Le Conseil constitutionnel a refusé, ce mardi, de rendre anonymes les parrainages de maires nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle. Une bataille perdue pour Marine Le Pen, qui n'a eu de cesse de réclamer cet anonymat. Si le Front national a de réelles difficultés pour obtenir ses 500 signatures, certains maires UMP le reçoivent et lui réservent un accueil plus que chaleureux. Notamment dans les Hauts-de-Seine, fief de Nicolas Sarkozy.