Affaire des moines de Tibéhirine: la thèse de la bavure militaire plausible

Par et
L'enquête sur l'assassinat des moines de Tibéhirine, ces septecclésiastiques français enlevés en Algérie en mars 1996 et retrouvésdécapités quelques semaines plus tard, avance pas à pas. Bernard Kouchner, leministre des affaires étrangères, a adressé le 9 novembre aujuge anti-terroriste Marc Trévidic une liasse de vingt-cinq notes, rapports et télégrammes déclassifiés du Quai d'Orsay, dont Mediapart a pu prendre connaissance en intégralité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'enquête sur l'assassinat des moines de Tibéhirine, ces sept ecclésiastiques français enlevés en Algérie en mars 1996 et retrouvés décapités quelques semaines plus tard, avance pas à pas. La Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN) vient de délivrer trois avis favorables à la déclassification de 105 documents – sur 109 soumis par les ministères concernés –, publiés le 20 novembre au Journal officiel. Mais sans même attendre cette publication, Bernard Kouchner, le ministre des affaires étrangères, avait adressé dès le 9 novembre au juge anti-terroriste Marc Trévidic une liasse de 25 documents confidentiels, dont Mediapart a pu prendre connaissance en intégralité.
Sans apporter d'éléments déterminants, ces documents permettent néanmoins d'avancer sur deux points essentiels: