L'heure du peuple

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

aprés le clic clic le tic tac

l'heure du peuple ou l'heure du chacun pour ses avantages acquis ?

sur la forme, une remarque. Edwy Plenel, vous interviewez :

Bernard Friot, Professeur de sociologie à l'Université de Paris X , Responsable de la spécialité "Politiques du travail, de l'emploi et de la protection sociale en Europe" (POTEPSE) du Master "Science sociale et sociologie"

pour parler de l'economie des retraites...

Si on veut parler du moyen de créer un journal sur internet et de le developper sur fond de crise de la presse, on interviewe un consultant en média spécialiste de la gestion de site webs, ou bien on fait appel à un historien des medias qui a ecrit une these sur la socialogie de l'usage de la Remington au Petit Journal durant l'an 1885 ?

Il serait bon d'arreter d'interviewer des non economistes pour parler d'economie.

Sur le fond, la clef c'est l'emploi... Merci ! Du coup, je suppose que si un apprenti journaliste envoie son cv chez Mediapart, il est recruté d'office, quelque soit ses compétences et les besoins de la société ? Et surtout, on ne tient pas compte de la presence d'unchoix important, c'est le premier qui passe qui est recruté ?

On a vraiment l'impression d'un discours à la Jekill & Hyde. D'un coté on a cette belle start up, qui n'est ni un service public ni de la philantropie, et qui doit rendre des comptes à ses millionnaires investisseurs chasseurs de TEPA, et de l'autre on a ce discours anti liberal et ultra socialiste, completement ireel.

Seul bon point, Mr Plenel, le fait que vous reconnaissiez qu 'il faille sortir de l'ultra étatisme interventionniste, et du culte du leader, porteur de desillusion à gauche comme à droite. Chez les liberaux, ca fait longtemops qu 'on tient ce discours anti étatique. Content de voir qu'au final, vous nous rejoignez, Mr Plenel.

@ACNM "Il serait bon d'arreter d'interviewer des non economistes pour parler d'economie".

Et il serait bon d'arrêter d'interviewer des économistes pour parler de social.

d'accord avec vous, maurer

Intervention peu claire, manque de rigueur et d'arguments.

Quant à "la spécialité aux spécialistes", pourquoi pas quand ils sont compétents, ce qui est loin d'être le cas de la plupart des tenants de cette fausse science, comme leurs interventions des 3 dernières années nous le prouvent.

Sont-ils d'ailleurs seulement incompétents, ou seraient-ils aussi aveuglés par des dogmes, ou pire encore, à la solde d'un pouvoir dont ils espèrent quelques reliefs ? Dans tous les cas, laissons parler ceux qui ont quelque chose de sensé à dire, et laissons les autres au silence.

deja, reprenons.

"comme leurs interventions des 3 dernières années nous le prouvent".

De qui parlez vous ? Par rapport à la crise actuelle, une fois on met en cause les financiers, une fois les economistes. Mais la finance est à l'economie ce que la chirurgie est à la biologie.

En admettant que l'on soit dans une crise boursiere et financiere (et non pas de l'endettement public et privé, mais bon c'est un autre sujet), vous pensez qu'il faut attribuer aux economistes la paternité de la crise ?

Je suppose que vous atribuez donc aussi aux chercheurs en bio du CNRS les morts de l'été 2003 ?

Attention aux passerelles un peu faciles.

 

La science economique, 200 ans d'age et quelques, ne se débrouille pas so mal, par rapport à la physique (500 ans, incapable d'expliquer le rechauffement climatique ou aux maths (2000 ans, pas capables d'expliquer le pourquoi de l'existence de l'univers).

Je ne vous félicite pas pour l'orthographe, monsieur le Scientiste donneur

de leçons.

 

la crise économique en cours va enfin ouvrir les yeux aux peuples sur leur véritable condition et sur l'imposture des dogmes économiques qu'on leur sert depuis des années.

 

kom l'as diz vottre collegueu Alenaxandre, je suie sasn esprit donc c'est pas ma fautte !

pas la peine de vous forcer, vous avez l'air assez givré en effet...

La "science économique" a été incapable de prévoir les crises.

La physique a par exemple permis le laser, le GPS, l'IRM etc, parce que la physique a été capable de prévoir des phénomènes non encore observés.

Quant aux maths, ACNM les confond avec la métaphysique.

La science explique le comment, pas le pourquoi.

Cher Monsieur,

En quoi être anti-capitaliste et entrepreneur est antinomique ?

Monsieur Plenel a monté une start-up, il a sûrement eu recours à des fonds, à des prêts, très bien.

Pour ma part, j'ai aussi monté une entreprise, je travaille dur, et j'ai engagé des personnes. Mais je reste un anti-libéral, puisque c'est ce système qui fait qu'en tant que petite entreprise :

  1. j'achète les biens plus cher que mes concurrents (grosses entreprises) et comme je suis obligé de m'aligner sur les prix, mes marges sont de facto plus faibles.
  2. il m'est impossible d'acheter certains biens qui sont réservés à la grande distribution, ce qui de facto m'éjecte de certains marchés.

Finalement, vous opposez deux types d'idéal égalitaire :

  • celui de l'égalité de chacun devant le marché du système capitaliste (on est tous égaux = saine concurrence).
  • celui du socialisme qui espère une égalité de facto car nous sommes tous des êtres humains.

Mais le capitalisme n'est pas "égalitaire" et même si je suis un entrepreneur, je souffre, dans mon activité, de ces distorsions à la sacro-sainte concurrence que vous prônez comme dieu unique.

Aussi, pourquoi les entrepreneurs comme moi, comme sûrement Monsieur Plenel... et tant d'autres ne se batteraient-ils pas pour la classe qui est la leur ? Celle des petits.

(Madame Bettencourt, n'est encore jamais venue chez moi louer mon sens de l'entreprise) !!!

Demander alors à Monsieur Plenel de recruter d'office tout stagiaire qui tapera à sa porte est d'une mauvaise fois crasse.

En effet, même en tant qu'entrepreneur, je peux refuser un emploi à une personne, mais en tant que socialiste je peux la considérer et la traiter avec respect (respect de son travail, respect de sa personne).

Etre socialiste, espérer une société moins violente à l'égard de la planète et des plus démunis, n'est pas me considérer "plus égal" que les autres parce que j'ai plus d'argent et qu'il peut me plaire de les exploiter jusqu'à plus soif, ou d'engager n'importe qui.

Votre raisonnement binaire, que je résume ainsi : "tu n'aimes pas cette société, alors n'en fait pas partie" et que vous reprochez à Monsieur Plenel (entrepreneur et socialiste ? C'est donc un menteur) est par trop simpliste.

Personnellement, je n'aime pas certains aspect de cette société (et l'utra-capitalisme en fait partie) mais je peux la changer, j'ai ce droit, en étant un employeur correct auprès de mes employés, en ne les utilisant pas comme "machines" à augmenter mon compte en banque, mais en faisant de cette entreprise un lieu pour tous.

Aussi, vous n'avez pas je pense, raison de dénier ce droit aux entrepreneurs "humanistes" qui existent et se battent pour autre chose que juste de l'argent.

PS - je ne suis pas économiste, mais je me suis rendu compte que le tout au capital détruisait le tissu qui fait que l'on peut fonctionner en tant que société humaine.

heureuzemens ke vou aites lah poure remontter le nivo , matou40 !

Perso, les libéraux, il me font vomir

Cdt

est ce que vous ne répondez pas vous même à la question ?

 

vous dites

"En quoi être anti-capitaliste et entrepreneur est antinomique" ? et ensuite "aussi monté une entreprise, [...] Mais je reste un anti-libéral" et enfin "Mais le capitalisme n'est pas "égalitaire"

 

Franchement, je ne veux pas faire de sémantique, mais anti capitaliste et entrepreneur ca n'a rien d'antinomique. Deja parce qu on peut entreprendre dans le social ou dans le non lucratif, ensuite parce que Madame Bettencourt n'est ni un entrepreneur ni une libérale, juste une héritière.

 

par contre je souscris à votre remarque sur le paradoxe de l'entrepreneur face au libéralisme. D'ailleurs, il y a eu un excellent bouquin la dessus, Saving capitalism from capitalists, http://www.savingcapitalism.com/capintro.pdf ecrit il y a 7 ans par deux profs de Chicago. Ils expliquent bien que le role des institutions, c'est de preserver e marché en dépit des pressions des capitalistes.

@ACNM

Il serait bon d'arreter d'interviewer des non economistes pour parler d'economie mais j'ai tout de même le sentiment que pour vendre votre idée vous vous êtes risqué (pas plus tard qu'aujourd'hui sur un autre blog) à ce périlleux exercice. Le tout pour affirmer que le mouvement social était absurde puisque non fondé au regard de la réalité du monde...

Donc mes questions à nouveau puisqu'elle sont restées sans réponse... :

Quel était le PIB en 1950 et quel est-il aujourd'hui ?

Comment se répartissait la richesse en 1950 et comment se répartie-t-elle aujourd'hui ?

Je vous réaffirme qu'il y a dans le constat précédent toutes les raisons de s'opposer ce que l'on nous impose aujourd'hui et de lutter pour une autre société.

Au fait, c'est quoi votre libéralisme ?

En quoi diffère-t-il de ce qui s'est effondré lamentablement, foutant le peuple dans la merde faute de faire en sorte que ceux qui en ont bénéficié en fassent les frais ?

 

Quel était le PIB en 1950

285 milliards d'euros en 1950

source ENS http://jourdan.ens.fr/~laffargue/teaching/IGE/TD%202%202009-2010.doc

et quel est-il aujourd'hui ?

2000 milliards d'euros

 

Comment se répartissait la richesse en 1950

salaires 66.2% de la valeur ajoutée, EBE 32% de la valeur ajoutée, en 1950

(je suppose que vous voulez dire valeur ajoutée et non pas patrimoine ?)

 

et comment se répartie-t-elle aujourd'hui ?

(chiffres 2007) salaires 65.1%, EBE 31.2%

source INSEE http://insee.fr/fr/publications-et-services/dossiers_web/partage_VA/Figures_1.1a_et_1.1b.xls

 

Je vous réaffirme qu'il y a dans le constat précédent toutes les raisons de s'opposer ce que l'on nous impose aujourd'hui et de lutter pour une autre société.

comprend pas comment vous arrivez à ce constat

 

Au fait, c'est quoi votre libéralisme ?

moins d'état, plus de libertés, c'est à dire un état recentré sur ses fonctions régaliennes (police, justice,armée, diplomatie) de préférence fédérales au niveau UE, les régions s'occupant du reste, à géométrie variable, un droit qui met sur un pied d'egalité entreprise, administration et particuliers (fin des TASS et du droit public, autorisation des class actions), une politique de la concurrence libre et non faussée ferme, et une déprofessionnalisation de la politique

 

En quoi diffère-t-il de ce qui s'est effondré lamentablement, foutant le peuple dans la merde faute de faire en sorte que ceux qui en ont bénéficié en fassent les frais ?

dejà assiste à une crise de l'endettement public et privé en occident, ailleurs ca va mieux.

Ensuite, le "peuple" luttait deja avait la crise. Ou alors vous viviez sur une autre planete. Il y a toujours eu entre 7 et 10% de chomage officiel cat 1 en France, Sarkozy ou pas. Il y avait deja des hotels insalubres qui brulaient avant 2007. Des gens qui ne pouvaient pas se soigner faute d'argent.

 

Bonsoir afischele.

Pourrais je savoir s’il vous plais, à qui est adressé votre billet.

Cordialement

ACNM.

Faudrait voir et revoir vos comptes.

Votre analyse et bidon, bon pour niveau certificat d’étude, vous vous êtes aventuré, dans une chose dont vous ne connaissez ni les tenants ni les aboutissants, devoir à recommencer, 00.5 sur 20.

Avant de copier coller, faut il être maître du sujet, avant d’écrire,

Les libéraux ne sont jamais que les talibans de la propriété individuelle.

Pas de quoi se vanter au fond.

@ACNM

Biensûr,

Mais malgré des arguments intéressants, ACNM, c'est vous qui ne répondez pas à la mienne.

J'ai perçu dans votre réponse à Monsieur Plenel, la"démonstration" suivante dans le but de décédibiliser l'homme et son message :

  1. Monsieur Plenel est un entrepreneur qui a emprunté pour fonder Mediapart
  2. Monsieur Plenel doit rendre des comptes financiers à ses riches bailleurs de fond : "qui doit rendre des comptes à ses millionnaires investisseurs"
  3. Comme Monsieur Plenel est un entrepreneur alors sont discours socialisant c'est du vent et pour preuve, vous le mettez au défi de devoir engager n'importe quel apprenti journaliste au sein de Mediapart puisqu'il devra être "recruté d'office, quelque soit ses compétences et les besoins de la société" sans quoi, Monsieur Plenel n'êtes pas un vrai socialiste.

Alors au mieux, vous ne savez pas ce qu'est le socialisme, au pire c'est une façon de manipuler pour détruire un message au travers de pseudo contradictions de l'homme, qui se rapprochent plus à la mauvaise foi qu'à un argumentaire construit et intelligent.

Je ne connais pas Monsieur Plenel, mais je trouve que son éditorial touche juste et sonne vrai dans ce que la plupart de mes concitoyens et moi-même vivons dans notre quotidien.

Je lirais votre lien, car c'est un sujet qui m'intéresse, et même si je comprend votre bord (véritable libéralisme de type libertarien), je n'ai pas besoin pour entreprendre (économiquement parlant) d'une absence d'Etat.

Car l'Etat, pour moi, n'est pas un ennemi ("moins d'impôts") mais un arbitre nécessaire pour m'empêcher de vivre dans un environnement où seul le plus fort gagne.

C'est pour cela que je me définirais comme un social-démocrate, très attaché à la liberté d'entreprendre, mais aussi très attaché à un Etat fort et social.

Sans Etat, pas d'école pour tous, pas de droit d'être soignés dans des hôpitaux, d'ailleurs, pas d'hôpitaux non, pas de recherche fondamentale (dans les universités notamment), pas de création de voies de communication, pas de gestion des déchets...

Mais des ghetto de riches, enfermés dans un monde paradisiaque, entourés d'armées de pauvres... Pensez-vous réellement que cela puisse se reproduire, malgré l'omniprésence du monstre doux ?

Bonsoir Schoum1,

Je m'adressais à ACNM.

où est passé votre clarté habituelle?à ACNM

les manifs vous ont irrité?

C'est vraiment déloyal de s'en prendre ainsi au choix de EP!

S'il y a un postulat de l'apprentissage et de la construction du savoir ,c'est celui de la LIBERTE de tout un chacun de se qualifier ,y compris en autodidacte ,avec ou sans ,en dépit de ou avec ,tel ou tel spécialiste.

On dirait que vous ne connaissez pas (ou bien trop!) la manière dont les experts et spécialistes ,généralement ,pas toujours j'en conviens ,se cooptent !à vous lire ,acnm, on croirait que le mondedu SAVOIR est un monde idéal,où la peau d'âne prouve la qualité ,et spécifique voyons ,du porteur!

Vos fameux économistes!les économistes qui ont droit de cité sont des tenants du pouvoir!Les autres ,pour les trouver ,il faut aller les chercher dans des publications confidentielles.Et de toute façon ,comme ils ne sont pas connus ,ils sont méprisés!

Sachez pour votregouverne ,aussi ,que on n'a pas besoin d'être porteur d'un titre universitaire pour être informé ,surtout quand on le veut et qu'on cherche et qu'on trouve.C'est cela la démocratisation du savoir !

EN outre ,on aurait pendant des années lutté dans les divers enseignements pour décloisonner les savoirs ,et vous vous voulez "enfermer" un type de connaissances à l'intérieur d'un territoire réservé aux seuls possesseurs du titre qui donne droit à l'utilisation!

N'importe quoi!L'esprit est libre:personne ne peut interdire le savoir à quiconque!Il suffit de savoir lire et de ne pas être trop bête!!!

A bon entendeur salut!

Heureusement que j'ai mes bons souvenirs de mes anciens copains du LIVRE§EUX ils avaient le mental ouvert ,et pas d'oeillères !

Sachez que l'intelligence de la vie est toujours un effort de synthèse/

lool, ACNM

bonsoir afischele

 

a mon (humble) avis c'est la toute l'escroquerie de la social democratie.

vous dites "Sans Etat, pas d'école pour tous, pas de droit d'être soignés dans des hôpitaux, d'ailleurs, pas d'hôpitaux non, pas de recherche fondamentale (dans les universités notamment), pas de création de voies de communication, pas de gestion des déchets"

 

quel monde de reve.

 

La réalité, c'est des jeunes sans qualif par dizaines de milliers, une proportion hallucinante de gens qui ne peuvent pas se soigner faute d'argent, des universités qui recherchent en vase clos, ou les plaintes repetées des usagers du RER, ligne C notamment (les franciliens savent de quoi je parle). De plus, tout ce que vous citez existait heureusement avant la vague étatique post seconde guerre mondiale.

 

OK pour l'Etat arbitre, mais NON à l'Etat qui preleve de l'IRPP ou de la TVA sur l'ensemble de la population pour payer l'ENA ou l'X de la minorité (autoreproduite), le terminal 4 de Roissy, l'hopital Georges Pompidou et autre equipements utilisés non pas par la bourgeoisie inculte mais fortunee type Sarkozyste, mais par l'elite de l'UMPS bien connectée, riche de connaissances et de contacts plus que d'euros.

?

a qui le dites vous, cereb !

 

et dans ce cas, quelle est la competence d'un prof de sciences humaines sur le sujet ? lui aussi , c'est un expert, sauf qu il sort de son domaine.

 

mon commentaire s'était égaré ici ... et toc

Maryvonne:

entièrement d'accord avec votre analyse !

je pense comme vous sur ces perspectives

@ACNM

Comme vous aimez les chiffres, voici un tableau parlant des inégalités de revenus entre 1997 et 2007, selon l'INSEE (Enquête sur les revenu fiscaux).

On y lit que 10% des plus pauvres ne perçoivent que 3,7% de la totalité du revenu national, alors que les 10% des plus riches captent près du quart des revenus.

Si en 10 ans, les 10% les plus pauvre ont vu leur revenu s'améliorer de 0.5%, les 10% des plus riches ont vu leur revenu progresser de 0.7%

La classe moyenne, elle régresse. Vous comprenez donc que pour la plupart des personnes de la classe moyenne, les conditions de vie sont plus difficiles.

Source : http://www.inegalites.fr

 

Edit : Ci-dessous, un tableau mais qui s'affiche correctement dans l'éditeur, mais pas dans la réponse

La répartition de la richesse en France
Répartition du revenu national par tranche de niveaux de vie
Unité : %
Part du total
en 1997
Part du total
en 2007
10 % les plus bas3,33,7
entre 10 et 20 %5,35,3
entre 20 et 30 %6,26,4
entre 30 et 40 %7,37,3
entre 40 et 50 %8,38,1
entre 50 et 60 %9,29,1
entre 60 et 70 %10,310,2
entre 70 et 80 %12,011,7
entre 80 et 90 %14,514,1
entre 90 et 100 %23,424,1
Lecture : en 2007, les 10 % les plus pauvres reçoivent 3,7 % de la richesse nationale
Source : Insee, Enquête revenus fiscaux

 

je souscris à votre analyse. maintenant, l'egalité salariale primaire est impossible, il n'y a donc que l'égalité salariale secondaire, c'est à dire apres impots et redistribution, qui est possible.

 

Probleme, vu la nature des revenus de ceux qui captent une part enorme du revenu national, qu'est ce qu on y voit ?

on voit que soit il y a des metiers rares (pilotes d'avions) soit des professions liberales (medecins) soit des cadres et chefs d'entreprises salariés mercenaires, soit certains commerciaux, ainsi que les sportifs de haut niveau.

question, comment voulez vous contraindre ces gens à partager leur travail ou à moderer leurs pretentions salariales, d'eux memes ?

et si vous les taxer à 100% au dessus de 4000 euros, comme ce que propose le NPA, cela ne va t il pas tout simplement tuer la base fiscalisable ? Etre un commercial, c'est pas comme etre un salarié. Une fois que le type a vendu ses piscines, ses maisons ou ses produits dérivés, il peut rester chez lui et se tourner les pouces. Vous faites comment pour l'obliger à faire du chiffre, dans un systeme confiscatoire ?

///////////////////////

doublet

@ACNM

Je suis navré, ACNM, mais ce que vous décrivez ressemble plus à ce qui existe dans les pays où l'Etat est faible (bon, je pense de prime abord aux USA - mais je sais c'est cliché - mais quand on regarde le niveau de mortalité infantile proche de certains pays d'Afrique parmis les plus pauvres).

Par contre, si on prend les pays nordiques, cela fait réfléchir...

La différence des systèmes est flagrante...

De plus, je n'ai jamais prétendu que la TVA était un impôt social, c'est même plutôt l'inverse.

D'ailleurs, le principe de l'impôt, c'est le principe de l'équité. Plus on gagne de revenu, plus il est nécessaire de s'aquitter d'un impôt élevé.

Or, depuis les 30 dernières années, et les coups de boutoir des libertariens californiens, relayés par les conservateurs Reagan et Tatcher, les impôts ne font que baisser pour les plus riches.

Comme les caisses sont vides, "il n'y a pas d'autres alternatives" que de diminuer les prestations. Il s'agit donc bien "d'un coup d'Etat" contre l'Etat !

Je ne sais pas pour vous, ACNM, mais moi, j'aime pas qu'on me dise : "il n'y a pas d'alternative"

ACNM?

Je vais vous faire plus simple, et vous donner de quoi vous améliorer, dans vos analyses.

Faite une recherche, écart salaire patron ouvrier en 1965, et l’écart en 2007 et 2010.

Vous allez être étonné.

Je vous donne un indice de 1 à 10 et 15 et ce jour pour les plus riches de 1 a 100 voir 300.

J’apprécierais après votre analyse, si vos interventions du genre économiste, sur ce site sont bien opportunes

Vaste question,

Mais sans aller jusqu'au NPA, il serait peut-être temps de remettre à plat la question de l'imposition.

Mon impression est celle d'un grand bricolage, d'ajouts, et de modifications sectorielles, qui fait qu'accompagné d'un excellent fiscaliste, il est possible de passer dans toutes les fissures de l'édifice vacillant.

Finalement, tout le monde sait combien il gagne et combien il possède. Sinon, le principe même de propriété (au sens de ce qui m'appartient) serait aussi évanescent que la position des électrons dans une orbitale.

Donc, s'il est possible à chacun de "posséder", il doit être possible de savoir qui possède quoi et qui gagne combien.

Donc il devrait être possible de mettre en place une structure d'imposition simple et efficace, sans niches fiscales.

L'humanité a envoyé des hommes sur la lune, et il serait incapable de déterminer qui gagne combien ?

Celui qui dit que c'est impossible est soit un menteur, soit a beaucoup à cacher.

 

Il serait bon d'arreter d'interviewer des non economistes pour parler d'economie

justement non

lire "introduction à la pensée complexe", de Edgar Morin

et vous, ou vous chercheriez une info pareille, maintenant que vous avez vu que les chiffres de l'INSEE ne valident pas le raisonnement selon lequel le partage de la valeur ajoutée serait tres different en 2010 de celui qu'il etait en 1950 ?

 

Passons directement à votre conclusion : les patrons sont trop payés. Et bien, je suis à 1000% d'accord avec vous. Les 40 et quelques grands patrons français sont surpayés grace à cette imbrication Etat-enarchie-CAC 40 qui cree cette corpocratie de fonctionnaires du privé, accro aux contracts publics (Bouygues, Eiffage, Vinci, Suez), aux licences publiques (Lagardere, TF1, France Tel), à la PAC (Danone). Comme vou, je regrette qu on ait pas feu Nicolas Hayek (Swatch), Steve Jobs (Apple), Wendeking (Porsche), et autres patrons chez nous, mais qu 'on ait Thierry Breton.

 

Ceci c'est le fruit direct de l'esprit francais qui consiste à accorder des vertus supérieures à tout ce qui est étatique.

Bien dit! Bravo. Très bon article soit dit en passant!

@ acnm, (Je minuscule volontairement),

Le meilleur exemple de ce que vous essayez de prouver est que Votre Cher Président n'est spécialiste de rien mais décide de tout !

ACNM

Vous voyez ACNM, votre analyse et simpliste, car vous devez savoir que les chiffres de l'INSEE ,Selon le sens dans lequel ont les analyses, veulent dire tout et son contraire, tout dépend de ce que l'INSEE prend en compte, et sur ce point il y a de grandes lacunes.

Par contre je respecte la sincérité de votre réponse

ACNM pour vous spécialement et autres de droite ,boddy j’attend votre réponse sur ce billet.

Ce dont je vais développer avant la fin de semaine pour les non initiées, avec les termes, pouvant être compris par tous les Français.

Vous avez entendu parler du dernier scandale qui vient de tomber C’est le Foreclosure Gate … et c’est tout simplement incroyable

Foreclosure Gate : le nouveau scandale financier qui peut détruire l’économie mondiale

Renseignements pris, effectivement, ce nouveau scandale a tout d’une bombe capable de souffler les marchés.Ce qui est en train de se passer aujourd’hui aux Etats-Unis est un choc si puissant que le fragile équilibre économique si chèrement construit par la Fed au cours de ces derniers mois pourrait ne pas y résister. Bernanke promettait de nouvelles mesures en cas d’aggravation de la situation nous y sommes.Plongeons dans les méandres de l’administration américaine et dans les fosses septiques des grandes banques.

Qu’est-ce que le Foreclosure Gate ?
Pour résumer très rapidement ce Foreclosure Gate – scandale des saisies – de très nombreuses procédures de saisies immobilières aux Etats-Unis viennent de s’avérer complètement illégales. Cela peut sembler peu de chose au départ. Un épiphénomène qui ne concerne pas le reste de l’économie américaine, et encore moins le reste du monde. Mais vous vous rappelez la dernière fois qu’on a entendu parler d’un petit problème prétendument « local » sur le marché immobilier américain ? Oui, les fameux subprime

Le Foreclosure Gate = 700 milliards de dollars de pertes supplémentaires possibles + 750 milliards de dollars de dommages et intérêts + 60 milliards de dollars d’arriérés de taxe
Que se passe-t-il cette fois ? Eh bien une sombre histoire d’hypothèques, de titrisation et de saisies indues. Pour saisir un bien, et entamer la fameuse foreclosure, il faut une créance et une hypothèque.

Les crédits subprime avaient été accordés à tort et à travers. Entre 2004 et 2007, la folie s’est emparée du marché immobilier américain. Vous avez de ressources plus que limitées ? Vous êtes obligé d’accumuler trois petits boulots pour boucler vos fins de mois ? Qu’importe, on vous fait miroiter une jolie maison préfabriquée qui deviendra votre home sweet home. En deux temps trois mouvements, vous voilà propriétaire du rêve de votre vie. Des millions de prêts hypothécaires sont accordés… et les banques ne sont vraiment pas regardantes.

Puis vient la crise. Les saisies se sont multipliées. Et les équipes des établissements prêteurs étant débordées, certaines procédures de saisies ont même été entamées à tort. Les gens se sont défendus comme des beaux diables, ont pris des avocats. C’est ce que vous feriez, à leur place

.

Et les avocats ont soulevé un lièvre, un énorme, colossal, lièvre à 700 milliards de dollars

.

Que s’est-il passé ? De la titrisation ,il faut dire qu’elle est de tous les mauvais coups.Les prêteurs voulaient pouvoir faire de jolis petits paquets avec les créances pour former des MBS (Mortgage Backed Securities), vous vous souvenez ? Il s’agissait, bien sûr de répartir les risques … Les banquiers se sont fait beaucoup d’argent avec ces produits financiers vendus pour sûrs puisqu’ils reposaient sur du concret, des biens immobiliers bien réels.

Pour faciliter cette titrisation, la finance a eu recours à un artifice… qui serait illégal

.

L’enregistrement d’hypothèque coûte cher en procédures. Surtout si vous multipliez les transferts de votre hypothèque en l’incluant dans des produits titrisés.

Donc, les grandes banques et les deux principaux organismes de prêts hypothécaires, les inénarrables Freddie Mac et Fannie Mae, ont décidé de créer (en 1997) un organisme leur permettant de s’éviter de longues et coûteuses procédures d’enregistrement.
MERS, un système informatisé permettant l’enregistrement des achats et des ventes d’hypothèques – et de sérieuses économies de frais d’enregistrement était né

.

2008, les subprime sonnent le glas de la folie immobilière. Le nombre de procédure de saisies explose littéralement. Les foreclosure sont signées à tour de bras… tant et si bien que le Wall Street Journal révèle que des employés de GMAC Home Mortgage et de la banque JPMorgan ont admis dans leur témoignage avoir chacun signé 10 000 documents par mois. Tout cela sans véritable contrôle et surtout sans aucun respect des règles fixées pour les saisies hypothécaires

.Scandale numéro 1 : les saisies illégales
L’affaire devient alors vraiment nauséabonde… et complexe.
Les procédures enregistrées par le système MERS ont été jugées illégales, ou du moins non recevables devant un tribunal, et incomplètes. Des millions de prêts peuvent donc être invalidés.Avec l’informatisation des actes de ventes/achats, de nombreux documents ont été perdus. Les banques ne s’avèrent plus capables de prouver qu’elles détiennent bien une hypothèque. Les imbroglios se multiplient : certains propriétaires se sont retrouvés face aux envoyés de deux banques différentes venus saisir le même bien, chaque banque prétendant, preuves à l’appui, détenir l’hypothèque.Pour remédier aux problèmes de pertes de documents, de nombreuses banques, assistées par des avocats à la morale plus que douteuse, ont produits de toute pièce de faux documents d’hypothèque.Et pour couronner le tout, MERS s’est estimé compétent pour décider lui-même des saisies. Or, il n’est qu’un organisme intermédiaire entre les banques qui détenaient réellement l’hypothèque.Rien que pour septembre, 350 000 biens ont été saisis aux Etats-Unis. Des milliers d’Américains pourraient dans les jours qui viennent se regrouper pour attaquer les banques responsables de ce scandale. Motif : escroquerie .Conclusion, c’est la grande panique aux Etats-Unis. Les saisies effectuées sont-elles légales ? Les nouveaux propriétaires – ceux qui ont achetés un bien saisi – sont-ils légitimes ou le bien appartient-ils aux anciens propriétaires saisis ? Vous imaginez l’imbroglio… et les poursuites judiciaires qui se préparent.Le gouvernement américain vient de décider de suspendre toutes les saisies en cours pour essayer d’y voir plus clair.Si les propriétaires gagnent, les banques pourraient être lourdement condamnées. On parle déjà de 750 milliards de dollars. Eh oui, l’escroquerie, c’est du pénal et les sanctions sont lourdes. Ce qui risque de mettre certaines banques au bord de la faillite. Le gouvernement américain et surtout les contribuables accepteront-ils encore une fois de payer pour sauver les banques des conséquences de leur avidité et de leur malhonnêteté ?

Car ce n’est pas tout.

Scandale numéro 2 : la fraude aux taxes


En créant le MERS, les banques ont mis en place un système leur permettant de ne pas s’acquitter des taxes dues – en général aux Etats, ou aux municipalités – à chaque enregistrement de prêts ou à chaque modification.

Ainsi, le MERS devrait entre 60 à 120 milliards de dollars rien qu’à l’Etat de Californie pour rembourser les taxes d’enregistrement non perçues. Qui va payer ?

Scandale numéro 3 : la fraude aux MBS

Si les banques ont créé le MERS, avec son système très léger d’enregistrement des prêts hypothécaires, c’est surtout pour dissimuler ce qui se cache réellement derrière les attractifs MBS. Pour dissimuler que de trop nombreux prêts avaient été attribués à des familles qui auraient du mal à rembourser : bref, que les MBS reposaient sur des crédits même pas subprime mais tout simplement poubelle. C’est ce que le langage marketing de la finance appelait la « répartition du risque ».Le scandale actuel résulterait donc en grande partie de la volonté des banques de cacher aux yeux des autres banques leurs vilains petits secrets et leurs crédits douteux…D’après certaines premières estimations, près de 30% des MBS pourraient être frauduleux...

Et là, même une intervention du gouvernement ne pourra rien faire.

Quelles conséquences pour nous ?

Si les banques sont jugées coupables et doivent rembourser ou verser des intérêts soit aux propriétaires floués, soit aux Etats qui n’ont pas reçu les taxes d’enregistrement, soit aux banques qui ont acheté des MBS frauduleux, soit aux assureurs qui ont assurés ces MBS, elles risquent la faillite.Une vague de faillite en série mettrait à mal l’économie, comme l’avaient fait les subprime. C'est un fait. Alors même que vous lisez ces lignes, l'argent que vous pensez bien à l'abri pour votre avenir et celui de votre famille est en réalité en train de servir... au renflouage de la Grèce (mais aussi d'autres Etats se trouvant dans une situation tout aussi désastreuse)... au sauvetage des grandes banques, dont il faut éponger les erreurs et les mauvais investissements au nom du "bien commun" -- qui est surtout le bien de l'élite financière et politique mondiale... et au gonflement de la bulle la plus gigantesque des 100 dernières années -- qui finira inéluctablement par un désastre tout aussi gigantesque. Il est essentiel que vous soyez prévenu. Parce que c'est votre compte en banque qu'on est en train de dépouiller. Votre assurance-vie. Votre épargne-retraite.

Une addition à 1 227 milliards de dollars et c'est avec votre argent qu'elle est payée

C'est à l'été 2007 que la situation a commencé à dégénérer. A l'époque, rappelez-vous, la crise des subprime a éclaté. Des millions de ménages américains ont fait défaut sur le paiement de leurs dettes. Cela a mis en difficulté les banques, qui avaient vendu des prêts inutiles à des gens qui ne pouvaient pas les rembourser. Et elles ne s'étaient pas arrêtées là : elles avaient aussi fait jouer l'effet de levier sur ces prêts, les avaient transformés en produits dérivés opaques, s'étaient livrées à toutes sortes de trafics entre banques, jouant avec les devises, les taux, les marchés ,bref, créant toutes les conditions pour une crise d'une ampleur sans précédent. Evidemment, ça n'a pas raté à l'automne 2008, nous avons assisté à une crise généralisée du système bancaire. A l'époque déjà, ce sont les investisseurs comme vous et moi qui avaient payé : plus de 50 000 milliards de dollars étaient partis en fumée en quelques semaines... et je ne parle là que des dégâts boursiers !

Devant la débâcle, qui s'est rapidement muée en crise économique comme on n'en avait plus vu depuis la Grande dépression, les autorités mondiales ont décidé d'intervenir en urgence. Elles ont mis en place des plans de relances gigantesques :

En France, le gouvernement a promptement débloqué 26 milliards d'euros sur deux ans.
Au niveau de l'Union européenne, ce sont 200 milliards d'euros qui ont été consacrés au renflouage des banques et de l'économie.
Aux Etats-Unis, plus de 1 000 milliards de dollars ont été consacré à la relance de la croissance et du système bancaire.

Mais avec des déficits qui se montaient déjà en 2008 à des sommes record de l'ordre de 438 milliards de dollars pour les Etats-Unis ou encore 49 milliards d'euros en France... Où les gouvernements ont-ils trouvé l'argent nécessaire pour financer ces relances astronomiques ?

Simple... ils se sont endettés. Et c'est de là qu'est parti le cercle vicieux dans lequel se trouve entraîné votre argent durement gagné aujourd'hui.

De votre compte en banque à la Fed américaine Lorsqu'il se retrouve à court de ressources, un gouvernement est forcé d'aller emprunter de l'argent -- chez ses propres citoyens, ou à l'étranger.

Pour cela, il émet des obligations, qu'il propose à l'achat -- et c'est là qu'entrent en scène les "primary dealers" et autres "SVT". C'est là aussi que se joue le sort de l'argent que vous pensez bien au chaud dans votre assurance-vie ou votre épargne.

Derrière ces noms barbares se cachent en fait les interlocuteurs de tout Etat cherchant un financement. On les appelle primary dealers aux Etats-Unis, SVT (spécialistes des valeurs du Trésor) en France, et d'autres noms encore selon le pays. Leur rôle est simple : acheter les obligations émises par les Etats... et les revendre ensuite aux enchères au plus offrant

.

Dans le cas de l'Europe, par exemple, c'est la BNP Paribas, la Barclays, la Deutsche Bank et RBS Greenwich Capitals qui sont chargées d'acheter la dette US à la Fed, puis de la proposer en Europe.

Et à qui les primary dealers proposent-ils ces obligations ? Aux investisseurs institutionnels... aux banques... aux fonds de pension... aux assureurs... bref, à ceux-là même que vous avez chargés de faire fructifier votre épargne ASSURANVE VIE,ou retraite par CAPITALISATION



Le mécanisme est simple... et ahurissant :
Les actifs toxiques des banques ont été rachetés par les gouvernements Etats-Unis en tête. Pour sauver le système financier, renflouer les banques en difficulté et relancer l'économie, les gouvernements se sont endettés... venant emprunter les sommes qui leur manquaient aux banques !

Lesquelles engrangent au passage de jolis profits qui viennent gonfler non pas votre compte épargne... mais les bonus de fin d'années de leurs dirigeants.

Pratique, non ?

Le problème, c'est qu'en agissant ainsi, on n'a pas fait disparaître les dettes et les mauvaises créances. Au contraire ! Elles ont juste changé de mains elles sont passées du secteur privé au secteur public. Par le biais des émissions obligataires et des primary dealers, elles sont venues contaminer toute l'épargne mondiale.

Quand je vous parlais du Monde de la Finance et son laquai qu’est,SARKOZY, ce n'était pas des paroles en l'air. Et vous allez voir que ce n'est que la première phase de ce gigantesque cambriolage économique et monétaire

.

Et Christine Lagarde qui nous parle de croissance qui repart,nous faisant croire qu’il fallait tout mettre en œuvre pour ne pas contrarier les agences de Notation(encore de l’enfumage),il s'agit d'un rebond fictif qui a attiré des centaines de milliers dans un piège en train de se refermer celui de la fausse croissance et de la reprise économique inventée de toutes pièces par nos dirigeants

.

agences de Notation JPMorgan Goldman Sachs endedettées en milliars de dollards faisant partie du groupe groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou club Bilderberg

la troisième phase qui commence tout juste Trois bombes financières sont en train de provoquer une catastrophe à côté de laquelle le krach de 2008 -- et la récession actuelle resemblera à une partie de plaisir. Croyez-moi, nous ne sommes pas au bout de nos surprises Parce que comme je vous le disais plus haut, cette catastrophe est non seulement connue des autorités financières et politiques de la planète entière elles y participent activement. Il ne reste plus qu'une seule solution...

Nous sommes actuellement à un point de rupture. Rappelez-vous la manière dont les événements s'enchaînent :

Crise bancaire en 2008 : les Etats interviennent massivement pour sauver les banques et relancer l'économie.

Ce faisant, ils s'endettent dans des proportions dantesques. Les banques leur "renvoient l'ascenseur" en facilitant le financement de cet endettement.

La dette gouvernementale continue d'augmenter, étouffant peu à peu les Etats ; avec la chute de la Grèce, on commence à entendre des craquements et des grondements inquiétants dans les fondations du système économique mondial.

Les chiffres sont clairs. Le total des engagements du gouvernement américain se monte à 1 150 milliards de dollars. La dette publique américaine représente déjà plus de 70% du PIB national... et les Américains sont dans la dette jusqu'au cou au niveau individuel.
Et ne croyez pas que ce soit mieux en Europe ! En Angleterre, le ratio dette/PIB est de près de 50%... En Italie, on est à plus de 103%, tandis qu'en France, on en est déjà à 67% du PIB !

les économies occidentales basculent dans le rouge... et la situation ne va pas s'améliorer dans les années qui viennent, bien au contraire. Le G20 se retrouvera bientôt avec plus de dette que de PIB.

C'est là une menace gigantesque qui pèse sur l'économie mondiale Le problème, c'est que nous nous trouvons désormais au pied du mur.

Les banques et l'économie ont été renflouées par les Etats. Puis, lorsque les petits états, écrasés par cet effort de sauvetage, se sont trouvés en difficulté, les pays plus grands sont intervenus pour leur sauver la mise.

Mais ils sont eux aussi en train de perdre pied, noyés dans des déficits qui vont en s'accroissant. La Grèce n'était qu'un avant-goût de ce qui attend Les agences de notation commencent déjà à émettre des doutes sur la qualité de la dette anglaise, espagnole, portugaise et même américaine. Les investissements étrangers diminuent aux Etats-Unis. Qui leur sauvera la mise ?

C'est inévitable dans les années sans doute dans les mois qui viennent nous allons assister à un krach obligataire La faillite des gouvernements ne pourra que se généraliser d'autant que, comme vous allez voir dans quelques lignes, les autorités, dans cette situation désespérée, auront recours à remède encore pire que le mal. Et une fois encore, c'est des Etats-Unis que viendra le coup fatal.

Quand les gouvernements ont recours à l'arme ultime...

Les Américains ne sont pas idiots. Ils savent qu'ils ne peuvent pas financer éternellement des emprunts aussi colossaux. S'ils essayaient, cette immense demande d'argent ferait certainement grimper les taux d'intérêt ruinant ainsi tous leurs efforts. En fait, les prêteurs étrangers réduisent déjà leurs engagements ; la proportion de dette US entre des mains étrangères chute rapidement. Mais les Américains réservent une bien mauvaise surprise aux à leurs créanciers. Devant la dette qui enfle démesurément, ils ont une réponse aussi évidente que dangereuse : l'inflation.

Le gouvernement américain a déjà commencé à faire marcher la planche à billets, augmentant sa masse monétaire à une vitesse record.

. Et à partir de là, c'est inéluctable : plus il y a de monnaie en circulation, plus la valeur individuelle de chaque billet et de chaque pièce diminue. Et au rythme où la masse monétaire mondiale augmente en ce moment, ce ne sera pas les 2% qu'on veut nous faire gober actuellement... pas 5%... pas même les 14% connus dans les années 70... mais des taux insensés pensez à l'Argentine en 2002. à la République de Weimar dans les années 30. Rappelez-vous que le moteur de ce phénomène est aux Etats-Unis... et qu'il a une raison claire et évidente de créer de l'inflation : c'est un moyen d'échapper à ses dettes. Les investisseurs du monde entier perdront aussitôt toute confiance dans le système financier, et dans toutes les formes de richesse papier (ou électronique). Aucune autre devise n'est vraiment prête à prendre la place du dollar en tant que devise de réserve mondiale.

Durant un sérieux effondrement du billet vert, selon toutes probabilités, toutes les devises perdraient leur valeur. Il en résulterait une hausse fulgurante des prix mondiaux des actifs tangibles. L'hyperinflation se répandrait au reste de la planète comme une traînée de poudre.

Bonne lecture

Petit supplément.

Et quant cela arrivera, ce qui est sur, beaucoup seront content d'avoir un Mélenchon face à tous ces escrocs
Thierry Breton n'est pas énarque, mais ingénieur Supelec.
Thierry Breton n'est pas énarque, mais ingénieur Supelec.
Thierry Breton n'est pas énarque, mais ingénieur Supelec.

tres juste patrick.

je pensais juste à son trck record de gagnant (Thomson, Bull, France Telecom) , le rapprochant des enarques

si vous etes francais, LANNICK (je majuscule volontairement), je vous dirai que Sarkozy est aussi votre président, en tout ca celui de votre pays.

 

Ensuite, je ne peux pas accepter le raisonnement implicite derriere votre petite remarque. ne pas se sentir proche de la gauche ultra étatique ne veut pas dire etre de droite. Il y a en France trois poles politiques, comme en Angleterre, en Allemagne et ailleurs : la gogo-che anti liberaux, les droitiers ultra etatistes, et le centre liberal democrate, avec à l'interieur des nuances certes mais pas au point de rendre plus dissemblables que semblables ces sensibilités. Il y a bien plus de proximité anti étatique entre Edwy Plenel, pas du tout de gauche mais en réalité proche de Bayrou, Eva Joly et autres, et les liberaux, que de proximlité entre les anti liberux genre Melenchon et Edwy Plenel toujours. Et le probleme du PS, c'est que comme l'UMP, il ratisse trop large.

 

Enfin, Sarkozy ne gouverne rien du tout, c'est Guaino et Gueant qui gèrent.

Cher Schoum1,

Je défère à votre convocation avec plaisir.

Sur les MERS attendons de voir...d'ici là vous pourriez nous donner la source de votre écrit, ou nous préciser qu'il est de vous.

Autrement faites attention de ne pas reproduire les erreurs d'Edwy Plenel, qui contrairement à vous reste crédible pour ses adeptes même quand il raconte n'importe quoi : je fais référence à l'imbécile comparaison entre le financement du sinistre bancaire et le financement des retraites.

Beaucoup de banques ont commencé à rembourser et auront fini de rembourser les Etats prêteurs l'année prochaine. Haine de François Pérol oblige, la BPCE a d'ailleurs été critiquée pour son remboursement partiel sur "Mediapart". De plus les banques sont un instrument incontournable de financement des économies. Bien sûr on pourrait faire comme en 81 et les nationaliser avec leurs pertes, puis à l'occasion d'un retour de la droite au pouvoir (en 2017 ?) les rendre au privé en pleine santé. Sauf qu'on n'a plus les moyens de ce genre d'excentricité.

En revanche faire tourner la planche à billet pour financer la retraite, c'est tout bêtement du suicide, par ailleurs non autorisé du fait de notre appartenance à la zone euro. Il n'y a que dans les cercles de milliardaires qui financent la presse française "indépendante" que les billets de banque pleuvent comme à Gravelotte.

C'est plutôt "la guerre des monnaies" qui me parait dangereuse dans les mois à venir, et la situation en Chine. J'attendrai de vraies infos sur les MERS plutôt que de me reposer sur des articles de journalistes à deux sous (je précise que je ne vise pas là le futur prix Pullitzer qui a écrit un article sur ce sujet sur "Mediapart" récemment, ne le lisant plus depuis ses exploits en Afghanistan).

Cordialement

Si l'économie était une science, ça se saurait. Comme elle est incapable de décrire un processus de façon fiable et reproductible, et qu'elle ne repose pas sur des hypothèses vérifiables/falsifiables, ce n'est pas une science. A peine un art, comme la médecine au temps des grecs. Qui faisait moins de victimes et était nettement plus modeste.

Peut être serait-il bon de vous souvenir que la retraite est l'un des fondements de la protection sociale, dont acte........Quand aux discours anti étatiques des libéraux ils sont à mourir de rire: rappelez-moi à qui ont fait appel ces libéraux anti étatiques lors de la crise de 2008????? Et à qui demande-t-on aujourd'hui de renflouer les caisses??

Quant à la presse, je ne connais aucun journal qui soit un service public philantrope, et l'important est à mon sens que la presse puisse offrir un autre discours et une autre analyse que les autorités et les bien pensants, quels qu'ils soient d'ailleurs. Et qu'elle oblige les gens à se remuer les méninges, comme c'est le cas de médiapart en ce moment, puisque votre réaction m'oblige à une forte mobilisation cérébrale à cette heure matinale!!

Cordialement

Sarkozy peut activer

l’article de la Dictature !

Le peuple en guerre, contre Sarkozy et son gouvernement sur la réforme des retraites, est-il menacé ? La question devient cruciale face à l’arsenal législatif qui bride les libertés publiques. Au premier rang desquels : l’article 16 de la Constitution!

L'article 16 permet au Président de la République français de prendre toutes les mesures qu'il juge nécessaire en cas de circonstances exceptionnelles (ex : guerre civile, grève générale paralysant le pays, atteinte à l'intégrité du territoire national)

Cet article est qualifié par les juristes de droit constitutionnel d'article de la dictature car lors de sa mise en application, le Président de la République est le seul à gouverner. De plus, il concentre dans les mains d'un seul homme les pouvoirs exécutifs et législatifs.

L’article 16 menace, plus que jamais, la démocratie. François Mitterrand envisageait de l’abolir mais… il ne l’a pas fait. Cet article permet à Nicolas Sarkozy de se doter des Pleins Pouvoirs. Concrètement, le président peut limiter voire suspendre les libertés publiques, créer des tribunaux d’exception, nommer des militaires à la tête des grandes administrations. Il peut tout faire et défaire. Paranoïa ? Voici le texte de l’article 16 qui lui confère les Pleins Pouvoirs pour une durée de trente jours… renouvelables:

« Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel. Il en informe la nation par un message. Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d'assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d'accomplir leur mission. Le Conseil constitutionnel est consulté à leur sujet. Le Parlement se réunit de plein droit. L'Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant l'exercice des pouvoirs exceptionnels. »

Suite à la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, l'article a été modifié et complété par le paragraphe suivant :

« Après trente jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l'Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d’examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. »

Le peuple de France, conscient de l’enjeu du bras de fer actuel, soutient massivement (71%) les grévistes et les manifestants mais qu’en sera-t-il si nous sommes acculés ?

La radicalisation du mouvement que, par ailleurs, j’appelle de mes vœux, doit impérativement déboucher sur une séquence politique d’importance. Notre seule option est la dissolution de l’Assemblée nationale mais, encore une fois, seul le président peut en prendre la décision.

Les moyens de pression ne manquent pas, à condition que les hommes et femmes politiques de gauche prennent toute leur responsabilité dans le processus.

Autrement dit, aujourd’hui, dans ce pays si démocratique, le président a tous les pouvoirs même celui de s’asseoir sur le résultat d’un référendum (traité constitutionnel européen).

Il était important au stade où nous en sommes de notre mobilisation de prendre la mesure de la menace qui pèse sur nos libertés.

Notre devise républicaine est à terre : Egalité est morte (fiscalité injuste, surendettement, mise en faillite des retraites et de la sécu), Fraternité est à l’agonie (expulsions des étrangers, abandons des pauvres). Il ne reste que Liberté !

Défendons-là chèrement, sinon nous nous réveillerons en dictature au pays des droits de l’homme !

Geneviève Confort-Sabathé

L’article 16 n'a été utilisé qu'une une fois lors de la crise algérienne entre le 25 avril et le 20 septembre 1961 (putsch des généraux).

ca me fait tellement mourir de rire, de lire "à qui ont fait appel ces libéraux anti étatiques lors de la crise de 2008????? "

réponse : les liberaux n'ont fait appel à PERSONNE en 2008.

Preuve par l'image : http://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/DUPIN/16832

je cite "Madame (Sabine) Herold semble bien la seule à regretter que l’Etat se soit porté au secours des banquiers en péril. « Ils ont joué, ils ont perdu, il fallait les laisser couler », tranche-t-elle en se disant « d’accord avec Olivier Besancenot » lorsqu’il déplore cette socialisation des pertes après la privatisation des profits."

Un autre blog libéral : http://jag.typepad.com/

Un plan de sauvetage européen suggéré à hauteur de 300 milliards d'euros... Rachat de 30 000 logements sociaux... Nationalisation de Dexia... L'Etat français serait-il devenu tout à coup riche et ingénieux ?!

Est-ce vraiment une priorité de sauver l'immobilier ? de sauver le crédit ? L'immobilier n'est pas la meilleure façon de faire grandir un pays et de le moderniser. C'est ce qu'il y a de plus archaïque et de démagogue. Si les particuliers n'ont pas assez d'argent pour financer leurs biens immobiliers, c'est que le prix de l'offre est exorbitant par rapport à la demande. Dans ce cas, le marché doit se réguler de lui-même pour ne pas soutenir une spéculation frénétique et enrichir quelques entreprises tournoyant dans l'immobilier.

Les crises n'ont pas que des mauvais aspects, elles sont aussi révélatrices d'excès d'immoralités et d'irresponsabilités. Vouloir nier une crise revient à lutter à contre-courant et à investir dans une économie qui ne fait plus recette.

 

les liberaux ils n'ont rien demandé. Les banquiers non plus d'ailleurs. Les plus liés aux pouvoirs politiques d'entre eux ont certes agi avec la certitude cynique que les Etats interviendraient, mais ils se trouvaient aussi des banquiers comme Komrad Hummler, le patron de la banque Wegelin & Co, pour les denoncer.

La différence entre Nicolas Fouquet et Nicolas Fouquet's?

http://www.lacoopol.fr/post/billet/une-difference-entre-nicolas-fouquet-et-nicolas-fouquets

boddy.

Mes écris sont hélas la triste vérité.

Pensez vous un seul instant que je ne me permettrais, de faire un tel exposé

Si on me le permet, je donnerais les tenants, les aboutissants, et les preuves avec liens joint.

A ce billet, c’est volontairement que je n’y ai mis aucun lien, pour prouver à certain qu’il ne suffit pas de taper WIKIPEDIA, genre (Monsieur l’enseignant de la vie et de la terre ericmestre@numericable)et autres, que si l'on n’a pas la connaissance de la base, tenants et aboutissants, et savoir ce que l’on cherche.

Je me résume, je confirme les chiffres et mon écris pour ce message;

Rien ne vous empêche de faire des recherches, boddy vous qui avez la dégaine de Lucky Luke quant vous défendez si bien vos amis de droite médias y compris, que je dénonce sur ce billet;

cordialement

 

Et voici l'article 35 de la déclaration des droits de l'homme :

Article 35 Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Petit supplément, pourquoi nos gouvernant tiennent t’il tant, à cette Monnaie qu’est L’Euro €.

Au vu de votre billet, je parle à un connaisseur, votre Avis ???Le mien est forgé, et cela depuis un moment, comme quant je disais il y a 3 mois que Obama allait se faire bouffer tout cru par ceux qui avaient voulu et instrumentaliser sa mise en place. La réponse est dans mon billet du dessus.

On me traitez de tous les noms d’oiseaux,pas tous ,mais certains, allant même jusqu’à me censurer .Mais les faits sont là, et de plus incontestable

Non il n'est pas mon président

Sur le site de l'Elysée il apparaît comme diplomé de sciences po. Déjà un gros problème : c'est faux il a échoué a sciences po!!!!

crédibilité : ZERO

exemple lamentable

confirmé ici (entre autres) et dénoncé par l'un de ses professeurs

 

et sur le site de l'Elysée il y a diplomé avec mention!!! ici

Quand on n'est pas celui qu'on dit être, on ne fait pas NON PLUS ce qu'on a promis de faire.

Président du pouvoir d'achat, dernièrement promesses d'alléger les charges de l'état en réduisant le nombre de conseillers dans les Ministères..

Je vous laisse aller compter le nombre de ses conseillers ici de chiffrer ce qu'ils nous coûtent, et d'y ajouter le coût phénoménal des études des cabinets privés sur des projets qui aboutissent sur des ... flops (conseillers mieux payés que les Ministres eux-mêmes au passage)

Et vous pouvez faire l'évaluation de ce QUE VONT NOUS COUTER LEURS RETRAITES

Je veux Un Président de la république un vrai!!! VIVE LA VI°

 

Merci SCHOUM1

Petit rappel aussi : lors de son intervention télévisée avec Pujadas... il annonce très brièvement et discrètement sa volonté de mettre une monnaie unique MONDIALE en place...

