Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 19/01/2022 19:30
  • Par

Ce moment ou une journaliste de Mediapart dit qu'elle n'est pas d'accord avec la directrice des opérations de MSF sur la question des vaccins en Afrique et le peu d'utilités réelle d'ouverture des brevets (pas le problème principal en fait, autres pistes plus importantes à creuser)

Qui croire ?

surprised

Bien d’accord ! Suffit de voir le taux de mortalité de l’Australie qui a doublé en 1 mois alors que le taux de vaccination est passé de 81 à 90%. Plus de 400 décès ont suivi l’ouverture des frontières. Ils auraient dû les laisser fermées et ne pas faire confiance à ce « bidule ».

Ceci dit si les brevets sont levés, m’étonnerait pas qu’on se lance à fonds perdus dans un truc qui ne sert plus à rien. On n’est plus à une incohérence près dans notre beau pays.   

La levée des brevets n'aurait effectivement rien changé puisque le savoir-faire pour fabriquer les vaccins mARN n'est pas protégé par des brevets mais conservé en interne et protégé par des engagements de confidentialité avec les employés. Il peut donc être copié sans risque de procès mais n'est pas disponible dans le domaine public comme le sont les inventions protégés par des brevets qui décrivent précisément l'invention protégée.

La réalité est que nous sommes maintenant dans la situation prévue et connue depuis plus d'un an: il y a trop de vaccins et pas assez de preneurs. En novembre dernier, l'Afrique du Sud a demandé à Pfizer et J&J de suspendre leurs livraisons car ils avaient déjà trop de vaccins en stock.  https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-11-24/s-africa-wants-j-j-pfizer-vaccine-delivery-delay-news24-says

De nombreux pays à moyen et bas revenus sont dans la même situation: des stocks remplis de doses de vaccins du fait de problèmes de distribution et du refus de la population de se faire vacciner. https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-28/world-moves-from-shortages-to-possible-glut-of-covid-19-vaccines

Pour le coup cette émission là méritait un temps d'antenne d'1h30! 

Parcontre 30 minutes auraient suffit hier compte tenu de ce que l'on y a appris.  C'est à dire rie. Ou presque. 

Ces labos fonctionnent avec les ressources communes. Ils doivent travailler au service du Bien commun et non de pinochet-attali-l'actionnaire-macron. Nous devons en retour leur affecter toutes les ressources nécessaires.

Donc: levée des brevets, réquisition des labos et des chercheurs, qui ne sont pas responsables des crimes de la chose, et affectation des ressources nécessaires pour améliorer les vaccins et trouver des traitements.

Comment ? En faisant rendre gorge aux bollorés-arnauds-macrons, en leur donnant l'ordre de cesser immédiatement leurs nuisances (1), ce qui libèrera ces ressources. Comment tolérer qu'un connard se croit permis de rouler en suv nucléaire, partir à ibiza, polluer en trimbalant son immonde viande en yacht, ravager l'Afrique, stipendier un zemmour etc alors que des centaines de millions de personnes manquent de tout et qu'on a besoin de vaccins ?

Mmmmm ?

Ps à l'attention de Romaric. Pas un instant je n'ai employé le mot "argent", sauf évidemment pour dire que je ne l'avais pas dit.

1 - pétrole, yaourts inutiles, viande écocidaire, jo figaro-arnaud-hidalgo, "loisirs" berniens, bagnoles de m... et ravage du territoire... Pendant que la chose s'engraisse sur les licenciements, la vente à la découpe de ce qui reste d'un pays devenu incapable de construire le moindre matériel médical et encore moins ce qui serait utile aux peuples frères.

Merci encore mediapart et a l'air libre c'est ce genre de discussion que on as besoin pour avoir une idée plus clair et concise du programme de vaccination en temps de pandémie!!!!!

Par contre je suis d'accord que on reste sur notre faim il faudrait faire une autre émission avec ce même sujet!!!!

  • Nouveau
  • 19/01/2022 20:43
  • Par

La stratégie de vaccination ne peut pas être globale, elle doit s’adapter au contexte, à la population  à risque et aux moyens dont dispose chaque pays.

La question étant de savoir pour "qui lever les brevets" , nous savons aujourdhui que vacciner toute la planéte ne fera pas disparaitre la Covid mais qu'elle  disparaitra d'elle  meme ...Si elle  devient endémique il ne faudra vacciner que les personnes à risque  qui le désirent et tout miser sur la protection et le gestes barriéres 

Vivre avec !

Dommage pour les labos ...

Admettons. Ce covid n'en reste pas moins un crash-test. Et le jour ou un truc vraiment méchant très méchant arrivera, contre lequel nous serons désarmés ? Rappelons-nous que les Amérindiens ont été décimés par les maladies européennes contre lesquelles ils n'avait aucune immunité, acquise ou autre. La levée des brevets est plus qu'une décision ponctuelle, c'est un principe.

