Trappes : de la prison avec sursis requise contre Mickaël

Par

Le procureur de la République de Versailles a requis trois mois d'emprisonnement avec sursis contre Mickaël, le mari d'une femme intégralement voilée dont le contrôle de police a dégénéré, le 18 juillet. L'affaire avait entraîné des nuits de violences à Trappes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est rarissime de voir le président du tribunal de grande instance de Versailles et le procureur de la République de Versailles dans un même procès, ça démontre l’importance de l’affaire », assure Thibault de Montbrial, avocat de la partie civile. L’affaire qui a embrasé Trappes, déteint sur les réseaux sociaux et suscité l’attention permanente des médias durant l’été a été portée en justice avec la plus grande attention, mais aussi sérénité. Sans se croiser ni se regarder, Mickaël et les trois policiers ont raconté calmement leurs versions respectives. Le déroulé traditionnel de la justice, par sa cadence policée, semble avoir ramené le procès au rang d'une simple affaire.