DANGER

deja, ou est ce que vous voyez qu il est suggeré qu il est diplomé de Sc Po ? Il a pas ecrit 1981 Diplome de Sc Po comme il a ecrit 1979 Maitrise, il a ecrit 1979-1981 : Sciences Po.

par contre, pour alleger les charges de l'Etat, autant je suis à 1000% pour, autant le salaire des conseillers de Sarkozy pese que dalle dans la masse des deficits publics.

Enfin, votre conclusion est en contradiction avec ce que vous dites plus haut . On a pas besoin de Grand Leader pour se prendre en main. On a besoin de Doris Leuthard (présidente Suisse).

Jolie position : les pauvres grèvent le budget de l'état c'est bien connu.

C'est bien pour çà d'ailleurs que la Cour des Comptes a dénoncé les dépenses de fonctionnement de l'état n'est-ce pas?

Je ne vous salue pas : vous faites partie de ceux qui assoiffez le peuple pour que le champagne coule a flot en d'autres lieux !:p

cereb.

 

300 % avec vous dans votre commentaire.

@ACNM sur mes origines !

Armoricain (Vénète) par mes ancêtres jusqu'en 1532. Français depuis !

Devise :

« Kentoc'h mervel eget bezañ saotret» (en Vénète)

Plutôt la mort que la souillure

Bien vu anne.

La majorité des intervenants sur ce site, n’avaient pas remarqué ce détail qui pourtant voulait dire beaucoup.

Tout comme cette semaine entre Merkel et Sarkozy dans certains de leur propos

 

car il a lu Montesquieu, heureusement.

@ SCHOUM1

Chute des monnaies mondiales et ils sont absolument prêts à mettre en place le Bancor, la monnaie mondiale préconisée par le FMI dans ce rapport :

http://www.imf.org/external/np/pp/eng/2010/041310.pdf

Merci infiniment SCHOUM1 pour ces précisions.

@ACNM,

"...Sur le fond, la clef c'est l'emploi..."

Je suis totalement d'accord avec vous, le sujet des retraites à été envisagé à l'envers.

Imaginons le chômage des jeunes et des séniors dans des proportions ... Comment dire .. Où chacun sait qu'il a encore un avenir, je suis certain que la réforme passait sans problème.

 

Maintenant, je suis également d'accord avec vous sur le fait que l'ultra étatisme est une plaie. Mais à un moment donné l'ultra capitalisme produit des maux tout aussi insupportables avec de graves conflits au bout du compte ....

 

Dans ce pays nous sommes incapables de doser un mixage raisonnable entre Etat et marché sachant que les deux sont très positifs à lorsque les proportions sont maîtrisées.

 

Autant il est compréhensible de privatiser ce qui va rouler sur des voies ferrées qu'il me semble stratégique pour un Etat de conserver la main mise sur ces dernières ...

@ ACNM

Soit dit en passant, les économistes se sont souvent durement trompés ... Il ne faut pas les sortir du sujet mais ils ne doivent pas être les seuls non plus...Voir loin de là !

Mais bon, effectivement, les consulter fait parti du jeu...

Les libéraux ne sont pas des talibans, pas plus que les capitalistes.

Ce sont les "ultras" qui se sont donnés un nom qui n'est pas le leur ... Alors ceux là oui!!

Ils sont des fauteurs des troubles et des fabricants de guerres ...Mais sinon le triangle, libéralisme, capitalisme, régulation modérée sont plutôt générateurs de richesses ...

Ne confond on pas non plus le rôle d'un économiste avec celui d'un financier ?

Mon père est un financier et l'un de mes oncles est un économiste. Ils n'ont pas toujours, les mêmes approches d'une situation données et je dirai même assez rarement ... Bien que mon oncle vive en Chine j'imagine que l'économie est une discipline mondialisée donc ce qui est vrai là-bas doit l'être ici.

 

On se plaint d'un Euro trop fort face au Dollar mais si ce dernier baisse l'on se plaint encore .... Mais sont-ce les mêmes qui se plaignent ? C'est aussi à voir !

La spécialité des spécialistes c'est de ne pas être d'accord entre eux !!

@JYB,

Sans être moi même un connaisseur en économie, je pense qu'effectivement les économistes sans être inutiles, loin de là, n'en sont pas pour autant des scientifiques ... C'est ma perception en tous cas ...

@AR

"...Sont-ils d'ailleurs seulement incompétents, ou seraient-ils aussi aveuglés par des dogmes, ou pire encore, à la solde d'un pouvoir dont ils espèrent quelques reliefs ? ..."

C'est une question que je me pose souvent ...

@ACNM

Vous êtes vous même un économiste c'est ça ?

Parce que, moi je n'en suis pas un, mais par contre je suis un technicien et je pense très peu approprié votre comparaison avec la physique.

Voyez-vous, nous sommes, en ce qui nous concerne dans le technique, tout de suite confronté à nos erreurs.

En matière de technologie ça marche ou pas ! Il n'y a pas moyen de se cacher derrière quoi que ce soit. Croyez moi, un ingénieur ou un technicien qui se trompe trop souvent est rapidement sans travail !

Les économistes qui se trompent peuvent ils en dire autant ?

Maintenant, il est aussi possible que ces derniers assument une part de responsabilité qui n'est pas de leur fait ! C'est parfois un peu facile de les désigner comme fautifs ... Mais disons que l'erreur m'y semble mieux admise qu'en technologie ou en physique.

 

@ACNM

Personnellement je n'ai pas de problème avec l'impôt ... C'est sa redistribution qui me pose problème !

@ afischele Bravo!

parallèles intéressants: je les comparerais bien aux médecins du XVIII° siècle toujours prêts à administrer purges et clystère.

il existe heureusement des esprits plus brillants, mais moins écoutés, qui ont compris les défauts structurels des marchés, la part de psychologie dans les comportements des acteurs économiques et la part idéologique et fanatique des doctrines libérales (ou ultra-libérales, si "wildpalm" veut s'en désolidariser).

ceux-là n'ont rien pu faire ces 30 dernières années qu'étudier et attendre.

@Schoumi vous êtes ici mon rayon de lumière !

Merci pour votre travail sur Médiapart, je ne manque jamais de vous lire.

 

Liberté égalité fraternité c'est un projet politique faut il vous le rappeller Mr le convocateur d'économistes ( bravo Edwy Plenel pour avoir remis la balle au centre). l'histoire politique de la France c'est une opposition constante à ces valeurs repensons à Napoléon 1er , aux monarchies constitutionelles, à Napoléon 3 , à Pétain et aujourd'hui aux ploutocraties. Mai 68 a t il ruiné la France ? la France ruiné de 1945 était capable de créer la sécurité sociale et la France riche d'aujourd'hui serait incapable de la sauver ?. L'économie sans le social c'est comme une voiture sans carburant. L' état ou toute autre forme de représentation se doit d'être le garant de lois justes et équitables, il est indispensable en ce sens, quant à la libre concurrence c'est une utopie que rien dans l'histoire ne légitime puisque cette dernière nous enseigne en permanence la lutte pour asseoir des dominations et s'en libérer. Créer donc votre propre banque ACNM vous êtes totalement libre de le faire et voyons dans la pratique votre idéologie.

P.s je n'aime pas les pseudos je signe de mon nom

je ne suis pas economiste

 

et ce que je voulais dire c'est que les economistes ne sont pas operationnels. Ils emettent des grandes idées, qui deviennent ensuite des concepts à appliquer dans le domaine de la finance, de la gestion, de la politique, etc.

Donc les financiers, les gestionnaires ou autres sont bien confrontés au meme sujet que vous, wildpalms, ne pas se tromper trop souvent !

parfois je me demande si vous lisez vraiment ce que j'écris, Anne ?
je ne sais pas trop s'il faut prendre votre remarque au 1er degré ou pas. La mienne était ironique, lannick (LANNICK .?) meme si , par ailleurs, je suis à fond pour le respect des identités régionales, et l'application stricte du principe de subsidiarité, de la France vers ses 22 régions, dans autant de domaines de possibles dont l'Education.

@arnolds,

Il est clair que je me désolidarise de l'ultra libéralisme comme de l'ultra tout d'ailleurs.

Mais ce que certains nomment aujourd'hui Capitalisme n'en est pas. Je ne sais pas comment nous pourrions le qualifier d'ailleurs ...

Quand je vous demandais si vous étiez économiste, ce n'était pas une mesquinerie de ma part !!

Ce n'était pas une critique non plus ! Ce n'est pas une tare d'être un économiste.

la France ruiné de 1945 était capable de créer la sécurité sociale et la France riche d'aujourd'hui serait incapable de la sauver ?.

 

decidemment vous comprenez pas que la richesse ca ne veut rien dire, et que l'important c'est la richesse par habitant et son évolution ?

De plus, la Securité Sociale et autres dispositifs existent non pas parce que la France le peut ou le veut, mais bien parce que les contribuables et cotisants le peuvent/veulent/ ou le voient imposé.

 

Ensuite, vous dites L'économie sans le social c'est comme une voiture sans carburant. Lol. bravo pour ce clin d'oeil à l'actu. Par contre, dur de souscrire à l'idée sous jacente Etat = social. Le social n'est pas géré par l'Etat, qui cree plus de problemes qu'il n'en résoud.

 

Cordialement

ACNM (pseudonyme).

@matou

Je lis beaucoup de commentaires de beaucoup d'articles et j'y ajoute parfois un petit propos personnel.

Votre remarque m'interpelle, car j'ai noté dès le début les excellentes orthographe et syntaxe des interventions des lecteur(trice)s de Médiapart -qui sont également des abonné(e)s.

J'ajouterai : indépendamment des idées lumineuses et des bonnes connaissances énoncées donnant lieu souvent à des joutes intellectuelles et culturelles intéressantes entre les intervenant(e)s.

Et quand par "malheur" (?) quelques fautes se glissent dans la rédaction, il se trouve toujours un puriste pour le faire remarquer à son auteur(e)...

J'en ai tiré une conclusion regrettable (mais qui n'est pas en relation avec la remarque).

La voyez-vous ?

Education...

Education ou Instruction ?

Qui doit éduquer et qui doit instruire ?

http://www.lire-ecrire.org/conseils-pratiques/elever-un-enfant-un-adolescent/instruction-et-education.html

http://philo.pourtous.free.fr/Articles/A.Perrin/educationetinstruction.htm

 

Excellente réponse !
richesses pour qui ? !!!

L'ultralibéralisme, c'est aussi les délocalisations et le dumping social

Et les richesses vont surtout vers ceux qui les détiennent.

+1

Quand un expert contredit un contre-expert, l'un au moins de ces experts se trompe.

Et parfois les deux.

Cela dit, pour apprendre quelque chose, il vaut mieux s'adresser à un bon spécialiste.

Par exemple, en climatologie mieux vaut éviter Allègre.

Et en physique, il faut fuir à toutes jambes les frères Bogdanoff.

à lire ce commentaire, la référence aux experts économistes, seules personnalités valables à donner un point de vue, n'est non seulement inacceptable mais aussi digne d'un secrétaire général de l'ump. Si cela se trouve, ACNM n'est autre que le célèbre Alain Minc, expert et conseiller économique du président de la République.
bonne distinction !

j 'ai écris "Il serait bon d'arreter d'interviewer des non economistes pour parler d'economie". Quand vous voulez vous faire soigner les dents, vous allez chez le kiné ? Non. Alors je me demande en quoi un prof de socio aura un avis sur la question des retraites. Je peux me tromper bien sur.

M.Plenel,

Il est pour le moins curieux de constater qu'en parlant de l'inaction de la majorité du PS , vous oubliez ("oubliez" vraiment?) Mme Royal qui est pourtant celle qui, à la fois, se bat tous azimuths contre le sarkozysme et fait des propositions..proches de celles que vous estimez nécessaires . J'ai déjà eu l'occasion de le dire ici, on dirait que S.Royal reste un mot tabou dans le vocabulaire de mediapart . J'aimerais avoir une explication à ce sujet .

 

Il y a du preux chevalier chez Edwy Plenel !

J'aime lire sa prose, pleine de fièvre et de panache, surfant sur le mécontentement de la foule. Mais de la foule au peuple, il y a un grand pas !

Alors, peut-être que des outils comme Mediapart aideront à combler ce fossé immense entre la foule et le peuple, car il est vrai que les partis traditionnels ne paraissent pas à la hauteur des enjeux...

On parlait à une époque d'un " Intellectuel Organique " qui pouvait donner une forme, une structure et un sens à des aspirations venant des tréfonds du peuple. Il faudrait parler, aujourd'hui, d'un "Intellectuel Socio-Numérique" qui participe aux débats, s'exprime, analyse et essaie de tracer des perspectives pour l'avenir, par delà les analyses et propositions des partis qui sont datées, insuffisantes...et conventionnelles.

C'est bien dans ce sens que Mediapart pourrait être l'un des ferments possibles de l'éclosion d'une nouvelle réflexion sur la société.

La multiplication des forums, des sites, des blogs, ...cette circulation de la parole, tout cela me fait quand même furieusement penser à Mai 68 !

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Bernard Friot est économiste au départ (il l'a été longtemps), et est ensuite devenu sociologue (ses travaux portant sur la protection sociale, sujet à cheval sur les deux disciplines)...car ce n'était pas très bien vu chez les économistes dans les années 80, de ne pas être néo-classique. Il est donc tout à fait qualifié pour parler des retraites sous l'angle économique ET social.

"La guerre est une chose trop sérieuse pour la laisser aux militaires" disait Clémenceau. Même chose pour l'économie.

"L'économie est une chose trop sérieuse pour la laisser aux économistes"

On peut décliner pour les politiques, les scientifiques, ...

Toute personne -expert - qui reste trop cloisonné dans son domaine risque de devenir autiste.

Laissez donc un sociologue parler l'économie, ne laissez pas les économistes ronronner entre eux.

 

Pareil et même pire . Ils se croient modernes , ils sont archaïques .

Et prêts à susciter une dictature pour nous faire vivre leur idéologie d'amour .

" La liberté du Renard dans le poulailler..."

Leurs modèles ?

Reagan, Thatcher , Pinochet ( et oui !)...Que des humanistes !

Allez dégage !

Et si MDP ne veut pas de toi, j'applaudis !

Va faire le beau à Liberté Chérie . Celle qui gueule à la prise d'otages quand il y a grève et qui ne veut pas raquer pour les vieux qui leur ont tout donné et tout payé , y compris leurs études à Sciences Po .

La honte !

Et pour finir , dans l'histoire , par ex aux USA, le libéralisme a toujours initié des conflits violents .

Ouste le toto !

Va bosser chez Carrouf , tu verras le libéralisme de près .

 

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Cher ACNM, nous n'épuiserons pas le désaccord ici. Ce qui, à mon tour, me semble irréel, c'est votre amnésie si rapide par rapport aux enseignements de la crise récente et des ravages d'une économie financiarisée parce que totalement prise dans les rets du profit à tout prix, loin de l'intérêt général et du bien commun. Merci, en revanche, de donner crédit à mon libéralisme politique que j'ai toujours distingué de son faux ami le libéralisme économique, lequel accompagne aveuglément la course du capitalisme au bord du gouffre, dans l'épuisement des deux richesses qui le nourrissent: l'homme et la nature. Merci, surtout, d'être là, fidèle à nos informations et analyses, malgré vos vues différentes ;-).
Cher Leséparges, Mediapart n'est pas un parti, encore moins une secte. Les désaccords et divergences y ont donc leur place, et notre force, ici, c'est de défendre la liberté de ne pas penser comme nous. Sinon, on reste toujours entre soi sans jamais faire avancer les causes qui vous habitent. Mieux vaut s'efforcer d'ébranler intellectuellement, contredire rationnellement, voire convaincre véritablement celui qui vous paraît faire fausse route plutôt que de vouloir l'exclure. De plus, de quel droit?

Cher Senon, il n'y a aucun tabou concernant Ségolène Royal à Mediapart, et nous rendons compte régulièrement de ces initiatives. François Bonnet, nore directeur éditorial, a salué sur son blog sa prestation télévisée au tout début des mobilisation sociale: c'est à lire en cliquant ici. De même, Mediapart est partenaire de l'Université annuelle que la région Poitou-Charentes parrainne à Poitiers autour d'Edgar Morin. Donc, ne cherchez pas un loup mystérieux…

Simplement, mon raisonnement diffère du vôtre sur un point précis: n'étant pas militant ou sympathisant du PS (mais régulièrement son électeur dans le passé), mon problème ce ne sont pas les hommes ou les femmes le représenteront demain mais l'orientation qui est la sienne dans l'instant que nous vivons. De ce point de vue, les déclarations de Ségolène Royal ne modifient pas radicalement la donne sur les pensanteurs centrales de ce pari, au niveau de ses élus et de ses responsables. Surtout, l'indécision liée au calendrier tardif choisi pour les primaires fait que le PS n'est pas porté actuellement par une dynamique autour d'un(e) leader clairement déterminé, dès maintenant, à mener la bataille en 2012. Je suis certain que nombre de sympathisants socialistes ressentent la situation comme moi: l'attentisme présidentiel du PS pèse sur son dynamisme politique.

Evidemment, les vérités d'aujourd'hui peuvent devenir des erreurs demain: ne serait-ce que parce qu'elle sont énoncées et que, de ce fait, elles sont une invite à changer de braquet et de vitesse. Qui sait?

Je ne suis pas d'accord avec les opinions de ACNM, mais je respecte celles-ci.

Je pense que les mots sont très galvaudés de nos jours...

Il y a "libéraux" et libéraux... même si ACNM me parait clairement un libéral, il fait partie de cette catégorie "puriste"... voire libertarienne.

(ACNM, il faut me dire si je me trompe)

On met dans le sac libéral (ou hyper, ultra, neo - libéral) la bande de copains qui parasitent le système en se cooptant, en ne créant rien, et surtout en ne prenant aucuns risques !

La socialisation des pertes et la privatisation des bénéfices qui nour révulsent tous (ainsi que ACNM, il me parait),

Pour les vrais libéraux... tu risques... si tu gagnes... bien pour toi... si tu perds... ben tu perds...

Or, qu'est-ce qui s'est passé avec cette crise ? Les "too big to fail" ?

Ils ont joués, ils ont perdus... mais ils n'ont pas perdu parce que les Etats sont venus à la rescousse... ce qui me parait rejoindre les "économistes attérés" qui disent rien de plus : CE N'EST PAS UN VRAI LIBERALISME.

Cela confine plus à la plutocratie, acharnée à défendre ses intérêts contre nous, contre ACNM aussi, tout en se parant des attributs du libéralisme.

Donc, si je synthétise (ou si j'essaye, je ne suis pas un brillant analyste... et aucun diplômes dans la finance, économie... ou ce genre de domaines) :

Les vrais libéraux trouvent inacceptable que l'Etat vienne au secours de ceux qui ont perdu au jeu. D'ailleurs, ils voudraient que l'Etat ne s'occupe que du minimum et surtout pas de renflouer les "perdants"

Alors que les sentiments de gauches, trouvent inacceptable que l'Etat après avoir donné (hmmm oui, donné) l'argent aux perdants, décident de démanteler l'Etat providence parce que les caisses sont vides.

 

@ACNM

Les spécialiés aux spécialistes?

Alors laissez les maths aux matheux, la physiqueaux physiciens, le climat aux climatologues et la métaphysique aux philosophes et autres prêtres.

Qui + est toutes ceds sciences ont des réponses aux questions que vous vous posez, l'effet de serre est parfaitement explicable sauf pour ceux qui s'obstinent à le mettre en cause.

Ces réponses sont variées et circonstancielles, contrairemnt à votre dogme libéral dont la réponse est unique: "déréguler et déréguler encore. Et si ça ne marche pas c'est qu'il faut encore déréguler".

L'identité régionale est la seule qui nous restera dans le futur magma Mondialiste.

C'était bien du 1er degré !

Cher Monsieur Plenel,

Je constate, ce soir 21 octobre 2010 à 22h59, que vous parcourez le débat d'idée créé par votre éditorial, parmis nous, avec nous.

Je trouve cela magnifique... et je n'ai trouvé nulle part ailleurs, dans aucun média, un si bel espace d'échange et de débat aussi passionnant que sur Mediapart.

Tout peut être critiqué, mais pas cela, pas ce que nous partageons tous ensembles ici.

Merci.

Merci, cher afischele, le problème, c'est que les journées ne sont pas infinies et qu'il est difficile de répondre à tous. Donc je parsème le fil de précisions, en saisissant telle ou telle interpellation qui me permet de les apporter. Merci de votre aimable fidélité ;-)

Retraites : un problème d’arithmétique divise les Français*
> >

> > D’un côté : Sarkozy, Fillon, Woerth, les parlementaires UMP, le MEDEF et pas mal d’éditorialistes qui affirment que, pour des raisons démographiques, il ne sera bientôt plus possible de financer les retraites par répartition.
> > De l’autre côté : des ingénieurs, des syndicalistes, des artisans, des agriculteurs, des commerçants, des ouvriers, des économistes, des étudiants, des lycéens qui, après calcul, affirment qu’il ne sera pas très difficile de financer les retraites par répartition, même dans 40 ans.
> >
> > Qui a raison ? Qui a tort ? Les calculs sont-il compliqués ? Des professeurs de mathématiques ont voulu en avoir le
œcœur net. Ils ontsoumis la question, sous la forme d’un problème d’arithmétique, à un millier
> > d’élèves de classes de 6ème.
> >
> > Ils sont partis des données incontestables suivantes :
> > - au cours des 40 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de 2%, le PIB est passé de 1000 à 2000 milliards d’euros
> > - au cours des 40 ans prochaines années, le nombre de personnes de plus de 60 ans va en gros doubler
> > - dans l’hypothèse où, sur les 40 prochaines années, la croissance serait seulement de 1% en moyenne annuelle (le gouvernement promet 2% et plus, afin de faire reculer le chômage), le PIB passerait de 2000 milliards en 2010 à 3000 milliards en 2050.
> >
> > Les professeurs ont convenu que les 2000 milliards seraient représentés par un gâteau de 2000 grammes et les 3000 milliards par un gâteau de 3000 grammes.
> > Ils ont soumis l’énoncé suivant aux élèves :
> > « En 2010, dix salariés produisent un gâteau de 2000 grammes, à partager avec 4 retraités. En 2050, dix salariés produiront un gâteau de 3000 grammes à partager avec 8 retraités.
> > Calculer le poids de la part de gâteau de chaque personne, en 2010 et en 2050. La part de chacun en 2050 sera-telle plus petite qu’en 2010 ? »
> > 99 % des 1000 élèves ont répondu :
> > - en 2010, la part de chacun est de 143 g (2000 : 14)
> > - en 2050, la part de chacun sera de 167 g (3000 : 18)
> > - en 2050 la part de chacun aura donc augmenté par rapport à 2010
> >
> > Aucun élève de 6ème n’a donc trouvé le même résultat que Sarkozy, Fillon et Woerth au problème de partage du gâteau !
> >
> > Profitant du débat « Quel avenir pour les retraites ? », entre Xavier Bertrand et Bernard Thibault à Lyon le 25 septembre 2010, quelques-uns de ces professeurs ont demandé à Xavier Bertrand si les résultats trouvés par les 1000 élèves étaient justes ou erronés.
> > Le secrétaire général de l
UMP a reconnu que les résultats trouvés par les élèves de 6ème étaient justes, mais que l’énoncé du problème aurait dû préciser que dans les 40 années à venir, une partie de l’accroissement des richesses devra être consacrée à l’augmentation des dépenses de santé et à
> > celles liées à la dépendance (le 5ème risque).

>

Nous avons donc refait les calculs, en réservant sur le gâteau de 2050 : 100 milliards de plus pour la santé et 100 milliards pour la dépendance.
> > Donc, comme si le gâteau de 2050 ne pesait plus que 2800 grammes.

 

>

Résultats du nouveau calcul :
> > - en 2010, la part de chacun est de 143 g (2000 : 14)
> > - en 2050, la part de chacun sera de 155 g (2800 : 18)
> > - en 2050 la part de chacun aura toujours augmenté par rapport à 2010 !
> >
> > Les explications du secrétaire général de l’UMP n’étant toujours pas satisfaisantes, nous invitons tous les citoyens à réfléchir à la question suivante : « A votre avis, pourquoi Sarkozy, Fillon, Woerth, Copé, Bertrand
> > et les parlementaires UMP font semblant de ne pas savoir calculer ? ».
> >
André Martin
Co fondateur du site *
http://www.retraites-enjeux-debats.org/* Liste d'échange entre les comités locaux.
>


@ACNM

Oui, en effet, c'est la chose étrange de cette affaire.

L'Europe, ruinée après la guerre, a pu comme vous le dite, créer un nombre important de protections sociales.

Or, après 50 ans de progrès techniques, d'augmentation de rentabilité phénoménale... ces mêmes Etats ne peuvent plus les financer ?

Ne serait-ce pas parce que les taux d'imposition des tranches supérieures ont diminué de façon criante ?

Finalement, à quoi ça sert de pressurer le tissu social, ses employés, pour gagner quelques millions de plus, si cet argent est capté par l'impôt ?

Tous s'enchaine, en baissant les taux d'impôt, il est possible d'engager une cadence infernale contre la société pour individuellement s'enrichir au delà de toute commune mesure.

Je dis ça, mais je ne parle pas du problème, d'une finance mondialisée où il est possible de déplacer son pactole dans des paradis fiscaux. Là est l'os de l'augmentation d'impôt.

PS - pas de pseudonymes chez moi... j'ai fait le choix de mes opinions en plein jour. Et pourtant mon domaine est l'informatique et donc je sais que cela laisse des traces. Nous ne somme plus des enfants.

Les talibans sont dans le même pétrin que nous !!! Ils ont leur histoire et leurs croyances et se battent contre la puissance de l'argent tout puissant. On ne leur arrive pas à la cheville. Eux cela fait bientôt dix ans qu'ils résistent contre l'impérialisme des pays occidentaux soit disant bien pensants qui leur font la guerre non pas pour la démocratie mais pour un gazoduc et la richesse de leurs sous-sol . Ce soir sur Arte j'ai regardé un reportage intitulé "un taxi pour l'enfer". A guentanamo seul 1% des hommes emprisonnés et torturés étaient des, comme vous dites, talibans !!! Les 99% autres n'étaient que des innocents vendus aux américains contre des primes ou parce qu'on ne les aimait pas ou pour leur voler leurs terre ou encore pire pour se faire bien voir par les américains. Les talibans d'aujourd'hui ne sont plus que des afghans qui défendent leurs terres, leurs familles et leur avenir contre l'impérialisme capitaliste. Comme Bush et sa bande, Sarkozy et ses accolytes sont dix milles fois plus monstrueux que les talibans !!! Par pitié, foutez, foutons leur la paix . Sarko se scandalise devant des voitures brulées et ne dit quasiment rien sur la violence physique des CRS qui ont été pour la deuxième fois jusqu'à éborgné des manifestants pacifiques ainsi que sur le manque d'humanité des gendarmes qui ont tué un homme menotté qui tentait de s'enfuir. C'est de la même façon que la guerre en Afghanistan est "traitée" : le pouvoir à tous les droits !!!

Aïe, aïe, aïe ACNM !!!

