A La Poste: dans la jungle des «esclaves» du colis

Par

La Poste sous-traite de plus en plus la livraison des colis chez les particuliers ou dans les entreprises. En Île-de-France, c'est devenu la norme. La concurrence entre prestataires est telle que tous les abus sont permis, plongeant dans la précarité ces livreurs low-cost.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Dans le hangar, on se fait discret. On distribue les tracts et on donne rendez-vous aux sous-traitants sur le parking au moment du chargement des colis où il y a moins de surveillance car ils auront peur de parler en présence des chefs. OK ? » Six heures du matin. Porte de Pantin dans le XIXe arrondissement de Paris. Thierry Lagoutte, militant SUD à Coliposte, briefe Stéphanie et Olivier, les deux camarades postiers qu'il vient de récupérer à la sortie du métro. Direction : une « ACP » de la banlieue parisienne comme ils désignent dans leur jargon postal une agence Coliposte, cette division de La Poste qui livre les “colissimos”.