Oui 

Mais poser une question de principe

A des gens qui n'en ont guère ?

Il y a là qqchose qui relève des intérêts en conflits 

Tellement ils divergent ' en même temps '

Dans le secret des affaires

DCG

Crash test ....tout à fait !

En reprenant les arguments souvent utilisés par les opposants à la levée des brevets, cet article a pour objectif de répondre au scepticisme français sur la demande de dérogation temporaire des droits relatifs à la propriété intellectuelle des vaccins anti-covid19.

https://www.oxfamfrance.org/financement-du-developpement/levee-des-brevets-vaccins-deconstruire-faux-arguments/

Gestes barrières ? Ça pue la privation des libertes publiques.

  • Nouveau
  • 19/01/2022 22:02
  • Par

Juste pour rappeler l'info (souvent mal perçue dans le public) que "brevet = publicité" et non "brevet = secret".
Le principe du brevet (consacré dans la version internationale PTC, Patent Cooperation Treaty), c'est qu'en échange de la divulgation de l'invention(*), on reçoit la protection légale de la propriété intellectuelle contre des contrefaçons. En quelques clicks sur "espacet" ou sur le "upsto" ou via "Guugul  patent" (:;) , vous pouvez retrouver les brevets de BioNtech sur l'ARN messager et les vaccins, avec une idée raisonnable de la composition du vaccin et des liposomes utilisés (comme cela a été diviulgué aussi dans un article).
Certes, les industriels savent les règles au mm pour présenter "la recette" brevetable, mais laisser dans l'ombre quelques élément de "savoir-faire" qui font que le concurrent va déjà perdre du temps rien que s'il veut en labo suivre le même chemin (en toute honnêteté, il croit avoir une idée qui le différenciera suffisamment, mais a besoin de techniques très semblables). Donc les brevets en eux-mêmes ne sont que des "demi-recetttes" de fabrication, quoiqu'en ait pensé le législateur historique.

On demande donc bien "seulement" la levée des droits, et l'idée avancée est que c'est pour produire le vaccin dans plus d'usine. Je suis assez d'accord avec Mme Defourny que l'argumentaire "levez la protection" => "augmenter la prod et la protection en Afrique" est à côté de la plaque, et que la question est plutôt de connaitre l'état sérologique (anicorps) moyen de la population dans un contexte de vagues rapides, qui du coup ne facilitent pas de prendre la bonne décision. Une étude actuelle suggère que divers pays d'Afrique en sont à 60-70% d'exposition ( je ne suis pas sûr si c'est Mali ou Zambie).

Je suis d'accord qu'on se fait mener par le bout du nez par les big pharma (OpïoIdes, Dépakine, Mediator, sans doute les statines, faut voir...). Mais si on tape sur l'édifice formalisé et pérenne du brevet maladroitement, on risque d'avoir "l'effet Michelin", des industriels qui comptent cette fois ci sur le secret véritable, et ne disent pas ce qu'ils font, sauf aux commission d'AMM en mode confidentialité. Ne pas oublier la vertu (pas énorme, mais pas négligeable) du principe des brevets: "divulgation contre protection".

Après l'état pourrait simplement dire que là où il dépense 1 Md de commande publique, il demande que 30% de cette somme soit retournée par le labo sous forme de participation à des contrats de recherche publique co-abondés par l'état d'autant, sinon ce serait repris par l'impôt. Je suppose que l'excellente Mariana Mazzucato (autrice de "The Entrepreneurial State", traduit en français il y a ~2 ans) pourrait formuler des suggestions le long de la même idée générale, c'est bien l'état qui a financé le gros de ce que ces boites ont pu exploiter, alors il doit y avoir une forme de retour ou une autre.

(*) divulgation au bout de 12 mois après le dépôt "ouvrant la priorité" (le premier) , on laisse donc, en détail, du secret, mais pendant très peu de temps, de quoi laisser de l'avance "méritée". D'ailleurs un brevet peu être contesté si son propriétaire le garde (paye les taxes de maintien aussi notamment), mais n'en fait rien (pas d'application, pas de brevet divisionnaires dérivés, etc.), c'est la question qu'on met sous le mot "diligence", dans le même sens que les "due diligence" dans le business "ordinaire", les vérifications qu'un acheteur d'un gros bien (une compagnie) doit faire faute de quoi il ne pourra pas se plaindre d'avoir été roulé (le principe du "caveat emptor").

