La diversité est toujours aussi peu présente dans les municipalités

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Aujourd'hui la discrimination à l'égard des minorités visibles est également d'ordre social, puisque ces minorités malgré leur réussite universitaire ne parviennent toujours pas à se rendre visible. Pourquoi les français d'origine maghrebine partent ils dans les pays anglo-saxon ou ils réussissent de manière extraordinaire alors qu'en France le plafond de verre demeure infranchisssable.

Vous m'enlevez le commentaire de la bouche...

si on se souvient bien a la revolution , ils n'ont fait que remplacer une caste par une autre avec les memes droits

N'est pas "untel" qui veut ! affirmait un grand élu . En effet, quand on a l'argent on a le pouvoir et les clients qui vont avec...

En effet, j'attends avec impatience l'enquête de Médiapart sur l'origine sociale des candidat/e/s (et, encore plus, des élus).

 

J'allaisd dire la même chose...et évoquer "la formation des élus", qui devrait être prévue par la loi. Pas à la "Bygmalion", bien sûr!

oui bah si vous vous rendez pas compte qu'en France l'apartheid existe bel et bien ...

Ils ont tous sauté sur Hortefeux quand il a prononcé son historique" quand y en a un, ca va mais .." alors qu'ils l'appliquent tous concrétement lorsqu'il s'agit de faire leur liste. Ils en prennent un pratiquement toujours, comme l'arbre de la diversité qui cacherait le désert de leurs intentions sur cet état de fait. Un relent de racisme latent qui ne dirait pas son nom .

La sureprésentation des agriculteurs, des professions libérales ou des hauts fonctionnaires dans les assemblées expliqueraient en partie cela. Sans compter celle des retraités ou la sous représentation des moins de 30 ans et des chomeurs, le pays conservateur des élus est bien un autre monde, bien étranger au nôtre -)

Bien vu, tout cela.

Dans ma collectivité (6500 habitants) 5 listes en présence, dont une du FN. Dans celle du maire sortant, apolitique (de droite, bien sûr!) un élu d'origine maghrébine poil à gratter des élus et de l'administration municipale, haï, vilipendé, diffamé...qui n'avait été retenu que comme "alibi" et dont toutes les préconisations les plus pratiques ont été rejetées. De quel droit pouvait-il en démontrer aux autres? Il ne doit pas avoir eu sa dose car il repique au jeu. 

Le gros mot est lâché : « communautarisme »... Et vous ajoutez : « Les élus ne sont pas élus pour représenter la société. Il sont élus pour représenter la Nation. [...] Ils ne sont pas élus pour représenter telle ou telle communauté, minorité, ou partie de la population [...] comme si la caractéristique la plus importante de ces personnes était la couleur de leur peau ou leur origine. »

Vos belles idées universalistes seraient crédibles si la réalité correspondait à votre discours... Or, de nos jours, le prétendu « universalisme républicain » ne sert qu'à camoufler des inégalités criantes fondées dans les faits sur la couleur de peau, l'origine ethnique, l'identité, la sexualité, etc. Votre universalisme fictif ne sert qu'à maintenir la rente de situation du communautarisme le plus pernicieux : celui des mâles blancs hétérosexuels, de préference riches et âgés ! :-)

Je rappelle d'ailleurs que c'est le même type de discours, ou peu s'en faut, que tenaient les hommes qui s'étaient seuls arrogés le droit de vote, excluant les femmes qui n'étaient pas, pour ces pseudos universalistes, des Hommes avec un grand H, comme ils disent :-)

En un mot, si la République prétendument universaliste n'est pas capable d'associer, à égalité, tous nos concitoyens, qu'il s'agisse des femmes, des Noirs, des Arabes, des LGBT, etc., c'est qu'elle ne fonctionne plus, ou que c'est un mythe auquel nous avons trop longtemps eu le tort de croire.

L'essentialisme n'est pas celui des minorités (toujours défensif), c'est celui de ceux qui discriminent l'autre en fonction de son sexe, son identité de genre,* sa sexualité,sa couleur de peau, sa religion, etc.

Les USA ont élu un Noir à leur tête, mais c'est inimaginable dans une France universaliste en paroles, mais pas en actes !

* La candidate transgenre de Toulouse, par exemple, a été aussitôt essentialisée par les médias, qui feraient mieux de se demander si elle est compétente ou non ! En France, les membres des minorités sont toujours renvoyés à leur particularité, et non à l'universalisme comme ils le souhaiteraient.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce n'est pas parce qu'il existe des voleurs qu'il faut supprimer le vol du code pénal..

Plus sérieusement, ce n'est pas parce que des principes ne sont pas toujours respectés, et ils ne le sont jamais parfaitement, loin s'en faut, que ce ne sont pas de bons prinicpes.

Ce n'est pas parce qu'il existe des discriminations que l'on doit jeter aux orties le principe d'égalité et d'absence de discrimination posé par la déclaration des droits de l'homme qui fonde en droit l'ambition universaliste de la République. Au contraire. Elle doivent être combattues et ne peuvent l'être valablement qu'au nom de ce même principe.

Elle ne peuvent pas à mon sens être combattues sur la base du principe qui coniste à exiger que chaque "communauté" ait sa juste part du gâteau. Les pays anglo-saxons n'ont pas la même approche que nous, ce sont des pays multi-culturels mais "communataires" ou l'on s'accomode fort bien d'un apartheid de fait pourvu que chaque communauté soit représentée par des leaders avec lesquels on puisse discuter pour maintenir la paix sociale et ou l'on n'exige nullement que chaque membre autre chose que le respect de la loi et le maintien dans sa communauté d'origine. C'est pourquoi il n'y a presque aucun mariage mixte aux Etats Unis..

Obama qui est véritablement une exception au modème américain car métis n'a pas été élu parce que Noir mais bien que Noir.N'importe quel démocrate un tant soir peu valable aurait été élu en 2008. Les études montrent qu'Obama a perdu plusieurs points aux élections de 2008 et 2012 parce que Noir..Il est significatif qu'il ait refusé, pour lui même, tout avantage qu'il aurait pu obtenir au tutre de l'Affirmative Action. 

Par ailleurs, je n'ai pas écrit que l'essentialisme était le fait des minorités. N'importe qui peut manifester une approche essentialiste, y compris le CRAN.

  • Nouveau
  • 19/03/2014 18:11
  • Par

Ce n'est pas un scoop que ceux qui sont différents, en France, revêtent très vite le statut de minorité, sans compter l'écrèmage sociologique que produit notre société. Tant que la culture politique Française reste figée dans la constitution de la VEME politique, alors la situation a peu de chance d'évoluer sans artifices qui ne donnent pas que des bonnes choses.

La constitution donnant à un président les plus vastes pouvoirs, transforme le débat en rivalité d'hommes ou de femmes ... Mais pour ces dernières, cela reste très théorique et anectdotique si l'on excepte S.ROYAL. Tout repose alors sur "l'image", vendue par un marketing sur une "offre politique" encore rivée à une grande hétérogénéîté territoriale et bien sûr sociale. Autrement dit,  la présidentielle se gagne par le tassement des différences, des originalités, l'écrasement même des diversités et parfois des intelligences, sous le mythe à la fois traditionnel de l'homme providentiel ( jamais la femme) ou... celui du rassemblement... Le président est celui qui arrive à faire s'entendre des radis, des épingles, et des navets... Pour que ce dernier soit noir, ou d'origine nord africaine, ou handicapé, il faut qu'il soit exceptionnel... ou alors qu'un évènement historique le porte au pouvoir. Si DE GAULLE avait été noir,  il aurait certainement ramé pour s'allier les tendances de la résistance, mais s'il s'était imposé alors... nous aurions eu peut être une tradition plus ouverte. Ceux qui "fabriquent" les présidents, sont les partis. Eux même fonctionnent au quotidien par l'apport de permanents issus de grandes écoles dont le recrutement est essentiellement issu du 1% sociologique de la France, le reste étant souvent accidentel.

Or ce sont ces partis qui ont essentiellement pour vocation de porter le futur président qui fournissent en même temps les candidats membres de listes des villes. Et là encore, on retrouve la prédominance de la culture de l'homme fort, qui ne peut par conséquent pas être issu d'une minorité, qui plus est majoritairement pauvre. Faire reposer le phénomène de l'endogènéîté française de ses cadres sur un prétendu archaisme de la société française ou des français eux même est une escroquerie intellectuelle.

Le parallèle serait de prétendre que la médiocrité de TF1 est à l'image des Français.

Ce sont les conditions très spécifiques, élitistes, de la constitution relayée par les écuries que sont les partis ainsi qu'un marketing politique qui s'en trouve appauvri, qui reproduisent la ségregation sociale (sexe, origine, sociologie, handicap...). Changer le cadre institutionnel, ainsi que les modes de scrutin, les structures de formation, l'organisation du travail sont les seuls leviers permettant de faire changer cette situation. Le reste, et en particulier le discours rejetant une éventuelle "faute" sur le peuple lui même, contribue à masquer ce que cette constitution a de plus perverse et corruptogène, et ce qu'elle a de plus destructrice d'intelligence et de compétences.

pascal, ceux qui "fabriquent" les présidents ce sont les riches tant que les citoyens n'auront pas compris cela, rien ne sera possible pour changer le monde, en mieux. En pire il y aura toujours pléthore de politicards pour proposer des solutions mortifères.

J'ai décidé de ne jamais voter pour le PS le jour ou ce parti a demandé à mon père de se retirer de la liste car il craignait de perdre des voix car il était noir !! De ce jour j'ai bien compris que le PS n'acceptait les bazanés et noirs juste parce que ca fait bien sur la photo !!

  • Nouveau
  • 19/03/2014 19:42
  • Par

C´est le Printemps à Médiapart on  solde les articles divers, il y en a pour tout le monde : les femmes, les gays, les trans, les handicapés, les "minorités visibles", les réfugiés politiques, les jeunes...Qui veut de la diversité acceptable pas cher ?....Allez Messsieurs, Dames encore un petit effort les soldes c´est tous les jours de la semaine à Médiapart.

J´exagère, en fait c´est mignon tout plein ces articles sur la diversité, à chaque journal son "marronier", pourquoi MDT n´aurait pas le sien ? En plus, tellement "humain" qu´il suffit de l´écrire ou même de le lire pour se sentir un autre homme/femme. La guimauve, même trop sucré, c´est si bon.

Article plutôt racoleur,digne du "Monde", car donneur de leçons, et de "Libération" pour la cartographie et les présupposés. Le plus dérangeant, c'est la philosophie en apparrence inoffensive et généreuse qui sous-tend cette prétendue enquête (en fait un recyclage de données associatives). Avec ce type de démarche, il n'y a aucune raison de ne pas compter le nombre de Juifs. Malsain sans doute, anti-républicain absolument.

Bonsoir,

Deux ou trois remarques par rapport à cet article. Tout d'abord il faudrait comparer les "pourcentages" de l'étude avec ceux de la population française totale pour que cela aie du sens, sinon c'est un peu un raisonnement dans le vide.

Ensuite, de mon point de vue, la promotion de la diversité n'est pas le meilleur outil pour lutter contre les discriminations. Aujourd'hui, le meilleur outil reste le droit et les moyens donnés au défenseur des droits qui sont à mes yeux largement insuffisants. Dans les entreprises, les choses ont vraiment commencé à bouger quand les premières condamnations sont tombées et diffusées sur le site la (regrettée) HALDE, notamment pour Adecco pourtant signataire de la charte de la diversité !

Notre société est très diverse :diversité des origines, de l'éducation, des habitats, des goûts, des prariques professionnelles et de loisir, des conditions de vie familiale et de voisinage, etc...

Si cette diversité trouvait un écho dans nos instances élues, ce ne serait que mieux. Mais une autre diversité rend celle-là impraticable : la diversité des temps libres, des capacités et goûts de prise de parole, d'écoute critique, de lecture analytique, d'écriture "soutenue"; et, aussi, une bonne information sur ce que sont nos "corps constitués", nos "textes légaux et règlementaires", etc...

Comment s'étonner de la composition sociale particulière des corps élus, à tous les niveaux?

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Cette étude a été réalisée dans les exécutifs municipaux des 50 plus grandes villes françaises « pendant plus d’un an », précisent le Cran et République & diversité, en détaillant leur mode d'enquête : « Comme pour les enquêtes précédentes, celles du CSA ou du CNRS, l’analyse été réalisée sur la base de trois éléments : la photographie, le patronyme et le lieu de naissance. »