Contre les violences policières, les comités de famille plus forts ensemble

Par

À l’appel de la famille de Lamine Dieng, tué par la police en 2007, une dizaine de comités de famille ayant perdu l’un des leurs à la suite de violences policières se sont réunis place de la République. Avant de marcher contre l’oubli. Reportage en vidéo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est la vérité qui me fait me lever tous les jours. » Quelques minutes avant les prises de parole sur la place, Ramata Dieng raconte son combat. Un combat qui dure depuis treize ans, et qui a trouvé son épilogue il y a quelques jours. Après une requête de la famille devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), l’État français devra lui verser 145 000  euros. La reconnaissance de l’erreur policière, la fin de plus d’une décennie de déceptions judiciaires. Mais pas de l’engagement du comité Vérité et justice pour Lamine Dieng.