Sophie Béroud: «Le programme du Medef est appliqué»

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ca, c'est certain !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

 

oui mais un jour pas si loin j'en ai certain il n'y aura plus d'humains pour voir le printemps revenir ...

à peine quelques "rapaces" se dépeçant entre eux ... Déçu

 

quand à JLM ... envoie le là et demande lui quoi faire !

https://blogs.mediapart.fr/rolandschlachteryahoocom/blog/160216/repartition-des-richesses

tient et à Filoche aussi ...

je serais bien curieux de conaître leur réponse Rigolant

 

 

Vous avez du mal comprendre votre cours : jamais un président n'a eu 50% de voix par rapport au nombre d'inscrits : cela signifierait un taux d'abstention quasiement nul ce qui même pour une  présidentielle est loin d'être le cas .

 

et vous vous m'avez mal lue ...

je posais bien la question si c'est par rapport aux nombres d'inscrit (ce qui bien sur m'étonnerait fort) ou le nombre de votant , ce qui me semble être ce que j'ai appris 

mais bref

ma question était surtout si cela faisait encore partit de la constitution ?

 

alors si vous avez une réponse à me proposer , je suis preneur

Sourire

C'est vrai que, de plus en plus, je trouve des points de ressemblance avec cette moitié du 19ème.

Vous avez raison, moi aussi je suis prêt à tenir le pari.

"comme tout va tellement vite et que le "terrorisme" commence à s'estomper dans les têtes , il faut leurs créer une "grosse panique"" qu'ils matteront à coups de CRS , gendarmes et restant de l'armée pour qu'un max de guignols citoyens aillent voter pour leur sécurité ...."

 

J'allais le dire autrement ... :

Et un p'tit attentat, un, pour faire passer la pilule et faire remonter la cote de popularité  !!!

 

bah !

pour T'charlie's j'avais mis en ligne certains documents qui tendaient dans le sens que cela a bien été provoqué ...

mais bon , comme d'ab , hué à tout va ...

il y a un très bon téléfilm anglais (2h35) qui s'intitule The Fixer , catastrophes programmées"

(ne pas confondre avec The fixer (tout court)qui est une série à x saisons)

et même si ce n'est qu'une "fiction" , on peut très bien faire le parrallèle avec plein d'autres agissement ...

quoiqu'avec le 11 sept on y est !

si tu veux le voir et ne le trouve pas , envoie moi un message et je te l'envoie Clin d'œil

                                                                                                                                                                       veaux et moutons sont fait pour etre tondus et abattus !!

Vous êtes croyant ? car voici le CV de votre revolutionnaire ( c'est sur qu'avec ce gus ça va changer Rigolant:

Récapitulatif des mandats

Fonctions ministérielles

Mandat de sénateur

Mandats locaux

Mandat européen

Depuis 2009, dans son blog, sous la rubrique « Parlement européen », il effectue une analyse et un compte rendu de ce qui se passe au Parlement, en session parlementaire. Il y présente les thèmes qui sont abordés en sessions plénières, sa prise de position lors des votes, et ses explications de ses choix de vote134.

Fonctions politiques au PS

  • Cofondateur du courant Gauche socialiste au PS
  • Membre du Conseil national du PS
  • Membre du bureau national du PS
  • Directeur de la rédaction du bulletin hebdomadaire À Gauche
  • Cofondateur et président du courant socialiste Nouveau Monde (2002-2008), puis animateur de la sensibilité Trait d'union jusqu'à son départ du PS en novembre 2008.
  • Secrétaire national du PS

 

Rigolant je le garde sous le coude ... Rigolant

et puis  la fin des 35h ...

Ils pourront à nouveau taper sur les chômeurs sous prétexte que ces fainéants "glanderont" plus par semaine ...

Rigolant en fait c'est cool , je GLANDERAIS plus par semaine ...

 

je suis CGT, le 26 janvier j'ai fais grêve comme à chaque préavis de mon syndicat, mais voilà....c'est un collègue FO qui s'est précipité pour me remplacer et "servir" nos usagers.

Dans le compte rendu intersyndical CGT FO Solidaire, FO a crié victoire!!! mais contre qui?

Si vous regardez un peu les infos sur notre TV "dirigée" vous devriez remarquer que la CGT est de tous les combats, suffit de regarder les drapeaux autour du journaliste, la plupart du temps on ne voit pas CFDT ni FO. Il faudrait que le caméraman cadre plus prés pour rendre les protestataires moins visibles, ils n'y ont pas encore pensé...

En mars appel à manifestére lancé par la CGT pour les retraités, défense des Goodyear, défense des Air France et plein d'autres. Certe on est pas parfaits mais on agit avec nos moyens souvent limités.

Je connais des secrétaires qui sont toute la semaine en réunion, sur le terrain, jamais chez eux et qui finissent souvent avec des conflits....familiaux! Ils ne comptent pas leurs heures et finissent souvent épuisés ou malades, pour quelle reconnaissance? s'entendre dire qu'il faut se bouger le cul? Faut pas généraliser...

 

Embarrassé

Comme il est dit dans l'article : les syndicats sont bien plus préoccupés par leurs élections que par les travailleurs... Y'a du pouvoir à prendre, il s'agirait pas de laisser passer l'opportunité de toucher du doigt le monde bourgeois ! Sans doute pour mieux aider les ouvriers... Mais après hein, promis ils le feront!

Si la droite etait au  pouvoir  vous seriez dans la rue. .....

Mariefab, merci pour ce petit résumé qui a le mérite d'avoir éclairé ma lanterne !

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Très intéressant, ce topo sur la non-représentativité du Medef. Merci, Mariefab !

++++

oui c'est vrai je n'y avais pas pensé!!!!

ils sont entrain de remplacer petit a petit la politique par l'économique ... quand plus personne ne croira en la politique , le tour sera joué , plus personne (ou pas bien grand monde) ne râlera quand se sera officiellement mis sur papier.

 

c'est le contrecoup de ce que l'on nommais les blocs "communistes" , eux avec leurs traités créent des BLOCS ECONOMIQUE ...

tout le monde le sait depuis belle lurette mais personne n'en parle , même pas mélenchon ...

et quand on essaye (depuis un bail)à expliquer cela au pékin moyen , on se fait prendre pour des allumés ...

 

en fait c'est la suite logique des prise de pouvoirs :

"superstition" > panthéisme > monothéisme > politique > économique ...

avec aux passages élimination des "contre productifs" ... et le tout sous couvert de "science" ...

il faut bien justifier la "sélection naturelle" non ?

 

what else ?

Déçu

 

ils sont entrain de remplacer petit a petit la politique par l'économique ..

Aucun doute là dessus. Mais tous les hommes politiques, ou ceux qui devraient vraiment l'être, sont pour une grande partie les premiers à ne pas parler d'autre chose. Ce qui revient à blablater sur l'existant sans avoir de buts élevés et absolus. Ne considérer une idée qu'à partir de son coût. Partir de ce qui est matériellement pour aboutir on ne sait trop où puisqu'on n'a pas d'idéal politique à atteindre. Partir du ras du tapis pour arriver à pas grand chose. Si le fric a tant d'importance, il faut aller le chercher où il dort pour financer un idéal politique. Et tout le monde sait très bien où il dort.

Des économistes et des pseudo-philosophes, voilà tour ce qu'on a !

Et de penser qu'il en est qui se réjouiraient d'une candidature de Piketty !

 

Rigolant ils ne vont quand même pas , les politiciens , bouffer la main qui les nourrira jusqu'à leur disparition , surtout à l'âge qu'ils ont ...

ils me font penser à Roger Watters qui avait plombé le floyd avec "The wall" après avoir écrit et sortit l'album Final Cut (pink floyd) , voulut "saborder" le groupe ...

j'espère que comme eux , certains tiendrons bon ...

Clin d'œil

L'économie une pseudo science incompréhensible (car aléatoire) c'est comme la messe en latin ... Ca permet d'assoir son pouvoir sur une bande de gnous qui n'y comprennent rien et qui sont donc obligés de fermer leur gueule et de "faire confiance"... 

Une science exacte se définit comme un système de pensée où une expérience doit toujours donner le même résultat dans des conditions identiques ... En économie, aucune règle ne se vérifie jamais Rigolant ! Pour justifier ce manque de régularité ils ont inventé l'effet papillon Sourire... Des malins ...

Et dans "malin" il y a le malin ... th?&id=OIP.Mff65281ecee55d4d5b97cefe15de74b4H0&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0

 

Mais non... Il espère toujours affronter un Sarkozy démonétisé (quelques inculpations, mais surtout pas procès), ou bien le FN.

Donc, on pousse sur sa droite la droite, pour la rendre plus effrayante encore, et apparaitre comme le moindre mal. En prime, les fonctionnaires qui devraient constituer le seul os à ronger de la droite, devraient rentrer au bercail fissa...

F. Hollande nous a donné récemment quelques preuves de sa capacité à mal évaluer et de son amateurisme  (déchéance, referendum ndl...). Il risque bien de faire de même en 2017, et d'affronter une abstention record qui lui sera fatale.

Prégnance de la bourse et du caca-rente.

L'état doit être social ou il n'est pas. L'état c'est nous, la société qui le compose et non les gouvernants comme on a l'air de le penser un peu partout maintenant.

L'état d'urgence policier-militaire, ils n'ont pas de problème ... (à part une légère résistance du peuple peut-être ...)

Pourquoi pas un état d'urgence social

Hein ? Innocent

Pour ça il faudrait qu'on ait un gouvernement de Gauche ... Déçu

 

"Tout se passe comme si la réforme de la représentativité de 2008 n’avait pas donné les résultats que souhaite le gouvernement, c’est-à-dire, en clair, la marginalisation de syndicats ou de sections syndicales combatives dans les entreprises." 

Donc, quand on a pas les rėsultats escomptés, on change les règles. C'est comme pour le rėférendum de 2005, il n'ont pas la bonne réponse, ils suppriment la question. Maintenant, les précédentes organisations des syndidats n'ont pas encore donnés les pleins pouvoirs aux patrons, donc ils changent les règles sur le "dialogue social"

Il y a du vrai dans ce que vous dites, et même je me demande si ce gouvernement ne  tenterait pas d'acheter les syndicats avec un budger "arrosage".

 Devant l'ampleur des attaques je les trouve tous bien timides.

jusqu'ici il y avait des sections carrément montées par le patron, je crains le pire mais je fais sans doute de la parano !

Si les syndicats sont timides, il y a à mon sens une raison bien plus simple : il faut que les salariés soient derrière, et en tant qu'ancien représentant du personnel, je peux dire que c'est loin d'être gagné. Même avec ce projet, je doute de voir les salariés dans la rue (ou alors peut-être un samedi, alors imaginez, faire grève...).

Comment se présenter en tant que force d'opposition face à une direction, ou plus globalement face à un gouvernement, quand ceux-ci sont certains qu'ils ne risquent rien ?

Pour que les travailleurs soient derrière, il faut que devant il y ait une parole, des appels clairs, un travail d'explication et de mobilisation et là je suis consternée dont la riposte se met en place y compris de la part  de mon propre syndicat!

Cette timidité syndicale devant des attaques de cette envergure est vraiment inquiètante, qu'ils essaient au moins de mobiliser , distribuer un tract, enfin tester un minimum ! là rien, on attend tranquillou le mois de mars avec des tas de réunions sur les points et les virgules !

 

les contrats "zéro heure" à l'anglaise

C'est effectivement le but final du Medef !

Les SMS du matin remplaçant les files d'attente devant les entreprises pendant la crise de 29 !

J'ai passé un temps en Angleterre à l'époque de Thatcher. 

Je vivais chez des Anglais, des enseignants. Ils travaillaient à plein temps. Le mari était payé 1/2 salaire et sa femme bénévole ... 

Ils achetaient un fish-and-ships pour 4 ! Déçu

 

J'ai failli m'endormir.. La CFDT est un syndicat de mollusques faux derches:

https://www.change.org/p/oise-cgt-fapt-orange-fr-non-au-licenciement-de-la-d%C3%A9l%C3%A9gu%C3%A9e-syndicale-cgt-webhelp-compi%C3%A8gne?recruiter=31881664&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=des-md-share_petition-no_msg&fb_ref=Default

Je pense que ça se passe de commentaires. Si vous avez le courage de suivre ce lien, vous aurez un bon aperçu de ce qu'est la CFDT.

LE PROGRAMME DE JP MORGAN CHASE EST APPLIQUE

Bien d'accord sur le fond de cet article. Mais  le titre de celui-ci ne me semble pas tout-à-fait approprié.Le MEDEF est à la manoeuvre c'est sûr, mais n'agit-il pas en service commandé de la finance ?

Le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclamait  dans un rapport paru en mai 2013( certains abonné de Médiapart avaient dévoilé celui-ci en juillet de la même année) l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.Bref une dictature soft à coup de 49-3 et d'état d'urgence mis en place par le super-préfet Valls depuis quelques mois.

Que la droite fasse son boulot dégueulasse qui consiste à réduire les avantages aux salariés(salaires décents, conditions de travail, ) et assurer toujours plus de confort (profit et libertés d'exploiter) au patronat c'est bien  dans sa nature, sa tradition et sa culture. Rien à dire si les électeurs ont installé cette droite au pouvoir et sauf à considérer la fin du syndicalisme.

Que les solfériniens le fassent au nom de la gauche, dépasse l'entendement, la mesure.

Ils veulent les émeutes et la révolutions  ou quoi ces salopards ?

Dès lors, on  comprend mieux pourquoi l'état d'urgence est installé durablement (le terrorisme à bon dos) pour mieux taper sur ceux qui résistent ou voudront résister. Tout le monde a pu observer le galop d'essai contre les militants écolo lors de la Cop 21.

Çà y est La France installe un double régime austéritaire depuis (10 ans) et autoritaire depuis la fin de 2015. Pour la plus grande joie de l'oligarchie. Alors heureux les électeurs de Hollande ?

Hollande-Valls-Macro-Khonneri et godillots préparent notre législation du travail à la concurrence des entreprises américaines avec lesquelles nos entreprises devront se battre à mort quand le TAFTA aura été ratifié par l'UE et par tous nos gouvernements aux ordres de sa chef : Mme Merkel.

Ils veulent une guerre civile, un bon "nettoyage" tout simplement - sans se salir les mains - et j'en suis convaincue - ; nous, paupérisés une bonne fois pour toutes contre tous ces malheureux réfugiés qui cherchent assistance. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me semble être dans leur logique vu que ces oligarques ne sont là que pour rendre compte à leurs castes.

 

POURLAVENIR, 

"""(ils) préparent notre législation du travail à la concurrence des entreprises américaines avec lesquelles nos entreprises devront se battre à mort quand le TAFTA aura été ratifié... """

ÉVIDEMMENT ! Tout vient de là, et de rien d'autre. Sinon, pourquoi ? 

Voir plus bas. 

 

 

il suffit de regarder le dernier astérix &obélix (le film) le domaine des dieux ...

comment ils y expliquent clairement et avec plein d'humour ce qu'est le monde du travail et donc ce qu'est l'esclavagisme ... "moderne" .

Rigolant

passer pour des héros

Des zéros, oui !

Moi j'y comprends plus rien...

