Hollande et la primaire: second souffle ou dernier soupir?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cet isolement ne pouvait pas durer. Les institutions voulues par le général de Gaulle ont beau être un corset, elles n’empêchent pas l’effondrement. Tout juste, à coups de 49-3, peuvent-elles maintenir l’apparence du pouvoir, un peu comme les embaumeurs ont maintenu l’apparence de Lénine. Mais, dans les faits, François Hollande est bel et bien hors de combat, rejeté par l’opinion et défié par ses sous-officiers.