La loi Avia ou «l’ubérisation du contrôle»

Par

Alors que les député·e·s examinent mardi le texte qui vise à faire disparaître de l’Internet les propos dits « haineux », Mediapart a voulu mesurer l’ampleur des atteintes à la liberté d’expression que cette loi met en place.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Six mois de contestation, de mises en garde et de mobilisations, comme celle initiée dernièrement par La Quadrature du Net, n’ont pas entamé la détermination du gouvernement à faire adopter la proposition de loi Avia « contre les contenus haineux », qui revient devant l’Assemblée nationale ce mardi. Ni la suppression par les sénateurs de la principale disposition de la loi, ni les mises en garde de l’Union européenne.