L'assaillant d’Orly montait au feu avec une arme inoffensive

Un homme a été abattu, samedi 18 mars, par des militaires de l’opération Sentinelle, après avoir dérobé le fusil d’assaut de l’un d’entre eux, à l’aéroport d’Orly-Sud. Au départ, le terroriste était muni d’un simple revolver à grenaille, un équipement qui témoigne des difficultés actuelles des djihadistes pour se procurer des armes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour le dire de façon balistique, un revolver à grenaille de calibre 9 mm qui déverse ses centaines de granules de plomb n’a aucune puissance d’arrêt. D’avis policier, pour occasionner de sérieuses blessures, « il faut être à bout touchant et viser au moins les yeux, sinon les dégâts ne seront que superficiels ». C’est avec cette arme à feu dite de défense que le terroriste d’Orly s’en allait commettre le carnage annoncé.