1968, ou la révolution de la pop française

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec une croissance supérieure à 5 % par an depuis le début de la décennie, un taux de chômage d’à peine plus de 2 %, la France de la fin des années 1960 se porte comme un charme. « Elle ne se connaît pas d’ennemis », claironne même le général de Gaulle lors de ses vœux télévisés pour 1968, lui qui « ne voit donc pas comment on pourrait être paralysé par des crises ». L’avenir, on le sait, lui donnera vite tort.