Aujourd'hui, ce sont les Roms

Par

Un reportage de Florence Aubenas dans la Haute-Vienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était le jour de la Saint-Michel, le patron des parachutistes. A Saint-Yrieix, dans la Haute-Vienne, il n'est pas 8 heures et des oriflammes militaires battent déjà à travers le bourg quand le téléphone de Daniel Boisserie, le maire, se met soudain à sonner : France 3 voudrait une interview. La veille, Boisserie a, en effet, signé un soutien à Manuel Valls avec quinze autres élus socialistes : l'affaire des Roms, « qui-ont-vocation-à-être-reconduits-dans-leur-pays» , selon le ministre de l'intérieur, est en train de déchirer la gauche. Dans les zones rurales, cela fait un moment que les élus s'effraient entre eux : le sujet de la sécurité et des Roms s'est mis à incendier les campagnes, on parle de « raids des pays de l'Est » dans les fermes et les maisons. Les prochaines municipales se joueront là-dessus, Boisserie – lui-même fils de paysan – en est convaincu : « Un jour, un agriculteur prendra peut-être un fusil, ils en sont capables. »