Les eaux glacées du calcul égoïste

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A première vue, on pourrait croire que l'histoire bégaie à quinze ans d'intervalle. Et que, dans le pilotage de la politique économique, le président de la République, Nicolas Sarkozy, est en train de commettre, face à la stagnation qui menace en cette année 2008, la même erreur de diagnostic que celle qu'il fit en 1993, quand il était ministre du budget du gouvernement d'Edouard Balladur, face à la récession. Une erreur de diagnostic qui consiste à conduire une politique de l'offre, pour stimuler la compétitivité des entreprises, alors qu'il faudrait, à l'inverse, conduire une politique de la demande, pour conforter le pouvoir d'achat des ménages.