Enfin une contribution intelligente sur le brevet. ( petite précision: publication de la demande de brevet 18 mois, et non 12, après le premier dépôt ). Et je soumets à vos réflexions cet autre principe de base du brevet: le brevet ne confère pas un droit de produire l'objet breveté (ou d'utiliser le procédé breveté ), il ne confère que le droit d'interdire aux tiers la production de l'objet breveté.  Beaucoup de brevets dépendent d'autres brevets, leur objet étant une amélioration d'un objet déjà breveté par ailleurs. L'exploitation du brevet "amélioré" nécessite une licence du premier brevet. 

Oui, merci.

Les 12 mois, c'est sans doute un mic-mac dans ma tête avec la demande au PCT puis le passage aux phases nationales, où on retrouve des délais de ces ordres là.

Bien que je soit de ceux qui saisissent que c'est un monde tourné vers le profit, je trouve un peu dommage que les gens qui regardent ça de l'extérieur ne voient que l'aspect "brevet = accaparement", alors que nous n'avons pas tant que ça de système de pérennisation du savoir industriel, qui évite de devoir "réinventer la roue," qui fasse une forme , vaille que vaille, de "généalogie du savoir", et qui en silence évite sans doute, suivant l'esprit de ses fondateurs malgré tout, bien des dérives qui auraient lieu sans ce système (concurrence bien plus "sauvage" par accaparement des ressources ou pressions sur des fournisseurs tiers, etc.).

C'est s'il se délitait dans un monde à la Mad Max qu'on entendrait chouiner sur les aléas de ces salauds d'industriels qui nous tiennent par la barbichette etc..., sans s'être rendu compte qu'avant même l'ère thermo-industrielle (ou à son aube en Angleterre) , la question de la profusion de l'inventivité et du conflit qu'elle fait naitre avec le souci de pérennité d'une entreprise avait trouvé là une première solution qui n'est pas trop caduque en 2022.

  • Nouveau
  • 20/01/2022 00:30
  • Par

Bravo pour la prestation de Jérôme Martin et de Rozenn Le Saint.

Je ne comprends pas cette phrase "il nous faut respecter le temps". A l'Air Libre est une émission pour débattre et il faut laisser le temps aux invités de s'exprimer. Emission inachevée. C'est regrettable.

L'émission était beaucoup trop courte.

Le sujet ultra intéressant. 

https://www.msf.fr/communiques-presse/covid-19-l-omc-doit-renoncer-aux-brevets-sur-les-biens-essentiels-pour-lutter-contre-la-pandemie

Les grands malades avec leurs masques sur le plateau d'à l'air libre ! Tout Médiapart se voit dans ces inepties !!

Je voudrais bien savoir quelles sont les qualifications de Rozenn Le Saint pour asséner autant d'âneries !

Mais non, Isabelle Defourny, les formes graves ne sont pas (ne sont plus) réduites avec le "vaccin" (injection génétique!). Bien au contraire, les données sont en train de s'inverser parce que ces rappels à répétition semblent bien foutre en l'air le système immunitaire. On vous l'a dit et répété : il n'y a pas suffisamment de recul par rapport à ces vaccins.

Alors oui, pour les personnes à haut risque, le "vaccin" peut avoir un certain intérêt. Mais cela reste encore à prouver sérieusement.

Reconnaissons quand même à Médiapart d'avoir soutenu cette politique vaccinale incongrue. 

Attention, c'est le gouvernement qui négocie le prix des vaccins, mais ce n'est pas a lui que cela coute.

Mais à La sécurité sociale, notre bien à tous.

SS qui du coup deviens encore plus endettée, ce qui sert bien Macron pour sa vente aux assurances. Vous pouvez aussi les apeler mutuelles!

En plus il continue à Baisser les soit disantes charges des entreprises, qui sont nos cotisation sociales....

Attention à ne pas répéter ce que le gouvernement dit:  les tests et le vaccin sont gratuit. C'est nous qui payons par nos cotisations sociales.

Une synthèse de mes travaux depuis presque trente années sur la propriété intellectelle  y compris auprès des organismes de l'ONU  les personnes intéressés peuvent le trouver  en français, espagnol et anglais en:

 SUSPENSION DES BREVETS DES VACCINS: LE SILENCE DES AGNEAUX https://blogs.mediapart.fr/aleteitelbaum/blog/270921/suspension-des-brevets-des-vaccins-le-silence-des-agneaux

CASTELLANO

https://blogs.mediapart.fr/aleteitelbaum/blog/150521/vacunas-anticovid-suspension-temporaria-de-brevets

ANGLAIS

https://www.jussemper.org/Resources/Democracy%20Best%20Practices/Resources/AlejandroTeitelbaum-COVID-19-PatentSuspension.pdf

  • Nouveau
  • 21/01/2022 15:02
  • Par

Médiapart, complice de l'orthodoxie vaccinale, à se demander de la réelle indépendance de ce journal qui participe à la propagande d'état sans complexe, loin de sa mission de journalisme. Médiapart fait de la censure

Censure et propagande de Médiapart © Phili15 Censure et propagande de Médiapart © Phili15
aussi comme Youtube. Quelle est la définition objective de ce

qu'est un complotiste? En quoi ces informations sont fausses, quand Médiapart publie lui aussi des fakes news, ou des infos contestées. Médiapart a vendu son âme au diable. Rien sur le pass vaccinal. Médiapart devient "ICI PARIS"... Une honte pour le journalisme. hors les clous de la déontologie... Je signale que mon abonnement va se terminer et qu'il ne sera pas renouvelé...Sus au torchon de cette espèce.

