Travailleurs sans papiers: les grévistes font reculer le gouvernement

Après huit mois de mobilisation, les travailleurs sans papiers sont parvenus à se faire entendre du ministre de l'immigration. Les grévistes qui occupaient la place de la Bastille ont levé le camp.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Victoire? Non. Mais des avancées concrètes et sérieuses, oui»: voilà comment Raymond Chauveau, coordinateur CGT du mouvement de grève des sans-papiers, et Brigitte Cerf, de la FSU, résument les six heures de discussions qui ont eu lieu, vendredi 18 juin 2010 au ministère de l'immigration, en présence de représentants du ministère du travail, sur les critères de régularisation des travailleurs sans papiers. Les grévistes occupant la place de la Bastille ont été les premiers informés. Tard dans la soirée, ils ont levé le camp et se sont donné rendez-vous dimanche 20 juin dans l'après-midi au siège de la CGT à Montreuil pour décider des suites à donner à leur action, entamée en octobre 2009. Car si des critères «clairs» ont été obtenus, les piquets de grève ici et là devraient se poursuivre pour accompagner le dépôt des dossiers.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal