UMP: Copé élu président, Fillon dénonce «une fracture»

Par

Après 24 heures de contestation des résultats, Jean-François Copé a été proclamé vainqueur par la commission chargée de contrôler le scrutin, avec seulement 98 voix d'avance. François Fillon a « pris acte » de ce résultat, mais dénoncé « de nombreuses irrégularités » et une « fracture politique et morale » à l'UMP.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il était temps que cela s'arrête », a lâché avec soulagement Patrice Gélard en quittant le siège de l'UMP, lundi soir, vers 23 heures. Après 24 heures de contestation des résultats, d'accusations mutuelles de fraudes, d'intoxication venue des deux camps, après l'appel en renfort d'avocats, la commission électorale de l'UMP (COCOE), a annoncé l'élection de Jean-François Copé à la présidence du parti, avec seulement 98 voix d'avance sur François Fillon (50,03 % contre 49,97 %, avec environ 176 000 votants).