La communauté chinoise d'Aubervilliers en colère contre le racisme

Par Aurélie Delmas

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur la grille qui borde le trottoir où est tombé Chaolin Zhang, restent des fleurs et des messages affichés sur des cartons. Certains sont écrits en chinois. D'autres en français : « Que justice soit faite », « On a trop subi, ça suffit », « Stop à la violence » ou encore « Mort pour rien, à quand le prochain ? ».