Je ne sais pas quelles sont vos références ni vos compétences, mais vous auriez quand même dû tourner sept fois (au moins) votre langue dans votre bouche avant d'approcher votre clavier...

Pourquoi douter a priori de votre sincérité, de votre bonne foi. Mais vous vous êtes lancé un peu vite dans des affirmations trop faciles à retourner contre votre argumentation, qui apparaît plus comme un discours idéologique (ou à tout le moins comme un enseignement bien intégré) dont, manifestement, vous n'êtes même pas conscient. En tout cas, c'est l'impression que vous donnez.

Contrairement aux sciences dites "dures", où ce ne sont pas les équations qui sont idéologiques (encore que !) mais l'usage que l'on fait de leurs résultats, l'économie est une "science" (déjà avec des guillements) dont les bases elles-mêmes sont soumises aux présupposés qui les sous-tendent. Le marxisme donne une science économique différente de celle que produit le libéralisme. Et lorsque l'économie foire, qu'elle soit marxiste ou libérale, vous avez beau demander aux économistes pur beurre de l'une ou l'autre obédience d'expliquer pourquoi et ce qu'il faut (bien) faire pour corriger et réparer, ils ne pourront que tourner en rond, ou s'escrimer à accuser tel ou tel élément indépendant venu déranger la belle théorie en question.

Tout ça pour dire que ce n'est pas avec des garde-fous issus de compromis bancals que l'on évitera les crises du système capitaliste que nous connaissons (et là, dire que les crises financières ne sont pas des crises de l'économie capitaliste, il faut vraiment oser!) et qui font tourner en bourrique les décideurs qui ne savent plus à quel expert se vouer, mais avec une refonte du système lui-même pour qu'il intègre des réalités nouvelles...

Je suis désolé que vous n'aimiez pas que les non-économistes se mêlent d'économie, et je n'ai pour ma part aucune expertise à vous opposer, mais faut-il être grand clerc pour voir que le système capitaliste actuel est dérivé d'un XIXe siècle où l'Occident vivait sur ses colonies et sur le travail manuel de masses menées à la shlague et payées au lance-pierre avec de quoi tout juste (mais alors tout juste) renouveler sa force de travail.

Or aujourd'hui, ces masses-là ont acquis des droits (et tous les prétextes sont bons pour les en priver à nouveau) et un certain niveau de conscience qui change beaucoup la donne... Et ça, c'est du domaine de l'histoire et de la sociologie, plus que de celui des équations qui, semble-t-il, vous ont été enseignées... Et qui donnent lieu à des discours proprement idéologiques du genre "ah oui, mais il ne faut pas trop demander aux entreprises, sinon elles vont délocaliser", ou alors, pour ce qui nous concerne aujourd'hui, "ah oui, mais les retraités vivent plus longtemps, donc il est normal qu'ils travaillent plus longtemps... et de tout façon, il n'y a pas assez d'actifs pour payer leurs retraites... et continuer avec de tels taux d'endettement, nous vivons sur le dos des générations futures..."

Ceux qui tiennent ces discours sont soit ignorants, soit incapables de prendre du recul par rappoprt à ce qui leur a été enseigné, soit qu'ils profient trop du système pour le remettre en cause. Quant à vouloir, en plus, passer en force... en appelant cela la démocratie au prétexte qu'ils ont été élus pour cinq ans...

L'ennui, le gros ennui, c'est que, "en face", il y a une opposition qui a appris les mêmes théories et qui n'a pas su ou pu ou voulu en changer... Cf le dernier rapport de l'équipe dirigée par M. Attali qui dit, en gros "qu'il n'y a pas d'autre solution" ! La mort du PS, elle est là ! Dans son incapacité à remettre en cause les dogmes.

Quant aux médias dans tout ça... Combien d'articles avons-nous lu qui ont décortiqué les tenants et les aboutissants des comptes sociaux.

Et quant aux syndicats... Combien de textes de vulgarisation précis, clairs et faciles à lire ont-ils pondu sur cette même question ? La rue manifeste parce qu'elle souffre dans son quotidien, dans sa chair, dans ses enfants. Ce serait aux médias et aux syndicats de leur fournir des analyses pour qu'ils aient une vue claire des tenants et des aboutissants et ainsi qu'ils puissent réfuter les arguments du pouvoir en connaissance de cause, au lieu de seulement "sentir" que le pouvoir est responsable de leur mal-être.

+1

Bravo,

Je trouve votre réponse très pertinente.

Malheureusement, en parlant des media... entre les journaux canivaux, la télé décérébrante, les série américaine où l'on voit des gens ne jamais travailler dans de superbes maison... tout concours au monstre mou...

Le culte de l'arent facile, du tout, tout de suite, sans travail, du "endettez-vous" pour des objets futiles et jetables au bout de 3 jours...

Je pense à Montebourg et sa réponse à TF1...

Comme je le disais à ACNM, je n'aime pas que l'on me dise... "il n'y a pas d'alternatives".

Au nom de quoi ? Quoi qu'il en soit... bravo pour votre réponse eliasawad75

L'heure du peuple et le temps d'une vie.

Le pouvoir de droite,depuis 8 ans,s'est ingénié à saboter, de façon revancharde,les acquis de la Sécurité Sociale,fondée sur les idéaux du Conseil National de la Résistance.Et seuls les plus concernés bronchaient.Attaques sur le Droit à la Santé Pour Tous?Sur les revenus des gens au Chômage ?Sur le Droit du Travail?ETC...C'était à désespérer de la veulerie et du manque de lucidité(pour ne pas dire d'intelligence)de la majorité des Français.Toujours à se plaindre,rarement à lutter comme leurs aieux.

Et puis,cette contre-réforme des retraites.A la fois diminuant brutalement les revenus de tous les salariés,volant les retours du salaire différé que constituent les cotisations,mais,nouveauté,provoquant la réflexion de chacun sur son TEMPS de vie.

La grande majorité des français ne croient pas,ou peu, en une vie après la mort.Donc on n'a qu'une vie,qu'il faudrait perdre à bosser jusqu'à l'usure,l'apparition des maladies du grand-âge,la mort même au travail?Pour enrichir ces exploiteurs qui ,pour beaucoup,s'enrichissent encore en dormant?Dés pipés dès le début suivant l'origine sociale,salaires de misère acceptés au début à contre-coeur,faute de mieux,mais qui s'installent dans la durée.Fatigues,soucis d'argent,congés annuels où on arrive crevé (première semaine pour défatiguer),loisirs qui n'en sont pas vraiment pour les plus modestes qui doivent bricoler voiture ,logement,jardin potager,coupe du bois de chauffage...,la moitié des français ne partant pas en vacances...

Dans notre société laîque,la retraite remplace le paradis auquel on ne croit plus:en tant que liberté retrouvée,récompense des années de peine,reconnaissance de la société,garanties pour les vieux jours.....

Et ce pouvoir odieux ose s'y attaquer!A la hussarde!En condamnant les "gueux" au travail dans la vieillesse et/ou à la misère!Aucune période de la vie sereine et heureuse,à par la petite enfance(l'école élémentaire et suivante étant de plus en plus stressantes,compétitives,sélectives)!A quoi sert-il de vivre et de soutenir ce système,de faire des enfants?De s'intéresser à la société,de voter,d'être de bons citoyens.....quand on voit la cupidité des "élites"?

Plus que jamais,battons-nous pour une vraie réforme des retraites,nécessaire sans être urgentissime,EFFICACE,JUSTE et SOCIALE! Soutenons financièrement les grévistes,préparons-nous,discutons pour convaincre!Gare à Chérèque et à la CFDT s'ils capitulent en douce!Informons,faisons prendre conscience aux téléspectateurs manipulés!

Ne voyez-vous l'enjeu pour votre vie?Utilisez votre droit de grève ou de débrayer(sauf si risque de licenciement bien sur).Mais combien pourrait préparer leur présence aux manifs dans leurs entreprises(RTT,par appel syndical,avec la compréhension de leur patron,ancien salarié,époux,parent de salariés.....).Et les absents des samedis,pour faire du choping ou autre....Des mollassons avec de fausses excuses,méritant leur sort!

bonjour, Leseparges. Ce que je vous conseille, c'est de

1. respirer

2. arreter de projeter vos fantasmes sur l'image que vous vous faites des liberaux

 

Reponse point par point

 

Ils se croient modernes , ils sont archaïques .

==> ou êtes vous allé chercher cela ?

Et prêts à susciter une dictature pour nous faire vivre leur idéologie d'amour .

==> c'est vrai, qu'historiquement, l'Ecole deChicago s'est appuyé sur UNE dictature comme le Chili dans les années 70 pour experimenter le liberalisme economique. Par contre, il s'est aussi appuyé sur PLUSIEURS authentiqueS democratieS comme le Canada, la Nouvelle Zelande, Israel, la Pologne durant les années 80 et 90. Pourquoi vous n'en parlez pas ?

 

" La liberté du Renard dans le poulailler..."

==> terminez votre phrase ! Nous ne sommes pas des poules, et le seul poullailler qui existe sur terre, ce sont les nations, d'ou le fait que les libéraux soient pro immigration, pro 4 libertés de circulation (hommes, marchandises, capitaux, idées), pour que nous ayons toujours le choix, in fine, de fuir un régime opressant tyoe France ultra socialiste. Non à l'Etat mondial, donc !

Leurs modèles ? Reagan, Thatcher , Pinochet ( et oui !)...Que des humanistes !

==> je ne sais pas quel est votre critère pour juger de l'humanisme. Au niveau des hommes politiques y compris actuel, qui l'est ? De plus, pourquoi vous ne parlez pas des humanistes y compris actuels, qui se definissent eux meme comme liberaux ? Exemple : Mario Vargas Llosa, Prix Nobel de Litterature 2010 et homme politique, http://www.wikiberal.org/wiki/Mario_Vargas_Llosa,

 

Allez dégage ! Et si MDP ne veut pas de toi, j'applaudis !

==> no comment

Va faire le beau à Liberté Chérie . Celle qui gueule à la prise d'otages quand il y a grève et qui ne veut pas raquer pour les vieux qui leur ont tout donné et tout payé , y compris leurs études à Sciences Po .

==> certains liberaux ont étudié à Sciences Po, d'autres non. La plupart des "sympatisants" libéraux francais ne sont PAS passés par Sciences Po, école qui doit former 1000 personnes par an, sur les 150 000 personnes membres de Contribuables Associés, le million de gens de la manif Liberté Cherie ou les 2 millions d'electeurs de Madelin. Les liberaux ne doivent donc RIEN aux vieux, surtout si ces libéraux ont travaillé pendant leurs études et/ou fait des formations privées et payantes.

La honte !

==> non, la fierté ! La honte, c'est ce que je ressens tous les 5 ans quand les francais se cherchent un leader maximo, de droite ou de gauche d'ailleurs, au lieu de se demander "comment limiter l'impact de la politique ?" "que faire pour ancrer definitivement la France dans le camp des democraties Européennes, sou l'oeil de Bruxelles ?" "que faire pour mon quartier, ma ville, ma région, sans attendre qu'un politicien se saisisse du probleme et ponde une loi de plus ?".

C'est ca qu 'il faut comprendre avec le liberalisme politique. Le but est d'appliquer le principe de subdidiarité + le federalisme. Les francais sont des grands. Ils n'ont pas besoin d'Etat nounou !

Et pour finir , dans l'histoire , par ex aux USA, le libéralisme a toujours initié des conflits violents .

==> Les pays libéraux (cad avec un gouvernement libéral à leur tete) ne sont pas en en guerre, je crois. En Europe, les liberaux sont au pouvoir, partagé, au Royaume Uni (libdem), en Belgique (MR), aux Pays Bas (VVD), en Pologne (Platforma Obywatelska), en Allemagne (FDP). Aux Etats Unis, le Libertarian Party http://www.lp.org/ n'est PAS au pouvoir. Les pays de l'OTAN sont actuellement en guerre en Afghanistan par accord de defense, mais aucun pays avec des liberaux au pouvoir n'a engagé de conflit avec un autre pays .

Au XXeme Siecle, epoque riche en guerre, aucune n'a été déclenchée par un pays gouverné par des liberaux ou d'ideologie liberale.

Ouste le toto ! Va bosser chez Carrouf , tu verras le libéralisme de près .

==> Etant donné que vous n'avez pas mon CV, vous ne savez pas si je vois le liberalisme de pres ou pas. De plus, il faut arreter d'assimiler le monde des entreprises du CAC 40 et celui des liberaux. Il n'y a aucun lien. En France, AUCUN grand patron ne soutient Alternative Libérale. Les grands patrons sont apolitiques car le regile politique leur importe peu, et ceux qui affichent leurs preferences partisanes sont liées à l'UMPS, d'Henri de Castries à Arnaud Lagardere, en passant par Stephane Richard, Jean Marie Messier & co. Le seul patron connu qui a participé à la naissance d'Alternative Libérale, c'est Charles Begbeider, ancien patron de Selftrade et Poweo. pas exactement des mastondontes type Carrefour ou Axa.

 

En conclusion, ce que vous denoncez, c'est la collusion des forces economiques et politiques dans ce complexe enorme sur lequel on a pas prise. Finalement, vous etes moins anti liberal que vous ne le pensez. Si vous aussi, votre combat c'est la concurrence non faussée, le bon usage de l'argent du contribuable , la dignité des gens y compris caissiers cher carrefour, le respect d'une loi simple mais claire et juste, alors envoyez un mail à contact@alternative-liberale.fr . Au dela de toutes les difficultés actuelles, et bien que le pouvoir d'achat des francais ne soit pas garanti à long terme, il est possible de construire une authentique democratie libérale au service d'un projet de société apaisée.

Cordialement.

j'entends vos remarques. Je les confronte à celles qui disent qu il est impossible de distinguer, dans le rechauffement climatique, la part du climate change initié par l'activité humaine de la part naturelle, de trend de long terme, qui fait que tous les 500 ans, un mini age glaciaire autorise les parisiens à patiner à glace sur la Seine en bas de cycle.
voila un point sur lequel nous sommes d'accord !

+1.

Pendant la crise, ce ne sont pas les liberaux qui sont venus defendre Dexia et Natixis.

On a au contraire vu , pour le cas francais, Sarkozy et le PS rivaliser dans un ridicule concours de paon consistant à promettre d'aligner le plus de milliards possibles.

Avoir sauvé Dexia, Natixis and co coutera plus cher sur le long terme que ce que ca a rapporté de les avoir sauvé, ca c'est garanti. L'Irlande nous donne un bon exemple ces jours ci. Elle aurait du jouer le jeu liberal jusqu au bout.

 

Les crises, on ne peut pas les eviter. Par contre, on peut intervenir pour accroitre encore plus les desequilibres futurs. Ca c'est la stratégie des partis interventionnistes.

les années 50 sont une parenthèse dans l'hsitoire de l'Europe

 

- plan Marshall

- gains de productivité tres importants liés à la mise en oeuvre de nouvelles techniques dans le domaine industriel

- croissance forte de la population

- pyramide des ages sans rapport avec celle que nous avons actuellement

- petrole quasiment gratuit

- apport de la part non marchande du PIB absolument pas estimée, du fait de l 'exclusion des femmes du marché du travail

merci de votre feedback. Et bravo à l'equipe.

Cher Edwy : bien entendu , et c'est ainsi que je conçois ce journal ...Sauf que l'entrisme des libéraux sur toute la toile , leurs prétentions à réprésenter les seules bonnes analyses , le seules bonnes réponses , voire à nous les imposer , me gavent .

Donc ce soir et exceptionnellement , je n'ai pas fait dans la dentelle...Et puis comme je ne suis pas toujours gentil , si je rencontre un fasciste, je lui rentre dans le chou et pour les libéraux et dérivés (libertariens, etc...) c'est encore plus pire !

 

Et pis il y a rien d'insultant à dire à un apprenti journaliste d'apprendre son boulot aux caisses de carrouf ou de monoprix !

 

Combien de nouveaux crânes , PP ?

Décidément ,cher ACNM, vous êtes enfermé à double tour dans votre vision économiste libérale.

Libérale ou pas ,aucune vision économiste ne peut justifier les voies prises par le monde actuel ,et seul le retour à la voie républicaine et donc nécessairement démocratique peut permettre le rétablissement d'un ordre véritable et sain:seules les valeurs républicaines ,qui demandent à être restaurées pleinement (merci edwy Plenel) ,seules ces valeurs peuvent fédérer le plus grand nombre dans l'intérêt général ,bien compris.

Les économistes ont largement prouvé que leurs prépondérances s'accompagnent inévitablement d'excès et d'abus: le trop de profit est dangereux!le libéralisme est une belle théorie?qui débouche sur l'ultra libéralisme :l'évidence est sous nos yeux!

Enfin,je me permets ce mot qui résume à mon sens cette question: le pouvoir de l'argent (dangereux par son anonymat) est un FAIT qui ne justifie pas un droit(le droit au pouvoir).

 

BRAVO maurer et vidailler

MAIS aucun de ces arguments intéressants ne doit faire dévier la pensée du fait basique essentiel que l'hégémonie de l'expertise mène tout droit à la confiscation de la parole citoyenne.

RETOUR svp à la case départ: la parole citoyenne a droit d'expression ,de circulation ,et de sens ,n'en déplaise aux experts qui ont tendance à la dominer et/ou ,par là ,à la confisquer!

Pas touche à la parole citoyenne!

Je regrette :les EXPERTS ne sont bons que pour être consultés.Ils n'ont pas le droit (même s'ils le prennent!) décisionnel!

Ce point de vue hégémonique des experts est une dérive néfaste., et sotte dans le fond (puisqu'une expertise en interdit une autre différente), de la culture technologique dominantE;CELA ME RAPPELLE FÄCHEUSEMENT ces remarques surprenantes car interdisant au malade d'avoir une compréhension éclairée de sa maladie:"vous n'êtes pas médecin".Une brève réflexion permet de voir où cela mène.

Alors on répond "je sais lire"!mais il n'y a rien de pire que les murs qui sont en nous/

et moi aussi ,SCHOUMI, je vous lis avec gratitude

et croyez moi je trouve vos explications /informations corroborées par les faits.

Avec tout mon respect pour EM et pour les autres grands penseurs de ce monde ,de la spère intellectuelle, bref pour les "élites" , je vous rappelle que quelqu'un nommé DESCARTES (qui n'a pas à être idolâtré par ailleurs) a établi un principe :

_le "bon sens ", soit la capacité à raisonner intelligemment ,est "la chose du monde le mieux partagée"

_le doute méthodique accompagnant sûrement cet effort personnel de lucidité

(ce qui n'exclut ni le partage ni le sens du "collectif" MAIS qui exclut sûrement le dogmatisme et l'autoritarisme en matière de pensée)

Et DESCARTES ,humblement ,résolut de reprendre par lui même ,mérhodiquement ,son savoir de manière à aboutir à le transformer en une connaissance.

à bernard D

D'accord ,eniger ,pour recenter le débat !

mais ,de grâce ,s'il convient de "laisser les talibans tranquilles " ,il convient aussi qu'ils cessent de persécuter les femmes ,ce quiest un exemple déplorable à la face du monde.

Ce qui n'explique pas ,du reste ,la guerre qui a lieu là bas : il aurait mieux valu soutenir le commandant MAHSOUD!

je vous en prie : même dans une révolte légitime , il vaut mieux sérier les questions.Ceci étant ,je comprends votre révolte.

Ils persécutent les femmes en effet mais nous nous persécutons les afghans avec cette guerre de colonisation, les Nigériens avec nos exploitations d'uranium, les roms, les français issus de l'émigration Nord africaine, les SDF qui dorment sur les trottoirs,..... Avant de regarder la paille dans l'oeil de notre voisin soit disant Taliban regardons la poutre qui est dans le notre. Je suis née femme libre et je me bat pour le rester. Je refuse que ma lutte justifie que des hommes innocents soient torturés, emprisonnés, qu'un pays entier supporte une guerre de soumission. Les soldats américains tortionnaires ont été jusqu'à broyer, devant son père, soupconné d'être Taliban, les testicules d'un enfant innocent soit disant pour défendre les droits des femmes afghanes !!! Vous y croyez vous au fait que la mère de cet enfant ainsi que toutes les mères, les soeurs des prisonniers torturés étaient d'accord ?

Pour soit disant sauver la retraite par répartition Sarkozy utilise le même principe il sacrifie la retraite à 60 ans et se fiche royalement de notre avis. Nous sommes pourtant comme ces femmes afghanes les premiers concernés !!! Nous justifions ce qui se passe en Afganistan de la même manière que Sarko justifie sa politique. Tout ce qu'il veut c'est nous soumettre à SA démocratie.

Mais... Bernard FRIOT EST un économiste ! Ancien chercheur au GREE du CNRS, spécialiste de l'économie du travail, il est connu pour avoir publié l'excellent ouvrage Puissances du salariat, avant d'écrire sur l'enjeu des retraites.
rassurez vous, Leseparges, les liberaux font de "l'entrisme" sur le net, mais à la fin, ce sont les ultra étatistes qui gagnent : subvention aux industries en faillite, Hadopi, bavures policieres, parquet juge et partie, taxation à l'IRPP réduite à quelques salariés, guerre à la drogue, 29 contrats de travail différents mais 10% de chomage, etc etc

je me demande comment on peut opposer la voie républicaine, une modalité parmi d'autres d'organiser la vie publique, au libéralisme, uen facon de concevoir les echanges.

 

On peut avoir un pays libéral et monarchiste, ou communiste et républicain !

ACNM

Pourriez vous définir ce qu'est, pour un libéral, "La concurrence non faussée". Merci.

Bien à vous

Maintenant que c'est le bordel, y'a pas moyen de créer un nouveau système économique plutôt que de s'emmerder avec des trucs qui fonctionnent pas?

Ca doit pas être si compliqué que ça?

Quand il y a destruction d'un système, c'est plus simple de créer.

Il y a imposture sémantique majeure avec le "libéralisme" mot sympathique qu'annexent les néocons ervateurs ultralibéraux comme ACNM.

On le voit à l'oeuvre le système qu'ils défendent, avec des résultats qui s'appellent surprimes, délocalisations, dumping social, fortunes insolentes qui s'édifient en quelques années, écart toujours plus grand entre riches et pauvres.

Ce qu'un ACNM appelle ultra-étatisme, c'est entre autre la protection sociale, la solidarité, le droit du travail, l'Education et la Santé.

Dans un Etat réduit à ses seules fonctions régaliennes, prévaudrait la loi des prédateurs.

C'est déjà commencé, mais les ACNM testiment qu'il faut encore et toujours plus de jungle.

 

Cher Edwy,

Attention, un bon journaliste doit toujours relire ses papiers !

"mon problème ce ne sont pas les hommes ou les femmes QUI le représenteront demain..."

"de ce parti " et non "de ce pari"

"d'un(e) leader clairement déterminé (e)

J'avoue, je suis un pinailleur, tant sur la forme que sur le fond !

Mais, comme l'on dit aux artistes : "J'aime bien ce que vous faîtes" et je me félicite donc de tout ce barnum que vous avez monté et auquel je suis heureux de participer ".

Vivent les néo-start-up d'un nouveau genre, aux avant-postes de l'innovation sociétale et de la réflexion de fond sur une époque qui risque de redevenir passionnante !

Avec l'affaire Woerth-Bettencourt vous avez inventé un nouveau genre : le feuilleton sociétal et numérique, une sorte de Dallas revisité...avec en prime une large réflexion qui donne des éclairages saisissants.

Par ailleurs, l'idée de réunir en une version papier, une synthèse éclairée et enrichie de l'affaire m'a paru une excellente idée.

Au total, je retrouve là un journalisme qui reprend ses lettres de noblesse, où les faits sont analysés et décortiqués pour leur donner une consistance, un point de vue, une perspective...

Bien à vous.

 

"Le communisme, c'est les Soviets plus l'électricité"

Nous n'avons pas encore fait notre révolution d'octobre, et personnellement je suis content d'avoir échappé aux Soviets, mais ce qui se passe en France ce mois-ci, c'est en quelque sorte Mai-68 plus Internet.

La contestation numérisée c'est bon pour la démocratie.

PS - Message personnel au Bureau Véritas de Médiapart : jêspair ne pazavouarfé défotedortografffe.

@Genviève Sabathé,

Mais si Sarkozy avait recours à l'article 16 ce serait une victoire... pour les manifestants. Parce que la Constitution de la 5ème République n'est républicaine que si son Président est républicain. En effet, on peut penser ce qu'on veut de de Gaulle, initiateur de cette Constitution, mais quand il a déclaré, en réponse à une question posée par un journaliste pendant sa conférence de presse du 19 juin 1958 : " croit-on qu'à 67 ans je vais commencer un carrière de dictateur" il faisait allégeance à la République. Cet engagement la conduit à penser qu'en s'accordant les pleins pouvoir présidentiels, par référendum, il devrait, en cas de crise nationale suscitant une forte opposition à sa politique, faire renouveler ou dénier, directement ou indirectement, sa légitimité républicaine par ... la rue. Et il l'a toujours fait. Il n'a utiliser l'article 16 de la Constitution que lorsqu'il pensait avoir la légitimité républicaine pour pouvoir le faire. Et tous les Présidents, de droite ou de gauche, qui ont succédés à de Gaulle, ont respecté cette règle implicite qui seule donne une vertu républicaine à un texte Constitutionnel qui, dans sa forme, en est dépourvu. Sarkozy en s'affranchissant de cette règle et en utilisant l'article 16 sans autre légitimité que celle donnée par son élection, en 2007, s'engagerait alors, réellement, sur la voie de la dictature. Et les français pourraient-ils le supporter ?

On pourrait peut être comparer la vision des économistes à celle des météorologues(ne leur en déplaise sauf pour le très long terme). A quelques jours, ça va. Après cela devient plus hasardeux de faire une prédiction. Sur le très long terme par contre les météorologues ne se trompent guère, la planète va à la cata. les économistes par (sauf ceux interdits d'antenne) sont des myopes qui conduisent sans lunettes.
Pas loin d'être d'accord sur tout, malgré la virulence, mais vous avez vos raisons, sans doute. Les bonnes raisons occidentales me font vomir aussi tellement il y a de l'hypocrysie concaténée là-dessous.

MERCI DE TOUT COEUR SCHOUM1.

C'est bien ce que je dénonce depuis plusieurs mois déjà ( j'ai été traitée de "parano" ou de "pouffiasse illettrée" et virée du forum de C DANS L'AIR récemment pour avoir dénoncé avec mes mots d'esprit simple que :
Le but du clan SARKOZY ( politique ET SURTOUT FAMILIAL) c'est, qu'après avoir voté les lois lui permettant de mettre les retraites par capitalisation (malakoff/mederic/CNP etc...) sous la coupe de son frère Guillaume, de faire supporter un maximum par les salariés sur les côtisations retraite obligatoire, un maximum sur les caisses de chômage (ASSEDIC) par la montée du chômage des jeunes et des plus de 50 ans.
Au final, ça lui permettra de débourser un minimum de retraites obligatoires (puisque un bon nombre sera pris en charge par les ASSEDIC ) et par ailleurs, d'encaisser un maximum de côtisations retraites sur les caisses privées gérées par le clan SARKOZY.
Même s'il n'est pas réélu, il s'en fout car il a déjà placé ses pions dans les domaines qui vont rapporter dans les prochaines décennies (retraites, laboratoires santé etc...)
Jean-Marie MESSIER l'attend à NEW-YORK pour lui montrer les bons plans de la GROSSE POMME !!!!

