Primaire à droite: les électeurs de gauche ou du FN vont-ils «se payer Sarko pour 2€»?

Par

La primaire de la droite et du centre risque fort d’attirer des électeurs issus de la gauche et de l’extrême droite. Si le phénomène est pour l’heure jugé « marginal » par les candidats, il pourrait influer sur le résultat du scrutin. Autour d’un même credo : empêcher Nicolas Sarkozy de briguer un deuxième mandat présidentiel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’un des enjeux majeurs de la primaire de la droite et du centre. Pour ne pas dire le principal. Les 20 et 27 novembre, l’élection qui désignera le candidat LR (ex-UMP) pour la présidentielle de 2017 se jouera en grande partie sur le nombre de personnes qui se déplaceront dans les 10 337 bureaux de vote installés un peu partout sur le territoire. Avec une équation assez simple : plus il y aura de votants, moins les chances de Nicolas Sarkozy de l’emporter seront importantes. Favori du noyau dur du parti – qui revendique quelque 230 000 adhérents –, l’ex-chef de l’État souffre encore de la défiance d’une majorité des Français, toutes tendances confondues. Électeurs de gauche, du Front national, mais aussi de droite qui, déçus par son mandat, ont fini par céder aux sirènes de l’extrême droite.