Le Sénat résiste à l’hyperprésident Macron

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Benjamin Griveaux l’a assuré dès sa sortie du conseil des ministres : le rapport d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla, rendu public mercredi 20 février au matin, contient « manifestement beaucoup de contrevérités » auxquelles l’Élysée apportera « des réponses factuelles ». Pourquoi ces « réponses factuelles » n’ont-elles pas été apportées à l’occasion des 48 auditions menées au cours des sept derniers mois ? Mystère. De quelles « contrevérités » s’agit-il exactement ? Nul ne le sait. « Je ne vais pas commenter un rapport que je n’ai pas lu », a d’ailleurs reconnu le porte-parole du gouvernement, dans un curieux exercice d’équilibriste.