«Va manger du chien»: le racisme anti-asiatique s’étend avec le reconfinement

Par Léa Dang

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Nous avons assisté à une décision historique. » C’est avec ces mots que Stéphane Nivet, délégué général de la Licra, exprime sa satisfaction après la condamnation, jeudi dernier, par la cour d’appel de Paris, de trois individus qui avaient agressé et volé une trentaine de personnes d’origine asiatique en 2019, et qui écopent de deux à sept ans de prison. Des peines aggravées en appel en raison de l’appartenance des victimes, réelle ou supposée, « à une prétendue race, ethnie ou nation ».