Scandaleux, il n'y a AUCUN propos complotistes dans cette vidéo
Puis ceux qui pensaient que les états unis mentaient sur les armes chimiques de Sadam Hussein pour justifier la guerre en Irak étaient des complotistes pour tous ceux qui étaient pour la guerre.

C'est surement une personne qui a signalé ton message qui a provoqué la censure

je ne vois pas non plus ce qu'il peut y avoir de "complotiste" dans cette vidéo. Que certains propos d'Aberkane ne plaisent pas à tout le monde, OK. Mais le "complotisme" il est où ?

m'est d'avis qu'il est plutôt au fameux "conseil de défense" vu toutes les décisions de fadas qui ont été prises depuis des mois avec les résultats que tout le monde peut constater, à condition de vouloir ouvrir les yeux

Voir

https://blogs.mediapart.fr/aleteitelbaum/blog/220122/epidemies-pandemies-endemies

Rapport détaillé  sur la question

POUR FAIRE RECULER LES DÉSERTS MÉDICAUX , IL FAUT NOTAMMENT RÉGULER L’INSTALLATION DES MÉDECINS

                   6ho ipmx4rimaxresdefault

IL FAUT NOTAMMENT RÉGULER L’INSTALLATION DES MÉDECINS

                                                         24 janvier 2022

" Intervention de Danièle Obono , jeudi 20 janvier 2022 , lors de la discussion en séance de la proposition de loi PS sur les déserts médicaux
En France , 1 personne sur 10 vit dans un désert médical où il faut 11 jours pour obtenir un rdv chez un·e généraliste et 189 jours chez un·e ophtalmo.

Pour mettre fin à ces inégalités qui amènent à renoncer aux soins , il faut commencer par réguler l’installation des médecins entre zones très fortement dotées et zones sous-denses.

Mais des mesures d’ensemble doivent être prises également :

recrutement de médecins publics ;

- augmentation des moyens des facultés de médecine pour permettre une véritable suppression du numerus clausus ;

 - mobilisation de la médecine libérale et hospitalière ; 

- ré-investissement dans les hôpitaux de proximité qui maillent le territoire et en leur permettant d’effectuer des actes de chirurgie et d’obstétrique ; 

- développement de coopératives médicales.


C’est ce que nous ferons une fois au pouvoir.  "

Compléments d'enquête:

1. La levée des brevets n'aurait rien changé puisqu'ils ne couvrent pas le savoir-faire pour fabriquer les vaccins mARN développé par Moderna (et BioNTech). Ce savoir-faire n'est pas protégé par des brevets mais conservé en interne. Il peut donc être copié sans risque de procès mais n'est pas disponible dans le domaine public comme le sont les inventions protégés par des brevets qui décrivent précisément l'invention protégée.

2. En novembre 2021, l'Afrique du Sud a demandé à Pfizer (vaccin à ARN messager) et J&J de suspendre leurs livraisons car elle avaient déjà trop de vaccins en stock.  Il est à noter que le gouvernement Sud Africain a expréssement exclu d'envoyer à d'autres pays africains les vaccins détenus en trop. https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-11-24/s-africa-wants-j-j-pfizer-vaccine-delivery-delay-news24-says

De nombreux pays à moyen et bas revenus sont dans la même situation: des stocks remplis de doses de vaccins du fait de problèmes de distribution et du refus de la population de se faire vacciner. La situation avait été prévue dès le début 2021 sur la base des projections de fabrication. Cela a été totalement ignoré par les soutiens de la levée des brevets...

https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-28/world-moves-from-shortages-to-possible-glut-of-covid-19-vaccines

3. Le patron du Centre de Controle des Maladies Africain a demandé en début d'année la suspension des donations de vaccins par les pays riches pour éviter d'avoir à les détruire quand ils arrivent à péremption. https://www.politico.com/news/2022/02/22/africa-asks-covid-vaccine-donation-pause-00010667

4. L'argument que la levée des brevets était nécessaire pour faire face à la demande a été encore affaibli quand Serum Institute of India, le plus gros fabricant mondial de vaccins, dont celui d'AstraZeneca, a décidé d'arrêter la fabrication en décembre dernier ayant 500 millions de doses en stock et aucun acheteur. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous