A Bondy, la justice annule l’élection et le marigot local frissonne

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bondy (Seine-Saint-Denis).– C’est un mauvais remake de la série Baron noir à l’échelle locale. Un inextricable feuilleton fait d’inimitiés personnelles, de méthodes douteuses et de passages devant le juge. Le dernier épisode – et non des moindres – date du 15 février : l’élection municipale de Bondy a été annulée par le tribunal administratif de Montreuil, saisi par l’ancienne maire socialiste Sylvine Thomassin. Son successeur, Stephen Hervé (Les Républicains), a fait appel et reste donc en place jusqu’à la décision du Conseil d’État.