Les manifestants ont raison, c'est maintenant qu'il faut se bouger le cul et ne rien lâcher.... bon courage aux jeunes que ce système pourri à rendu lucides bien avant l'heure sur tout ce qui se trame en ce moment. Je suis de tout coeur avec eux.

 

Merci encore de donner de votre temps pour informer et le faire aussi précisément.

Je mets le lien sur facebook bien volontiers.

c'est vrai, qu'historiquement, l'Ecole deChicago s'est appuyé sur UNE dictature comme le Chili dans les années 70 pour experimenter le liberalisme economique. Par contre, il s'est aussi appuyé sur PLUSIEURS authentiqueS democratieS comme le Canada, la Nouvelle Zelande, Israel,

C'est vrai que vous faites bien de citer Israel, comme ça on voit tout de suite vers quoi vous penchez.

faunus, la concurrence libre et non faussée, c'est mettre en place des structures de marché qui

- font apparaitre le juste prix

- autorise la contestabilité des marchés (autant que possible : libre entrée de nouveaux acteurs)

un peu ce que faisait la commission sous Mario Monti.

C'est aussi avoir un droit du travail qui met à égalité les PME et les grands groupes, comme avec la directive Bolkestein. Exemple concret : les grandes sociétés fonctionnent sur une base locale car elles ont assez d'argent pour se payer des experts locaux du droit. Ou alors elles détachent des employés, sur une base temporaire.

Les PME de service ont donc du mal à aller s'implanter à l'étranger. Si elles etaient autorisées à fonctionner selon leur droit local, alors elles reviendraient à égalité. Voila pourquoi Bolkestein etait une excellente chose.

Risque de dumping ? Oui, mais assumons le. Les francais ne se montrent jamais choqués quand ils importent du dumping caché en achetant des tomates ramassées en Andalousie par des clandestins marocains, du textile asiatique ou des voitures fabriquées en Roumanie. Pourquoi ce qui est permis pour l'industrie est interdit pour les services ?

La concurrence libre et non faussée c'est aussi la suppression de la PAC, pour laisser les paysans africains se battrent à armes égales envers les gros industriels de la céréale de la Beauce, ou encore ne pas subventionner la SNCF ou Natixis pour laisser une chance aux concurrents plus malins.

Bonjour, tu fais quoi dans la vie "camarade" ?

Tu gagnes combien par mois "camarade" ?

Tu fais partie de quelles associations humanitaires "camarade" ?

Tu donnes aux SDF qui te tendent la main dans la rue "camarade" ?

Tu donnes de l'argent à des associations humanitaires du quart monde "camarade" ?

C'est toi qui est irréel camarade !!

 

c 'est en route, c'est ca le plus beau de l'histoire. les manifestants scient la branche sur laquelle ils sont assis.

Le communisme n'a jamais été républicain, il a toujours été une dictature totalitaire.

ils ont du mal à aller à l'essentiel, c'est fouilli comme systeme, ca part dans tout les sens, on dirai qu'ils s'acharnent a faire un melange de pleins de systèmes économiques. Ils sont compliqués!

Merci SHOUM1 encore et toujours pour tenir bon face aux vents mauvais... :)

J'avais discuté de ce sujet sur c dans l'air et un posteur de votre qualité avait expliqué que ces échanges financiers internationaux basés sur une monnaie internationale "virtuelle" existait déjà et qu'il faut seulement finaliser cela en trouvant un nom à cette monnaie et en mettant en place les lois nécessaires.

mille excuses pour ce doublon.

Ne pas prendre une hirondelle...pour le printemps ...

La réaction populaire et syndicale à la réforme des retraites est importante certe mais elle n'est pas massive.

Tout se passe comme ci chacun atendait que l'autre démarre pour arrêter; et sans l'activisme de quelques centaines de personnes le mouvement serait déjà retombé.

Pourquoi? pour plusieures raisons:

Dans les 69% de personnes qui soutiennent la grève

-combien ont voté Sarkosy qui a été élu je le rappelle avec 52% des voix?

-combien font la greve?

-combien trouvent bien (en bon consommateurs)que les autres la fasse pour eux ?

-combien ont participé aux manifs du samedi ?

Nous sommes dans une société ou tout le monde bougonne mais peu de gens bougent.Le poids de la télé et de ses info bidonnées et orientées jouent pour beaucoup (je suis d'alleurs d'accord avec la sortie de Montebourg contre TF1).

Les bureaucrates syndicaux ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, ils se sont bien gardé d'appeller a la greve générale massive qui seule en bloquant le pays aurait pu faire bouger un bonapartiste aux petits pieds qui ne comprends que le rapport de force.

La greve va donc finir en eau de boudin, personne n'aura gagné sauf à terme les banques et les compagnies d'assurances qui vont se lancer sur le marché des retraites.

Le cac40 rigole bien, le grand soir n'est pas pour demain...le bon peuple regarde TF1 !!!

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

@ACNM

Quel rapport avec la dérégulation "libérale" ?

PS - C'est pour avoir l'air compétent que vous usez d'anglicismes ("climate change", ou "trend") ?

je crois voir votre conclusion à défaut de l'entendre.
.

a 95 % d accord avec cet article ! ...........et ensuite ?

soit on se soumet , soit on s illusionne sur 2012 , soit on declare la guerre a ce systeme ( guerre physique ) .........ca fait 30 ans que ca dure ! ............

2 question se pose actuelement !

soit se soumettre ...............

soit se battre pour nos enfants , qu il ne soit pas les esclaves des financiers qui n ont aucune vision humaniste pour notre future .

peuple francais , peuple europeen, peuple du monde ! ceci est une vraie guerre malheureusement ! c est l avenir de nos enfants et des enfants du monde .........mr sarkozy n est que le cheval de troi de la finance mondial ! .............a nous de voir ! ..........ne rien faire serait un non sens ! et en se soumettant , nous serions des minable face a l histoire !

face a tout ces millions de gensqui sont mort pour la liberté .

comment pourrions nous accepter une nouvellle dictature , la dictature de la finance ? ..............

citoyens du monde , prenez conscience que l economie n est plus un moyen pour la progression du bien etre de l humanité . , mais une arme pour un groupe de pensé pour maintenir leur condition de vie personnel ! ( ils n en sont ps conscient )

 

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Cher veritas, merci pour la vigilante relecture (du coup, je ne corrige pas, vous laissant rectifier mes fautes de frappe et d'inattention). Et merci pour les compliments, transmis à toute l'équipe de Mediapart ;-).

"Esprit français?"

Vous voulez les chiffres des écarts de salaire entre PDG et salarié ordinaire aux USA?

Vous plaisantez.

Les raisonnements des"libéraux" ressemblent à ceux des staliniens de naguère: quand vous leur faite remarquer que leur système est injuste, cruel et suicidaire ils vous répondent que c'est parce qu'il y a encore trop d'état! Et qu'il faut "libéraliser" davantage.

Exatement comme les turiféraires du "socialisme réellement existant" se défendaient des critiques en argant que" le socialisme n'était encore qu'en construction mais qu'on allait voir ce qu'on allait voir quand enfin! Il serait réalisé!

On a vu...Et ce qui va nous tomber dessus (dans les mois qui viennent, vous avez raison) et qui sera terrible, ne les convaincra encore que de l'excellence de leurs théories qui n'auront pas été assez appliquées...

Discuter du "libre marché" avec un "libéral" c'est douter de la virginité de Marie chez Monseigneur Lefebvre.

@ ACNM

Concernant l'économie, vous devriez relire Karl Popper et ses critiques de l'induction et de l'historicisme et sa théorie de la non réfutabilité des sciences humaines. C'était un ami de Freidrich Hayek cofondateurs de la Socièté du Mont Pélerin avec Friedman.

Popper a pourtant écrit " La liberté, si elle est illimitée, conduit à son contraire ; car si elle n'est pas protégée et restreinte par la loi, la liberté conduit nécessairement à la tyrannie du plus fort sur le plus faible."

Concernant l'existance de l'univers, je vous conseille de Bertrand Russell "Science et religion" .Ce qu'il en est du questionnement du "pourquoi de l'univers" n'a rien d'original. Ce qui est original c'est que l'univers soit!

@ACNM

Avec vous, le Poujadisme a la vie dure...

exact ! l ecole autrichienne esssaye de depasser le role central de l 'economie en niant les possibilités de synthetisation du monde en quelques formules simples.

ne confondons pas libéraux et néo libéraux ...

et effectivement interroger un soicologue sur le problème des retraites est ce qu'il y a de plus pertinent et surtout pas des économistes, ces gens qui savent toujours prédire l'avenir une fois qu'il est passé

effectivement aucune geurre n'a été idclenchée par un pays gouverné par des libéraux...

donc aucune guerre coloniale, guerre d'Algérie ou autres

pas d'intervention américaine au Vietnam, à Cuba, au Laos, au Niacaragua, en Irak, en Afghanistan, en Somalie, ....j'en passe....

pas de guerre des Malouines,

à moins que vous ne jugiez qu'aucun de ces pays ne soit réellement libéral

comme personne ne comprend rien à votre discours pro libéral ultra conservateur et anti étatique vous pouvez en faire la définition que vous souhaitez , peut être le far west correspond-il ??

montez donc sur votre cheval et disparaissez au loin dans les paysages de Monument Valley ce serait tellement beau et surtout ne revenez pas

 

 

Extrait du cathéchisme de ACNM :

"la concurrence libre et non faussée, c'est mettre en place des structures de marché qui font apparaitre le juste prix" etc.

Ben c'est souvent raté vu le nombres de fois où il y a ententes illicites.

Par exemple sur le prix des carburants sur les autoroutes (quand il y reste du carburant).

Et les tarifs des opérateurs de téléphonie mobile.

Et les truandages sur les appels d'offre.

Les renards ultra libéraux se régalent dans les poulaillers que garde si mal l'Etat soit-disant si envahissant selon le même catéchisme....

 

Le problème des retraites relève autant de la sociologie que de l'économie.

On peut aller à la fois chez le dentiste et le fabricant de prothèses dentaires.

Qu'est-ce qu'il est superficiel cet ACNM !

Un vrai Bogdanoff de l'économie.

Bonjour poissonfrais, ma virulence est justifiée par (comme je l'ai mentionné dans mon premier commentaire) par cet ABOMINABLE reportage que j'ai eu l'occasion de voir Jeudi 21 Octobre sur Arte " Un taxi pour l'enfer". C'est l'histoire d'un jeune afghan "calme et travailleur, aimable et honnête. Quand il était petit il aimait conduire notre tracteur.....". Il a fini prématurément sa vie torturé à mort par des soldats américains épris par la vision démocratique de Bush et de son gouvernement. Vous pouvez le visionner en tapant " un taxi pour l'enfer" dans la barre de recherche. Comme vous le savez Sarkozy est un admirateur, un ami de Bush, de sa politique, de son attachement au principe "la fin justifie les moyens", tous les moyens comme celui de bafouer le droit de grève, de priver le Sénat de son droit d'aller jusqu'au bout de la discussion ............ Trés amicalement.
Clin d'oeil

comme quoi faut vraiment faire le distinguo.

 

Reprenons les conflits un par un

Vietnam escalade anti communiste lancée par l'alliance du complexe militaro industriel et un président démocrate

Cuba : je ne savais pas qu il y avait eu une guerre a part celle de 1898

Laos : je ne connaissais pas, je me renseigne

Niacaragua : consequence directe de la soit disante guerre à la drogue, guerre que tous les liberaux appelent a cesser au plis vite

Irak : agression pure et dure menée par un gouvernement néo conservateur (donc anti liberal), au profit de l'ensemble de l'Occident, cependant

Afghanistan : idem.

Somalie : c'est la Chine qui est en guerre las bas. Par contre si vous parlez de 1993, franchement, c'est vraiment de la mauvaise fois. On peut pas reprocher sans cesse aux States d'etre anti democratiques et trop pro democratiques.

guerre des Malouines : comparez un peu l'Argentine de 1982 et le UK.

 

les pays les plus liberaux dans le monde en 2010 : Pays Bas, Suisse, Luxembourg, Estonie

Un pays liberal c'est un pays qui essaye de limiter l'importance de l'Etat dans les domaines economiques ET societaux.

Pour avoir une idee de ce que ca pourrait donner, regardez le Free State Project http://www.freestateproject.org/ / http://fr.wikipedia.org/wiki/Free_state_project du Parti Libertarien US http://www.lp.org/

par contre, ce cliché sur le far west, il est tellement éculé qu'il a sa réponse un peu partout sur la blogosphere.

ici http://www.gaucheliberale.org/post/2010/10/22/Le-lib%C3%A9ralisme-c-est-le-r%C3%A8gne-de-la-violence

la http://www.gaucheliberale.org/post/2010/03/03/Le-lib%C3%A9ralisme-c-est-la-Loi-de-la-jungle.

la https://www.liberaux.org/lofiversion/index.php?t40360-400.html

la http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/politique/liberal-cortege-sujet_87936_1.htm

 

etc.

le liberalisme c'est le contrat entre des gens libres et responsables.

c'est bien ce qui me semblait, Carambouille, mais

- le PS, qui appelle au "front républicain" chaque fois qu 'un type du FN s'approche du pouvoir, fait alliance avec le PCF, aussi appelés Communistes, Républicains, du Parti de Gauche

- ca ne choque pas la gauche ultra étatiste de voir des gens en théorie appelant à la mort de l'etat bourgeois manifester à leurs cotés dans ce qu'ils appelent le camp progressiste, alors que les cocos sont ultra conservateurs, comme leurs amis du FN.

 

reponse : faunus : une application stricte des lois anti trusts

bien sur que les citoyens doivent avoir le dernier mot.

mais je repete, le prof de socio interviewé l'est au titre d'expert, pas à celui de citoyen.

J'ai la désagréable impression qu'il a fait sien l'article 16 dès le début de son mandat :((

chère eniger je crains que vous ne m'ayez pas lu:

je ne reproche rien aux talibans en ce qui concerne leur patriotisme mais ils ne sont pas des exemples à imiter (voilà ce que signifie mon post) pas plus que n'est à imiter ,bien évidemment ,le comportement d'une soldatesque.Mais ce sont des sujets trop graves ,justement ,pour qu'on les mêle à un débat sur le libéralisme;je veux dire que l'on s'éloigne trop de la question et j'ai demandé qu'on recentre et série les arguments ,au lieu de...

 

 

 

La cruauté et la violence sont condamnables :rien ne peut les justifier!

aucune cruauté ne peut se justifier!par aucune raison politique!

Mashoud ne méritait pas ,et son peuple non plus ,le lâchage dont il a été victime.Et le peuple afghan ,qu'on ne peut sans dommage réduire aux talibans ,en a payé les conséquences.

Cette vision de la concurrence est un enfumage de couleur idéaliste

qui séduit mais ne résiste pas à l'épreuve des faits!

ententes permanentes sur les prix (sauf exception)

et /ou publicité mensongère (multiples exemples dont Lec)

etc...

La libre concurrence est unne vue de l'esprit ,comme la valeur morale et moins respectable .

 

Effectivement tout ces mots ou théories fumeuses au même titre que tant d'autres sont juste de l'enfumage bien léché nous présentant la vue individuele du véritable entrepreneur, souvent seul qui lui effectivement, excusez le langage... se fait mettre par tous les trous, surement le seul en ce contexte noyé au milieu de bon nombre en quête de pouvoir sans fin aspirant qu'à la concentration et la disparition des autres pour mieux s'accroitre... Concurrence non faussée, mon dieu! On croit rêver encore et je le mets au même titre que leur vision inverse... Et si nous reprennons ses beaux libéraux, le pire c'est qu'ils cultivent le paradoxe de faire sauter tous les verrous de l'état et de les mettre en avant lorsque ca les arrange...

Tout ce bourrage vendu par des pseudo économistes ne tend qu'à cultiver leur propre existence en dialogues entre eux, en contradictions pour mieux noyer le petit citoyen lambda qui passe son temps à vouloir refaire surface!

La vie, c'est juste du bon sens et surtout beaucoup de volonté politique, malheureusement pour cette dernière le volume manque grandement! Ces vues de l'esprit, celle-ci pour exemple, ne sont qu'illusion pour mieux entretenir un mythe et mieux nous enfoncer plus encore sans donner réellement aux gens le pouvoir de prendre leur avenir en main par une vision plus juste des choses... c'est surtout la voie de la lucidité individuelle bien faussée!

 

 

Démocratie

L'Etat c'est le peuple et c'est son heure

"Il est démocratie moins cinq Majesté", dit le Chambellan

la preuve :

http://www.mediapart.fr/club/blog/anne-nymette/191010/manifestation-ariege-19-octobre-mobilisation-en-hausse

Yes we can

Bien cordialement

Il va de soit que le Grand Chambellan c'est F. FILLON : espérons qu'il donne bien la bonne heure..

Merci pour cet article : le titre est parfait Edwy et l'article bien argumenté

Dommage que l'article se termine, loin des nécessités de l'affrontement social en cours, sur des présupposés institutionnels.

Aujourd'hui, c'est l'auto-organisation transversale et unitaire dans chaque coin du territoire qui est importante.

Surement pas les compétences fiscales de François Hollande !

Cher Velveth, vous avez mal lu, vraiment. L'article se termine exactement sur le contraire de ce que vous dites, dans la filiation des réflexions de Jacques Rancière, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis sur la démocratie: cette conviction qu'elle s'auto-institue sans cesse dans un mouvement dynamique de la société elle-même. Vous m'étonnez car, habitué de Mediapart, vous connaissez mes marottes sur le sujet puisque, dès le départ, j'avais rappelé le livre de Rancière, La haine de la démocratie, comme une sorte de parrainage intellectuel à notre démarche.

Simplement, un article n'est pas une motion de congrès ou une résolution de parti. Il est également là pour analyser la situation, les acteurs, les possibles, etc. Le passage que vous commentez analyse le poids que fait peser l'indécision présidentialiste du PS (l'intertitre dit explicitement: "Le temps de la démocratie contre le présidentialisme" – et vous me soupçonnez de "présupposés institutionnels"!) sur la dynamique politique du mouvement social. J'ai bien compris que vous êtes de ceux qui souhaitez faire sans et croyez y réussir. Il n'empêche que c'est une réalité, et que la souligner ne signifie aucunement qu'on la cautionne.

Nous avons déjà eu, dans le passé, ce désaccord de méthode sur les commentaires. Si, par là, vous entendez des annotations comme le feraient des correcteurs de copies, soulignant en rouge ce qui leur plaît ou leur déplaît, le débat, ici, n'avancera jamais. Personne d'entre nous n'est à l'école en train de soumettre sa copie à un examen. En revanche, si l'on argumente au lieu de donner une sorte de note, si l'on discute au lieu de condamner, si l'on enrichit la collectivité au lieu de se faire seul plaisir, alors, là, ça devient intéressant.

Mediapart a déjà une histoire, avec des archives, des prises de position, des cohérences. Parmi celles-ci, si, comme je le crois, vous nous avez lu depuis 2008, vous savez que nous n'avons aucune obsession institutionnelle, que notre position est radicalement démocratique et que notre critique du présidentialisme français est entière. Merci, pour l'intérêt du débat, d'en tenir (un peu) compte.

@Edwy Plenel

Mais le problème de fond n'est-il pas que personne ne sait vraiment quoi faire pour sortir de la nasse dans laquelle nous nous sommes laisser enfermer par un système économique en situation d'exiger du peuple qu'il renonce a tout idée de "peuple souverain" sous quelque forme - dégradée ou non - que ce soit. Que le pilotage automatique de l'U.E, qu'appelle de ses voeux Monsieur Trichet, puisse être, ne serait-ce qu'évoquer, sans susciter une grande indignation citoyenne montre à quelle point nous sommes loin du paradigme de ceux qui hier luttaient pour l'instauration d'un "pouvoir du peuple, pour le peuple" . Parce que, dans sa version expérimentée à l'Est, la démocratie populaire a failli, les forces sociales qui s' en sont un temps inquiétées sont manifestement, aujourd'hui, en mesure de nous en faire oublier même l'idée et elles s'emploient à le faire.

@ Anne Nymette

 

Non l'Etat n'est pas le peuple mais depuis toujours et partout son ennemi le plus terrible. Plus rien ne justifie cette organisation sociale et politique archaïque compte tenu des systèmes modernes d'échange d'informations et de biens. Rien ne changera tant que survivra cette acceptation de pouvoirs centralisés hors de contrôle en temps réel, et tenus en main par des clans/partis et leurs lobbys commanditaires.

L'Etat est l'outil de dominance universel sur le peuple, changer ses locataires ne sert à rien de fondamental, seules une organisation fédéraliste libertaire et une économie distributive sont réellement différentes et nouvelles.

"La fonction crée l'organe" écrivait Proudhon, et lorsque Louise Michel disait que "le pouvoir est maudit" elle parlait du pouvoir centralisé en lui-même, quelque soit le parti qui s'en est emparé et qui le rhabille éventuellement d'idéologies diverses.

Il nous faut préparer un monde réellement nouveau, choisir un autre maître ne change pas notre condition, l'émancipation est ailleurs.

  • Nouveau
  • 20/10/2010 15:31
  • Par
MERCI

 

Oui, merci Edwy Plenel. Et bravo a toute l'equipe car sans Mediapart nous serions bien mal informes.

L'heure du peuple n'est pas l'heure du rationnel mais de l'utopie - Et c'est avec une utopie qu'on avance - Il faut se laisser porter tous ensembles par une grande espérance, celle qui dit que tout est possible quand on le décide ensemble - Nous ne voulons plus de père quand c'est un père fouettard - Les Français sont adultes et savent ce qu'il ne veulent plus; Sarkocescu doit partir et nous devons procéder à de nouvelles élections -

 

MERCI Edwy Plenel pour cet excellent article!

Ouvrons les fenêtres pour enfin respirer !
Tout à fait d'accord. De l'air frais !
Putaing ! Ça fait du bien ! Merci Edwy.
Merci vivement,cher Edwy Plenel,pour cet article intelligent,plein de fulgurances politiques et d'espoir. Dans la désolation du paysage après la bataille,une voix devait se faire entendre : la vôtre !

Mille bravos pour cet article enfin offensif et excellent à tout point de vue, et ravigorant dans cette période d'expression populaire confuse et sans tête, mais si vivante !

(Question technique : comment fait-on pour conserver un article comme celui-ci (par en pdf) vu qu'il n'y a pas de lien dans les pages de Mediapart pour l'envoyer à une adresse mail ?)

@antioxydant

Tu te l'envoies à ton adresse (n'es-tu pas ton meilleur amie ?)

 

Ou tu fais un copier/coller en traitement de texte, format .doc ou .odt et tu le joins en mail ensuite à qui tu veux.

on peut déjà l'imprimer mais on peut aussi l'envoyer à un ami ou à quelqu'un de sa famille. Je le fais en leur recommandant de s'abonner.

Merci à MEDIAPART et à tous ses lecteurs attentionnés pour avoir répondu à ma question technique (comment faire pour récupérer le contenu d'un texte ?). Je suis bien idiot de n'avoir pas vu plus tôt ce petit rectangle et ce petit carré rouges ! Encore merci.

Voir en bas de l'article le rectangle rouge : offfrir l'article à un ami.

Ou encore l'imprimer : voir l'icone : (petite boîte rouge) en haut de l'article

Partager (onglet en tête de l'article) : permet également de le diffuser sur Facebook ou autre réseau.

Bien à vous

Pour conserver un article, à droite de rectangle vous avez une boîte rouge. Cliquez. Vous avez la possibilité de 1. Noter article (+), 2. Le coeur rouge met l'article dans vos favoris, ctd vous le sauvegardez dans votre espace perso dans Mediapart; 3.L'enveloppe l'envoie (si vous mettez une adresse) et vous pouvez aussi l'imprimer, ou mettre en format PDF.

Moi je me suis fait en plus un dossier Mediapart et je m'enregistre certaines choses comme cela. (Cliquer avec le bouton droit et suivre les propositions.)

:)

Le peuple n'est plus écouté par les "élites" arrogantes depuis 15 ans maintenant CHIRAC SARKOZY Le mépris du peuple comme la ROYAUTE.

D'ailleurs "élites", personnellement je pense que ce sont tout sauf des élites; des charognards intéressés par le fric et le plaisir d'emmerder les "gueux" pour montrer leur emprise sur nous, serait plus le terme.

Quand j'entend ce vieux débris de GAUDIN maire de la ville la plus sale de FRANCE, et celà depuis plus de 20 ANS, et qu'il ne dise pas que c'est de la faute des MARSEILLAIS (partout ailleurs en France les ordures ménagères continuent d'être ramassées et celà malgré les grèves). Alors, oui, Monsieur GAUDIN, cassez-vous, vous aussi, vous etes répugnant d'abjection et de mépris à l'égard de la jeunesse; CE QUE JE PENSES, c'est qu'en FRANCE, actuellement, ce sont les vieux cons de votre espèce qui s'accrochent à laur poste priviligié depuis fort longtemps qui sont méprisables.

Même la bonne mère en a ras le bol devos éructations à l'égard de sa jeunesse.

@Patrick

Bravo ! Oui !

Gaudin, casse toi, y'en a marre de ta tronche !

Je ne suis pas de Marseille mais que vous ayez "Gaudin la crasse" me désesperait...

ces dernieres semaines Marseille est superbe !

Salut à tous. On tuera tous les affreux.

Bravo Edwy ! Magnifique discours ! Merci d'être là

Gérard Foucher

http://www.mediapart.fr/club/blog/G%C3%A9rard%20Foucher

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:02
  • Par

Merci pour cette analyse de la politique de la droite et celle du PS , la question est :

Que font les médias ? quelles sont ces informations données auprès des fançais ?

à part Mediapartqui n'est pas soumis à la publicté, ni au grand capital, tous ces médias et leurs brosses à reluire, font le jeu du pouvoir, terrorisés à l'idée de déplaire à sarkozy

l'épisode du journaliste de RTL obligé d'apporter ses excuses à l'elysée en est la preuve! (histoire de la baignoire dans l'avion de sarko)

Cher Edwy Plenel, pourquoi ne pas proposer un travail de fonds auprès de la presse et des journalistes, pour leur rappeler les fondemens qui doivent guider tout journaliste honnête et sincère ...comme vous

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:03
  • Par

COMME C EST CHOUETTE UN JOURNAL COMME LE NOTRE

bonne journée a toutes et a tous !

Exceptionnellement, j'exporte en PDF pour diffuser à mes amis non-abonnés!!!

Une remarque sur "Mrs Tina". Je suppose que la grande majorité des lecteurs savent ce dont il s'agit, mais on peut le rappeler: le "There Is No Alternative" de Thatcher...

Ah, pardon, je réagis trop vite, c'est explicité dans la suite de l'article... (étrange démarche de l'auteur, mais bon)

merci je n'avais pas fait le lien. bel article en effet, la prose de M Plenel est agréable à parcourrir, convaincante dans l'explicitation du panorama social et des enjeux politico-économiques de la classe régnante; heureusement critique vis à vis du PS et de ses ténors avec pourtant un oubli: celui de l'injure vécue par les Français lors du vote sur la constitution Européenne.

Ce moment fort de désaveu de la DEMOCRATIE par trop de politiques de G et de D a profondément perturbé les citoyens que nous sommes et ne nous a inspiré que mépris face à la caste aristocratique des professionnels de la politique. Non, nous ne sommes plus égaux dans cette fausse démocratie, cela fait trop longtemps que les élus ne représentent plus qu'eux mêmes, trop influencés qu'ils sont, dans cette cour des grands, par les intérêts des "encore plus grands" qu'eux..... Ainsi il est juste de dire que le peuple se retouve à devoir réinventer un leader cheap qui le porte dans ses besoins, désirs, droits et devoirs, au coeur des fissures que l'injustice à réouvertes en lui.

