Les faux documents et vrais mensonges de l’affaire Benalla

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela commence à ressembler à un inventaire à la Prévert. Déjà mis en cause pour des violences volontaires le 1er mai 2018 et pour l’utilisation « sans droit » de ses passeports diplomatiques ; visé par une enquête pour « atteinte à la manifestation de la vérité » après la probable destruction de preuves ; par des investigations sur un possible port d’armes illégal – l’affaire du « pistolet à eau » –, mais aussi par une autre enquête pour « corruption » s’agissant de ses contrats russes, Alexandre Benalla est aussi soupçonné de « faux » et d’« usage de faux ».