Si les syndicats, pris par leurs élections et jeux de positionnement respectifs, ne "peuvent pas se permettre" de se réunir pour contrer la mesure, ils n'ont décidément plus aucune utilité. Ils sont identiques et interchangeables avec les politiques qui ont précisément les mêmes préoccupations. On s'en doutait, mais c'est fou ce que les choses se clarifient ces derniers temps.

Les centrales syndicales ont toujours défendu en tant que corps constitués les intérêts de leur propre collectivité. Il en a été de tout temps ainsi, et notamment en 1968. Car dans un autre type de société, ces collectivités n'auraient pu lieu d'être ( on va me qualifier de gauchiste passéiste ) . Cela étant, il y a aussi des limites dans l'autre sens. Si les salariés sont livrés pieds et mains liés au patronat, alors des mouvements de révolte '' incontrôlés" pourraient se produire, et cela autant le patronat que les syndicats n'en veulent sous aucun prétexte. Donc pour ce gouvernement de parjures et d'hypocrites, je dis attention : vous allez franchir la ligne rouge.

Il y a eu énormément de syndicalistes sincères et courageux, mais je suis assez d'accord avec Renaud Lachamp ci-dessus : les syndicats, en 68 par exemple, ne voulaient surtout pas d'une révolte "incontrôlée". Ce sont eux qui ont dit "nous avons eu ce que nous voulions, remettons-nous au travail", alors que les choses auraient pu aller beaucoup plus loin, qui sait dans quelle direction ! Ils ont oeuvré pour maintenir le statu quo.

Voir "La reprise aux usines Wonder", par exemple ?  Clin d'œil

  • Nouveau
  • 19/02/2016 16:59
  • Par

Pour ceux qui ont travaillé dans le privé, toutes ses mesures sont Déjà appliquées depuis belle lurette.

 

 

 

Ceci est erroné, je défend des salariés aux prud'hommes, les heures supplémentaires identifiées sont payées 25% au delà des 35H sauf dans la convention collective des hôtels restaurants, les heures au-delà de 48 heures sont interdites ainsi que le dépassement des 10 heures sauf dans les cas rares de "forfaits jours"

Doire que les mesures sont appliquées c'est banaliser leur légalisation et leur généralisation; Quand les salariés se défendent ils peuvent obtenir l'application des droits inscrits dans le code du travail ou les conventions collectives.

Ce que vous dites est faux, vous devez être mal renseigné sur les mesures qu'on s'apprête à prendre. Le privé est sujet au droit du travail et ces mesures étaient jusqu'ici illégales. Si elles vous étaient appliquées, vous aviez des recours.

 

L'esclavage de la classe d'en bas est rétabli ..

 

la réalité , le problème ... c'est que dès que tu ne fais pas partie de matignon , élysée ou bruxelles ou du grand patronnat , tu fais partie de la classe d'en bas ...

Clin d'œil

 

+1

Rigolant

On voit bien là une solide expérience, et je crois que ça devient de plus en plus dur ! bonne continuation!

tout à fait juste votre commentaire, chez nous pareil, ils veulent tout mais sans rien faire, c'est le syndicat qui doit travailler et eux empocher. C'est dur à dire mais beaucoup ne méritent plus d'être défendus, trop individualistes, profiteurs, opportunistes, tirs au cul, voir fainéants, et toujours une bonne excuse pour ne rien faire : ma maison, mes enfants, ma voiture, ma femme, mon chien (de race), mes vacances, mon club de sport, mes abonnements TV,, brefs....beaucoup de "crevards" et le mot est faible...Ils "achetent" une carte pour leurs concours(truqués) leur carrière (truquée) leur promo (truquée) et les primes qui vont avec. Et dès qu'on a tout ça? on rend la carte!

Chez nous réorganisation de service avec pertes de postes et pas 1 pour faire grêve, je fais quoi?

Il y a toujours eu ce genre de discours assez pénible, mais maintenant il gagne du terrain avec le gouvernement qui fait le pire! les gens se bougent quand on touche à leurs trucs individuels mais malgré tout dans le monde du travail il reste encore du collectif, les salaires par exemple, le temps de travail, l'individualisation n'a pas réussi au point de tout dissoudre.

Il reste des zones importantes de révolte, quand on croira que tout est dompté c'est là que ça va bouger ! les gens ont de grands capacités à supporter, jusqu'au jour où ?

  • Nouveau
  • 19/02/2016 19:07
  • Par

Désormais on peut résumer le Code du travail en une seule phrase: " la ferme sinon dehors".

En attendant la prochaine loi qui supprimera le Code du travail...

Félicitations Mathilde pour cet excellentissime article et les réponses de Sophie Béroud.

Je l'ai relu trois fois et vraiment il ne manque rien y compris  les difficultés rencontrées par la CFDT avec le SCID Commerce que je connais bien.

Nos parlementaires devraient lire cette analyse oh combien pertinente pour savoir ce qui les attends. C'est un très bon article que je vais garder précieusement mais aussi diffuser à de nombreux militants...et quelques députés frondeurs que je connais bien....juste pour leur remettre le cerveau dans le bon sens....

Merci ! En l'occurrence Sophie Beroud fait le gros du boulot. ;)

En fait Valls et Hollande sont de grands gauchistes (qui s'ignorent peut-être...).

Demain, graĉe au référendum d'entreprise, les salariés seront invités à s'exprimer sur les "golden hello" et autres "golden parachutes", sur la stratégie industrielle, sur la logique de répartition de la valeur ajoutée entre salariés et actionnaires, sur l'organisation du temps de travail...

Il n'y a que les "grincheux" et autres "conservateurs de gauche" pour penser que cet outil ne servira qu'à faire voter des reculs sociaux en jouant du chantage à l'emploi.

Sarko l'a rếvé, mais Hollande l'a fait...

  • Nouveau
  • 19/02/2016 20:11
  • Par

Si les syndicats, et les salariés, pouvaient intégrer, une bonne fois pour toute, que ce gouvernement est le plus à DROITE depuis plus de quarante ans, on pourrait espérer une grève générale comme en 1995... et personne, même pas le Manolito d'opérette, ne pourrait résister à une grève générale.

Si je comprends bien tout, d'aprés le gouvernement suivi du patronat ;

baisser les frais d'obsèques fera tomber les femmes enceintes !

C'est moderne comme concept..Sourire

"Depuis 2012, nous assistons à une agression en règle de ce gouvernement plus réactionnaire que jamais sous la VEME, contre les classes populaires, et contre les ouvriers, et salariés en particulier. " écrivez-vous.

Une lecture des livres de Christophe DEJOURS, Marie PEZÉ, Laurence THÉRY, Danièle LINHART vous aiderait certainement à sortir de cette vision étroite des choses. La France périphérique décrite par Christophe GUILLUY a été totalement abandonnée par la gauche, FdG compris.  C'est une évidence.

De fait, désormais, d'autres catégories de salariés connaissent une certaine souffrance au travail. Voir dernièrement le suicide d'un médecin à l'hôpital G. Pompidou. A votre liste, n'hésitez pas à ajouter la petite maîtrise, puis les cadres intermédiaires et de proximité. Je vous recommande, en particulier, la lecture du livre de Danièle LINHART " La comédie humaine du travail" aux éditions Erès.

Danièle LINHART mentionne notamment ceci (page 139) : « L’instabilité fait partie du paysage habituel des entreprises modernes, qui se veulent adaptées à un monde plus fluctuant et exigeant. Mais derrière cette image d’Epinal se cache une réalité bien plus aride : celle de l’inconfort, voire d’un certain degré de souffrance comme levier pour obliger les salariés à troquer leurs points de vue professionnels contre celui que la direction cherche à imposer sur leur travail. Avec ces changements permanents, et la remise en cause de leur expérience, les salariés en arrivent à un sentiment proche de celui d’incompétence qu’ils redoutent tant. L’instabilité est devenue un moyen pour obliger les salariés à rendre les armes, et à se transformer en relais efficaces, fiables des méthodes et de la qualité du travail voulues par leur direction. »

Cette instabilité, justement, n’est-elle pas au centre de cette réforme du code du travail ? Bien évidemment, elle ne sera pas nommée ainsi…

Vu que j'ai fondé un syndicat dans ce quin était la seconbde entreprise française de transport routier à l'époque, et que j'ai alors constaté à la fois la bètise incroyable des patrons et des employés, j'ai abandonné dans les semaines qui suivaient: il faut en finir selon moi du syndicalisme à la française.

Et pire encore, il faut en finit du patronat à la française, que défendent des élus et des nommés qui se prétendent de gauche. Ca suffit!

On n'a que trop vu leurs disputes sur des bouts de chandelles, défendues par le pays qui veut sans cesse gouverner le monde, alors que bien qu'il soit le plus riche, il a un pourcentage impensable de racisme, de discriminations, de sectes,  de très pauvres, et de politiciens peu recommandables.

Je pense qu'il faut éliminer toute entente avec des groupes ou des nations qui sont fondamentalement ennemies des libertés d'autres groupes et nations. PACIFIQUEMENT, même si ces gens ne pensent qu'à fomenter leurs guerres pour vendre des armes ailleurs.

La vie d'un patron est plus dure que la vie d'un ouvrier. Le PS modernise le social du patron, et de l'élu, lui aussi. L'ouvrier actualisera donc le niveau de popularité gouvernemental.Du jamais atteint.

Un jour il faudra peut etre savoir ce qu'on veux! Si on veut réduire le chomage en France,il n'y d'autre choix que d'essayer de garder nos entreprises, grandes ou petites. Petites, car ce sont les seules aujourd'hui qui ne sont pas délocalisables et donc qui peuvent creer de l'emploi. Faut-il encore qu'il y ai une volonté politique de les maintenir en place, mais pas seulement!

Les salariés doivent eux aussi donner:

1/ En ne considérant plus le travail comme une contrainte. en arretant de penser que tous les patron sont riches et voyous. C'est certainement le cas quelquefois...mais cela ne concerne que certains Grands Patrons (cac 40 par exemple) dont bien souvent (il ne faut pas l'oublier) l'Etat est actionnaire privilégié.

2/ En "bon pere de famille" (terme oublié) c'est a dire opter pour la préférence nationale dans la vie de tous les jours, et cela même si ça coute plus! c'est le prix à payer pour conserver notre beau systeme et notre histoire. Croire qu'on  peut continuer à vivre en profitant des pays "pauvres" qui ne respectent pas la moitié des droits que nous avons chez nous puisse perdurer est un leurre. A terme, nous serons tous perdants(sauf les riches importateurs, il va de soi).

Quant aux syndicats, le MEDEF ne représente pas la majorité des entreprises. C'est un syndicat voyou pour patrons voyous. La CGT c'est pareil coté salariés. Ces deux syndicats devraient disparaitre, cela ferai du bien à tout le monde!

Garder les entreprises, en particulier les petites...c'est relancer l'économie, ce qui passe d'abord par une relance importante des salaires, et de l'investissement notamment publics.

Les baisses de cotisations ne remplacent pas les commandes pour la plupart d'entre elles ... et sans commande, pas d'heures de travail, par d'embauche. Cela fait maintenant deux décennies voire trois que ces mesures se succèdent avec le résultat qu'on connaît. 

Rien ne remplace une politique de relance pour ce qui est des commandes. 

Les cotisations en baisse n'intéressent au final que les entreprises de grande taille. Celles ci continueront à ne pas employer.. tout simplement parce que les marchés sont insuffisants, et les commandes aussi.

Quant à la préférence nationale c'est le cache sexe du FN qui n'a jamais quitté son idéologie Thatcherienne. 

Quant aux patrons voyous ... le problème n'est pas là. Aujourd'hui sur les marchés qui rapportent notamment dans le bâtiment, les entreprises moyennes écrasent dans la concurrence la plus absurde les petites, souvent aussi parce que ces marchés sont étriqués (du fait de l'austérité). Ainsi, c'est l'ensemble de l'économie qui est tirée par le bas, en forçant les plus petits à baisser leurs tarifs au delà du raisonnables. Les tarifs alors augmentent sur le marché "particuliers", dans un contexte où chaque euro est compté. 

La préférence nationale n'a donc strictement rien à voir... même pas en termes de consommation. 

Relancer, c'est refaire partir la machine économique en espérant que le temps mis à récupérer un taux d'emplois acceptable, n'aura pas altérer les compétences dont on aura besoin. 

Quant à la CGT son activité est indispensable... La traiter d'organisation de voyous est assez bas surtout de la part de quelqu'un qui parle de "préférence nationale". 

Encore une grosse Khomri du gouvernement :

Myriam El Khomri, en 2014.

  • Nouveau
  • 20/02/2016 05:26
  • Par

 

Il y a un rapport évident avec le marché transatlantique à venir (TAFTA). Comment ne pas voir le déploiement flagrant de la manœuvre  (via Davos, Bilderberg, Le Cercle, etc) ?  

Ce n'est que dans ce cadre que l'on peut comprendre l'apparemment ahurissante démarche de Hollande. Ne l'a-t-il pas promis urbi et orbi à Obama dans les étranges lucarnes ? 

Les français, bien naïfs, se laissent avoir ! Alors qu'ils ont "rendez-vous en enfer", mais ne le savent pas. Ou plutôt, non : ils ne veulent pas le savoir, bourrage de crâne idéologique aidant, toutes générations confondues. 

Même si les syndicats ont "collaboré", il y a quarante ans, nous dit-on, la France et ses vaillants petits habitants n'auraient pas supporté le dixième de ce que l'on nous inflige aujourd'hui. 

Et une forte majorité, cornaquée par la CFDT, la CGC, la CFTC, voire l'UNSA, (même si tous s'en défendent), acceptera, toutes générations également confondues.

Le nouveau Code du Travail, dit aussi "Code Badinter", devra donc s'appeler 

"CODE  FRANÇAIS  DE LA SERVITUDE  VOLONTAIRE". 

 

Clin d'œil il y a 41 ans je me rebellais déjà contre les conditions "hors contrat" de mon exploitation d'apprentit ... je n'ai pas tenu 1 an et à 18 ans je suis partie bosser en interim chez un ami ...

cela m'a fait voyager (grand déplacements) et cela me permettais de bosser 6/8 mois dans l'année en gagnant en ce laps de temps plus que les pauvres bougres ne gagnait en 1 an de chaîne et autre ...

sur mes 57 ans , j'ai donc toujours eut du temps pour ma passion (peinture , sculpture etc.) et le 27 de ce mois cela fera 19 ans que j'ai définitivement largué tout cet immonde et inhumain système ...

Clin d'œil

 

 

ROLAND, 

Bravo. On pressent une certaine fierté... Cool    C'est légitime. Il y a toujours eu des minorités qui, heureusement, ont déjoué cette servitude volontaire que le "système" a toujours voulu imposer. 

Mais aujourd'hui, où elle s'exacerbe et se massifie ?   En pleurs   ???

 

 

fierté non mais beaucoups de regrets car à mon avis aujourd'hui il est trop tard , il fallait nous écouter il y a 30/35 ans pour ne pas en arriver là ...

