Etat de droit: la nouvelle déchéance du Parti socialiste

La phrase d’Olivier Faure sur un « droit de regard » policier sur les décisions de justice a suscité l’émoi. Émise au cœur d’un rassemblement fréquenté par l’extrême droite et Gérald Darmanin, elle contribue au brouillage des repères, dans un moment historique de risque autoritaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le jour de la grande clarification, lors duquel des pans entiers de la gauche auront rompu avec ce qui devrait être le socle minimal de résistance à la dynamique autoritaire à l’œuvre dans le pays. C’est peut-être ainsi que l’on retiendra cet épisode aux allures dystopiques dans la France de 2021. Mercredi 19 mai, des représentants des trois quarts du spectre politique se sont mêlés à un rassemblement policier devant l’Assemblée nationale, lors duquel l’institution judiciaire a été mise en cause, l’intersyndicale réclamant notamment des peines minimales et automatiques pour les agresseurs de policiers ou de gendarmes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal