En Seine-Saint-Denis, l’hôpital maltraite une unité de soin des victimes de violences

Par

L’unité médico-judiciaire de l’hôpital Jean-Verdier, à Bondy, prend en charge les victimes de violence. Son travail, à la qualité reconnue, est menacé par une restructuration hospitalière. La situation s’envenime entre la direction et l’unité, en grande souffrance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bondy (Seine-Saint-Denis).– Les locaux de l’unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital Jean-Verdier tiennent dans moins de 100 mètres carrés : un étroit couloir dessert l’accueil, où se serrent deux agents à toute heure du jour et de la nuit, week-end compris, puis cinq salles de consultation. Les médecins, les infirmières et les psychologues de l’unité y reçoivent les victimes de violence, une majorité de femmes et d’enfants.