Après les révélations de Mediapart dans les affaires Karachi et Bettencourt, la classe politique s'indigne de façon croissante. Après les socialistes Martine Aubry et Arnaud Montebourg, ainsi que la porte-parole villepiniste Marie-Anne Montchamp (lire ici), l'eurodéputée Eva Joly (Europe Ecologie), ancienne juge d'instruction dans l'affaire Elf, nous fait part de son indignation devant une «démocratie en danger de mort».