois elle pense.

Enfin, la UP était une alliance puisante entre le PS, le PC et la section chilienne de l'Internationale Socialiste à l'époque, le Parti Radical. Signalons aussi un petit parti, en soutien critique, lui aussi, à la UP, le MAPU, issu de la Gauche Chrétienne. La UP a été une vague de fond, une union qui a donné de l'espoir. Un peu comme en son temps, le Programme Commun a enclenché une vraie dynamique. Théâtre, Arts Plastiques, Chansons, occupations de terres, occupations de terrains pour créer des "poblaciones". Celle, chantée par Victor Jara, La Victoria, a célébré l'an dernier, je crois son anniversaire. Jara, les Parra, Inti-Illimani, Quilapayun, Illapu, Patricio Manns, Rolando Alarcon, Charo Cofre, Karaxu, bien d'autres... Oui, on a HK et Les Saltimbanques, "on lâche rien" mais cela n'a rien de comparable... A noter d'ailleurs que "El Pueblo Unido" n'est pas une chanson qui a eu son heure de gloire sous la UP, elle a été composée quelques jours avant le golpe. Mais c'est aujourd'hui un chant de dimensions mondiales, un écho de la Unidad Popular et l'espoir qu'elle a soulevé.

Vous comparez ce qui n'est pas comparable. LFI est certes la plus grosse structure à la gauche de la "gôche" de gouvernement, que j'ai du mal à appeler encore "gauche". Cette "gôche" aura des élus incontournables, même dans l'hypothèse d'une victoire mélenchonniste, ce qui me semble, à l'heure actuelle relever d'un trip plus que d'une perspective. Il n'y a pas de programme unitaire ni d'accord de gouvernement sur lequel se baserait une candidature Mélenchon si on veut la comparer à celle d'Allende. Pas de vague de fond ni de grand élan populaire de masse.

Un dernier point sur les camarades du MIR. "Pueble, conciencia, fusil, MIR, MIR !"; oui, c'était gauchiste, mais ce n'était pas faux. Et le travail au sein de l'armée chilienne, brisé par le tankazo, n'était pas non plus une mauvaise idée, d'ailleurs le PS et le PC en faisaient aussi, Altamirano était visé pour cela par l'armée. Comme disait un camarade, tout le monde a manqué de temps. "Nos madrugaron", je le dis en espagnol parce que je cite un copain chilien. Le soutien à la UP et la radicalisation de masse grandissaient, comme l'avaient montré des élections partielles que la DC pensait gagner et qu'elle a perdues, cela a rendu consensuel le putsch au sein de la bourgeoisie, y compris au sein de la DC. Et dans cette montée des mouvements de masse, il y avait aussi la force croissante du MIR dans la paysannerie et les cordons industriels. Pas majoritaire, non, minoritaire, mais en plein boom. Le dernier message d'Allende transmis par sa soeur au MIR, qui proposait à Allende de l'exfiltrer de la Moneda, était de dire à Miguel de sa part que son rôle était terminé, et que la suite était entre les mains de Miguel et ses camarades. 

Ensuite, pour parler de l'expérience allemande, vous dites encore n'importe quoi. Le jour où vous verrez Poutou parler de Mélenchon comme du danger principal, pire que les fascistes, là, vous pourrez en effet parler de la 3ème période en Allemagne. Je constate qu'on en est très loin, Poutou ne considère pas Mélenchon comme un ennemi. En revanche, oui, il y a des désaccords très importants, à commencer par les migrants, et ce n'est pas une question secondaire, quoi que vous en pensiez. Poutou a répété que JLM était parti sans demander ni proposer quoi que ce soit à qui que ce soit, et encore moins une discussion sur le programme. Le caudillisme au sein du mouvement ouvrier, on connait, on sait que cela ne mène nulle part.

Allende était bien plus à droite que Mélenchon mais le mouvement social qui avait démarré avec lui l'a porté vers la gauche jusqu'à lutter les armes à la main et mourir comme un héros.

JLM lutter les armes à la main et mourir comme un héros? … surprised

On le lui en demandait pas tant il y a quelques mois mais il semblerait que c’était déjà trop pour un « homme d’assemblée ».

Tout est possible.

En effet, "tout est possible" si une dynamique social s'enclenche, si de luttes se développent suite à un triomphe ou un espoir éléectoral réel, concret.

Je ne referais pas l'histoire de l'Unité Populaire et des gauchistes au Chili, ce n'est pas le lieu ni le sujet, mais objectivement Allende était le candidat le plus à droite possible pour le parti communiste qui cherchait depuis 1932 un Compromis Historique avec les partis du centre. Et qui s'est planté toujours mais qui ne voit pas d'autre alternative et cela même aujourd'hui.

La dynamique des luttes déclenchée entre autres par le processus électoral, l'a poussé jusqu'au sacrifice de sa vie, et le mouvement social très à gauche. Au point que le coup est dirigé contre ce gauchissement des masses plus que contre l'Unité Populaire qui avait décidé de capituler avec le plesbicite qui allait annoncer Allende le 11 septembre et qui signifiait l'abandon des réformes et l'abandon de la présidence de la république.

Mais comme l'a dit le chef du patronat chilien "nous pouvions croire et faire confiance à la parole d'Allende, mais qui pouvait garantir qu'il serait suivi par ses troupes (lire les travailleurs révoltés) ?"

Le hésitations, changement de cap du MIR qui a fait volte-face et passé en un an  des "expropriations armées" à un soutient presque "familiale" d'Allende   (donc du guévarisme au réformisme ) quand ils ont vu qu'il pouvait gagner est un peu mieux que les aventures politiques absurdes des gauchistes d'ici.

Le problème des gauchistes est qu'ls ne tiennent pas compte des intérêts d'ensemble du mouvement des travailleurs dans un moment précis mais de leurs intérêts de sectes.

Toute comparaison est bancale, mais le fond reste et le fond des gauchistes est leur boutiques, pas les intérêts concrets, à futur, en perspective du mouvement social des travailleurs. Et Mélenchon peut être une étape s'il passe au déuxième tour ou gagne, après, soutenu comme la corde le pendu, on pourra voir venir. Le POI qui l'a soutenu critiquement est, de ce point de vue, plus correct.

Il me semble que votre raisonnement oublie Tsipras et la Grèce.

Je m'interroge depuis un moment sur une thèse (celle que vous exposez ici si j'ai bien compris), celle d'un vote tactique Mélenchon, dont le score ( voire la victoire) serait susceptible de provoquer, de favoriser des mouvements sociaux faisant évoluer favorablement le rapport de force et ouvrant des perspectives. L'exemple grec me fait sérieusement douter de la validité de cette option.

Et Mélenchon peut être une étape s'il passe au déuxième tour ou gagne, après, soutenu comme la corde le pendu, on pourra voir venir.

C’est ce qui s’est passé après le 10 mai 1981. Avec le résultat qu’on peut constater aujourd’hui : une extrême droite a 30%

Mais tout simplement Mélenchon n’a aucune chance de figurer au second tour. Et il le sait très bien...

Tout depends en fait, comme ce fut le cas au Chili d'ailleurs, de la mobilisation des travailleurs qui a été, l'évenement principal qui determina tout, même la violence du coup d'état.

Je pense que l'on n'est pas au même moment de passivité des travailleurs que lors des événements en Grèce. 
L'inflation, le risque réel de l'Ed et même d'une guerre  (Chine- US pour Taiwan) peuvent très rapidement changer la donne.

C'est possible aussi que la situation n'évolue pas aussi décisivement dans ce sens, mais "l'option" des gauchistes c'est une impasse pratiquée depuis 60 ans.

5% même 10% de la liste LCR-LO furent gaspillés de la manière la plus idiote par manque complete d'intelligence tactique de LO (principal responsable) et de la LCR. Ils donnèrent la preuve de leur incapacité complète, de leur sectarisme et de leur nullité.

Depuis cet essai, plusieurs travailleurs  qui voulaient voir ce que cela valait, se sont desentendus de la politique ou sont passés voter ED. Voir si cela pouvait réellement changer par là. Car la situation devient intenable pour un tas des gens. 

Ou ils se sot mis à avoir des illusions en Mélenchon. C'est cela le réel pour un temps.

C'est quoi le vote EG? Un salut au drapeau totalement en dehors de la réalité de la lutte politique nationale, la seule qui compte.

Le vote Mélenchon au moins peut aider un conjonction des facteurs qui puissent relancer la mobilisation des masses, le seul vrai facteur important, mais aussi la réflexion, la lutte de classes sur le plan politique et des idées.

Ce n'est qu'un possibilité mais le chemin  des gauchistes c'est un tunnel noir qui, par ses résultats fait le jeu de l'ED, de Macron, de la droite écologiste, de la réaction.

Recement, j'ai suivi la campagne des gauchistes allemands. Pareil, ils ont fait une belle campagne, selon eux. Ils ont obtenu bien moins des voix mais ils s'en foutaient ("les raison sont verts", quoi).

Quand même, ils étaient ou faisaient semblant d'être tout contents (!) parce qu'ils avaient pris des contacts et gagné quelques militants... bref, l'intérêt de la boutique devant l'intérêt des travailleurs selon l'état de leur conscience du moment et selon l'état de la luttte politique au pays.

C'est leur caractéristique de toujours, leur "patriotisme de parti" avant tout. C'est vrai que c'est encore mieux que ceux qui annonent depuis 60 ans "Elections pièges à cons" et qui a conduit au néant un tas de gauchistes "marxiste-léninistes" (tu parles...ils n'en comprennent le premier mot), mais quand même...

Tout depends en fait, comme ce fut le cas au Chili d'ailleurs, de la mobilisation des travailleurs qui a été, l'évenement principal qui determina tout, même la violence du coup d'état.

Je suis d'accord sur le fait que la mobilisation des travailleurs est une variable fondamentale de la situation. Mais précisément quel est le niveau actuel de mobilisation des travailleurs ? Est-ce qu'on peut dire que la situation en France est pre révolutionnaire, Le problème est que Viriato nous raconte des sornettes...

Ou ils se sot mis à avoir des illusions en Mélenchon. C'est cela le réel pour un temps.

Le réel est quils n'ont aucune illusion mais aussi aucun espoir.  Et ça c'est une situation dangereuse ! Comme le dit Nazim Hikmet "on ne peut pas vivre sans espoir" Ou on les remplace par des boucs émissaires et on voit bien ce que ça donne

Contrairement aux bobadas il n'y a pas de raccourcis possibles : il faut déjà analyser de la façon la plus objective la situation actuelle pour trouver une solution. Et la réalité est que le mouvement ouvrier en France est dans un sale état. 

La première tâche est de reconstruire un espace commun dans lequel les gens pourraient se rencontrer et construire ensemble.  Ce qu'on appelle "éducation populaire" 

L'autre tâche urgente est de reconstruire une théorie révolutionnaire qui a perdu son mordant et son actualité. Comme le disait un barbu oublié "Pas de pratique révolutionnaire sans théorie révolutionnaire" Et la notre est pleine de trous...

"l'option" des gauchistes c'est une impasse pratiquée depuis 60 ans

Il est certain qu'à ce jour le bilan est maigre, mais je n'ai pas remarqué que d'autres options étaient moins une impasse.

D'où cette digression adressée à tous : nous sommes tous en échec, aucun n'est en situation de faire le donneur de leçon, aucune option n'a permis d'éviter la casse sociale. Les tons arrogants, donneurs de leçon, les "si t'es pas pour mon champion t'es un traitre ou un boulet pour les travailleurs" n'en sont que plus ridicules et surréalistes. Un minimum de lucidité et de modestie ne serait pas du luxe. Déjà qu'on est dans la merde jusqu'au cou...

Sans aucune arrogance on peut quand même défendre des convictions profondément ancrée dans notre histoire politique. Ou alors on ne sera pas « Dans la merde jusqu’au cou » mais noyé dans nos propres déjections….

Moi ce qui m'interpelle vraiment c'est l'absence totale de question concernant le pass sanitaire, les mouvements sociaux qui s'y opposent et son report envisagé jusqu'après les élections...

Qui a choisi de ne pas parler de ce sujet sans doute le plus débattu tant il remet en cause nos liberté fondamentales? tant il bouleverse la cohésion sociale déjà si fragile?

Qui dans cette interview a choisi de ne pas se confronter à ce réel bien présent et particulièrement douloureux?

Mediapart ou Philippe Poutou? En tout cas personne n'en a pas parlé et je trouve cela ahurissant.

..Ahurissant, si on oublie l’alignement de fait depuis le début de l’été des appareils dirigeants des Confédérations syndicales et de «l’aristocratie ouvrière* » sur la pseudo nécessité et légitimité du pass et donc CONTRE l’extension du mouvement et servant finalement la soupe à Macron..une fois de plus .

*.. qu’ont fini par intégrer les vieux gauchistes avec quelques prébendes «syndicales » - ça peut compter quand on est fatigué... mais comme le chantaient et le chantent encore les gilets jaunes :  «on n’est pas fatigués » ( nous) !

Et sous la "Brève" AFP-Médiapart ainsi titrée de ce matin :

France: les députés adoptent une loi controversée prolongeant le « pass sanitaire »

21 OCT. 2021 PAR AGENCE FRANCE-PRESSE

.... mon commentaire :

"les députés adoptent...", Mediapart ?  

74 Pour.. sur  577 députés ...

On est chez UBU-président de la Ve république, oui !

Dissolution ! Macron démission !

Voila ce que le npa en dit 

En faire "la mère des bataille" se substituant à la lutte des classes ? Ca se discute... en tout cas contrairement à ce que proclament certains trotskistes en voie de décomposition avancée le npa est bien présent dans les mobilisations...

fb-img-1626812837172

par ailleurs nimporte qui ayant manifesté contre le pass sanitaire et l'etat d'urgence a croisé le npa. 

Quel NPA ? la "Tendance Claire" qui appelle déjà à voter Mélenchon ?  les militants de "Révolution permanente" qui viennent d'en être exclus?