Le droit syndical malmené au ministère de l'Intérieur

Par
C'est un mail qui ne passe pas. Alors que deux syndicats policiers (Unsa et SGP-FO) ont appelé à un mouvement de grève le 23 octobre, le directeur central de la sécurité publique, c'est-à-dire l'un des plus hauts responsables de la police en France, semble avoir pris quelques libertés avec le droit syndical dans un courrier électronique envoyé le 16 octobre à tous les directeurs départementaux sous sa responsabilité. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont quelques lignes qui ont singulièrement mis en rogne les syndicats de policiers. Alors que deux organisations de gradés et gardiens de la paix (Unsa et SGP-FO) ont appelé à un mouvement de grève le 23 octobre, le directeur central de la sécurité publique, c'est-à-dire l'un des plus hauts responsables de la police en France, semble avoir pris quelques libertés avec le droit syndical dans un courrier électronique envoyé le 16 octobre à tous les directeurs départementaux sous sa responsabilité.