Bruxelles s’inquiète du dossier de Notre-Dame-des-Landes

Par

Parlement et commission européenne estiment que le projet controversé d’aéroport contrevient potentiellement au droit de l’environnement et de la concurrence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parlement européen se saisit officiellement du dossier de Notre-Dame-des-Landes. Sa commission des pétitions a considéré mercredi 20 mars que la pétition déposée par un regroupement d’opposants au projet d’aéroport (près de 40 000 signatures) restait « ouverte », c’est-à-dire qu’elle accepte sur le principe de se saisir du cas de l’aérogare controversé. Elle envisage d’envoyer une délégation de députés sur place pour vérifier si le transfert de l’actuelle installation vers la zone déclarée d’utilité publique est bien conforme au droit européen.