Sauver l'UMP ou la laisser sombrer : les stratégies des ambitieux de 2017

Par

Acter « la mort » de l'UMP pour imposer la nécessité d'un sauveur. Telle est la stratégie adoptée par les fidèles de Nicolas Sarkozy en attendant son retour. Malgré la crise sans précédent que traverse le parti, nombreux sont ceux, au sein de l'opposition, à miser sur la solidité de sa base militante et de son maillage électoral pour éviter ce scénario.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a ceux qui répètent inlassablement qu’il faut sauver l’UMP. Et ceux qui ont déjà acté sa disparition. Non contente de nourrir des divisions d’égos et d’idées, l’opposition s’est trouvé depuis quelques semaines un nouveau terrain de discorde : celui de l’avenir du mouvement, né il y a douze ans de la fusion du RPR (Rassemblement pour la République) et de l’UDF (Union pour la démocratie française), elle-même fruit d’une confédération de partis.