Récession en France: les trois erreurs du président

Par
La «Note de conjoncture» que l'Insee publie ce vendredi 19 décembre dessine un scénario économique plus sombre que ne l'admet le gouvernement. Elle atteste que la France entre dans une brutale récession, avec un recul de l'activité qui pourrait atteindre -1,1% à la fin du mois de juin. En creux, le document permet de cerner trois erreurs de la politique économique française: une très mauvaise appréciation, délibérée ou non, de la dépression; l'absence de toute mesure véritable pour soutenir la demande intérieure; et une politique sociale qui accélère la crise au lieu de l'amortir. Le chômage devrait fortement augmenter au premier semestre 2009.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une crise «grotesquement psychologique», avait dit Alain Minc, l'ami et conseiller de Nicolas Sarkozy. Pas franchement une récession, ou alors seulement une récession «technique», avait renchéri le premier ministre, François Fillon... A la lecture de la dernière «Note de conjoncture» que publie l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) – que l'on peut télécharger dans notre onglet "Prolonger"–, ce vendredi 19 décembre, un florilège de déclarations publiques revient en mémoire.