La Sécurité sociale replonge dans le rouge, déficit à plus de 5 milliards d'euros, rapporte Les Echos

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Comment fait la sécu pour se trouver en déficit (même aussi faible que celuici) alors quelle ne rembourse plus que des fifrelin ?!

débile, je vois la fin d evie de mes beaux parents, la secu a remboursé des milliers et des milliers d euros d examens, visites au cardiologue, neurologue, et hospitalisation finale de plusieurs semaines 

/

Cinq milliards, la même somme d’argent donnée à l’Afrique par Macron. Il fait les poches aux français qui ne peuvent plus se soigner pour pouvoir en caresser le plus possible.

Cinq milliards, la même somme d’argent donnée à l’Afrique par Macron. Il fait les poches aux français qui ne peuvent plus se soigner pour pouvoir en caresser le plus possible.

+++

Ils y ont pensé mais ils s'en foutent. Au contraire, c'est bien, avec le déficit revenu ils vont pouvoir baisser encore les prestations pour faire plus de place au privé. Bientôt toute la place. 

ben non on sait tout ca merci;et cest pour ca quil y a un deficit car la Secu continue à rembourser !

Excellents liens, à lire pour ceux qui veulent comprendre l'énorme arnaque !

Un magistrat Charles Prats aurait repéré un nombre de membre bénéficiaires supérieurs à la norme (fausses cartes, nombre importants de centenaires, etc) . Est ce lié ?
Non

Des salariés il y en a de moins en moins. La plus grande partie des emplois "nouveaux" sont payés une misère. Les cotisations diminuent. Le seul moyen de renflouer la sécu est de taxer socialement les machines et robots destructeurs d'emplois.

Taxer les milliards de dividendes distribués.

  • Pas contaminé  mais acheté 

..."quand on veut noyer son chien on l'accuse d'avoir la rage..." innocent

C'est ce qu'appliquent en France, au niveau économique et social, nos pilleurs d'État & Cie.

Création de déficits en tous genres, dette nationale organisée depuis 4 décennies, transferts de responsabilités aux collectivités sans transfert des fonds nécessaires, non remplacement des postes lors des départs en retraite, démantèlement des sociétés publiques rentables au profit du privé, distribution gratuite de dizaines de Mds aux nécessiteux de la finance, aucun zèle pour récupérer l'évasion fiscale  etc etc etc

...ils ont même appliqué ce dicton aux récalcitrants à leur Ordre Nouveau, gilets jaunes, manifestants...là, point de rage mais terrorisme, trouble de l'ordre public et autres fadaises néolibérales ! frown

Mais, à force de faire les poches et cogner toujours sur les mêmes, "la moutarde va nous monter au nez"... cool

...et se transformer en Rage...yell

le refus du gouvernement de compenser le coût des mesures prises en décembre, au plus fort de la crise des "gilets jaunes".

"Vous avez réussi à obtenir des mesures en faveur des "pauvres"? Eh bien voilà la réponse: des économies sur la santé de ces mêmes personnes..."
On ne s'en sortira jamais avec ce gouvernement là. Les riches ne paieront que le couteau sur la gorge. 

De faux déficits pour une vraie liquidation au profit du privé… les enflures se soignent à coups de homards sans doute.

  • Nouveau
  • 20/09/2019 18:29
  • Par

Quand c'est un privé on parle d'investissement, quand c'est la Sécu on dit que c'est un déficit ?

Et avec des taux d'intérêt négatif à l'emprunt pour la France, comment se fait-il que ce soit toujours la sécu qui paye pour tout et n'importe quoi ?

  • Nouveau
  • 21/09/2019 06:42
  • Par
Quoi de plus logique ? Après avoir baissé les cotisations salariales et patronales forcément la sécu a moins d’argent donc fini dans le rouge
  • Nouveau
  • 21/09/2019 09:08
  • Par

La sécurité sociale a tout essayé pour refaire surface malheureusement elle est dans le gouffre car c'était quelque chose qui dès Mitterrand ou du moins Chirac aurait dû avoir des réformes solides depuis le début de sa création pour qu'elle ne soit pas à perte de ce fait je pense qu'un beau jour des entreprises privées vont proposer au citoyen lambda à faible revenu des micros sécurité sociale privé non compatible ou activement non non compatible avec tout ce qui est sécurité sociale nationale, donc cette société aura des parts en action via les dividendes des actionnaires en fonction des remboursements : médicaments malades, patients atteint de maladie lourde, ces entreprises privées alors ont un budget à l'année pour les pauvres , tout comme ce que l'État a déjà perdu dans ses combats particuliers face à l'entrepreneuriat et au multi national tous les secteur public qui vire au privé dans tous les domaines civil.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale