Macron décore Jean-Claude Marin, procureur de la raison d’Etat

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’heure où la plupart des magistrats réclament plus d’indépendance, et rêvent d’un parquet qui ne soit plus subordonné au pouvoir exécutif, face à un jeune chef de l’État soucieux d’incarner une ère nouvelle et porteur de promesses sur le sujet, le geste a quelque chose de paradoxal, pour ne pas dire incongru.