Climat : militer dans l’urgence

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

"Solutions" à court terme qui aggravent la situation, et permettent de continuer à enrichir les plus riches: une bonne définition de l'"écologie" selon macron.

Mon amie gagne trop sur Paris pour avoir un logement social. Donc au smic, elle se saigne pour se loger ainsi que sa fille dans un 42m2 pour 1200 euros par mois. L'appart est miteux et sa vie est une quète sans fin de plan pour avoir de la bouffe pas cher, des trucs d'occase, elle monte son vélo au quatrième tous les jours, pour pouvoir assumer ce loyer. Elle a 50 ans. Elle en vient à hair Paris. Etant aussi acculée, elle ne peut pas changer de vie, de boulot, devie, seule solution tenir, tenir, tenir.... mois après mois.

C'est ça la république française pour des citoyens normaux qui n'abusent pas du système!

Vive la start'up nation, c'est trop chouette!

En 2020, nous avons déjà eu une sécheresse hivernale dès janvier-février. Dans ce cas là, ce sont surtout les arbres qui morflent. Ils ne peuvent construire leurs réserves au niveau racinaire, les jeunes plants crévent, les grands dépérissent en commençant par les cimes. Ils deviennent secs et cassants, donc fragiles. Les branches maitresses cassent sous le poids de la neige, ou du vent, une hécatombe. Fragiles, ils sont aussi violemment attaqués par les xylophages. Un carnage.

Sans arbre, plus d'oxygène, les arbres sont la clé de voute de l'écosystème, c'est plus grave que le CO2.*

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous