«Le coût de la reconduite de cent Roms permettrait de mener une vraie politique d'intégration en France»

Par
Le sociologue Jean-Pierre Liégeois le soutient: «Ce n'est pas la poignée d'euros offerte, ou imposée, pour s'acheter une bonne conscience, qui va changer des dynamiques migratoires qui sont synonymes de survie.»

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France doit renvoyer jeudi 19 août vers la Roumanie 93 Roms «candidats à un retour volontaire». Deux autres vols sont prévus le 20 et le 26 août. Une mise en scène d'une procédure devenue banale puisqu'il s'agirait du «25e vol (...) de l'année vers la Roumanie et la Bulgarie», selon l'entourage d'Eric Besson cité par l'agence Reuters, et que 10.000 Roms ont été reconduits en Roumanie ou en Bulgarie en 2009. La commission européenne a appelé la France mercredi à «respecter les règles concernant la liberté de circulation et la liberté d'établissement» des citoyens européens. Pour le sociologue Jean-Pierre Liégeois, qui a fondé en 1979 et dirigé jusqu'en 2003 le Centre de recherches tsiganes de l'Université Paris 5, «ce n'est pas la poignée d'euros offerte, ou imposée pour s'acheter une bonne conscience, qui va changer des dynamiques migratoires qui sont synonymes de survie». Il est l'auteur de Roms et Tsiganes (Editions La Découverte) et Roms en Europe (Editions du Conseil de l'Europe).
Après avoir fait un amalgame fin juillet entre gens du voyage et Roms, le gouvernement semble cibler aujourd'hui plus précisément les Roms venus de Roumanie et de Bulgarie. Qui sont ces migrants roms que le ministre de l'intérieur entend expulser vers la Roumanie et la Bulgarie? Depuis quand sont-ils en France?
Je voudrais rappeler tout d'abord que le gouvernement laisse entendre que tous les Roms seraient des étrangers, ce qui est faux, mais cela sans doute permet de prétendre les expulser plus facilement, et globalement. Cela crée une entité globalisante facilement interprétable et manipulable comme c'est le cas avec l'expression «gens du voyage» catégorisation administrative arbitraire. Cibler le discours sur la Roumanie et la Bulgarie est également un raccourci politiquement fonctionnel, mais faux.