Je vous renvoie à un article publié par R-M Jennar sur le peu de confiance que lui inspire le socialiste Pascal Lamy, juché au coeur de l'OMC... quand on veut aujourd'hui nous imposer la candidature de D. Strauss-khan du FMI... C'est tout dire du manque de vision d'avenir de ce parti par rapport au capitalisme néo-libéral qu'il n'essaie même pas d'affronter se contentant de l'accompagner comme "un mal nécessaire"...Chasser Sarko le raide complice et ami des riches pour quelle autre politique?

Oui nous sommes en colère.

la façon dont vous exprimez les choses est toujours aussi brillante et limpide... merci d'avoir mis tout cela en mots !

 

Oui, bon article clairement écrit, mais ce que je retiens (que je savais déjà) c'est que l'Opposition est mollassonne et peu engageante et que le printemps 2012, c'est pas le mois prochain... (hélas !)

@livia

L'Opposition est occupée à vivre ses histoires à l'eau de rose !

Ils ne peuvent pas être partout, faut pas rêver !

@spirit

Cela fait 15 ans ? 20 ans ? qu'Elle nous joue son soap-opéra !

Pour QUI vas-tu voter en 2012 quand sarco (phage) va se représenter ?

Enfin, t'es pas obligé de répondre, c'était juste une innocente interrogation...

 

Bonsoir Livia,

Je vote NPA et donc je rêve de pouvoir voter NPA en 2012 !

@spirit

Neurobiologie des Processus Adaptatifs ?

ou bien le test : Narcissisme, Perfectionnisme, Agressivité...

Je mets le lien, c'est intéressant à faire (on pourrait l'envoyer à qui nous savons ?); si tu veux t'y essayer :

http://npatheory.com/files/TestNPA.htm

Je plaisante bien sûr ! D'ici à 2O12 j'espère que la Révolution d'Octobre aura permis l'émergeance de qq personnalités dénuées de perversité afin que celui-que-je-ne-nommerai-plus (comme dans Harry Potter) disparaisse dans les oubliettes de l'Histoire...

Agoraphobe, je participe pourtant aux manifestations, rentrant le soir brûler par la sueur acide de l'angoisse. et de la colère par l'attitude du pouvoir (je ne leur reconnais même plus ce titre de gouvernement). Pouvoir qui use maintenant de la force, oubliant la puissance du peuple (Hannah Arendt : l'homme moderne) et nous conduisant au chaos. Desperé.

Et, aujourd'hui, je lit cet article, Merci monsieur Plenel, cela étale du baume sur mes inflammations.

 

J'espère que des postulants à gouverner le liront aussi

Bravo à vous! Quel courage!

L'ancien premier secrétaire du PS lors des deux dernières défaites présidentielles, celles de 2002 et de 2007, n'a de cesse de fustiger cette « paresse » ou cette « facilité » que serait l'anti-sarkozysme, posture, ajoutait-il le 26 septembre sur RTL, « à la portée du premier venu ».

J'hallucine, c'est tout ce qu'il a été capable de pondre!

Les cadres du PS mériteraient de partager les mêmes cellules que ceux de l' UMP... J'espère que le PS lit ceci moi qui suis votre électorat, de base, si je puis dire (je suis instit) VOUS N AUREZ PLUS JAMAIS MA VOIX, je vous souhaite de vous faire ratatiner en 2012.

Merci M. Plenel.

Bon, on ne peut pas non plus dire, dans notre désespoir, qu'il serait heureux que le PS se fasse ratatiner en 2012, enfin je ne le crois pas; pourtant comme vous je suis sure au moins de ne jamais voter Strauss Khan...Ils le savent bien que la G de la G ne votera jamais pour lui, ainsi si leur calculs les obligent à reprendre un 2ème virage centre droit ( comme avec Bayrou en 2007) c'est qu'ils auront la conviction (à tord ou à raison d'ailleurs ) de pouvoir engranger plus de voix pour atteindre au but de la présidence. A un moment donné la politique ça n'est que ça : engranger des voix et faire le calcul comptable des mouvements de l'opinion publique. C'est assez décevant mais c'est la réalité, reste qu'il peut tout aussi bien forcer sa coloration d'un peu de rouge....reste aussi que d'autres alternatives politiques pourraient -peut-être- se construire peu à peu, faisant partie des incertitudes dont parle E. Plenel.

Violette M_C.

 

 

jamais un homme de gauche la vrai ne voteras pour un centriste,et encore bien moins pour BAYROU.

 

Leur vote pour les retraites au Sénat me donne raison.Tous avec SARKO.

Tous avec SARKO.

Pour crever plus vite encore, tu as raison camarade, je te propose une pastille de cyanure.

3 ans de ce nabot NAZI ne t'ont pas suffit, tronche de cake????

La politique terre brûlée de certains conards (conasses) d'extrême gauche, type L.O., celà suffit. LO LO EN PARTANT AU BOULOT. Est-ce que l'on aime bien le boulot à L.O.? Pas sur; on aime surtout le bordel !!!Le bordel SARKOZYSTE bien entendu. Bravo, bande de nazes!!!!

Patrick Massin.

Ho camarade;lis bien tous mes billets..

 

Tous avec SARKO ,je parlais des centriste.

 

Une autre réflexion de ce genre,et ma réponse sera tout autre.

 

Cordialement

Il est vrai que le sens se trouve dans l'absence du point d'exclamation à la fin du "tous avec Sarko" en effet vous n'appeliez pas, vous constatiez... nuance que seule la patience de lecture et de réflexion peut nous donner mais quand vous voyez que dans la méprise et l'absence d'arguments seule l'injure est proférée, alors, nous mesurons les faiblesses qui peuvent submerger certains de nos co-alliés... En évitant de se mettre en miroir de cette attitude nous ne pouvons qu'inviter P.Massin à peaufiner ses arguments en lisant par exemple le livre de Filoche sur les retraites tout y est : co écrit avec Jean-Jacques Chavigné : " Une vraie retraite à 60 ans c'est possible" et si P est amateur de vidéos voici tout ce qu'il peut calmement découvrir, ingérer et intégrer dans son discours, ainsi nous pourrons renoncer à l'arme de l'humiliation que ce gouvernement pratique avec nous... contre nous mêmes.

L'ADVERSITE est le climat nécessaire du libéralisme : l'individualisme forcené, la compétition, la haine alimentent le libre-marché qui détruit les liens de solidarités entre les gens. Nous DEVONS FAIRE L'EFFORT DE NE PLUS NOUS PLIER A CETTE AMBIANCE DE GUERRE(S) !...... Que L'intelligence revienne au POUVOIR (faute de concevoir son éradication) !! Et que l'amitié qui se développe dans ce mouvement soit le fer de lance de notre dépassement politique à venir car ainsi nous redorerons le blason de notre République : Liberté, égalité, FRATERNITE !!!

Cordialement..

+1

@Schoum1,

Jamais quelle horreur (sourire). Désolé mais prenons l'exemple de François Mitterrand, jamais un homme (ou une femme) de gauche la vraie n'a voté pour Mitterrand ? Cela dit il n'était pas centriste, il était de Droite.

 

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
l'indépendance intellectuelle!
Ouvrons sur Mediapart une grande collecte pour aider les chômeurs et leur famille. Un compte facilement accessible de l'étranger Merci d'agir ...VITE

Absolument !

De l'étranger, je souhaite faire une aide aux "bloqueurs" enfin disons "sauveurs" et c'est par chèque un peu partout. Un RIB et un virement, ça m'irait bien.

N'y a-t-il pas effectivement des lecteurs juristes qui pourraient nous renseigner sur la possibilité de créer une forme de fondation (de telle sorte que les dons puissent en plus bénéficier d'une bonification de l'Etat_ ce serait choux, non ? comme aider J. Chirac avec les contributions des citoyens à la vie politique)?

Merci d'avance aux experts!

Bonne idée qui ne manque pas de piquant ! Pouvoir dire à Sarko que le mouvement a pu perdurer grace à une bonification de l'Etat !

Par contre, ça risque d'être assez long à mettre en place :)

Adrien Kempf a lancé sur Mediapart un blog consacré à cette question, avec toutes les infos pour donner: Solidaires pour une grève efficace !

http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/

 

 

Bravo Xavier23 !

Cela fait plusieurs fois que je demande à "mon" syndicat s'il y a une instance où l'on peut envoyer de l'argent pour les grévistes... Pas de réponse...

Comment faire quelque chose dans ce domaine ?! Allez Médiapart !!! Je n'y connais rien en organisation de ce genre de collecte, mais c'est sûr que j'enverrai mon chèque !

Edwy président !Clin d'oeil

J'ose espérer qu'Edwy Plenel n'est pas ambitieux et ne se lancera jamais en politique, il fait très bien son métier de journaliste comme je pilote assez bien mon Airbus (enfin, c'est mes passagers qui me le disent...).

 

Parce que s'il écoute certains et se présente un jour à l'Elysée, j'aimerais juste qu'il réponde à UNE SEULE question : Que fera t'il concrètement de la françafrique et continuera t'il à recevoir des dictateurs à l'Elysée ?

 

Qui est vraiment le commandant de bord en France ? Lagardère, Areva ou Pinault ou véritablement le nain ?

rien de tout cela: le "financial times", c'est le seul journal européen à le soutenir encore.

Cher Oussama pilote de ligne, voyez mon message avec une certaine légèreté. Le journalisme est une affaire assez sérieuse en soi pour ne pas avoir besoin de se jeter en politique. Amicalement, Olivier

 

C'est la population dans son ensemble qui en a marre de se soumettre au système National-$arköisme qui brade, entre autres, les acquis du CNR aux amis et au frangin !

Que ce "système" implose et explose, Amen !

Vive la Révolution Citoyenne et pacifique qui est en marche pour une future Démocratie !

 

 

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:21
  • Par
Un tel article justifie, après coup, totalement certains retards....Merci.

Cher Thierry Ternisien, je ne saisis pas bien à quels "retards" vous faites allusion. J'ai plutôt le sentiment que Mediapart, Journal et Club mêlés, est tôt parti sur la piste de ce qui aboutit, aujourd'hui, au mouvement social actuel. Et, de fait, y compris la pédagogie par l'enquête de l'affaire Bettencourt n'est pas sans incidence sur le climat politique du pays.

En revanche, il y a eu, tout récemment, un authentique malentendu entre certains lecteurs et la rédaction de Mediapart sur une démarche proprement journalistique, dont l'esprit n'était en aucun cas de sousestimer ou mésestimer le mouvement social, mais d'échapper au fétéchisme des chiffres qui réduisait à la question du nombre une protestation et une colère sociales qui traversent en profondeur notre pays. Quand je dis "malentendu", c'est au sens premier: les journalistes n'ont légitimement pas compris qu'on ne comprenne pas leur démarche loyale et transparente, et qu'on les accuse d'être des suppots du grand capital tout simplement parce qu'ils faisaient honnêtement leur travail; à l'inverse, certains lecteurs n'ont pas compris que les journalistes prennent mal leur interpellation et répliquent, à leur tour, vivement à des commentaires qui, eux-mêmes, étaient parfois violents.

Bref, cette petite querelle du nombre me semble bien secondaire par rapport à l'essentiel (la question sociale) sur lequel Mediapart n'a pas varié depuis notre "tour de France" de la crise début 2009 et que je rappelle dans cet article, en renvoyant notamment à certains articles de Laurent Mauduit et de Mathieu Magnaudeix. Comme je l'ai dit plus haut à un autre vieil abonné, Velveth, que vous connaissez bien étant vous-même un abonné de la première heure, nos échanges seront plus riches s'ils perdent en réactivité d'humeur et gagnent en profondeur. A nous tous, journalistes comme lecteurs, d'en faire l'effort.

Personnellement, Edwy, je n'ai pas contesté l'honnêteté des motivations de la démarche comptable. J'ai regretté que Médiapart publie un chiffre que vous saviez irréaliste en semblant oublier que ce chiffre serait exploité par la droite comme un chiffre fiable.

Ma confiance jusqu'ici totale dans la fiabilité des informations publiés sur notre site en a été notablement ébranlée.

Je suis néanmoins resté abonné car Médiapart, comme le Canard ou Marianne est l'un des garde-fous de la République.

Cher Edwy Plenel,

Mon commentaire trop bref en était abscons. Merci de votre réponse. Par retards j'entendais une prise en compte que j'ai trouvée trop limitée du dossier des retraites, au démarrage, que ce soit par la limitation des points de vue accueillis (absence de Bernard Friot) ou par l'absence de vision plus globale incluant l'emploi et le travail. Sans problème pour ma part pour partager l'effort d'échanges en profondeur.

Cordialement

Cher JoëlMartin, merci de votre fidélité exigeante. Pour en finir avec ce malentendu, je rappelle juste que l'article qui rendait compte de cette expérience de comptage était plein de précautions et de réserves. En ce sens, il ne présentait pas le "chiffre" trouvé par Mediapart comme une "information" au sens où nous l'entendons professionnellement, dans une enquête ou un reportage. Pour dire vrai, c'était plutôt, c'était plutôt une démonstration par l'absurde de ce que cette querelle de chiffres n'avait pas grand sens sur l'analyse de la situation. Mais je reconnais bien volontiers que cela a été mal compris, illustrant cette loi que les travailleurs de l'information ne doivent jamais oublier: qu'il y a, toujours, du jeu, de la marge et du conflit entre la production d'une nouvelle et sa réception. Et, parfois, ça coince. L'avantage de la nouvelle presse numérique, c'est que cela se voit et se sait tout de suite: si notre travail journalistique est contestable ou contesté, vous pouvez le faire savoir en temps réel. Et, du coup, susciter le débat entre lecteurs et la réflexion des journalistes eux-mêmes. En ce sens, cet épisode nous aura appris combien cette liberté que nous avons, ici, est irremplaçable par rapport à la presse traditionnelle qui passera peut-être/peut-être pas, plus tard ou jamais, un rectificatif, une précision, une lettre de lecteur, etc. D'où mon insistance sur notre respect mutuel, des lecteurs par les journalistes et des journalistes par les lecteurs, sans oublier les lecteurs entre eux: cette liberté est inestimable, prenons en bien soin.

Respect mutuel, sans lequel aucun débat constructif n'est possible, cher EdwyPlenel, nous sommes bien d'accord. Médiapart a fait d'énormes progrès dans l'élimination des injures même si tout n'est pas encore parfait, il reste toujours des résidus dans ce qui fut parfois digne des écuries d'Augias. Plus personne n'ose traiter un contradicteur de lyncheur médiatique raté digne du Ku-Klux-Klan.

J'entends votre argumentation expliquant votre démarche comptable. Elle me convient dès lors qu'elle rappelle que votre chiffre était à prendre avec des pincettes, et que l'article le précisait.

J'aurais aimé que Géraldine Delacroix, Mathieu Magnaudeix, Antoine Perraud et François Bonnet aient le même sens de la nuance et de la vraisemblance statistique quand ils défendaient leur mesure et leur méthode bec et ongles avec un manque fâcheux de sérénité face aux critiques de très nombreux commentateurs.

C'est désormais du passé.

Longue vie à Médiapart.

erreur désolé

@antioxydant

Allez sur la petite boite rouge de la première ligne , cliquez dessus , dans la colonne qui s'élèvera vous cliquez sur l'icone qui représente une page .....

Excellent papier sans concessions en ce qui concerne la droite mais aussi la gauche.

"L'heure du peuple, c'est donc le temps de la démocratie. D'une démocratie vivante et réjouissante, inventive et curieuse, égalitaire et solidaire. D'une démocratie qui n'attend pas."

Y en a qui vont vous sauter dessus pour cause d'humeur réactionnaire. Mais souvent en période de troubles "insurrectionnels" il y a aussi des "casseurs" d'espoirs et de solidarité. Merci pour cette radicalité.

+1
Très bon article ! Mais comment faire en sorte que les abonné(e)s prennent également connaissance du dernier billet de Pierre Cornu qui est complémentaire dans sa réflexion, et sa démarche courageuse, de l'analyse d'Edwy Plenel ? (ou vice-versa peu importe) Pierre Cornu est en Une, dans la colonne des blogs.

@ Marguerite : le billet de Pierre Cornu, du 19 octobre :

Histoire sociale, histoire pour la société (Projet de "Déclaration d'octobre")

 

merci Edwy Plenel pour votre cortège de mots qui rejoint ici le cortège de maux pointés par le théâtre du soleil : "elle est bientôt finie cette nuit du Fouquet's ?" [Le peuple]

Le slogan est joli !

Qu'enfin finisse la nuit des Fouquet's !

 

 

un autre slogan des lycéens marseillais dans la manif du 16 :

les cotisations augmentent..

le chomage augmente..

les PV augmentent...

s'il vous plait, faites nous un prix sur la vaseline.

 

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:29
  • Par

 

 

Oui, l'affaire du comptage est loin derrière avec des mots comme cela ! Bravo.

Maintenant, il faut rassembler toutes les paroles dispersées sur le site, tous ceux qui pensent, proposent, remettent en cause et donnent de l'espoir et en faire un livre... ça, on en a tellement besoin: d'espoir !!!

Cher Cot 99,

"l'affaire du comptage est loin avec des mots comme cela"

Sans vouloir analyser ce que raconte l'article car après tout c'est ce qui est le moins important, je souhaite apporter toute ma sympathie aux journalistes qui ne méprisent pas le SNJ, le SNJ-CGT, Sud, le SIPMH-CNT (entre autres), et qui ont fait grève et/ou pris part aux manifestations des 12 et 19 octobre derniers.

Peut-être est-ce une question de niveau de salaire (tout le monde n'a pas la chance de gagner moins de 1500 euros par mois), peut-être est-ce une question de cynisme, mais à côté de certains cas qu'on espère isolés de nombreux journalistes pensent faire partie du "peuple", même s'ils sont amenés à en parler, voire à avoir l'illusion de lui parler.

Cordialement

@cot99

A défaut d'en faire un livre, on peut commencer par faire une carte. Géraldine Delacroix propose le système "pearltrees" => les perles du club. C'est relativement facile à utiliser, et pour mon propre usage, j'ai commencé à recenser les pages concernant le mouvement social (voir carte sémantique...). Comme le dit Plenel ms aussi l'article sur l'art de la grève, il est essentiel de se doter d'une mémoire, ou plutôt d'un accès à la mémoire, puisque c'est sur le brouillage de cet accès que reposent novlangue et double-pensée.

Tiens, te revoilà Boddi, tapis dans l'ombre, et prêt à bondir prendre un proie ?

Pourquoi re-citer et "Sans vouloir analyser ce que raconte l'article car après tout c'est ce qui est le moins important" ?

Pour ne rien apporter de plus ?

@Boddisatva,

"Avant de parler assure toi que ce que tu as à dire est plus beau que le silence". Proverbe

Monsieur Plenel, j'ai apprécié le recentrage de votre discours vers une issue démocratique car votre dernier éditorial m'avait laissé un arrière-goût de terre brûlée...

Vous avez aussi réussi à me faire ouvrir le dictionnaire avec "polysémique" Clin d'oeil

Votre billet est bien documenté et je partage votre point de vue sur l'utilisation de la novlangue qui est une arme de manipulation très puissante.

Rien que le terme "les forces de l'ordre" que l'on entend marteler à longueur de journée est très significatif car avant on distinguait la police, la gendarmerie, l'armée... Ce terme vise à nous faire croire qu'il sont là pour nous protéger alors qu'il y a me semble-t-il plus de répression que de prévention, notamment en matière de "sécurité routière" mais c'est un autre débat...

J'ai retrouvé un homme plus mesuré et synthétique, un patriarche empli d'expérience et de sagesse plutôt qu'un va-t-en-guerre emmenant ses troupes assiéger la bastille...

Et c'est peu de dire que j'apprécie ce coup de gouvernail bienvenu...

Mon laïus de toujours : on disait avant "les gardiens de la paix", maintenant "les forces de l'ordre".

Tout est dit. La force, l'ordre. L'un est brutal et légitimé, l'autre est fasciste.

Il y a une chanson de Georges Moustaki (parlant d'un viol...) et qui utilise je crois le terme de fauteurs de l'ordre...

C'est assez de circonstance !

 

J'ai un peu de peine à entrevoir une porte de sortie pour les locataires actuels de l'Elysée, à part un truc genre Jim Jones à Guyana...

Houlala !

Words, words, words dirait l'autre.

Quel talent pour noyer le poisson , mélanger les problèmes et vertiginer le lecteur.

J'ai beau partager beaucoup des idées, sur la retraite notamment, le sort des riches et la nouvelle servitude qui ronge le monde, l'argumentation est spécieuse , de mauvaise foi. On se croirait dans une plaidoirie écoutant le méchant avocat. il est vrai que les gouvernants usent du même fil blanc.

Sans compter l'emphase inutile , le plaisir d'ouïr le crissement de la plume ou le tapotement voluptueux du clavier ?

Et on nous parle de "peuple" qui ceci , ou cela. Les chiffres des syndicats mis au carré sans doute ?

Il me faut trouver 1 heure pour commenter....

 

"le tapotement voluptueux". N'est-ce pas ce qui nous réunit ici, pedrinha?

Quand on n'a plus d'arguments face à la réalité et à la vérité (qui vous gênent beaucoup semble-t-il), on s'en prend à la forme, n'est-ce pas pedrinha ? Chou blanc quand même, et bien sûr, parce qu'ici la forme - par la qualité des moyens analytiques et rédactionnels dont dispose Edwy Plenel (et on en est bien contents) - est irréprochable. En revanche, pedrinha, vous en êtes apparemment inconscient, c'est votre texte qui excelle dans l'emphase et la noyade de poissons ! Quand on n'a pas les moyens de comprendre ce qui est écrit, il est moins ridicule de ne pas y répondre.

@pedrinha

A la lecture de votre commentaire, je pense que c'est du " dé-lire "!

J'ai vraiment apprécié cet article merci Médiapart !

excellent article. Depuis des semaines, je l'écrivais dans mes posts, avant de penser à réformer la retraite il fallait penser à l'emploi. Les jeunes l'ont bien compris dont 25 % de moins de 25 ans sont au chômage.

Maintenant ce président (je n'ai pas voté pour lui sachant ce qu'il était) ordonne aux français mais nous nous lui demandons de revoir sa copie.

Nous manifestons pour la casse du service public, de nos écoles, de nos hôpitaux, maisons de retraite, bientôt il parle de s'attaquer aux congés payés, en fait tous les acquis pour lesquels nos parents se sont battus et pour lesquels nous nous battons pour les conserver.. Je crois que cette forme a été la goutte d'eau qui a fait déborder notre colère.

monip8 .

bientôt il parle de s'attaquer aux congés payés, en fait tous les acquis pour lesquels nos parents se sont battus et pour lesquels nous nous battons pour les conserver.

 

Petit article à leurs intentions au sujet des Acquis…Je vous donne les Acquis de la droite et du Medef qu’ils défendent bec et ongle.

Et selon certains de se site les acquis du monde ouvriers serait des acquis non justifié, vous me faites rire messieurs et mesdames.

Et pour certains qui vois la gauche semblable à la droite,révisez vos cours d’histoire,avant de vouloir donner des leçons,certains se reconnaîtrons j’en suis persuadé,et surtout attention,a vos réponses mal intentionnées et non justifiés,si tel était le cas ,ma réponse sera sans complaisances.

Les avantages acquis du Medef? C'est 173 milliards!.

Le conseil des prélèvements obligatoires a levé le voile sur les dérogations à l’impôt et aux cotisations sociales dont bénéficient les entreprises. La somme est considérable. Ces niches favorisent souvent des comportements dommageables pour la société. .

Le rapport du conseil des prélèvements obligatoires (CPO ), organisme indépendant placé sous l'égide de la Cour des comptes, a recensé les dispositifs dérogatoires de toutes sortes dont peuvent bénéficier les entreprises en France. Il dénombre pas moins de 293 « dépenses fiscales », représentant 35 milliards d’euros, soit près de la moitié du coût des « niches fiscales » officielles (74,8 milliards). Il faut ajouter les niches fiscales « déclassées », c’est-à-dire considérée comme une modalité normale de l’impôt, depuis 2006, dont « le poids » s’élève à 71,3 milliards. Il faut aussi compter avec les niches « sociales », en fait des réductions de cotisations sociales (dont celles des médias…). Elles pèsent 66 milliards d’euros. Au total, on parvient à un chiffre proche…du déficit public .

Certes, mais les syndicalistes font remarquer que les « exo de charges » sont une véritable trappe à bas salaires qui maintiennent la France entière dans une politique de basse qualification, alors que nos concurrents performants (Allemagne, pays nordiques) ont fait le choix inverse, avec une certaine réussite.
Faut-il subventionner les grands groupes français par un régime « mère-fille » extrêmement favorable, plus favorable là encore que chez nos voisins ? En France, un groupe peut sortir de son bénéfice imposable les produits de participation (les dividendes) de ses filiales, s’il possède plus de 5% de leur capital. Autant dire…presque toutes. Renault, PSA, L’Oréal, BNP-Paribas etc… peuvent dire merci, puisque dans d’autres pays, il a faut au moins posséder à 10% à 15% du capital. Le coût note le CPO « est exponentiel » : 1 milliard d’euros en 1990, 27,3 milliards en 2008 et… 34,9 milliards en 2009 !



En fait les grands groupes échangent désormais d’abord des flux financiers. Et le système « mère-fille » leur permet d’éviter l’impôt.
Quelles conséquences aura le rapport du CPO ? Sans doute peu, car les niches fiscales des entreprises sont défendues mordicus par le Medef. Et Laurence Parisot est bien décidée à conserver chaque avantage acquis. Son slogan c’est « la compétitivité équitable », au nom de quoi elle demande encore plus d’avantages fiscaux, alors que la droite vient de réduire de 7 milliards d’un coup les taxes sur les entreprises, par la réforme de la TP ! En l’occurrence, les syndicats de fonctionnaires sont bien flexibles, comparés au patronat qui est totalement conservateur. Le Conseil ne préconise d’ailleurs pas de réduire à néant ces niches

.

Trés bel article qui mets du baume au coeur en ces temps où la pensée unique du dictateur est relayé dans tous les médias.
  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:40
  • Par
Bien, effectivement un mouvement sans tête. La gauche n'est pas prête. Voire inexistante. ( Et les députés de gauche n'ont pas accepté d'aligner leur régime de retraite sur le régime commun!)
"...sans tête" Je me doutais que qqn relèverait cette expression. Toujours risqué, l'usage des métaphores organistiques. Mais avons-nous besoin d'une tête? il ne me semble pas que l'article aille ds ce sens.
  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:44
  • Par

Bonjour

 

Cet excellent article fait se poser immanquablement une question essentielle : que manque-t-il à ce mouvement ? Que lui manque-t-il qui détermine un risque substantiel d'implosion ? Il a la légitimité démocratique (du moins en tant que seule réponse possible au mépris de ceux qui représentent cette démocratie), il a l'ampleur, il a semble-t-il l'intelligence ; ce qui pourrait manquer, l'article l'exprime clairement : une tête. Par tête, ce qu'il est juste d'entendre, ce n'est pas nécessairement chef, mais plutôt direction ; il y a volonté, mais risque d'épuisement : car volonté de quoi ? Le risque, c'est précisément cette question, et que chacun, pris à part, se la pose doucement. Ce mouvement, spontané en grande partie, a besoin de relais. Sans ceux-ci, peut-il contrer l'asphyxie ?

La nature de ces relais est à considérer. Le plus évident, l'article semble en rêver, c'est qu'un grand parti autrefois d'opposition se réveille enfin pour lancer "je vous ai compris", et ne mente pas. Ou bien, que d'une nébuleuse naisse une direction claire, comme une flèche, qui sache où aller. Sans encouragement, comment éviter l'essoufflement ?

Et l'encouragement, c'est souvent une voix qui émerge, qui se pose. Que cette voix soit une voie, qu'elle sache être consensuelle et non despotique, qu'elle s'illumine de dialogue et non s'enterre dans une fausse écoute, c'est ce qu'il faut espérer, pour donner un avenir à ce mouvement.

Bien à vous.

+1

+ 1
L'article est excellent et l'analyse sur la stratégie du PS est ultra-pertinente. Nous sommes atterrés de l'erreur monumentale du PS à accompagner le sarkozysme en attendant 2012. Pire, ce qui pouvait être compris comme un temps nécessaire de restructuration apparaît depuis septembre comme une incapacité criante à proposer la moindre alternative. Probable que seules, grandes villes et régions suffisent aux appétits du PS (c'est vrai que ça fait vivre du monde alors qu'en étant au pouvoir, on risque de les perdre). Mais que les socialistes lisent bien ceci de la part de leurs ex-indéfectibles électeurs et qui est exprimé aussi ci-dessus, nous ne voterons JAMAIS pour les deux meilleurs candidats de la droite pour la gauche, Strauss-Kahn et Royal et la question se pose maintenant carrément de savoir s'il faut soutenir un parti intellectuellement aussi délabré quel que soit le type d'élections. Le PS est au milieu du syndrôme de "disparition du PCF" et il ne s'en rend pas plus compte que le PCF en son temps. Spectacle pénible et pitoyable!

Parfois on rêve d'une nouvelle nuit du 4 août qui permette l'émergence d'hommes politiques d'une autre envergure que ceux qui affligent notre quotidien (Mélenchon et sa vulgarité inclus: il travaille pour qui? la droite ou la gauche?).

Merci monsieur Plenel.

Un peu d'air frais par ici également :

un 52 avec Bernard Friot http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1979

Debut vers les 13', ses bouquins ensuite (Article au Diplo en prime..)

 

Gilles

 

Le PS est devenu un parti englué dans le système ce qui passe notamment par la défense des intérêts des catégories qui votent pour lui...On retrouve ici le syndrome de la disparition de l'inétrêt général porté à son paroxysme par le pouvoir actuel (voir http://www.mediapart.fr/club/blog/chem-assayag/141010/le-pouvoir-egoiste-et-les-citoyens)

Ca sera bien sûr mieux ou moins pire que l'actuel gouvernement mais ça ne serait pas encore "ça", c'est à dire une politique imaginative, revisitant au 21eme siècle la devise de la République.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Oui, "'l'heure du peuple", savoir ce que nous voulons et rester mobilisé.

J'apprécie tout particulièrement ce passage de votre article où vous évoquez

Le PS (qui) prend ainsi le risque de se comporter avec une mentalité de propriétaire, comme si le pouvoir allait lui revenir naturellement sans qu'il fasse d'effort sur lui-même et auprès de la société. Il attend, et espère que le peuple voudra bien attendre avec lui ...

Il ne s'agit pas pour moi de dénoncer tel ou tel parti en tant que tel, mais plutôt d'observer ce que peut produire du politique trop institué (comme on dit que le mariage est une institution) : se prendre soi même pour ce qu'on représente, perte de vue du représenté, auto-centration, désir de durer (ce dur désir de ...).

Ceci doit servir de leçon politique : aucun parti ne repésente ad vitam aeternam le peuple ; de plus il n'a des chances de l'entendre que s'il n'y a pas des "places" à défendre (d'où nécessité de penser le fonctionnement interne à cette aune-là).

On est au coeur des questions de la démocratie ...

J'appuie Marielle : à nous de construire quelque chose pour remplir cette "tête" de propriétaire plutôt vide : le mouvement social actuel en est une occasion.

Que voulons-nous ? comment pouvons nous le signifier, le manifester - et non pas le demander ou l'attendre ?

Leurres de Sarko contre l'heure du peuple ... à la bonne heure !

Excellent article !

Je suis fier de m'être abonné à Médiapart au début de l'affaire Bettencourt/Woerth. Mon soutien est récompensé.

Bien sincèrement,

 

 

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:54
  • Par
Un mot Edwy; YES!!!. Bon dieu ça fait du bien, tu résumes (tu permets que je te dise tu?...) en clair tout ce que je pense avec malgré tout ce grand point? Que lavenir?
  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:57
  • Par

Toute l'impuissance de la gauche politique, notamment du PS, s'étale sous nos yeux, incapable de définir une position claire, considérant qu'il suffit de diaboliser Sarkozy pour qu'il soit battu en 2012...

 

Plenel analyse bien, écrit bien et en bref, il bosse bien. On aimerait tellement qu'au PS ils en fassent autant, mais voilà ils ne font rien, ils attendent, car dans le fond ils savent que Sarkozy fait le boulot qu'ils n'auront pas à faire si... Il n'y aura pas de "si" car la réforme venait à passer, Sarkozy serait réélu en 2012...!

 

 

 

@ JMG92

"...dans le fond ils savent que Sarkozy fait le boulot qu'ils n'auront pas à faire si..."

Comme si la politique suivie par Sarkozy et sa bande était une nécessité...

Sarkozy fait un boulot sale parce que c'est un choix de classe. Rien de moins, mais rien de plus.

Nous voulons imposer d'autres choix. Ils existent, ils sont possibles. Maintenant !

+1

@albinos

 

Où ai-je écrit que la politique de Sarkozy était une nécessité inéluctable ?

 

Les dirigeants du PS ne font-ils pas aussi des choix de classe et au fait, de la bonne classe ?

JMG92.

Et si le PS attendait volontairement le moment le plus propice et surtout le plus proche de 2012 pour présenter un programme complet sachant que SARKOZY a su faire de la récupération et ratisser large (des idées et des ministres de gauche jusqu'aux slogans du FN.... allant même jusqu'à dévoyer des ministres de gauche pour "jouer" l'ouverture ......????

  • Nouveau
  • 20/10/2010 16:57
  • Par

Le peuple modeste vs les riches élites ?

Bah ! oui, peut-être mais franchement, vu de ma fenêtre, ça ne me paraît pas cela le véritable enjeu de société.

Le véritable enjeu de société, voire de civilisation, c'est plutôt plus globalement la place de la valeur travail dans nos sociétés.

Quand je me projette moi-même à 66 ans et demi et que je m'imagine travaillant encore dans le domaine qui est le mien, pour simplement gagner ma vie, c'est tout simplement mille évidences qui m'apparaissent soudainement, dont celle et non des moindres d'une forme certaine d'esclavage, et quand je me souviens par ailleurs que ma propre mère est décédée à l'âge de 68 ans, je me dis que oui, cet esclavage me mènera tout aussi promptement et sûrement à la mort.

Et en fait je me fous pas mal que les riches soient riches voire richissimes.

Non, ce qui m'intéresserait serait de savoir si l'on peut réfléchir ou rêver à d'autres perspectives dans ce modèle actuel de société que celui de traverser une vie à vendre jusqu'à ce que mort s'en suive sa force de travail.

Ce qui m'intéresserait encore serait de savoir si l'on peut encore parler de civilisation et de modèle de civilisation quand la majorité des citoyens d'icelle est appelée à vendre - et de quelle manière ! - sa force de travail et ce, pratiquement jusqu'à son dernier souffle.

D'accord avec vous pour dire qu'il ne suffit pas de mettre au premier plan le travail par rapport à la spéculation, mais repenser la place du travail dans la vie humaine et l'écosystème. En revanche, si vous vous foutez pas mal des inégalités, les pauvres, eux, ne s'en foutent pas! La misère est d'autant plus inacceptable qu'elle n'est pas équitablement partagée.

D'autant que si l'on veut repenser le travail, il faut avoir la maîtrise de ses fruits, sinon, on fait comme d'habitude, on se partage la pénurie !

 

" quand la majorité des citoyens d'icelle est appelée à vendre - et de quelle manière ! - sa force de travail et ce, pratiquement jusqu'à son dernier souffle."

Photo prise à Paris le 12 octobre dernier :

Mon propos, que vous avez mal interprété, était de dénoncer deux choses dans le papier d'Edwy Plenel:

1/ une tentation populiste/démago de plus en plus criante (cf. la marée de commentaires idolâtres qui suit cet article) et à laquelle je n'adhère absolument pas pour la raison ..

2/ qu'elle balaye, à mon sens, et au prétexte de bons sentiments, les véritables enjeux de société.

Je pense globalement que, pour je ne sais quelle raison, E. Plenel cherche à nous désigner le doigt quand il faudrait plutôt regarder en direction de la lune.

Bien sûr que c'est la racine du mal, la place du travail... Mais il faut en passer par d'autres luttes plsu immédiates et concrètes pour réussir un jour à proposer un modèle de société où l'humain est plus important que les choses. M. Plenel soutient la révolte, en donne les raisons... On entre dans l'antithèse, vous en êtes à la synthèse. Moi aussi je l'appelle de mes voeux cette société ré-humanisée, mais il faudra patienter je pense avant que les gens s'aperçoive de leur servitude volontaire.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Plus que soutenir la révolte je dirais qu'il tente de lui désigner des boucs émissaires.

A droite, à gauche, les syndicats, les élites, les riches, Sarkozy bien sûr, Woerth bien entendu et puis tous les autres (qui se reconnaîtront).

Bon, d'accord.

Et une fois qu'on a dit ça ?

A-t-on sifflé la fin du cauchemar ?

@ arpège

C'est déjà pas mal que quelqu'un nous désigne le doigt et nous invite à relever la tête quand la classe politique toute entière nous oblige à courber l'échine pour regarder nos pieds dans la m...

Excusez-mon vocabulaire mais votre commentaire m'a ...agacé.

Chère Arpège,

N'oubliez pas Alain Minc, Jean-Marie Colombani et François Pérol (celui-là un peu en sommeil jusqu'au résultat de l'appel du procès perdu par "Mediapart", mais il y a encore quelques petits cris de haine qui surgissent dans certains articles).

Je crois que c'est simple : soit on considère Edwy Plenel comme un journaliste, et il n'y a pas à s'attarder, il a ses qualités et ses défauts; soit on le considère comme un chef de secte, et comme adepte on peut hurler de joie à chaque fois qu'il nous fait l'aumône d'un article. La deuxième catégorie est intéressante à observer car d'autres journalistes populaires ne déclenchent pas le même phénomène (je pense par exemple à Jean-François Kahn). Pour éviter de polémiquer je n'avancerai pas mes hypothèses sur le pourquoi.

Cordialement

Hello Boddi,

Je t'assure, la prochaine fois, tu mettras un h à boddhi et tu verras tout ira mieux. Crois-moi c'est un vieux néo-bouddhiste qui te le dit !

Arrête de ronchonner ! La tentation du chef de secte existe partout . Je médite donc deux heures par jour pour que notre grand Edwy ne tombe pas dans ce travers...Mais tu vois, pour l'instant, je suis plutôt assez rassuré.

D'abord, je n'ai pas du tout le sentiment de faire partie d'une secte...toute la liberté qui circule sur le site prouve bien le contraire ! Et, moi, tu sais les sectes, je supporte pas. Ensuite, je trouve plutôt qu'Edwy fait plutôt comme le bon vin: il se tonifie en vieillissant.

Lorsque je l'ai vu, chez Ruquier, avec ses petits yeux rieurs et sa fougue toujours intacte, je me suis dit qu'il n'avait pas encore tourné casaque, il me faisait plutôt penser à un "sale gosse", espiègle, trop content de mettre un coup de pied à la fourmilière.

Bref, cela me rajeunit un peu, aussi !

Alors, quelles sont tes hypothèses, camarade ronchon, pour ne point voir les choses ainsi ? Y aurait-il quelque chose qui m'aurait échappé ? Allons sors du bois, que diable !...

@ boddisatva

Si d'aventure E. PLENEL devait être "chef de secte" vous n'auriez plus droit de plume depuis longtemps sur ce site....

Soyez donc rassuré, votre droit d'expression est respecté, même s'il agace bon nombre de forumeurs....

Cordialement libre,

Magnifique article, enthousiasmant, généreux, intelligent. La fin est admirable : "L'heure du peuple, c'est donc le temps de la démocratie. D'une démocratie vivante et réjouissante, inventive et curieuse, égalitaire et solidaire. D'une démocratie qui n'attend pas".

Bonjour,

ça, c'est de l'analyse.....

 

 

*** Puisque nous sommes tous d'accord pour constater qu'aujourd'hui, l'UMP, le PS et leur partis satellites, ne sont qu'une démonstration de l'immobilisme démocratique dans ce pays, pourquoi donc, Monsieur PLENEL n'avez vous pas encore répondu à ma demande ? Une demande raisonnable, juste et démocratique, me semble-t-il, de donner à Monsieur François ASSELINEAU, fondateur d'un parti novateur: l'UPR (Union Populaire Républicaine), se situant résolument hors de tous les clivages sclérosants. Oui une fois au moins, merci de lui donner une tribune ici même sur Médiapart, ce Journal, votre Journal, mais qui est aussi notre bien commun, notre Agora ?...

D'avance MERCI Monsieur Edwy PLENEL...

Monsieur REX, je crois que vous n'avez pas encore compris que le peuple NE VEUT PLUS de ce mode de partis traditionnels avec un leader s'égosillant à essayer de nous prouver qu'avec lui, le changement se fera !

 

Ils rentrent tous dans le rang, confrontés aux réalités...

 

La question est de savoir pourquoi avons-nous besoin de croire que c'est un homme (ou une femme) qui va résoudre nos problèmes et améliorer notre quotidien ? Pourquoi sommes-nous si naïfs ?

 

Sommes-nous un peuple d'employés forcés de se soumettre aux patrons ? Ne pouvons-nous pas être nos propres patrons et arrêter d'attendre quoi que ce soit de cette classe dominante ? Pourquoi cette soumission ?

 

Fermons l'ENA, coupons-leur la tête et cultivons notre potager en chantant ça ira mieux demain...

  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:07
  • Par

Bien sûr Mr Edwy Plenel, à chaque fois vos articles font du bien et confortent dans leur opinion ceux qui ont l'habitude de vous lire; bien sûr aussi le peuple, ou une partie de celui-ci n'a même pas besoin de vos démonstrations pour "sentir" qu'il a raison de manifester en nombre, d'exprimer son rejet d'une politique, au-delà de la seule réforme des retraites, et en dehors du calendrier électoral : il y a comme une exaspération de tout ce qui émane de ce gouvernement et du président de la république - le sentiment qu'une classe prioritaire et privilégiée a détruit consciencieusement toutes les autres.

Mais voilà, maintenant, comment faire pour convaincre, pour rallier le "ventre mou" de la France, ceux qui par leur indifférence, leur conformisme, leur individualisme, leur peur (savamment entretenue, il est vrai) se rangent toujours, comme hypnotisés, derrière le pouvoir et l'ordre.

Comment faire basculer la balance vers le "juste", vers la démocratie sociale ?

L'heure du peuple, c'est ce moment, il faut le saisir, et ce "ventre mou" lui-même victime de ceux-qu'il défend, par habitude et par paresse, pensant que la vérité vient des TF1 et consorts, doit retrouver ses abdominaux.

C'est donc sur le régime alimentaire de l'information qu'il faut aussi agir.

Alors Doc Plenel, après nous, essayez de convaincre vos confrères....

Je l'attendais, la synthèse d'e. Plenel et elle arrive sobre, équilibrée et élégante.

"Je l'attendais, la synthèse de Edwy Plenel et elle arrive sobre, équilibrée et élégante."

Je ne peux pas mieux dire.

L'analyse pleine de respect des lecteurs-acteurs dans un moment crucial où tout le monde doit se positionner d'abord lui-même, seul.

Pattes de velours. La barre haut placée.

 

J'ai aimé et soutenu Médiapart pour son indépendance et ses enquêtes d'investigation, qu'on ne retrouve pas ailleurs, ou trop rarement.

Le parti-pris systématique des articles a pourtant fini par me lasser. Grèves, droits des Roms, flashballs, centres de rétention, tests ADN, etc... Ok. Mais pas que ça !

Mon abonnement annuel prend fin à la fin du mois, et je ne le reconduirai pas. M. Plenel, j'admire votre indépendance. Mais au milieu de ce concert de louanges, j'apporte une fausse note, et vous témoigne mon désaccord.

Je soutiens la réforme en cours, ni plus ni moins. J'en ai assez d'être assimilé, de ce fait, à un danger pour la démocratie. Je regrette que MédiaPart soit (devenu ?) un média indépendant certes, mais ultra partisan et si peu transversal aux sensibilités. Je vous laisse entre vous, flatteurs et flattés, et à l'illusion de la Résistance au totalitarisme qui viendrait.

Cher Voirlabas,

Vous êtes injuste au sujet des droits des Roms, ça ne fait que 3 mois que "Mediapart" sait qu'ils existent.

Prenez un abonnement longue durée et prorogez-le sans attendre son expiration, vous aurez plus de chances d'éviter la résiliation. Si vous n'y arrivez pas à jeun droguez-vous tout en vous munissant de votre carte bancaire.

Cordialement

Et vous beber, abonné de très longue date, vous vous droguez à quoi ?

 

C'est pas pour être méchante Béber mais il y en a beaucoup qui paireaient pour que vous résiliiez votre abonnement chez les ultra gauchos.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

@Voirlabas

Je crois que je vous suis au sujet de la réforme... Mon avis est juste appuyé par le fait que la France est un pays très social, voir même le mieux loti d'Europe, juste derrière la Suède.

Vu de l'extérieur, il y a quand même une manie franco-française d'absence de dialogue direct entre gouvernants et gouvernés. Ce problème n'existe quasiment pas en Allemagne ou en Suisse, pourquoi ?

 

Il serait bon de se poser des questions, et ne pas juste râler !

 

Mais à part ça, couper la tête au nain et à sa clique ne me déplairait pas...

.

 

Chère Catotep,

Vous pouvez me faire une proposition en mp.

Cordialement

En plus, il est vénal, ce beber...

Toutes les qualités !

Où bien partir avec VOIRLABAS si les ROMS y sont pour leur proposer des solutions humaines qui respecteraient leurs traditions.....

et ROM....... petit ....... pas PAPON !!!!!

  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:13
  • Par

Personne n'ose le dire officiellement mais il faudra bien rapidement reconnaître que le mouvement de protestation qui s'étend sur le pays déborde très largement le seul problème des retraites.

La France est à genoux, sonnée, démoralisée, écœurée. Elle n'en peut plus de l'arrogance, de l'incompétence et de la médiocrité de ses gouvernants. Elle n'en plus de voir, depuis trois ans, jour après jour, ce pathétique président d'opérette détruire, au gré de ses caprices, tout ce qui en faisait la force. Elle n'en peut plus de tant de mépris et d'humiliations. Elle n'en peut plus de l'échec de ce libéralisme, terreau de tous les égoïsmes et de toutes les injustices.

Le journal allemand Die Zeit ne s'embarrasse pas de tant de précautions de langage et titre sans détours :"Frankreichs Revolte gegen den Präsidenten"

Il faut que la presse française ait le courage de le dire aussi clairement : ce qu'on vit aujourd'hui est une vraie révolte contre ce pouvoir.

 


@ Fifi 89

Vous avez parfaitement raison. Courrie international donne aussi des articles traduits de la presse étrangère qui en disent long. Aujourd'hui, des statistiques sur le degré de la liberté de la presse annonce un fort recul de la France. Ne parlons pas de la TV.Alors le courage de la presse Le Monde par exemple ! Le grand problème est le caractère bonapartiste de la présidence et ce n'est pas un Villepin qui changera quoi que ce soit. Il y un tradition de pouvoir très personnalisé et qui n'a pas peur de la confrontation en France. On pourrait même dire , au contraire, qui cherche la confrontation.

 

Cher Fifi89,

Je crois que vous avez bien synthétisé la situation, oui il s'agit d'un rejet massif ! Et donc d'une prise de conscience puisque entre 2/3 et 3/4 des français rejettent la politique de l'actuel gouvernement (et soutiennent pratiquement dans les mêmes proportions les mouvements sociaux), alors qu'il me semble que ns a été élu à une majorité de votants... que c'est-il donc passé entre temps ? une prise de conscience certainement, que cette élection a été un grand malentendu, oui un très grand malentendu pour l'histoire de notre pays. Quel sera la réaction de "ns and co" face au réveil des consciences et à l'heure du peuple, pour reprendre le titre de l'article ? Je veux parler de l'article d'Edwy Plenel... pas d'un article de la constitution (commençant par 1 et finissant par 6) permettant au chef de l'état de prendre tous les pouvoirs en cas de frustration avérée ou pour le dire autrement de signer enfin l'aboutissement d'un mandat de l'empreinte de la dictature

@fifi89 complètement d'accord avec vous, et on peut ajouter
on n'en peut plus non plus de la corruption de ce gouvernement, en plus de son incompétence, on va bientôt avoir un alcoolique comme 1er ministre, le hongrois montre l'exemple, on n'a pas besoin d'être compétent pour être 1er ministre, d'ailleurs il est en train de nous proposer ses fils à blonde chevelure, et idées courtes, en ce moment les journaleux à la botte du hongrois en font la promotion. Ils n'ont aucune compétence, ce sont juste les fils du hongrois.

Sinon effectivement le PS n'a pas gagné en 2012, car on a bien l'impression que c'est blanc bonnet et bonnet blanc, ils sont tellement inconsistants dans l'opposition, on n'a l'impression qu'ils ont laissé tout passer sans rien dire. Il n'y a que Mélenchon pour nous montrer une opposition visible et percutante.

sinon arrêtez de répondre à ce ACNM, il est sans intérêt.

Enfin une analyse un peu sérieuse de l'attitude du PS. Le peuple qui lutte n'a pas la mémoire courte et 2012 est loin d'être gagné pour le PS. Son comportement "raisonnable" cache en fait une adhésion au système d'oppression parce que c'est le "fromage" dans lequel ses élus souhaitent à nouveau se vautrer. En ce moment son attentisme coupable le conduit au désastre. Quitte à se retrouver face à l'ennemi de classe et à la violence qui en découlera, le peuple fera payer la casse au PS qui sera responsable de cette situation et il en disparaîtra dans les poubelles de l'Histoire. S'il gagne en 2012 (par défaut) il se retrouvera devant une situation plus lourde à gérer que celle devant laquelle s'est trouvée la majorité de gauche élue en mai 1936. Ce sont les grèves de juin avec occupation des usines qui ont contraint le nouveau pouvoir à négocier les nouveaux acquis. C'est l'épreuve de force avec le patronat qui l'a contraint à légiférer en faveur du peuple. Rien ne garantissait celà si les évènements ne les y avaient pas contraints. Souvenons-nous en et le PS doit savoir que cette-fois ci la confiance du peuple ne lui sera pas acquise et qu'il se retrouvera face à un conflit social d'une ampleur telle qu'il sera contraint ou balayé. Son attentisme coupable lui coûtera cher !

A lire votre programme concernant le PS, je vais finir par comprendre pourquoi il ne se précipite pas pour prendre le pouvoir. A quoi bon gagner des élections sur la base d'un programme validé par le suffrage universel, si c'est pour s'en faire imposer un autre par la rue ?

Toutes les grandes avancées sociales ont été portées par les socialistes et les communistes. Si vous n'y croyez pas, votez Sarkozy et vous serez servi.

"Toutes les grandes avancées sociales ont été portées par les socialistes"

Un certain nombre de reculs aussi...

doublon, sorry

http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/poubelles-la-legion-etrangere-en-renfort

SANS COMMENTAIRE

http://www.bfmtv.com/

 

Donnez votre avis sur les atteintes au droit de grève notamment en ce qui concerne les raffineries.

Cordialement

Je n'oublie pas, moi qui ai connu mai 1981, que ce sont les Socialistes qui avec Fabius au milieu des années 80 ont commencé le grand mouvement Reaganien en France. C'est à ce moment-là que c'est opéré la rupture qui a permis au Financier de prendre peu à peu la place qui est la sienne aujourd'hui.

Or je ne vois pas dans les discours actuels, et surtout pas chez un Strauss-kahn, le moindre indice d'un rejet des choix d'hier.

Je ne veux pas recommencer l'erreur de 2002 et ne pas voter pour le PS, au moins sont-ils moins liés à cette ploutocratie dont Sarkozy est le héraut triomphant que le pouvoir actuel, mais je ne veux pas oublier que la première trahison vis-à-vis du peuple est venue du PS.

 

***+1

Mais je ne voterai pas pour le PS !

Je n'oublierai pas que ce sont les socialistes qui ont fait les congés payés, la semaine de 40 heures, mis en musique le programme du CNR, inventé la CMU, les 35 heures, supprimé la peine de mort et que ce sont les "révolutionnaires" en carton de Mai 68 qui nous ont amené la chambre la plus "bleu horizon" que nous ayions eue. Je n'oublierai pas non plus qu'Edwy Plenel a été le complice de Minc et Colombani pour transformer le monde en vecteur du néo-libéralisme, ni que JL Mélenchon a voté le traité de Maastricht, etc...

Ces querelles du passé augurent bien mal du futur.

Mélenchon est la vedette de la "Prise de bec" du Canard d'aujourd'hui 20 octobre 2010 (page 7 en haut à droite).

Le titre de l'article m'a fait éclater de rire :

"Le ronchon flingueur."

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
EXACT Eric. Certains, ici,ont la mémoire aussi courte que les idées.
  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:37
  • Par

Excellent article Edwy PLENEL, parce que vous avez si bien compris notre société, ses aspirations et ses angoisses, que vous avez su le traduire parfaitement en mots !

Pourquoi Sarko qui est le président n'est même pas fichu d'atteindre ce niveau de compréhension et de lecture de notre société ?

En fait, je me demande si son égo surdimensionné ne le pousse pas à faire "mieux et plus fort" que De GAULLE en mai 68, qui lui a fini par baisser les bras devant tant d'hostilité de la part de la société à cette époque !

 

Peut-on raisonnablement penser que Sarko est la grenouille qui veut être plus grosse que le boeuf, qu'à la fin elle explose !?

peut etre, parce que ca n 'existe pas, la "société" !

il y a des gens, des communauté, des groupes d'interets, des personnes dans la meme situation, voire une nation, mais la société, dites nous ce que c'est ?

 

Faut arreter avec ce concept rousseauiste derriere lequel vous mettez, d'ailleurs, des idees absolument opposées à celles des ultra etatistes d'extreme droite comme Guaino, le Pen, qui eux aussi, adorent le respect de la société !

 

There is no such thing as the society, disait Margareth Thatcher. Elle a bien raison.

Vous la consultez souvent ?

Tous les jours, cela explique vos commentaires !

Et elle ne se souvient pas de ce qu'elle a dit la veille, facheux, très facheux !

 

@akama

De gaulle était sans doute narcissique en suffisance, mais pas pervers, Lui... c'est toute la différence !

Votre article, Monsieur Plenel, apporte aux citoyens modestes, catégorie dans laquelle je me range volontiers ; sinon des raisons d'espèrer, du moins le témoignage solide lucide et honnête d'un "vrai" journaliste professionnel...

Non, nous ne sommes pas aussi stupides que veulent nous le signifier les "serviteurs zélés" des pouvoirs en place par la soupe qu'ils nous servent...(Je rejoins CLARREF sur ce point)...

Nous avons besoin, pour être lucides et comprendre ce qui nous arrive, d'être intelligemment éclairés de la manière la plus fine la plus pointue et la plus documentée...

Longue vie à Médiapart...

Il ne faut pas oublié que nous l'avons déjà coupé une fois la tête du roi. Le privilège a mauvaise réputation dans la vieille Gaule. L'indécence de notre caste de privilégié, que l'on pourrait résumer au simple fait d'être naît, pourrait causer leur perte. Il existe une solution: Mélanchon.

 

 

…La plume acérée, il a dérobé le feu, avec de la fureur à écrire, de la rage à tenir l’info, la vraie et le style ! Merci à Edwy Plenel d’exister.
  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:46
  • Par
un seul mot : merci..

Vision claire des combats actuels.Enfin une véritable analyse,réflexion et de véritables principes d'action.

Quelle pâleur au Monde à côté, Fottorino en tête avec ses articles de gare bien dans la tradition de cette fausse intelligence qui veut toujours des nuances(ce qui n'est pas assimilable à la rigueur intellectuelle) et la reprise insidieuse des points de vue adverses,voire de la complaisance vis à vis de l'ennemi(car il existe quand la démocratie est confisquée)

  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:47
  • Par

Bon éditorial Edwy plenel.

Celle du pouvoir de remplacement, cette opposition socialiste dont le temps est celui de l'attente : que rendez-vous soit pris avec elle pour 2012, sans précipitation ni radicalisation, en lui faisant crédit sans compter.

Ce peuple-là sait bien qu'il ne doit compter que sur lui-même : ce qu'il réussira à prendre ou à sauver le garantira bien plus que des promesses lointaines et, d'expérience vécue, souvent illusoires.

Pour l'opposition socialiste, qui prétend succéder à ce pouvoir d'ici un an et demi, ce paysage devrait être réjouissant. Or, loin de se saisir de cette opportunité, on sent la majorité du Parti socialiste prudente, voire méfiante. Certes, elle accompagne le mouvement, mais s'abrite derrière les directions syndicales alors même qu'elles sont elles-mêmes impuissantes à faire céder le pouvoir et à trouver une issue à la crise

PERSO.

Votre édito n’est ni plus ni moins qu’une constatation de la politique actuelle,dans ce pays, ce dont 70 % de français, subissent les ravages.

Mais le pourquoi est comment, et la cause, voila ce qu’attendent de savoir les français.

Quant a la mise en place des attentes du peuple, je ne vois pas comment elle pourrais se mettre en place, sans des hommes ou femmes politiques de gauche ou de droite, comme je l’ai pressentis, sur votre édito.

Je dois vous avouer en outre que depuis un certains temps, vos éditos qui commencent par taper sur la droite, pour ensuite taper encore plus fort sur la gauche, me déconcertes.

Serais pour être dans tous les cas en 2012 du bon coté de la balance ???

A ce que je sache, à ce jour c’est la droite et Sarkozy qui sont au gouvernail, et non le PS, et encore moins la Gauche, celle dont je fais partis.

C’est une question que je me pose, et sérieusement.

Cordialement votre
"Quant a la mise en place des attentes du peuple, je ne vois pas comment elle pourrais se mettre en place, sans des hommes ou femmes politiques de gauche ou de droite" Vous vous exprimez, ici. Sur la toile, des collectifs s'expriment. Dans la rue, accessoirement aussi. Egalement : 600 économistes atterrés proposent un programme - à amender avant 2012, certes. Mais avons-nous réellement besoin des hommes politiques pour inventer un programme? Faut-il attendre qu'ils fassent semblant d'en avoir pondu un pour juger sur pièce? ou leur faire connaître dès maintenant la volonté générale, théoriquement souveraine?
@ SCHOUM, vous êtes trop gentil, rendez votre carte du PS.

Je me permets de répondre à sa place : Il n'est pas au PS il est pour Melenchon.

Et alors?

@Catotep.

 

Pour votre gouverne, je n’ai jamais appartenu au PS.

1960 AGE 12 ANS entré au Jeunesse communiste et fier de l’être encore à ce jour.

Bien sur, on y ajoutera, Antistalinien convaincu

 

Pour certains, qui pense que les vieux de la vieille, (les anciens) de la gauche n’existe plus, je peux vous assurer qu’au SENAT,.

Voir et entendre Jack Ralites et Pierre Mauroy défendre nos acquis, ce jour là au SENAT, j’étais fier d’être de gauche.

Voici le pourquoi, je ne conçois pas, que la moitié d’un édito et pour taper sur la droite, et la deuxième partie du même édito, taper encore plus fort sur la gauche.

Dans la vie, faut savoir de quel bord et sensibilité l’ont se trouve, et pas naviguer dans le sens ou va tourner le vent, ou mieux encore faire en sorte d’été toujours du coté de celui qui va tenir les rennes.

Marre des KOUCHENER BESSON….TAPIE……alors encore moins les journalistes.

Les journalistes genre Figaro, ont au moins une chose dont ont ne peut leur faire le reproche, il ose afficher le mépris qu’ils ont pour la gauche, le petit peuple du bas comme ils le disent si bien
Allons, SCHOUMI, ça peut effectivement paraître déstabilisant de voir taper sur la droite (ce qui relève de la salubrité publique) puis sur la gauche. Moi aussi, parfois, ça m'agace au premier abord puis, après réflexion, je conclus que c'est tout à fait mérité car je suis dans l'attitude de quelqu'un qui aime bien et voit l'objet de son affection se perdre et courir à sa perte : quelqu'un sur qui on pensait pouvoir compter et qui vous laisse seul au millieu du champ, qui trahit les principes qui ont présidé à sa naissance. Alors la rage vous prend et on crie "NON, vous ne pouvez pas nous faire ça ! J'avais confiance en vous, toujours, et je vois les sirènes de la droite vous endormir, parce que vous avez peur de vos idées et du peuple que vous n'étes plus capables d'appeler au combat. Vous préférez le confort du réformisme ronronnant qui vous fait oublier ce que vous avez été et que vous n'etes plus.
+1 C'est une énorme déception...

Cher Michel S.

 

je vois les sirènes de la droite vous endormir

 

 

Tant que vie me resteras,aucune chance que mes convictions,celle de mon plus jeune age,ne changent.

De gauche je suis,et de gauche je mourrais.

 

Cordialement

Cher SCHOUMI,

Irez-vous vraiment jusqu'à dire que la direction du PS est encore "de gauche" ? Lequel des dirigeants actuels ou des personnalités à la tête du PS est vraiment de gauche ? Qu'ont-ils fait ou dit récemment qui montre qu'ils sont "de gauche" ? Et je ne parle pas de ceux qui sont allés travailler pour srko ! Vraiment...

Cher (e) eliasawad75

Irez-vous vraiment jusqu'à dire que la direction du PS est encore "de gauche" ? Lequel des dirigeants actuels ou des personnalités à la tête du PS est vraiment de gauche.

Dans tous mes billets, et ce depuis des lustres, j’essai de faire comprendre, et parfois même avec détails analyses et faits concrets pouvant être vérifiés, que la direction du PS est à des années lumière de ce que pense et espère le peuple de gauche, et suis en total contradiction avec sa ligne politique, qui de plus met toute la gauche en porte à faux.

Par contre j’ai, et pense toujours, que les socialistes, ne sont pas tous Fabusien, Strauss-Kahnien ext. enfin pour résumer de Solferino, et que se trouve chez les socialistes des gens vraiment sincères et de gauche,

De plus 2012 le PS est loin, très très loin de remporter le suffrage si comme elle le pense, se fera avec des gens comme DSK, MOSCOVICI, AUBRY EXT EXT, qui ne savent même pas ce qu’est le monde du travail, le côtoyant et y prêtant une petite attention, qu’au moment des élections, sans l’appui de toute la gauche, et cela faudra surtout pas qu’elle l’ignore.

Je ne comprend toujours pas, depuis le temps que j’écris mes billet, en veuille me cataloguer encore comme membre du PS
  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:47
  • Par

excellent article mr plesnel cela fait du bien d'entendre enfin des telles vérités sur la situation actuelle, j'ai 86 ans et j'en ai vu et lu bien d'autres mais là j'en redemande

  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:51
  • Par

Merci pour cet article qui éclaire parfaitement la situation actuelle et les manipulations sarkozistes. Je doute fort d'un fléchissement du pouvoir en place mais je suis persuadé en écoutant les manisfestants que ce combat laissera des traces indélébiles et que la mémoire ne faillira pas en 2012. Souhaitons simplement que la provocation des gouvernants n'enflamme pas le pays, car au lieu de faire progresser l'esprit démocratique, nous retomberions dans l'asservissement : la peur engendre le repli.

Clair et lucide . Analyse brillante dénonciation cinglante . OK mais vous qui connaissez si bien le peuple, que lui proposez vous, que nous proposez vous, je sais ce n'est pas le travail du journaliste , il regarde, il informe...cet article est un article de citoyen, j'en reviens à ma question, une fois la gauche "de pouvoir" discalifiée, la droite virée, l'extrème droite évitée n'est-ce pas , qu'elles sont les propositions? Mélanchon? non il a trop fréquenté les sociaux-traitres pour ne pas être contaminé, alors quelle avant-garde éclairée et quelle solution? N'esperez rien de l'aile gauche du PS, il y a 20 ans, c'était l'aile droite..
  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:56
  • Par

Merci Edwy,

Comme toujours, article bien écrit et qui est si optimiste ! Bien sûr que c'est tout cela. Bien sûr, on ne sait pas où cela va. On est dans la créativité pure...

  • Nouveau
  • 20/10/2010 17:57
  • Par

Merci à Edwy Plenel et à toute l'équipe de Médiapart qui permettent d'accéder à de l'information, de la vraie, de nous permettre de se questionner et d'échanger.

Cet article confirme ce qu'on est nombreux à ressentir depuis quelques temps, le réveil de la conscience populaire, la bouffée d'oxygène à laquelle on ne croyait plus, l'espoir ...

L'heure du peuple est arrivée, on ne sait pas combien de temps elle mettra pour faire le tour du cadran mais le mécanisme est enclenché ce qui est le point essentiel.

Non seulement l'heure est venue mais comme vous l'expliquez, le peuple devance l'heure des syndicats et de l'opposition, nous devenons moteur après avoir été objets.

A nous de continuer le mouvement qui vient de prendre naissance.

Merci Edwy Plenel pour cette analyse claire, intelligente et un tout petit peu revigorante .Par les temps que nous vivons cela fait un bien fou...

Il devient de plus plus évident que nous évoluons dans une démocratie viciée..Et le problème est que notre Constitution permet au Pouvoir de gouverner quasiment à sa guise durant cinq années..L'opposition est muselée au Parlement et nous savons tous , sur Médiapart , ce qu'il en est du contre pouvoir que devrait représenter la Presse..

Notre Constitution permet au Pouvoir de stigmatiser les manifestants en les culpabilisant.. "Ce sont ceux qui protestent qui mettent en péril la retraite par répartition..Ils sont égoistes en ne voulant pas prendre en compte les générations futures..."

Disons le nettement : Ces discours sont insupportables et insultants et les manifestants le crient tous les jours...

Ils crient aussi pour dénoncer les outrances du régime Sarkosien qui depuis trois ans pille sans vergogne les biens communs en divisant et en ne gouvernant que pour les nantis et en tentant de mettre la Justice à sa botte..( pour mieux étoouffer les affaires où il est mouillé jusqu'aux oreilles.. )

Le peuple se révolte en hurlant son ras le bol de Sarkosy...

Les leaders syndicaux ont effectivement peur de s'engager totalement...Et le PS, persuadé que son heure viendra , oublie de tracer un chemin...

Ne restera t-il pour tous ceux qui aujourd'hui disent NON que l'amertume et le ressentiment...Je me refuse à le croire..

JP N

 

 

 

Superbe article.......déjà envoyé à tous mes camarades!

Plus qu'un article, un manifeste qui fera date!!

Un espoir que les socialistes lisent cet article et ose enfin faire preuve de créativité et surtout de courage.

Le courage d'afficher ses couleurs et de ne jamais transiger sur ses principes.

A trop attendre 2012 ils risquent d'être confondus aussi avec la seule volonté de retrouver le pouvoir.

Or ce dont on soif les gens, le peuple... c'est d'idéal et de vérité.

Le tous ensemble n'est pas un un slogan vide de substance.

 

bravo

magnifique de clairvoyance .

  • Nouveau
  • 20/10/2010 18:04
  • Par

Merci, Merci, vraiment merci et bravo pour cette analyse et point de vue!!!!!

Il ne reste plus qu'a chacun d'entre nous a comprendre et a assimiler ce qui c'est passse depuis 30 ans.

Maintenant, "il faut donner de la democratie a l'argent" faire en sorte que cette agrent creer de toute piece par les banques centrales ne soient plus sous la direction des etats et des oligarques mais du peuple par un vote democratique regulier. Les Entreprises et plus particulierement les multinationales devraient payer plus d'impots si des systemes representatifs des travailleurs n'ont aucun droit a la parole et a la decision dans ces entreprises.

Sans democratie vivante au quotidien nous perdont tous nos droits au profits des elites fiancieres qui depuis 30 ans poussent le pays et les gens vers la ruine...

Vite demandons le retour a la democratie, demandons un vote sur le projets de loi concernant les retraites.

Demandons que chaques decisisons puisse etre modifier comme en suisse par une votation par permet de trouver des equilibres

Les socialistes n'ont rien demander de tous cela car ils appliqueraient la meme methode (certainement moins violente) mais une reduction des budgets dans tous les domaines c'est clair...

A quand une deuxieme monnaie democratique pour contre balance l'Euro? Je consideree l'Euro comme une monnaie commune et non unique. Les idees de Bernard Lietarme paraiisent interessante a developper.

On va enfin sortir de la pensee unique, pensee hors de la boite dans laquel le systme financier nous a enfermer avec l'aide des politiques, tous les politiques et en particulier les socialistes Francais.

Il faut penser autrement pour pouvoir agir differement et de facon democratique.

En avanat l'evolution democratique et reflechie..

 

Merci Mr Plenel! Merci!!!


 

 

  • Nouveau
  • 20/10/2010 18:06
  • Par

Sans vouloir me la péter, j'ai déjà dit tout ça en plus court et avec une autre mise en perspective du mouvement actuel..

Franchement, c'est beaucoup pour Plenel qui revient de loin, mais c'est un peu l'eau du robinet.

Il en manque encore beaucoup pour que ce soit au niveau des enjeux.

Tardif et décevant.

Lisant et commentant vos écrits, désolé mais là, vous vous la pètez vraiment !

 

Voilà, pour répondre, libre à chacun de juger.

Un mouvement devenu politique, une situation de vide politique:

Au point où nous en sommes, le mouvement dépasse largement le cadre de la seule réforme des retraites.

Il est en train de devenir transversal et concerne l’ensemble de la société.

Les étudiants s’y sont joints, les cheminots dont les régimes ne sont pas immédiatement concernés débrayent, 71% des gens approuvent. Bref, il s’agit d’un mouvement d’ensemble qui fédère un grand nombre de mécontentements de tous ordres, d’autres vont s’y joindre. Désormais, il est sorti du strict cadre de la négociation sociale domaine du syndicalisme.

Par ailleurs, il semble bien que la base ait dépassé les directions des grandes centrales qui se trouvent désormais devoir courir derrière avec un temps de retard.

Ce mouvement est devenu politique. Il concerne désormais le rejet global de la politique d’injustice de ce gouvernement. Au-delà, il porte une demande de réforme profonde de nos institutions dont la rencontre avec un personnage hors norme porte une angoisse et un risque avéré pour l’unité et la liberté du pays.

Nous nous trouvons donc dans une situation de vide car :

Les syndicats n’ont pas vocation à gérer un mouvement politique de cette profondeur.

Les grands partis politiques de gauche dont ce serait le rôle sont aux abonnés absents. Les grands candidats font leurs calculs pour 2012 ; tous font très attention de se tenir au sec et de ne surtout pas s’impliquer. Il en va de leur crédibilité auprès des agences de notation.

De par leur désertion, le mouvement est laissé orphelin, privé de traduction et de médiation politique. Il s’est radicalisé sans support politique conventionnel.

Par conséquent, le mouvement devenu politique est privé de tête politique.

 

Pas de scénario de sortie de crise :

 

En faisant voter les mesures d’âge en premier, le gouvernement a créé un point de non retour.

Il n’y a plus rien à discuter sur l’essentiel, même les amendements à la marge ont été épuisés.

Par conséquent, plus de sortie de conflit par la négociation par le compromis.

Le gouvernement à totalement limité l’exercice au rapport de force, il ne laisse pas d’autre alternative.

Par ailleurs le mépris et l’arrogance dont il fait preuve blessent l’affect collectif qui devient le moteur d’une rage sociale inconnue depuis des décennies.

Nous sommes devant une situation auto bloquée qui ne peut plus se résoudre que par l’affrontement. Il n’y a pas d’autre issue. Le gouvernement ne laisse pas d’autre choix.

Enfin, nous le voyons avec les lois scélérates qui se votent en ce moment derrière le premier rideau que représentent la réforme des retraites, si le gouvernement triomphe ici, ce qui va suivre sera d’une autre ampleur encore.

D’ici la fin du mandat, ils vont finir de tout détruire et de bunkériser le régime derrière des mesures anti républicaines et d’exception.

C'est absolument certain.

 

Responsabilité citoyenne :

 

Dans ces circonstances historiques exceptionnelles : dépassement des limites de l’action syndicale, absence de conduite par les politiques d’opposition, radicalisation du mouvement, absence de sortie autre que par le conflit, perspectives de dérives anti républicaines, c’est aux citoyens et à eux seuls que revient la charge d’en sortir.

Les citoyens doivent s’unir au-delà des clivages politiciens du passé et soutenir le mouvement sans réserve par tous les moyens possibles. Chacun doit se rapprocher des groupes qui se constituent dans la proximité, cheminots dans les gares, grévistes partout, assemblées générales …

Chacun doit mobiliser autour de lui, dans sa famille, parmi ses proches, dans les conversations de comptoir ou sur les marchés, partout.

Les cheminots nous l’ont dit, ils passent en tête pour se battre pour nous, à nous de leur apporter soutien et participation en retour.

Pareil partout avec tous ceux qui sont entrés en lutte.

Désormais, le mouvement prend corps, il faut d’urgence l’étayer, lui donner du souffle et de la longueur.

La crise majeure est désormais inévitable, elle a été planifiée et voulue de manière raisonnée par ce gouvernement.

Mobilisation générale, il faut pousser fort, collectivement et maintenant.

Un mot de plus : le travail fait par les partis politiques et organisations minoritaires d’extrême gauche pèse très lourd dans l’avancée du processus ; en particulier par leur action sur la base syndicale.

L'histoire et les citoyens devront s'en souvenir.

Salutations citoyennes et militantes à tous.

@ patrick44,

Voyez vous même.

Bonne lecture à vous.

" Mobilisation générale, il faut pousser fort, collectivement et maintenant.

+1000

Ils méprisent, ils provoquent, ils continuent sans s'occuper le moins du monde de l'opinion et souffrance du peupe ... ils ont voulu l'affrontement, que la lutte commence !

tout à fait d'accord! +10 000
  • Nouveau
  • 20/10/2010 18:11
  • Par

Monsieur Plenel,

Le beau, le bon et le vrai naissent sous votre plume...

Je vous en remercie !

Bonne formulation de la situation du PS.

Ah que j'apprécie votre analyse et le style.

Ce qui donne du baume au coeur pour repartir car contrairement aux propos de cette caste oligarchique, le maintien du financement des retraites ne réside certainement pas dans le vote de ce texte, qu'ils appellent "loi". Il suffit pour eux qu'un texte soit publié au "Journal Officiel".

Et bien, puisque le PS ne fait pas son boulot, attend, s'observe, calcule, bref, ne s'oppose pas vraiment (il suffit de compter le nombre de personnes sous la bannière du PS à la fin de la manif hier à Bordeaux), nous prenons les choses en mains, avec la possibilité de réactions démesurées de la part du gouvernement qui tentent en vain de les justifier devant l'opinion.

Mais gare à la revanche (chanson de la Commune de Paris). Et si la gauche gagnait les élections, ce qui est préférable à la droite, que ses représentants sachent que ce ne sera pas un chèque en blanc.

Ce sera comme en 1936 : élections et grève générale si les programmes et actes ne sont pas mis en oeuvre.

Du courage que diantre ! Le PS ne serait plus membre d'une gauche décomplexée ?

Merci Edwy c'est l'éditorial que personne ne sait et ne veut faire, sauf vous.

Cordialement.

Quelle formidable analyse! Heureusement que Mediapart existe.

Je ne vis plus en France depuis longtemps, mais vive la jeunesse et les idéaux défendus par ces manifestations!

  • Nouveau
  • 20/10/2010 18:21
  • Par

L'heure du Peuple........ et non celle des Rolex !!!!

Merci , Edwy Plenel

Christiane et Ben

salut Ben ! Le probleme, c'est qu'une partie du peuple reve de Rolex.

Sarkozy en 2007 a su seduire bien au dela du cercle des droitiers ultra UMP à meche blonde neuillenne, pourquoi ?

parce qu ils les a fait rever ! Tous les gens qui adorent Vuitton, le bas de gamme du sac haut de gamme, ceux qui mettent de l'argent dans un bien qui perd 25% de sa valeur en sortant du magasin (la voiture), les fans de Johnny (ils sont des millions), les touristes qui ne savent pas que le Fouquet's, c'est le resto le plus ringard des Champs, etc etc, et bien eux ils revent de Rolex,

 

resultat : marque de montre parmi les preferee des francais

http://www.linternaute.com/homme/mode-accessoires/dossier/vos-montres-preferees/1.shtml

Très juste , ACNM

Génération du paraître , du fric , besoin d'exister , d'être reconnu par l'apparence .

Rolex parce qu'ils le valent ou le veulent bien .

Ajout : Ceci dit, ce n'est pas une critique juste un constat , dans le même temps j'avoue être un amoureux de la belle horlogerie .

Horloger est un beau métier .

C'est vrai mais la crise passe par là, et va aider tout le monde à prendre conscience de ce qui est vraiment important.
mon pento, ma rolex,aucune fille ne me resiste!
Une simple Swatch à quartz, ça vaut largement une Rolex et c'est bien moin cher... La belle horlogerie peut faire rêver, mais ce n'est pas à la portée du premier venu . Une Philippe Pateck, c'est moins connue, mais c'est d'une autre classe que les Rolex...
les montres, de toutes facons, c'est un truc de vieux. les jeunes regardent l'heure sur leur telephone portable desormais.http://www.20minutes.fr/article/203923/France-Les-montres-a-l-heure-de-la-technologie.php

Plein de choses intéressantes en effet...

La vie politique se crispe, n'est-ce pas aussi le résultat, plutôt le revers, des institutions actuelles et des modes d'élections mises en place au cours de l'évolution de la Vème ?

Le pouvoir présidentiel porté à son paroxysme par un homme avide de pouvoir est permis, par la nature même de ces institutions, et c'est bien là leur côté pervers que n'avaient pas envisagé leurs concepteurs.

L'appropriation de ce pouvoir avec pour seule explication une légitimité qui repose, comme le prétend l'actuel président, sur les seules élections présidentielles, en évacuant un à un tous les contre-pouvoirs en plaçant ses propres hommes aux postes clé, est à l'évidence un risque démocratique.

Une représentation nationale non représentative du fait de l'absence de proportionnelle, sous le prétexte de stabilité du pouvoir, a eu pour effet de bipolariser le débat et de marginaliser diverses composantes de l'opposition et de la majorité.

Le cumul et les mandats électoraux, captés par les mêmes personnes, usant de leurs prérogatives diverses dans le débat national, s'arrogeant privilèges et situations de rente, privant de fraîcheur et de jeunesse les débats d'idées, risque de focaliser l'amertume, les désillusions et les déceptions, menant à l'abstention que l'on connaît ...

Autant de phénomènes qui ont contribué à la crispation de la vie politique .

Le sentiment latent qui prévaut dans les esprits, que les décisions politiques, démocratiques et sociétales entre les seules mains d'un pouvoir, oligarchique de surcroît, sans que le peuple ne puisse émettre un avis, confisqué par une caste d'élus, majoritaires certes, mais astreints aux seuls désidérata d'un président autocrate, ce sentiment diffus de confiscation du pouvoir ressenti par le peuple, ne demandait qu'à se manifester, voir exploser ... L'occasion se présente et certains ne manquent pas de l'exprimer haut et fort.

Les retraites n'ont été que le détonateur, le feu couvait depuis quelque temps.

Que le pouvoir en place ait raison ou pas sur le problème des retraites, n'est déjà plus d'actualité. C'est bien la nature et la façon de procéder, au mépris de la démocratie, de ce pouvoir qui focalise désormais la colère et le rejet.

Que l'opposition en tire aussi les leçons et sache revoir la conception même de la démocratie, voir de changer les institutions vers une plus juste répartition des rôles, des pouvoirs et des richesses.

A revoir aussi dans son ensemble, les aberrations fiscales voulues par ce pouvoir et qui ont plombé durablement les comptes publics.

Recentrer l'homme au coeur du débat et de la société, lui réapproprier les ressources vitales et fondamentales : le travail, la liberté et la démocratie.

 

  • Nouveau
  • 20/10/2010 18:28
  • Par

Tout est dit; sauf la suite.

La suite est pourtant inscrite dans la réflexion et les intentions de chacun(e) des citoyen(ne)s. Pour cela, nous avons besoin des divers éclairages de ceux qui peuvent décrypter les manigances des divers pouvoirs. C'est de pédagogie dont nous avons besoin.

Mediapart et ses divers intervenants le font à merveille et je les remercie du fond du cœur de "mouiller leur chemise" comme ils le font depuis le début de ce site incontournable. Et notamment merci à E.Plenel pour ses articles sans concessions qui dévoilent les arcanes de notre société française, ses miasmes, ses travers, ses lumières...

Juste une demande pressante: "Messieurs les journalistes de Mediapart, je vous en prie instamment, votre vision politique, vos décryptages et vos révélations si importants dans le fond devraient être mis à la portée de chacun(e) d'entre nous; pouvez-vous adopter un langage, un vocabulaire, une forme d'expression à la portée du plus petit d'entre nous. Vous méritez d'être lus par n'importe quel citoyen lambda. Que ceci soit toujours présent au- dessus de votre plume sinon vous resterez seulement accessible au cercle (grand, certes) de l'intelligentsia de notre pays qui seule comprendra ce langage qui est le sien. Ecrivez pour nous tous, nous le valons bien!"

Merci d'exister.

à un gouvernement dans sa bulle de l'argent et du mépris, à une gauche affairiste et hypocrite, des millions de gens de toutes générations répondent "on ne vous croit pas".
j'utiliserai certaines de vos formules quand il faudra prendre la parole au momentoù on occupera les maries UMP pour les bloquer elles n'ont plus de légitimité .

Excellent Monsieur Plenel pour cet inventaire au vitriol d'une démocratie moribonde par le fait d'un seul homme et d'une caste.

Pour une accessibilité à un plus grand nombre de lecteurs, il serait judicieux de diminuer provisoirement le coût de l'abonnement pour les nouveaux arrivants.

Vous pourriez imaginer ce dispositif jusqu'en mai 2012 pour revenir ensuite et au choix de l'abonné, à un abonnement classique.

Merci encore !