Haute tension à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Par

Un essai clinique réalisé dans l’hôpital parisien, publié dans le New England Journal of Medicine, a été salué comme une avancée prometteuse pour le traitement des maladies auto-immunes. Mais des correspondants anonymes accusent les auteurs d'avoir fabriqué certaines données. Les auteurs nient en bloc.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Révolution thérapeutique ou nouveau cas de manipulation de données scientifiques ? Au moment où l’affaire des cellules STAP provoque un scandale dans la biologie japonaise, une polémique beaucoup plus discrète agite le milieu de la recherche médicale française. Elle concerne un essai clinique, réalisé par une équipe de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, qui a fait en décembre 2011 l’objet d’une publication remarquée dans l’un des plus prestigieux journaux médicaux internationaux, le New England Journal of Medicine (NEJM).