Le Défenseur des droits est saisi des violences policières sur la ZAD

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mercredi 18 avril, le ministre de l’écologie Nicolas Hulot saluait, lors d’une conférence de presse tenue à Nantes à l’issue d’une réunion avec une délégation de zadistes, la « retenue » des gendarmes lors des opérations d’expulsion et de destruction sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Dix jours après le début de cette opération, les quelque 250 blessés recensés par les équipes de Medics sur place ont certainement une autre appréciation des événements. De fait, au moment où Hulot s’exprimait, les services du Défenseur des droits avaient reçu depuis quelques heures une saisine sur les violences policières observées depuis le 9 avril sur place.