Mardi, 11 heures. À la demande du président de la République, une minute de silence est observée dans toutes les écoles françaises. Nicolas Sarkozy se rend dans le 4e arrondissement. François Hollande en Seine-Saint-Denis. La veille, les deux favoris de la présidentielle s’étaient succédé à Toulouse pour rendre hommage aux quatre victimes de l’école Ozar Hatorah. Puis pour un moment de recueillement à la synagogue Nazareth, à Paris. À chaque fois, la même gravité. Faire campagne sans en avoir l’air, c’est le numéro d'équilibriste de la plupart des partis politiques, quand d’autres maintiennent leur agenda. Pour tous, une stratégie ajustée heure par heure.