Déçu

ROLAND, 

OK... Des regrets... Et de l'écœurement !   En pleurs  +  Criant

Il va de soi, indépendemment des époques, que je m'inscris dans le "nous". CDT  

Contre la loi quelle (ou belle) connerie :

Afficher l'image d'origine

Nombre d'entre vous connaissent sans doute la parabole de la grenouille : quand on la plonge dans l'eau bouillante, elle en jaillit en protestant, quand on la cuit à petit feu, on l'occit. Il en va de même des travailleurs.

Maintenant que la brave bête agonise, on peut même mettre plein feu (plein GatAZ).

 

bon , ça y est , c'est la fin des 35h !

 

de plus ils pourront à nouveau taper sur les chômeurs sous prétexte que ces fainéants "glanderont" plus par semaine ...

Rigolant en fait c'est cool , je GLANDERAIS plus ...

Terminé les rapports de force qui existaient entre les syndicats et les employeurs.

L'activité à valeurs ajoutées est délocalisée ou remplacée par des machines,

La solidarité des travailleurs est dissoute au profil de l'indivilualisme poussé,

Il y aura de moins en moins de travail et de salariés, donc:

Le gouvernement peut satisfaire le patronnat et broyer comme il lui semble le code du travail afin d'augmenter régulièrement les revenus de ces seigneurs.

Il n'y a pas encore suffisemment de gens vraiment malheureux, pas d'inquiétude ça vient et alors sera venu le moment de se révolter.

 

  • Nouveau
  • 20/02/2016 11:12
  • Par

Il y aurait 1,7 million de syndiqués parmi les 22,5 millions de salariés français, soit un taux de syndicalisation d'environ 7% de la population active et la moitié des syndiqués sont dans la fonction publique qui représente 25% des salariés en France.

Force est de constater qu'avec 93% de non syndiqués les syndicats ont échoué dans leur mission principale qu'est la représentativité du monde du travail. Il est vrai que la démocratie directe donne la nausée à toutes les organisations qui tirent profits de leur pré carré, mais la "votation" est ajourd'hui  le seul moyen par lequel la volonté du plus grand nombre peut etre adoptée et mise en oeuvre

  • Nouveau
  • 20/02/2016 11:25
  • Par

Pour la pétition contre cette loi d'asservissement du peuple, c'est parti !

https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci?source_location=petitions_share_skip&utm_source=action_alert&utm_medium=email&utm_campaign=521214&alert_id=dBFEbuLSvF_49E6SvR2AnbH6t5QMzBTXjtVKcCjrfiHnvpBduz6CVLmP3aVuSSP4GFIF6%2FMvwNn

depuis que HOLLAND est au pouvoir il distribue des milliards aux entreprises sans contre partis et mal-grès tous ses cadeaux le chômage continue à augmenter ainsi que la précarité alors soit le gouvernement et sa majorité est composée de crétin totalement incompétent soit il applique un politique néolibéral !!

Il n'y a pas de dialogue social dans notre pays sans un rapport de forces le gouvernement répond à la demande du MEDEF pour la raison simple que ce gouvernement croie dans un politique néolibéral

Le dialogue social du gouvernement ses de l'enfumage ses maintenant aux syndicats des salariées de faire leur travail et de mobiliser les salariées pour qu'il manifeste en masse leurs refus de revenir sur des acquis sociaux, sinon ils disparaîtront et seront remplacés par des syndicats maison au ordre du MEDEF

 

assez de discourt des actes citoyens si on ne veut pas revenir au XIXe siècle

Adressée à Ministre du travail Myriam El Khomri

 Loi travail : non, merci !

 

Caroline DE HAAS Paris, France

Pour ceux qui pense que ses par le nombre d'adhérents que ce défini le rapport de force un petit rappel de la réalité de notre socité :

Ce n'est pas le nombre de syndiqués qui définit la force d'un syndicat mais sa capacité à défendre l’intérêt général et à mobiliser les salariés

Le Medef ne représente n'a pas plus de syndiqué parmi les chefs d'entreprise que les syndicats de salarié et pourtant il a le pouvoir de dictée ses volontés au gouvernement

Les partis politiques non pas plus d'adhérents que les syndicats et pourtant il représente 100% des élus 

Le Medef ne représente n'a pas plus de syndiqué parmi les chefs d'entreprise que les syndicats de salarié 

8% dans les deux cas.

Ce qui permet à ces syndicats (subventionnés par l'UEInnocent)  extraordinairement minoritaires de signer des textes contraires aux intérêts des travailleurs et au MEDEF de réclamer, réclamer sans fin des avantages ... 

 

Par contre dans les médias le MEDEF est très présent et il semble terroriser le Gouvernement, les jérémiades de Gattaz vous arrachent le coeur, ce coût du travail, oh là, là c'est l'horreur ! stop! 

Excellent article, merci à Mathilde Goanec et Sophie Béroud.

Le gouvernement s'emploie méthodiquement à défaire le programme du Conseil national de la Résistance.  : c'est à dire à démolir tous nos acquis sociaux. Selon le souhait du MEDEF  (8% du patronat français ...)
Citation d'un article de Denis Kessler dans la revue Challenges le 4 octobre 2007

Actualités Challenges < EDITORIALISTES DE CHALLENGES 04.10.2007

Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde !

 Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie.

Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux

La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. 

Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

 

A l'époque se forge un pacte politique entre les gaullistes et les communistes. 

Ce programme est un compromis qui a permis aux premiers que la France ne devienne pas une démocratie populaire, et aux seconds d'obtenir des avancées - toujours qualifiées d’«historiques» - et de cristalliser dans des codes ou des statuts des positions politiques acquises.

Ce compromis, forgé à une période très chaude et particulière de notre histoire contemporaine (où les chars russes étaient à deux étapes du Tour de France, comme aurait dit le Général), se traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l’importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d’être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite, etc.

Cette «architecture» singulière a tenu tant bien que mal pendant plus d'un demi-siècle. [les Trente glorieuses ]

Elle a même été renforcée en 1981, à contresens de l’histoire, par le programme commun. 

Pourtant, elle est à l’évidence complètement dépassée, inefficace, datée. Elle ne permet plus à notre pays de s’adapter aux nouvelles exigences économiques [libéralisme sauvage] , sociales, internationales [mondialisation de la spéculation]. 

Elle se traduit par un décrochage de notre nation par rapport à pratiquement tous ses partenaires. [les dictats de l'Union européenne en sont la cause]

Le problème de notre pays est qu'il sanctifie ses institutions [sociales], qu’il leur donne une vocation éternelle, qu’il les «tabouise» en quelque sorte. Si bien que lorsqu’elles existent, quiconque essaie de les réformer apparaît comme animé d’une intention diabolique [pourquoi ne pas détruire le MEDEF ? ]. Et nombreux sont ceux qui s’érigent en gardien des temples sacrés, qui en tirent leur légitimité et leur position économique, sociale et politique. Et ceux qui s’attaquent à ces institutions d’après guerre apparaissent sacrilèges.

Il aura fallu attendre la chute du mur de Berlin, la quasi-disparition du parti communiste, la relégation de la CGT dans quelques places fortes, l’essoufflement asthmatique du Parti socialiste comme conditions nécessaires pour que l’on puisse envisager l’aggiornamento qui s’annonce. Mais cela ne suffisait pas. Il fallait aussi que le débat interne au sein du monde gaulliste soit tranché, et que ceux qui croyaient pouvoir continuer à rafistoler sans cesse un modèle usé, devenu inadapté, laissent place à une nouvelle génération d’entrepreneurs politiques et sociaux. Désavouer les pères fondateurs n’est pas un problème qu’en psychanalyse.

Denis Kessler

(Fin de citation)

Denis Kessler, né le 25 mars 1952 à Mulhouse, est un économiste, chercheur et dirigeant d'entreprise français. Il a été vice-président du MEDEF. Il est actuellement le PDG du groupe Scor1, administrateur deBNP Paribas SADassault Aviation, et Invesco Ltd2. Il est membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques) depuis janvier 2016.

Denis Kessler prône l'abolition de la loi des 35 heures dont il décrit les conséquences négatives pour l'économie française7.

Les entreprises disent qu'en ayant la possibilité de licencier facilement ils vont pouvoir dégager des profits ... Pour qui ? Pour les actionnaires ?

 

Normal de la part d'un ancien maoïste.

  • Nouveau
  • 20/02/2016 18:06
  • Par

Pas grave, comme Pablo Servigne, je parie pour un effondrement du système dans plus très longtemps... Les plus individualistes crèveront les premiers... http://www.terraeco.net/Pablo-Servigne-Les-plus,64497.html J'aurais bien aimé une dernière vraie grève générale, mais moi non plus j'y crois pas trop, les gens sont lobotomisés et on leur met bien la trouille, ils n'osent plus bouger, et sont même prêts pour "bouffer de l'étranger"...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

HISTOIRE DU SYNDICALISME par Franck LEPAGE et Gaël TANGUY (initiation Rigolant - 16 minutes) 

 

  • Nouveau
  • 20/02/2016 19:24
  • Par

La pétition contre le projet de loi El Khomri dépasse les 100.000 signatures

La militante féministe Caroline De Haas, avec l'appui de syndicalistes CGT notamment, a lancé ce vendredi une pétition sur le site Change.org pour interpeller la ministre sur son projet de loi Travail. Elle a déjà atteint les 100.000 signatures.

Je l'ai signée, je vais la reprendre pour la faire signer sur papier dans la rue !

  • Nouveau
  • 21/02/2016 08:57
  • Par

"c’est encore renforcer les conditions pour un profond désarroi politique d’une large partie des salariés.  " sous-entendu, ils risquent de se tourner vers d'autres candidats en 2017...

On ne vous le fait pas dire!...

  • Nouveau
  • 23/02/2016 04:37
  • Par

Simple question :

Aujourd'hui, comment peut-on être salarié et adhérent à la CFDT ?

On peut décliner cette question, comme je l'ai fait dans un autre article "comment peut-on encore être salarié et/ou militant et membre du PS"...  ;-)

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

La chercheuse Sophie Béroud a souhaité apporter des modifications dans deux de ses réponses, celle sur l'unité syndicale et la faiblesse syndicale, après la prise de position de Laurent Berger, secrétaire national CFDT, dans Le Monde. Suite à mon accord, le papier a été modifié.