En Ile-de-France, la campagne de Pécresse patine

Par

Alors que les sondages donnent Valérie Pécresse largement battue au second tour des élections régionales (21 mars) par le socialiste Jean-Paul Huchon, l'équipe de la chef de file UMP en Ile-de-France tire la sonnette d'alarme et appelle les électeurs à «se mobiliser massivement». Mediapart a analysé les cinq points faibles de la campagne de la ministre de l'enseignement supérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C'est une région très difficile. Balladur a perdu (en 1998), Copé a perdu (en 2004).» «L'Ile-de-France, ça paraît compliqué, le vote sera national.» A un mois des régionales, chacun y va de sa petite explication à l'UMP pour justifier par avance une éventuelle défaite de Valérie Pécresse en Ile-de-France. Il faut dire que les sondages donnent la ministre de l'enseignement supérieur battue à plus de 58% au second tour par le socialiste Jean-Paul Huchon.