Face aux crises, la mosquée turque de Roubaix mise sur la solidarité

Par

Entre le confinement, les actes et polémiques islamophobes et le bras de fer diplomatique entre Paris et Ankara, les Franco-Turcs vivent dans la ville du Nord un ramadan de toutes les crises.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Roubaix (Nord).– Samedi 17 avril, 11 h 30. À Roubaix, les couloirs de la mosquée Eyüp Sultan sont vides, coronavirus oblige. La porte, ouverte pour la prière du matin, à l’aube, s’est refermée après le départ des derniers fidèles. Un vacarme confus monte quand même du sous-sol, là, par un soupirail.