Métro, boulot, bistrot: la France manque de données sur les lieux de contamination

Par

Les données manquent pour justifier le couvre-feu. Car la compréhension de l’épidémie est encore partielle. À peine un quart des cas positifs sont liés à un autre cas positif. Dans trois cas sur quatre, l’assurance-maladie ne peut remonter les chaînes de contamination.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Notre objectif est de réduire les contacts privés qui sont les contacts les plus dangereux. C’est-à-dire les moments de relâchement, où on va se retrouver avec des gens qui ne sont pas dans notre cellule familiale, des moments où on risque de s’infecter. » Le président de la République Emmanuel Macron a ainsi justifié, mercredi 14 octobre, la décision d’un couvre-feu imposé à neuf agglomérations en France.