La police se saisit de l'aveu enregistré de Dassault

Par

L’enregistrement révélé par Mediapart, dans lequel le sénateur UMP Serge Dassault admet avoir versé illégalement de l’argent à l’occasion de l’élection municipale de 2010 à Corbeil-Essonnes, est désormais une pièce à conviction judiciaire. Dans le même temps, les avocats du milliardaire réclament la censure de la bande. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Dassault rebondit. L’enregistrement révélé par Mediapart, dans lequel le sénateur UMP Serge Dassault admet avoir versé illégalement de l’argent au moment de l’élection municipale de 2010 à Corbeil-Essonnes, est désormais entre les mains de la police. Dans le même temps, les avocats de l'avionneur milliardaire ont demandé la censure des bandes, qu’ils estiment attentatoires à l’intimité de la vie privée de leur client.