Loi Macron : des députés UMP et UDI dénoncent un « gâchis »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le 49-3, c’est une arme d’autorité pendant 24 heures. Ensuite, c’est le début des emmerdes. » Bruno Le Maire parle en homme d’expérience. Les soutiens parlementaires qu’il a réunis ce mercredi 18 février à l’Assemblée nationale le savent. Autour de la table, chacun garde en mémoire la dernière utilisation de cette prérogative. C’était en 2006, lors du vote pour le projet de loi sur l'égalité des chances, où figurait le controversé contrat première embauche (CPE). À l'époque, le premier ministre s'appelait Dominique de Villepin. Son directeur de cabinet, Bruno Le Maire.