Prise en charge des auteurs de violences sexuelles : le retard français

Depuis 2020, trente structures de prise en charge des auteurs de violences conjugales sont expérimentées sur le territoire, non sans susciter des polémiques. Au Québec et en Belgique, elles existent depuis des décennies, avec un impact documenté sur la baisse de la récidive. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lorient (Morbihan).– Pierre, 44 ans, a « fait une grosse bêtise » et sera jugé en mai prochain pour avoir violenté sa compagne. Il veut comprendre pourquoi il en « est arrivé là » et a demandé à suivre un « stage de responsabilisation ». Johnny*, 45 ans, sort d’un an de détention et ne « comprend pas pourquoi » il n’a toujours pas le droit d’être en contact avec son ex-conjointe. Elvis*, 44 ans, a été contraint par la justice à suivre un stage après une main courante de son épouse. Il a appris à « ne plus monter en pression », tous deux ont « décidé de continuer à vivre ensemble » et lui veut désormais suivre une thérapie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal