A Nice, l'UMP est rattrapée par l'affaire Guérini

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous sommes aujourd’hui une pièce rapportée d’une affaire Guérini qui n’est pas la nôtre », a fait savoir Christian Nau, à Nice Matin, après sa mise en examen pour « trafic d’influence » à Marseille, en janvier. À travers lui, c’est effectivement un chef d’entreprise membre de l’UMP qui a soudain fait son apparition dans l’affaire du PS marseillais. L’événement inquiète depuis trois mois l’UMP niçoise qui connaît les liens de M. Nau avec ses chefs locaux. Questionné par Mediapart, l’homme d’affaires ne cache pas son dépit, et son isolement. « Maintenant, je suis dans la merde : dans Nice, on me tourne le dos, plus aucune banque ne me parle, se plaint M. Nau. Je ne suis pas la filière Guérini de la Côte d’Azur. »