Revenir au gouvernement? Les écologistes au bord de la scission

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si Europe Écologie-Les Verts (EELV), c'était fini ? Les écologistes n'excluent plus l'hypothèse. Le mouvement créé en 2010, dans la foulée d'élections européennes triomphales pour les écologistes (16 % des voix), est au bord de la crise de nerfs, plus divisé que jamais. Pas tant à cause des départementales (le parti n'a qu'une quarantaine de conseillers généraux) que de la suite : la perspective d'un remaniement après le scrutin, agitée par l’Élysée, aiguise les appétits individuels. Et souligne les divergences stratégiques au sein du mouvement. EELV a l'habitude de ce genre de soubresauts internes. Mais le fossé est cette fois si béant qu'il paraît difficile à combler, entre partisans d'une participation à l'exécutif et opposants résolus à l'orientation du gouvernement.

Depuis des semaines, Matignon, l’Élysée et des ministres proches de François Hollande ont lancé une opération peu discrète d'approche auprès des leaders écologistes. SMS, contacts tous azimuts, rencontres… Pour l’Élysée, l'objectif est clair : après des départementales difficiles, où la gauche est partie divisée, avant les régionales de décembre où elle risque de subir le même sort, il lui faut reconstituer sa majorité. Mais aussi anesthésier les concurrences gênantes sur sa gauche en vue des présidentielles de 2017.